Glossaire, dictionnaire héraldique: évolution de 1679 à 1905

A quel livre, traité ou dictionnaire, correspond chaque date ?
Glossaire français - anglais : 500 mots avec dessin des écus
A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z
Dernière pagePage suivantePage précédentePremière page

Englandé

Voir Englanté.

1905 Voir Englanté.

Englanté

Se dit du chêne dont les glands sont d'un autre émail que celui de cet arbre.

1780 Se dit du chêne chargé de glands. 1864 Se dit du chêne chargé de glands. 1872 Fruité de glands. 1885 C'est le chêne chargé de glands. 1887 Fruité de glands. 1899 Se dit du chêne dont les glands sont d'un autre émail que celui de cet arbre. 1901 Chêne chargé de glands. 1905 Se dit de la figure d'un chêne représenté avec ses glands. On écrit aussi Englandé.

Engloutissant

Voir Engoulant.

Engoulant

Attribut d'un animal avalant quelque chose, il est dit engoulant ou engloutissant. Voir Guivre.

1843 Se dit d'un animal qui semble dévorer un enfant ou une pièce héraldique. 1905 Si dit d'un animal qui avale quelque chose.

Engoulé

Attribut des pièces dont des extrémités sont dans la gueule d'un ou de plusieurs animaux. Anciennement on disait que la pièce était mouvante de la tête et gueule d'animaux ou naissant de leurs gueules s'il s'agit d'une figure.

1772 Qui se dit des bandes, croix, sautoirs, et autres pieces, dont les extrémités entrent dans la gueule d'un lion, d'un léopard, d'un dragon, etc. comme les armoiries de Guichenon. Il y a aussi des mufles de lions qui engoulent le casque, comme dans les anciennes armoiries des ducs de Savoie. 1780 Des bandes, croix, sautoirs et toutes autres pièces dont les extrémités entrent dans des gueules de lions, léopards, dragons, etc. 1798 Se dit des pièces dont les extrémités entrent dans des gueules d'animaux. 1843 Se dit d'une pièce héraldique dont les bouts semblent être dévorés par des têtes d'animaux. 1864 Se dit des pièces dont les extrémités entrent dans des gueules d'animaux. 1872 Se dit d'une pièce dont les extrémités entrent dans la gueule d'un animal. 1885 On donne ce nom à toutes les pièces dont les extrémités se trouvent dans la gueule des animaux. 1887 Se dit d'une pièce héraldique, d'ordinaire une bande, dont les extrémités aboutissent dans des têtes de lion ou de dragon. Ces têtes sont engoulantes. 1899 Se dit de toutes les pièces dont une ou toutes les extrémités sont englouties dans la gueule d'un animal. Le casque, ou heaume, ne doit être engoulé que par un lion. 1901 Terme s'appliquant à une pièce honorable (bande, fasce, etc.) dont les extrémités se terminent dans des gueules de dragon ou de lion, mouvant des bords de l'écu. 1905 Se dit des pièces dont les extrémités entrent dans la gueule d'un animal.

Engrêlé

Se dit du pal, de la croix, de la bande, du sautoir, etc..., dont les deux côtés sont bordés de petites dents dont les intervalles sont creux et arrondis ; c'est en cela que l'engrelé diffère du dentelé dont les intervalles sont à angles droits, comme des dents de scie. Le chef ne peut être engrelé que dans sa ligne basse.

1679 L'endenté est plus grande (& s'en voit d'avantage) que l'engreslé qui doit estre plus menue. 1772 Se dit des pieces honorables de l'écu, qui sont bordées de petites dents fort menues dont les côtés s'arrondissent un peu. 1780 Se dit des bordures, croix, bandes, sautoirs qui sont à petites dents fort menues, dont les côtés s'arrondissent un peu. 1798 Il se dit de certaines pièces honorables de l'écu, qui sont dentelées tout autour. Il porte d'or à la croix engrélée de gueules. Il porte de sable au chevron engrêlé d'argent. 1843 Bordé de petites dentelures arrondies et rentrantes. 1864 Se dit des pièces à petites dents arrondies. 1872 Se dit des bordures, croix, bandes ou sautoirs munies de petites dents arrondies. 1885 Se dit des pièces principales dont les bords sont armés de petites dents un peu arrondies. 1887 Se dit des lignes de pièces héraldiques munies de petites dents dont les côtés s'arrondissent. 1899 Se dit du pal, de la croix, de la bande, du sautoir, etc ..., dont les deux côtés sont bordés de petites dents dont les intervalles sont creux et arrondis ; c'est en cela que l'engrêlé diffère du dentelé dont les intervalles sont à angles droits, comme des dents de scie. Le chef ne peut être engrêlé que dans sa ligne basse. 1901 Se dit de toute pièce de l'écu bordée de petites dents à intervalles creux et arrondis. 1904 Se dit du bord des objets quand ils sont à petites dents un peu arrondies. 1905 Se dit des pièces honorables qui sont bordées de dents fines dont les intervalles sont arrondis.

