Glossaire, dictionnaire héraldique: évolution de 1679 à 1905

A quel livre, traité ou dictionnaire, correspond chaque date ?
Glossaire français - anglais : 500 mots avec dessin des écus
A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z
Dernière pagePage suivante

Façade d'eglise

Dessinée au gré de l'artiste.

Face

Face et Facer. Voy. Fascer et Fasce.

1798 Face et Facer. Voy. Fascer et Fasce.

Faiche

Divise.

Failli

Se dit, par ex. d'un pal qui partant du bord supérieur, n'atteint pas le bord opposé et s'en arrête à peu de distance. Un tel pal serait failli en pointe. On se sert aussi de ce terme par rapport à des lignes de partition qui n'atteignent pas le bord opposé de l'écu.

1780 Se dit des chevrons rompus en leurs montants. 1798 Se dit des chevrons rompus dans leurs montans. 1843 Se dit des branches d'un chevron quand elles sont rompues. 1864 Se dit des chevrons rompus en leurs montants. 1872 Se dit des chevrons rompus. 1885 Se dit des chevrons dont les branches sont rompues. 1887 Se dit, par ex. d'un pal qui partant du bord supérieur, n'atteint pas le bord opposé et s'en arrête à peu de distance. Un tel pal serait failli en pointe. On se sert aussi de ce terme par rapport à des lignes de partition qui n'atteignent pas le bord opposé de l'écu. 1899 S'emploie dans le même sens que rompu quand il s'agit, par exemple, d'un chevron dont les branches sont brisées. 1901 Terme désignant la solution de continuité des chevrons, des bandes, etc., dont les branches sont comme rompues.

Faîne

Fruit du hêtre.

1901 Fruit du hêtre. Formé de deux petites noix triangulaires.

Faisan

Oiseau gallinacé à plumage éclatant.

Faisceau

Se dit d'un ensemble de pièces longues, généralement des flèches réunies et maintenues par un lien croisé plusieurs fois sur la longueur. Le faisceau de flèches peut aussi comporter une hache dite hache consulaire sortant d'une extrémité et le manche de l'autre. C'est le faisceau consulaire.

1901 Composé de baguettes d'orme et de coudrier, nommées verges, au milieu desquelles s'élève une hache.

Faisceau consulaire

Trousseaux de verges liées ensemble avec une hache au milieu. Les faisceaux étaient la marque de la puissance des Magistrats. On portait douze faisceaux devant les Consuls.

Faisceau d'armes

Amas de certaines choses liées ensemble.

Faisceau de licteur

Licteur: officier qui servait à Rome auprès du Consul, et des autres grands Magistrats. Les Licteurs portaient des haches enveloppées de faisceaux.

Faix

Charge, fardeau, corps pesant qui porte sur une chose et qui la charge.

Falière

Peuplier.

Falot

Sorte de corbeille en fer, représentée soit avec un pied, soit avec un manche, et dans laquelle on plaçait des matières inflammables ; ces meubles servaient comme signaux de nuit.

1887 Corbeille de fer destinée à contenir des matières inflammables qu'on allumait afin de donner des signaux. On en avait avec un manche pour être portés à la main et sans manche pour être attachés aux créneaux d'une tour. 1899 Sorte de corbeille en fer, représentée soit avec un pied, soit avec un manche, et dans laquelle on plaçait des matières inflammables ; ces meubles servaient comme signaux de nuit. 1901 Le falot héraldique est le falot ordinaire de résine, posé verticalement et allumé. 1905 Meuble de l'écu, fait en forme de pot à feu dressé sur une hampe.

Fanal

Falot haussé sur un échafaudage.

1887 Falot haussé sur un échafaudage.

Fanion

Petit drapeau qu'on emploie à différents usages.

1899 Petit étendard attaché à une hampe qui est surmontée d'un fer de lance. 1905 Petit drapeau qu'on emploie à différents usages.

Fanon

Large bracelet, avec pendants, couvert d'ornements, ou d'armoiries brodées, qui se portait au poignet droit dans certaines cérémonies. Ce meuble admis comme ornement religieux est dit manipule.