Engrêlure

Se dit du filet ou de la petite bordure engrelée qui fait le tour d'un écu.

1798 Pour signifier une bordure engrêlée, qui n'a de largeur que le quart de la bordure ordinaire. 1843 Filet ou petite bordure engreslée qui fait le tour de l'écu. 1885 Petit filet engrêlé, posé sur le bord de l'écu. 1887 Nom de la filière lorsqu'elle est engrêlée. 1899 Petit listel, ou filet engrêlé, dans sa ligne basse et posé sur le bord supérieur de l'écu. 1901 Nom de la bordure très réduite et formée de l'engrêlé, c'est-à-dire, à petites dents à intervalles creux et arrondis. 1905 Bordure étroite ou filet denticulé qui entoure un écu.

Engreslé

Voir Engrêlé.

1843 Voir Engrêlé.

Engreslure

Voir Engrêlure

1843 Voir Engrêlure

Enguiché

Attribut des cors dont on veut donner l'émail de l'embouchure.

1772 Il se dit du col et des trompes dont l'embouchure est d'un émail différent. 1780 Se dit des cors, huchets et trompes, dont l'embouchure est de différent émail. 1843 Se dit du cor de chasse ou de la trompette ayant l'embouchure d'un autre émail. 1864 Se dit des cors et trompes dont l'embouchure est d'un émail différent. 1872 Se dit des cors, huchets ou trompes dont l'embouchure est d'un émail différent. 1885 Indique l'embouchure des corps ou huchets. 1887 Indique l'émail de l'embouchure des cors et grêliers. 1899 Même signification qu'embouché, mais plus héraldique. 1901 Désigne l'émail de l'embouchure du cor de chasse, des trompettes, des huchets, etc. C'est le synonyme de l'embouché. 1905 Se dit d'un cor, d'une trompe, dont le cordon est d'un émail différent de celui de l'instrument.

Enguichure

Cordon servant à porter le cor de chasse.

1905 Cordon passé dans les anneaux d'un cor de chasse et servant à le porter.

Enguillé

Enguiché.

Enhendé

Se dit de pièces dont le pied est refendu et principalement de la croix dont les branches sont terminées par des crochets entre lesquels se trouvent comme un bout de fer de lance; dite aussi croix à douze pointes.

1772 On appelle croix enhendée celle dont le pié est enhendé, c'est-à-dire refendu, du mot espagnol enhendido, qui signifie la même chose. Ces croix à refente sont communes en Allemagne. 1872 État d'une pièce dont le pied est fendu. 1885 Pièces héraldiques dont le pied est refendu. 1887 Se dit des pièces dont le pied est refendu. 1899 Se dit au sujet des pièces, ou meubles dont les extrémités semblent être refendues, et offrent trois pointes à ces endroits. La croix fourchée qui n'est que fendue à ses extrémités n'a que deux pointes la croix enhendée étant refendue offre trois pointes aux mêmes endroits. 1901 Attribut de la croix dont les branches sont terminées par des crochets entre lesquels se trouve un fer de lance. Il se dit aussi de la croix dont le pied est refendu. 1905 Se dit d'une croix dont les branches sont terminées par des crochets entre lesquels se trouve un fer de lance. Se dit encore d'une croix dont le pied est refendu. On dit aussi Hendé.

Enlevé

Se dit des pièces qui paraissent enlevées ou retirées d'une armoirie, et sont représentées sur le champ par des points ou traits, de couleur sur métal ou métal sur couleur.

1772 Il se dit des pieces qui paroissent enlevées, comme aux armoiries d'Anglure en Champagne, qui sont d'or à pieces enlevées à angles ou croissans de gueules, soûtenant des grelots d'argent dont tout l'écu est semé. 1780 Se dit de certaines pièces qui paraissent enlevées, comme aux armoiries d'Anglure. 1899 Se dit des pièces qui paraissent enlevées ou retirées d'une armoirie, et sont représentées sur le champ par des points ou traits, de couleur sur métal ou métal sur couleur. 1901 Nom de petits triangles isocèles ou figures de forme pyramidale, remplissant le champ de l'écu, tant plein que vide.

Enquérir (A)

(ou A enquérir). Terme qu'on employait pour les armes dites fausses, c'est-à-dire celles dans lesquelles on trouve métal sur métal ou couleur sur couleur. On s'imaginait que ces armes étaient composées expressément dans le but de forcer le spectateur à s'enquérir de la cause d'une telle infraction aux règles. Il n'en était rien ; le nombre très considérable des armoiries qui se trouvent dans ce cas exclut toute supposition de ce genre ; d'ordinaire, ces armes (si leur composition n'était pas la conséquence d'une ignorance complète de la science des armoiries) étaient devenues fausses par l'effet du temps qui avait terni l'or ou l'argent, et les peintres propageaient l'erreur.

1780 On dit des armoiries qui sont contre les règles ordinaires du blason qu'elles sont à enquérir, c'est-à-dire, qu'en voyant telles armes, on est porté à s'enquérir, ou à demander la raison de cette manière extraordinaire. 1887 (ou A enquérir). Terme qu'on employait pour les armes dites fausses, c'est-à-dire celles dans lesquelles on trouve métal sur métal ou couleur sur couleur. On s'imaginait que ces armes étaient composées expressément dans le but de forcer le spectateur à s'enquérir de la cause d'une telle infraction aux règles. Il n'en était rien ; le nombre très considérable des armoiries qui se trouvent dans ce cas exclut toute supposition de ce genre ; d'ordinaire, ces armes (si leur composition n'était pas la conséquence d'une ignorance complète de la science des armoiries) étaient devenues fausses par l'effet du temps qui avait terni l'or ou l'argent, et les peintres propageaient l'erreur. 1901 Armes dont les symboles sont de métal sur champ de métal, ou de couleur sur champ de couleur.

Enquerre (A)

(à Enquérir). On appelle Armes à enquerre, des armes qui ayant couleur sur couleur, ou métal sur métal, donnent lieu de s'informer pourquoi on les a faites contre les règles ordinaires du Blason.

1694 Vieux mot qui n'a plus d'usage que dans le Blason, où l'on appelle Armes à enquerre, des Armes qui ayant couleur sur couleur, ou metal sur metal, donnent lieu de demander pourquoy on les a faites contre les regles ordinaires du Blason. 1798 Vieux mot qui signifie la même chose que S'enquérir, et n'a presqu'aucun usage que dans le Blason, où l'on appelle Armes à enquerre, des armes qui ayant couleur sur couleur, ou métal sur métal, donnent lieu de s'informer pourquoi on les a faites contre les règles ordinaires du Blason. 1843 On appelle armes à enquerre celles qui ont métal sur métal ou couleur sur couleur, parce que, cette circonstance étant contraire aux règles du blason, il faut s'enquérir, s'informer de sa cause. 1872 (ou à Enquérir) Terme employé pour désigner les meubles dont l'état est contre les règles héraldiques. 1899 Armes dites à enquerre, synonyme d'enquérir. Dans les cas exceptionnels de manquement à la règle qui interdit, en blason, de poser métal sur métal, ou couleur sur couleur, on dit que les armes qui présentent cette irrégularité, sont des armes à enquerre (s'enquérir), parce qu'il doit y avoir un motif à cette dérogation. Les armes de Godefroy de Bouillon qui sont : d'argent à la croix potencée d'or (métal sur métal) cantonnée de quatre croisettes du même, n'ont été concédées ainsi que pour bien faire remarquer et rappeler que les armes de Jéruzalem étaient destinées à perpétuer le souvenir de la valeur des Croisés, la difficulté de la conquête de la Ville Sainte, arrachée aux infidèles au prix de tant d'efforts et des plus grands sacrifices, et enfin l'établissement d'un royaume chrétien sur la terre de la rédemption. 1901 Voir Enquérir (A). 1905 Les armes à enquerre présentent, le plus souvent, une dérogation à la règle qui défend de mettre émail sur émail ou métal sur métal et datent, la plupart, d'une époque antérieure à la codification des lois héraldiques.