1780 C'est un ornement semblable à un manipule que les ministres de l'autel mettent au bras gauche. 1798 Fanon, signifie cet ornement de la largeur d'une Étole, que les Prêtres et les Diacres portent au bras, et qu'on appelle ordinairement un Manipule. Le Fanon doit étre de même étoffe que l'Étole. Fanon s'est conservé en style de Blason. On appelle aussi Fanons, les deux pendans de la mitre des Évêques, et ceux d'une bannière. 1885 Voir Manipule. 1887 Synonyme de Manipule. 1899 Large bracelet, avec pendants, couvert d'ornements, ou d'armoiries brodées, qui se portait au poignet droit dans certaines cérémonies. Ce meuble admis comme ornement religieux est dit manipule. Voir ce mot. 1901 Manche pendante du poignet droit, semblable au manipule des prêtres. 1905 Figure héraldique, à l'image du petit manipule ou fanon liturgique des prêtres et des diacres officiants. Le fanon héraldique diffère du fanon liturgique en ce que celui-ci pend au bras gauche de l'officiant, tandis que le premier est représenté comme pendant au bras droit.

Faon

Petit de la biche et du cerf.

1901 Petit de la biche.

Fasce

La fasce est une des pièces honorables de l'écu au milieu duquel elle est posée horizontalement, en séparant le chef d'avec la pointe ; sa largeur est de deux parties des huit de la hauteur de l'écu. Il peut y avoir quatre fasces sur un écu ; au-delà de ce nombre cette pièce prend le nom de burèle. Les fasces multiples se placent à égale distance les unes des autres, laissant sur le champ, entre elles, autant d'espaces libres que ceux qu'elles occupent. Le nombre des burèles n'est pas limité, mais la fasce réduite, dite Divise n'est employée que seule en armoiries. Il y a des fasces abaissées, accompagnées, chargées, alésées, bandées, bastillées, bordées, cannelées, ondées, etc..

1694 Sub. f. Terme de Blason. On appelle ainsi la piece qui traverse le milieu de l'escu d'un costé à l'autre, & qui est faite comme une espece de reigle. Il porte d'azur à la fasce d'or, d'argent, à la fasce de gueules. 1772 Piece honorable, qui occupe le tiers de l'écu horisontalement par le milieu, et qui sépare le chef de la pointe. 1780 Est une pièce honorable qui occupe le tiers de l'écu horizontalement et qui sépare le chef de la pointe. Cette pièce se met en nombre. 1798 On appelle ainsi une des pièces honorables de l'écu, qui en occupe le milieu d'un côté à l'autre, qui est fait comme une espèce de règle, et qui a de largeur le tiers de celle de l'écu. Porter d'azur à la fasce d'or, à la fasce d'argent. 1843 Pièce qui traverse horizontalement l'écu par le milieu et qui a près d'un tiers de sa largeur. 1864 Est une pièce honorable qui occupe horizontalement le tiers moyen de l'écu. 1872 Pièce dite honorable formée par deux traits horizontaux et dont la largeur occupe le tiers de l'écu. 1885 Sa dimension est du tiers de l'écu, et elle en occupe le milieu dans le sens horizontal. 1887 Pièce héraldique, consistant en l'espace compris entre deux lignes horizontales. 1899 La fasce est une des pièces honorables de l'écu au milieu duquel elle est posée horizontalement, en séparant le chef d'avec la pointe ; sa largeur est de deux parties des huit de la hauteur de l'écu. Il peut y avoir quatre fasces sur un écu ; au delà de ce nombre cette pièce prend le nom de burèle. Les fasces multiples se placent à égale distance les unes des autres, laissant sur le champ, entre elles, autant d'espaces libres que ceux qu'elle occupe. Le nombre des burèles n'est pas limité, mais la fasce réduite, dite Divise n'est employée que seule en armoiries. 1901 La fasce a deux parties de hauteur, des sept de la largeur de l'écu, quand elle est seule. La fasce peut être bastillée, denchée, engrêlée, ondée, nébulée, vivrée, etc. 1905 Pièce héraldique honorable, qui est une bande horizontale dont la longueur ne doit jamais excéder le tiers de l'écu et qui en occupe le milieu. La réunion du pal et de la fasce forme la croix. La fasce occupant le haut de l'écu devient le chef.