Enrichi

Signifie qu'un collier ou tout autre meuble (voile de navire, vêtements, etc.) est couvert de passements de broderies ou de boutons d'or, etc...

Enroulé

Peut se dire de quelque chose qui entoure une autre sans être fermé.

Ensanglanté

Se dit des animaux dont le sang paraît couler, des armes et autres pièces qui sont teintées de sang. A l'égard du pélican, lorsqu'on dit avec sa piété, il n'est pas nécessaire d'ajouter ensanglanté.

1772 Qui se dit du pélican, et autres animaux sanglans. 1780 Se dit du pélican et autres animaux sanglants. 1864 Se dit des animaux blessés. 1885 Se dit du pélican et autres animaux dont le sang coule. 1899 Lorsqu'on voit des animaux dont le sang paraît, on dit qu'ils sont ensanglantés ; le pélican est généralement représenté ainsi. 1901 Se dit de tous les animaux dont on voit couler le sang, ainsi que des armes et autres pièces teintes de sang. 1904 Animal ou objet sanglant.

Enseigne

Drapeau, étendard.

1905 Drapeau, étendard.

Entassé

On rencontre ce terme pour indiquer plusieurs meubles posés l'un sur l'autre, rangés en pal et se touchant.

Ente

Entaille faite dans une branche ou un tronc d'arbre pour greffer une essence différente.

Enté

Se dit des pièces qui s'endentent les unes dans les autres par des divisions arrondies.

1772 Qui se dit des partitions, et des faces ou bandes qui entrent les unes dans les autres à ondes rondement. 1780 Se dit des partitions et des fasces, bandes, pals qui entrent les uns dans les autres à ondes rondement. 1798 Se dit des partitions, des bandes, paux, etc. qui entrent les uns dans les autres en ondes. 1843 Se dit des partitions ou des pièces d'un écu qui entrent l'une dans l'autre par des engrainures arrondies. 1872 Se dit des pièces entrant les unes dans les autres. 1885 Se dit lorsque deux parties de l'écu entrent l'une dans l'autre par des emboîtures arrondies. 1887 Se dit des fasces, bandes et croix dont les contours sont entés, et des partitions qui entrent les uns dans les autres à ondes arrondies. 1899 Se dit de quelques parties ou pièces de l'écu qui entrent les une dans les autres sous des formes rondes. Enté en pointe, ou pointe entée se dit d'une sorte de chevron dont les branches sont recourbées en dedans. 1901 Se dit quand deux parties de l'écu paraissent s'emboîter l'une dans l'autre, par des entures demi-rondes. 1905 Se dit des pièces qui s'endentent les unes dans les autres par des divisions arrondies.

Enté en pointe

Entaille que font au bas de l'écu deux traits courbes qui sont mouvants, du coeur vers la pointe, en élargissant leur ouverture aux angles de cette pointe.

1901 Entaille du bas de l'écu obtenu par deux traits convexes qui se joignent vers le centre, en forme de triangle ployé. 1905 Entaille que font au bas de l'écu deux traits courbes qui sont mouvants, du coeur vers la pointe, en élargissant leur ouverture aux angles de cette pointe.

Enté-nébulé

Se dit de pièces découpées des deux côtés par des entailles formant alternativement une saillie ronde et une concavité et s'enclavant dans l'émail du champ qui revêt la même forme.

1905 Quand les pièces sont entaillées en découpure qui forment alternativement une saillie ronde et une concavité en s'enclavant dans l'émail du champ qui revêt la même forme, on dit enté-nébulé.

Entonnoir

Normal, à boudin. Instrument avec lequel on entonne une liqueur.

Entortillé

Synonyme d'enroulé. Toute pièce, meuble ou figure autour de laquelle est enroulé quelque chose, corde, ruban, serpent, etc...

Entravaillé

Se dit des animaux qui sont entravés dans des pièces de longueur, et des oiseaux qui ont un bâton ou quelqu'autre pièce passant entre les ailes et les pattes.

1772 Qui se dit des oiseaux qui, ayant le vol éployé, ont un bâton ou quelqu'autre chose passée entre les aîles et les piés. 1780 Se dit des oiseaux, qui ayant le vol éployé, ont un bâton ou quelqu'autre chose passée entre les ailes et les pieds. 1798 Il se dit des oiseaux qui ont un bâton passé entre les ailes ou les pieds. 1864 Se dit des oiseaux empêchés de voler par un bâton sur les ailes ou les pieds. 1885 Indique que les oiseaux dont le vol est éployé ont un bâton passé entre les ailes ou les pieds. 1899 Se dit des oiseaux aux ailes éployées qui ont un bâton entre les ailes ou les pattes. On donne aussi ce nom au dauphin, à la bisse, au lion et autres animaux, qui paraissent entrelacés dans des cotices, des burelles ou autres pièces de longueur. 1901 Qualifie tout animal entrelacé dans des fasces, bandes et autres pièces de longueur. 1905 Se dit des animaux qui sont entravés dans des pièces de longueur, et des oiseaux qui ont un bâton ou quelqu'autre pièce passant entre les ailes et les pattes.

Entrelacé

Se dit des pièces circulaires ou en segments de cercle, tels que croissants, anneaux, etc., passées les unes dans les autres.

1780 Se dit de trois croissants, de trois anneaux et autres choses semblables passées les unes dans les autres. 1864 Se dit des animaux passés l'un dans l'autre. 1885 Exprime les croissants ou les anneaux passés les uns dans les autres. 1887 Se dit des chevrons, anneaux et autres objets, passés les uns dans les autres. 1899 Tous les meubles, tels les croissants, les anneaux, les triangles, etc ..., qui sont figurés passant les uns dans les autres sont dits entrelacés. 1901 Se dit des anneaux, chevrons et croissants passés les uns dans les autres. 1904 Se dit des choses semblables passées les unes dans les autres. 1905 Se dit des pièces circulaires ou en segments de cercle, tels que croissants, anneaux, etc., passées les unes dans les autres.

Entrelas

Cordons, fleurs, plantes ou figures qui se croisent et se recroisent, se nouent en forme de décor.

Entresemé

Voir Semé.

Entretenu

Se dit de plusieurs clefs ou autres meubles dont les anneaux sont entrelacés.

1772 Il se dit de plusieurs clés et autres choses liées ensemble par leurs anneaux. 1780 Se dit des clefs et autres choses qui se tiennent liées ensembles par leurs anneaux. 1798 Se dit des clefs et autres choses pareilles, liées ensemble par leurs anneaux. 1864 Se dit des choses liées ensemble par un anneau. 1885 Deux clefs qui se tiennent par les anneaux sont entretenues. 1899 Se dit des clefs, et de quelques autres meubles, qui paraissent liés ensemble par leurs anneaux. 1901 Indique que les anneaux de plusieurs clefs sont entrelacés. 1905 Se dit de plusieurs clefs ou autres meubles dont les anneaux sont entrelacés.

Entretouchant

Se dit de pièces qui ont au moins un point commun en contact.

Envergué

Attaché à une vergue.

1905 Attaché à une vergue.

Éole

Synonyme d'Aquilon.

1887 Synonyme d'Aquilon.

Épagneul

Chien à long poil et à oreilles pendantes.

Épanoui

Se dit des fleurs figurées, lis ou autre, avec le pétale supérieur ouvert et avec des boutons entre les pétales latéraux.

1780 Se dit des fleurs-de-lis dont il sort des boutons entre les fleurons, et dont le fleuron d'en haut est ouvert, comme en celle e Florence. 1864 Se dit des fleurs ouvertes et complètement fleuries. 1885 Se dit de toutes les fleurs; mais on l'emploi plus généralement pour une fleur de lis dont le fleuron supérieur est ouvert et qui a des boutons entre les fleurons des côtés. 1887 Terme qui s'applique à une fleur-de-lis très ornée qui figure dans les armoiries de la ville de Florence et de quelques familles italiennes. Elle a des boutons entre les fleurons des côtés et le fleuron d'en haut est comme ouvert. 1899 Se dit principalement de la fleur de lys, dont le fleuron supérieur paraît ouvert, et ceux des côtés garnis de boutons ; se dit aussi de toutes les fleurs paraissant entièrement ouvertes. 1901 Cette expression désigne la rose, la tulipe, et plus spécialement la fleur de lis, arrivées au dernier degré de floraison montrant toutes leurs pétales. 1905 Se dit des fleurs figurées, lis ou autre, avec le pétale supérieur ouvert et avec des boutons entre les pétales latéraux.