Fascé

L'écu partagé en fasces égales et espacées également en nombre pair de pièces couleur, métal, sera un écu fascé dont on indiquera le nombre de pièces. Si le nombre de pièces est impair on dira le nombre de fasces sur le champ, ce n'est plus un écu fascé. Sauf pour une composition de plusieurs fasces de trois couleurs différentes au moins, même en nombre impair. Le fascé ordinaire est de six pièces, ce qu'il n'est pas nécessaire de blasonner. S'il y en a plus ou moins il faut l'énoncer. Le fascé ne peut avoir plus de huit pièces (ou dix selon les auteurs), au-dessus de ce nombre c'est un burelé.

1772 Se dit d'un écu couvert de fasces et de pieces, divisées par longues lisses. Fascé d'argent et d'azur. On dit, fascé, contrefascé, lorsque l'écu fascé est parti par un trait qui change l'émail des fasces, en sorte que le métal soit opposé à la couleur, et la couleur au métal. On dit aussi, fascé, denché, lorsque toutes les fasces sont dentées, de telle façon que l'écu en soit aussi plein que vuide. 1780 Se dit de l'écu couvert de fasces et des pièces divisées par longues listes. 1798 Se dit d'un écu chargé de fasces égales en largeur et en nombre. Fascé d'or et de gueules. 1843 Divisé en un nombre pair de fasces dont les émaux sont alternés ; si l'on n'exprime pas le nombre des fasces, c'est qu'il y en a six. 1864 Se dit de l'écu couvert de fasces. On peut en mettre jusqu'à six. 1885 Se dit de l'écu couvert de fasces. 1887 Couvert de fasces en nombre pair. Le fascé ordinaire est de six pièces, ce qui n'est pas nécessaire d'énoncer. S'il y en a plus ou moins, il faut l'indiquer. Le fascé ne peut avoir plus de huit pièces, au-dessus de ce nombre on l'appelle burelé. On trouve des fascés dont chaque fasce est d'un autre émail. 1899 On donne ce nom à un écu, lorsque le nombre des fasces qui le couvrent est égal en pièces de métal et de couleur ; pour blasonner un écu fascé, on commence par énoncer l'émail de la fasce qui se trouve en chef, puis celui de la seconde et l'on indique ensuite le nombre de pièces qui meublent l'écu. 1901 Se dit d'un écu, d'un chevron, etc., chargé de fasces en nombre pair. 1905 Se dit de l'écu divisé en quatre, six ou huit parties égales d'émaux alternés.

Fasce (En)

Se dit : 1° d'objets placés côte à côte dans la direction propre à la fasce ; 2° d'une pièce longue posée horizontalement.

1887 Se dit : 1° d'objets placés côte à côte dans la direction propre à la fasce ; 2° d'une pièce longue posée horizontalement.

Fasce en devise

Doit estre de pareille largeur, comme la bande en devise cy dessus mentionnee, & passe au travers de l'escu comme la face ou gemelle.

1679 Doit estre de pareille largeur, comme la bande en devise cy dessus mentionnee, & passe au travers de l'escu comme la face ou gemelle.

Fasce en divise

Voir Divise.

1887 Voir Divise.

Fasce nouée

Lorsque dans sa partie du milieu une fasce, en rompant la continuité de sa ligne droite, affecte une forme arrondie, ou cerclée, vers le chef et vers la pointe, et reprend ensuite sa ligne régulière, on dit que cette pièce est une fasce-nouée.

1887 Fasce qui s'élargit que le milieu. On trouve des fasces doublement nouées. 1899 Lorsque dans sa partie du milieu une fasce, en rompant la continuité de sa ligne droite, affecte une forme arrondie, ou cerclée, vers le chef et vers la pointe, et reprend ensuite sa ligne régulière, on dit que cette pièce est une fasce-nouée.

Fasce vivrée

Représente un ouvrage de fortifications à angle sortants et rentrants.

1901 Représente un ouvrage de fortifications à angle sortants et rentrants.

Fascé-contrefascé

Lorsque le fascé est parti c'est-à-dire que l'écu est divisé en deux parties par un trait vertical et que les émaux sont opposés entre eux d'une portion à l'autre, on dit l'écu fascé-contre-fascé. Voir Palé-contre-palé.