Épée

L'épée est figurée sur un écu avec une lame, une poignée, un pommeau et une garde, cette dernière pièce est rarement garnie de branches. Cette arme se pose en pal, en fasce, en bande, la pointe tantôt en haut, tantôt en bas. L'épée doit toujours être représenté nue : si elle paraît dans un fourreau, ce qui est contre la règle, il faut le spécifier ; on doit aussi indiquer si la garniture, c'est-à-dire la garde, la poignée, ou le pommeau sont d'un autre émail que celui de la lame.

1887 Les épées sont presque sans exception d'argent, à garde d'or. Leur position ordinaire est d'être placée en pal, la pointe en haut. Lorsque le contraire a lieu, c'est-à-dire que l'épée est renversée, il faut en faire mention. L'épée est dite garnie lorsque la garde est d'un autre émail que la lame, ce qui est presque toujours le cas. Les épées de cavalerie se reconnaissent à une sorte de corbeille en fer destiné à amortir les coups de l'ennemi. 1899 L'épée est figurée sur un écu avec une lame, une poignée, un pommeau et une garde, cette dernière pièce est rarement garnie de branches. Cette arme se pose en pal, en fasce, en bande, la pointe tantôt en haut, tantôt en bas L'épée doit toujours être représenté nue : si elle paraît dans un fourreau, ce qui est contre la règle, il faut le spécifier ; on doit aussi indiquer si la garniture, c'est-à-dire la garde, la poignée, ou le pommeau sont d'un autre émail que celui de la lame. 1901 Représentée par l'épée longue de bataille, la pointe en l'air. 1905 Comme figure héraldique, l'épée est représentée ordinairement en pal, la pointe dressée (haute) ou abaissée (versée) ; la lame pouvant être d'un autre métal que celui de la monture, et celle-ci pouvant montrer son pommeau et sa croisette d'un émail ou d'un métal autres que celui de la fusée (garnie). L'épée héraldique est ordinairement de la forme la plus simple, telle qu'on la porta au XVe siècle. Souvent on la représente engainée, le fourreau muni de sa chape, de sa bouterolle et de ses frettes à anneaux. L'épée nue peut être aiguisée, c'est-à-dire que sa pointe et son tranchant sont teints d'un émail particulier.

Épéesse

Voir Épesse.

Éperlan

Poisson marin voisin du saumon.

Éperon

Accessoire métallique, terminé à l'une de ses extrémités par un petit disque dentelé et mobile, et s'adaptant au talon du cavalier pour lui permettre d'aiguillonner sa monture.

1899 Ce meuble est l'éperon des chevaliers ; on le représente garni d'une courroie avec boucle, ayant la tige qui porte la molette tournée vers le chef. Lorsque deux éperons sont figurés ensemble sur un écu, ils sont généralement posés en sautoir. 1901 Paraît posé en fasce et muni de ses attaches. 1905 Accessoire métallique, terminé à l'une de ses extrémités par un petit disque dentelé et mobile, et s'adaptant au talon du cavalier pour lui permettre d'aiguillonner sa monture.

Épervier

Oiseau de proie représenté de profil et les ailes rabattues, dont on se servait pour la chasse. On dit de l'épervier chaperonné, du chaperon qu'il a sur la tête, longé des liens de ses pattes, grilleté des grillets ou grelots qui y sont attachés, lorsque ces choses sont d'un autre émail que celui de l'oiseau. On dit encore perché d'un épervier sur un bâton, un perchoir ou sur une branche d'arbre, dont il faut indiquer l'émail quand il n'est pas celui de l'oiseau. Si l'épervier est représenté sans aucun de ces attributs il est dit au naturel.

1679 (Esprevier) (qui avec une couronne, selon ceux qui en ont escrit) estoit les armoiries d'Attila roy des Huns. 1899 Oiseau de proie dont on faisait grand usage autrefois pour la chasse au vol ; lorsqu'il a la tête couverte d'un bonnet, on le dit chaperonné : longé, si des liens lui entourent les pattes : grilleté, s'il porte des grelots ; enfin perché, s'il est posé sur un bâton ; il est de règle de donner toutes ces qualifications à l'épervier, surtout lorsque ces pièces sont d'un autre émail que celui du corps. 1901 Oiseau de proie représenté de profil et les ailes rabattues.

Épesse

Arbre fruitier.

Épi

L'épi porte une feuille recourbée de chaque côté de sa tige. Lorsque ces feuilles manquent on dit l'épi effeuillé.

1887 L'épi porte une feuille recourbée de chaque côté de sa tige. Lorsque ces feuilles manquent, l'épi est dit effeuillé. 1899 Meuble de l'écu qui représente un épi de blé ou d'orge. 1901 Semblable à l'épi de blé. Sa forme varie d'après l'espèce.

Épicéa

Arbre voisin du sapin.

Épieu

Espèce de pique dont le bout supérieur est garni d'un fer de lance et pointu. Il servait à la chasse au sanglier. Désigne aussi une sorte de hallebarde dont le bout supérieur est garni d'un fer large et pointu. Désigne aussi parfois un pal au pied fiché ou aiguisé, pieu ou épieu.

1887 Espèce de pique dont le bout supérieur est garni d'un fer large et pointu. Il servait à la chasse du sanglier. 1899 Sorte de hallebarde, à long manche, dont le fer est large et pointu ; on s'en servait autrefois pour la chasse au sanglier. 1901 Arme de chasse et de combat ayant la forme de la hallebarde du moyen-âge et l'extrémité supérieure munie d'un fer large et pointu. Elle différait de la lance en ce que la hampe était dépourvue de talon, et que le bas du fer était garni d'un croissant ou d'une traverse qui empêchait l'animal blessé d'avancer vers le chasseur. 1905 Arme de chasse ou de guerre, faite d'un gros bâton, garni à l'une de ses extrémités d'un fer plat et pointu. Emmanché si le manche est d'un autre émail que le fer.

Epieu de chasse

Lance pour chasser

Épine

Ce meuble se rencontre en armoiries sous différentes formes, en couronne, en branches, en fleurs et en arbuste touffu et feuillé.

1899 Ce meuble se rencontre en armoiries sous déférentes formes, en couronne, en branches, en fleurs et en arbuste touffu et feuillé. 1901 Telle qu'on la rencontre naturellement.

Épinette

Voir Sautereau.

1905 Voir Sautereau.

Épine-vinette

Arbrisseau appelé aussi épicéa.

Épinier

Arbre ou buisson.

Éployé

Se dit de l'aigle et de l'aigle seulement, représentée avec les ailes largement ouvertes. Pour les autres oiseaux ainsi représentés, on dit qu'ils sont au vol étendu.

1694 Esployé (Pleyon) - adj. Terme de Blason, qui n'a guere d'usage qu'en cette phrase, Aigle esployée, qui signifie une Aigle dont les ailes sont estendues. D'argent à l'aigle esployée de sable. 1780 Se dit de l'aigle à deux têtes et dont les ailes sont étendues. 1798 N'est guère d'usage qu'en cette phrase, Aigle éployée, qui signifie une aigle dont les ailes sont étendues. D'argent à l'aigle éployée de sable. 1843 Une aigle éployée, ou aigle de l'empire, est celle qui a deux têtes. 1864 Se dit des oiseaux dont les ailes sont étendues. 1885 Aigle éployée. 1887 Voir Aigle éployée. 1899 Se dit des oiseaux et des animaux chimériques représentés avec les ailes étendues. Plusieurs se sont servis du mot éployé pour désigner l'aigle à deux têtes ; il résulte de cette terminologie une confusion bien déplorable, car une aigle peut être éployée sans avoir deux têtes, ou être représentée avec deux têtes sans être éployée c'est-à-dire ayant le vol abaissé. L'Aigle éployée que l'on rencontre déjà au XIIe siècle, ne pouvait pas indiquer une aigle à deux têtes, puisque la création de cette dernière figure ne date que du XVe siècle, époque où elle fut prise comme le symbole de la réunion, sous un même sceptre, des empires d'orient et d'occident, par Sigismond. D'où il ressort, qu'en blasonnant, on doit dire suivant le cas représenté : à l'aigle à deux têtes au vol éployé, ou : à l'aigle à deux têtes au vol abaissé. 1901 Attribut de l'aigle double à deux têtes, dite aigle impériale. 1905 Se dit de l'aigle et de l'aigle seulement, représentée avec les ailes largement ouvertes. Pour les autres oiseaux ainsi représentés, on dit qu'ils sont au vol étendu.