1899 Lorsque le fascé est parti c'est-à-dire que l'écu est divisé en deux parties par un trait vertical et que les émaux sont opposés entre eux d'une portion à l'autre, on dit l'écu fascé-contrefascé ; en blasonnant, on nomme d'abord l'émail de la pièce du chef placée à dextre ; l'émail de la première pièce à sénestre est de même couleur que celui de la deuxième à dextre. 1901 Attribut de l'écu parti et fascé d'émaux opposés dans chaque division de l'écu.

Fasce-pal

On appelle ainsi la fasce quand de son milieu, une moitié de pal du même émail qu'elle monte vers le chef, ou descend vers la pointe de l'écu et en touche le bord.

1899 On appelle ainsi la fasce quand de son milieu, une moitié de pal du même émail qu'elle monte vers le chef, ou descend vers la pointe de l'écu et en touche le bord. 1901 Désigne une fasce soutenant un demi-pal avec lequel elle forme une seule pièce. 1905 On entend par fasce-pal la fasce réunie à une moitié de pal posée soit en chef, soit en pointe, et composée du même émail ou du même métal que celle-ci. La fasce-pal est une croix moins la partie supérieure ou inférieure. Il faut donc, pour qu'on sache quelle partie manque, dire fasce-pal en chef ou fasce-pal en pointe.

Fascine

Petit fagot fait de menus branchages, réunis par des harts en bois ou fil. Torche.

1905 Petit fagot fait de menus branchages, réunis par des harts en bois ou fil. Torche.

Fau

Voir Hêtre.

Faucheur

Sauterelle. Personne qui fauche les récoltes.

1905 Sauterelle. Personne qui fauche les récoltes.

Fauchon

Faux à lame courte, ou Badelaire (genre de yatagan).

1905 Coutelas de guerre, dont la lame très forte allait en s'élargissant vers l'extrémité, taillée obliquement. Les fauchons avaient leur lame toujours droite, ce en quoi ils diffèrent complètement des badelaires et cimeterres.

Faucille

Petit instrument aratoire, figuré dans sa forme ordinaire, quelquefois on la rencontre ayant le rangier denché au lieu d'être coupant.

1899 Petit instrument aratoire, figuré dans sa forme ordinaire, quelquefois on la rencontre ayant le rangier denché au lieu d'être coupant. 1901 Représentée posée verticalement, la pointe de la lame tournée à dextre.

Faucon

Oiseau de proie qui, comme l'épervier, le gerfaut et autres oiseaux de leurre, ou de poing, est dit : longé, grilleté, chaperonné, ou perché, suivant les pièces avec lesquelles il est figuré et qui le plus souvent sont d'un émail particulier.

1679 (Faulcon) Oiseau que l'on trouve en armes. 1887 Communément il porte un chaperon qui lui couvre les yeux, des longes et des grillets aux pattes. 1899 Oiseau de proie qui, comme l'épervier, le gerfaut et autres oiseaux de leurre, ou de poing, est dit : longé, grilleté, chaperonné, ou perché, suivant les pièces avec lesquelles il est figuré et qui le plus souvent sont d'un émail particulier. 1901 Oiseau de vénerie royale, représenté au repos les ailes non éployées. 1905 La figure du faucon est souvent reproduite sur les écus ; quand elle est sans ornements ou accessoires, le faucon est dit au naturel. Autrement le faucon est représenté chaperonné quand il est coiffé du chaperon ; longé, s'il porte aux pattes ses vervelles ou liens ; perché, quand il est posé sur une branche ou un perchoir ; grilleté, quand il porte ses sonnettes soit aux pattes, soit au cou.

Fauconnier

Chasseur au faucon.

Fauconnière

Gibecière que portaient les fauconniers. Sac plié en deux et pendu à l'arçon de la selle, pour porter de menues hardes.

1905 Gibecière que portaient les fauconniers. Sac plié en deux et pendu à l'arçon de la selle, pour porter de menues hardes.

Faucre

Support fixé sur le côté droit d'une armure, qui servait à soutenir la lance du cavalier.

Faulcon

Voir Faucon.

1679 Voir Faucon.

Faulx

Instrument destiné à couper les foins. Il est représenté en position verticale la pointe en l'air.

1901 Instrument destiné à couper les foins. Il est représenté en position verticale la pointe en l'air.

Fauquet

Écureuil.