Époussette

Faisceau de brins de crins, de jonc, de chiendent

1905 Faisceau de brins de crins, de jonc, de chiendent

Équerre

(ou Escarre) - Cet objet n'est pas rare en héraldique et se présente en diverses positions, de sorte qu'il est nécessaire de décrire la position exacte. Se dit aussi d'un écartelé en équerre, produisant quatre équerres sur l'écu. Désigne aussi un outil de maçon.

1887 Cet objet n'est pas rare en armoiries et se présente en diverses positions, de sorte qu'il est nécessaire de décrire la position exacte. 1899 Synonyme d'Escarre (voir ce mot). 1901 Instrument de mathématiques en bois ou en métal, l'usage des maçons et des architectes.

Équipé

Vaisseau qui a tous ses agrès, voiles, cordages et autres choses nécessaires à l'armement complet. Se dit aussi d'un cavalier armé de toutes pièces, mais il est plus correct de le dire armé.

1780 Se dit d'un vaisseau qui a ses voiles, cordages et autres choses. 1798 Se dit d'un vaisseau qui a ses voiles et ses cordages. De gueules à la nef équipéed'argent. 1843 Garni de tous ses agrès. 1864 Se dit d'un vaisseau avec ses voiles et cordages. 1885 Vaisseau qui a tous ses agrès. 1887 Se dit d'un vaisseau muni de ses voiles, cordages et autres choses, nécessaires à l'armement complet. 1899 Se dit d'un cavalier, armé de toutes pièces et figurant comme meuble sur un écu. On dit qu'un vaisseau est équipé, quand il est représenté ayant des voiles, des cordages, etc... 1901 Se dit d'un vaisseau muni de tous ses agrès, et aussi du cavalier armé de toutes pièces, toutefois armé est plus correct. 1905 Se dit d'une figure de nef représentée avec tous ses agrès. Quand il s'agit d'un homme d'armée, on doit dire non pas équipé, mais armé.

Équipolé

Voir Équipollé.

1772 Qui se dit de neuf quarrés mis en forme d'échiquier, dont cinq, savoir ceux des quatre coins et du milieu, sont d'un métal différent de celui des quatre autres. 1798 On dit cinq points d'or équipollés à quatre d'azur, pour signifier, neuf carrés mis en forme d'échiquier, dont il y en a cinq, savoir, ceux des quatre coins et du milieu, d'un émail différent de celui des quatre autres carrés. 1843 Quand un écu est divisé en neuf carrés ou points, d'émaux alternés comme une table de damier, on le blasonne : de cinq points de ... équipollés à quatre de ... 1864 Se dit d'un écu couvert de neuf carrés dont cinq sont d'un émail et quatre d'un autre placés alternativement. 1885 Indique que l'écu est couvert de neuf carrés, cinq d'émail et quatre de l'autre. 1899 Se dit d'un écu lorsqu'il est rempli par neuf carrés égaux, et que ceux des quatre coins ainsi que celui du milieu sont d'un émail différent de celui des quatre autres. Ces carrés égaux se nomment points ; un écu qui en est garni peut se blasonner : à neuf points équipolés, cinq de... et quatre de...etc... 1901 Échiquier formé de neuf cases, à émaux alternés, nommés points. 1905 Voir Équipollé.

Équipollé

Voir Équipolé.

1780 Se dit de neuf quarrés, dont cinq sont d'un émail et quatre d'un autre alternativement. 1798 Voir Équipolé. 1872 Se dit de neuf carrés réunis dont cinq sont d'un émail et quatre d'un autre. 1887 Voir Points équipollés. 1905 Se dit de l'écu divisé en un échiquier de neuf carrés égaux. Lorsque dans un écu, les carrés des quatre coins et celui du centre sont d'un même émail, et les quatre d'un émail différent, ces carrés se nomment points, et on dit : neuf points équipollés.

Érable

Arbre des forêts tempérées, appelé aussi sycomore.

Ermitage

Maison retirée.

Ermite

Personne vivant seule.

Dernière pagePage suivantePage précédentePremière page