Fausses armes

Quand les armoiries dérogent à la règle qui interdit métal sur métal, ou couleur sur couleur, on les dit fausses, on doit, dans ce cas, s'enquérir de cette irrégularité comme cela a été expliqué au mot Enquerre.

1864 Se dit des armoiries qui ont couleur sur couleur ou métal sur métal. 1899 Quand les armoiries dérogent à la règle qui interdit métal sur métal, ou couleur sur couleur, on les dit fausses, on doit, dans ce cas, s'enquérir de cette irrégularité comme cela a été expliqué au mot Enquerre.

Fauteuil

Grande chaise à dos et à bras. Son aspect diffère selon l'époque où est décrit le blason.

Fauvette

Oiseau passereau au plumage fauve.

Faux

Lorsque l'on ne voit que le fer d'une faux représenté en armoiries, on le nomme rangier, mais lorsque ce fer est muni d'un manche, ce meuble s'appelle faux ; on doit indiquer si le manche est d'une émail spécial.

1780 Se dit des armoiries qui ont couleur sur couleur, ou métal sur métal. 1899 Lorsque l'on voit que le fer d'une faux représenté en armoiries, on le nomme rangier, mais lorsque ce fer est muni d'un manche, ce meuble s'appelle faux ; on doit indiquer si le manche est d'un émail spécial.

Faux écu

Voir Écu.

1887 Voir Écu.

Favard

Voir Hêtre.

Faverolle

Fève à petit grain, appelée aussi féverole.

Favier

Tige de fèves.

Fayard

Voir Hêtre.

Fayna

Fouine en patois du Sud-Est.

Félin

Qui tient du chat, qui en a la souplesse. Léopard, le plus souvent, mais aussi le Tigre, la Panthère, le Chat.

Femme

La représentation des figures humaines est admise en blason, mais le corps entier de la femme se rencontre plus rarement que celui de l'homme dans les écus ; la femme est généralement présentée en buste ; le corps entier de la femme semble réservé pour les tenants, comme ornement extérieur, où elle paraît vêtue à l'antique. En Allemagne ou Pologne elle peut paraître en pied et de profil.

1899 La représentation des figures humaines est admise en blason, mais le corps entier de la femme se rencontre plus rarement que celui de l'homme dans les écus ; la femme est généralement présentée en buste ; le corps entier de la femme semble réservé pour les tenants, comme ornement extérieur, où elle paraît vêtue à l'antique. 1901 Dans la plupart des écus, la femme est représentée en buste et de face. Mais en Allemagne et en Pologne, elle paraît debout et de face et quelquefois de profil. Voir Buste.

Fenderet de boucher

Outil de boucher.

Fendu en Pal

Il se dit d'une croix, et fait entendre qu'elle est fendue de haut en-bas, et que les parties sont placées à quelque distance l'une de l'autre.

1772 Il se dit d'une croix, et fait entendre qu'elle est fendue de haut en-bas, et que les parties sont placées à quelque distance l'une de l'autre.

Fenestrage

Toutes les fenêtres d'une maison. Il signifie aussi, L'ordre, la disposition pour les jours, pour les fenêtres d'une maison.

Fenestré

On rencontre ce terme pour indiquer l'émail des fenêtres.

Fenêtre à meneaux

Fenêtre des maisons de la Renaissance.

Fenoil

Voir Fenouil.

1679 Voir Fenouil.

Fenouil

Plante aromatique à feuilles divisées en fines lanières.

1679 (Fenoil) Plante que l'on trouve en armes.

Fer

Plusieurs sortes de fer figurent sur les écus, tels que les fers de lance, de javelot, de pique, de flèche, qui sont toujours posés la pointe dirigée vers le chef.

1885 Se dit des fers de lance ou des fers de chevaux. 1899 Les fers de lance, de dard, de flèche, de bocquet, etc ..., sont admis en armoiries, on les place la pointe en haut, si leur position est autre, il faut l'indiquer. Les fers de cheval se placent comme devant être cloués aux pieds de devant ; on ne les dit cloués que lorsque la place des clous est d'un émail spécial. 1905 Plusieurs sortes de fer figurent sur les écus, tels que les fers de lance, de javelot, de pique, de flèche, qui sont toujours posés la pointe dirigée vers le chef.

Fer (émail)

Métal rarement utilisé dans les armes françaises. Il est représenté en gravure par des diagonales dans les deux sens.

Fer à cheval

Fer qu'on met aux pieds des chevaux pour leur conserver et garantir la corne. Il paraît dans l'écu selon certains la pince en bas, selon d'autres en haut. Chaque fer a ordinairement six trous, on le dit cloué lorsque les trous ou clous sont d'un autre émail que le champ de l'écu ou que le fer lui-même. On rencontre aussi des fers de mulet.

1901 On le représente droit, les pinces tournées vers le bas de l'écu. Il a six trous que l'on spécifie par l'expression de cloué quand ils sont d'un autre émail que celui du champ. 1905 On y rencontre aussi des fers à cheval. Ceux-ci sont ordinairement représentés la pointe en haut, et lorsque les clous sont d'un émail différent, on les dit cloués.

Fer à repasser

Instrument pour repasser le linge.

Fer de flèche

Lame d'acier constituant la partie tranchante d'un outil. Dard, Phéon. Il paraît ordinairement en pal, la pointe vers le chef, si non il faut indiquer sa position en fasce, en bande, en barre ou pointe en bas dit aussi fer de flèche bas ou tombant.

Fer de fusil

Briquet.

Fer de lance

La forme commune et usitée est celle d'un fer aigu, mais dans quelques armoiries allemandes on en rencontre qui ont l'aspect de couronnes antiques à trois rayons. C'étaient les fers dont les lances de tournoi étaient munies dans les joutes quand il s'agissait d'abattre le cimier de l'adversaire. Leur forme les fit appeler petites couronnes.

1887 La forme commune et usitée est celle d'un fer aigu, mais dans quelques armoiries allemandes on en rencontre qui ont l'aspect de couronnes antiques à trois rayons. C'étaient les fers dont les lances de tournoi étaient munies dans les joutes quand il s'agissait d'abattre le cimier de l'adversaire. Leur forme les fit appeler petites couronnes. 1901 Est la partie supérieure ou aiguë de la lance, sans la hampe.

Fer de loup

Fer doublement cramponné.

Fer de moulin

Ce meuble est le fer qui est placé au milieu de la meule, formé de deux branches courbes réunies au milieu à une pièce carrée, ajourée pour recevoir le pivot ; cette pièce ressemble beaucoup, et est souvent confondue avec l'anille dont elle diffère par ses extrémités qui sont terminées en carré. Croix en fers de moulin.

1679 Ancien en armes. 1780 V. Anille. 1872 V. Anille. 1885 Voir Anille. 1887 Anille d'une forme spéciale que l'on ne trouve que dans les armoiries des Pays-Bas. Dans les descriptions anciennes ils sont appelés fers de moulin en sautoir, alésés, pattés, ancrés et ouverts en losange. Voir Anille. 1899 Ce meuble est le fer qui est placé au milieu de la meule, formé de deux branches courbes réunies au milieu à une pièce carrée, ajourée pour recevoir le pivot ; cette pièce ressemble beaucoup, et est souvent confondue avec l'anille dont elle diffère par ses extrémités qui sont terminées carrément. 1901 Est synonyme d'anille. Voir ce terme. 1905 Le fer de moulin ou fer à moulin, ou croix de moulin, est une pièce héraldique en forme d'H à deux barres et à montants curvilignes, à convexité dirigée en dedans.

Fer de pertuisane

Sorte d'arme d'hast, espèce de hallebarde.

Fer de pique

Pointe de fer qui est au bout d'une pique, d'une lance. Fer dont est garnie la partie inférieure d'une hallebarde, d'une pique.

Fer de prisonnier

Barre de fer avec deux demi-anneaux pour contraindre les mains du prisonnier.

1887 Barre de fer avec deux demi-anneaux pour contraindre les mains du prisonnier.

Fer de relieur

Instrument pour marquer des dessins sur le cuire d'une reliure.

Ferlé

Relevé pli par pli sur la vergue (voile de navire).

1899 Se dit de toute pièce pliée ou troussée. 1905 Relevé pli par pli sur la vergue (voile de navire).

Dernière pagePage suivante