Glossaire, dictionnaire héraldique: évolution de 1679 à 1905

A quel livre, traité ou dictionnaire, correspond chaque date ?
Glossaire français - anglais : 500 mots avec dessin des écus
A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z
Dernière pagePage suivante

Paille

Tiges de blé, d'avoine, de seigle, etc.

1905 Tiges de blé, d'avoine, de seigle, etc.

Paillé

Se dit du champ d'un écu, d'une pièce honorable, d'un meuble, paraissant chargé de broderies ou de damasquinures ; ce genre d'ornementation est assez fréquent dans les armes des Pays-Bas.

1780 Est le même que diapré. 1798 Synonyme de diapré. Il se dit des fasces, paux, et autres pièces bigarrées de diverses couleurs. 1885 Est le même que diapré. 1899 Se dit du champ d'un écu, d'une pièce honorable, d'un meuble, paraissant chargé de broderies ou de damasquinures ; ce genre d'ornementation est assez fréquent dans les armes des Pays-Bas. 1901 Reproduction d'une étoffe arabe dite sarrazinoise qui a été rapportée des croisades. Cette étoffe tissée d'or était ordinairement fond vert ou de sinople (quand elle est d'autre couleur, on doit l'indiquer). Elle portait des ronds juxtaposés soit simples, soit doubles et reliés par une sorte de grecque. Au centre des animaux seuls, lions, panthères, aigles, etc., sont affrontés. Voir Diapré. 1905 Se dit des fasces et autres pièces bigarrées de différentes couleurs. Synonyme de Diapré.

Paille-en-queue

Oiseau palmipède dont la queue présente deux longues plumes rectrices médianes.

Pailleté

Semé de paillettes.

1905 Semé de paillettes.

Paillette

Très petite feuille de métal, ordinairement circulaire et percé d'un trou au milieu, que l'on coud sur une étoffe pour la faire scintiller.

1905 Très petite feuille de métal, ordinairement circulaire et percé d'un trou au milieu, que l'on coud sur une étoffe pour la faire scintiller.

Paillis

Dais en paille.

Paillon

Enveloppe de paille ou de jonc de forme conique, dont on se sert pour emballer des bouteilles. Paillon de boulanger : Paneton.

1905 Enveloppe de paille ou de jonc de forme conique, dont on se sert pour emballer des bouteilles. Paillon de boulanger : Paneton.

Pairle

Pièce héraldique en forme d'Y, dont les branches atteignent les angles de l'écu.

1772 Figure composée de trois latis mouvans des deux angles du chef et de la pointe, et qui se joignent au fort de l'écu, en forme d'y grec, ou espece de pal qui, mouvant du pié de l'écu, se divise en arrivant au milieu en deux parties égales, qui vont aboutir aux deux angles du chef. On dérive le mot pairle, les uns de palirum, parce qu'il en a la figure, n'étant représenté qu'à moitié; d'autres ou de pergula, perche fourchue dont on se servoit autrefois pour suspendre les lampes et étendre les habits sacrés dans les sacristies; ou de pairles, parce qu'il est fait de trois branches de longueur égale. 1780 Est un pal, qui mouvant de la pointe, se partage en deux vers le milieu en deux branches égales qui vont aboutir aux deux angles du chef. 1798 Qui se dit d'un pal mouvant de la pointe de l'écu, et divisé en deux parties égales, qui vont aboutir en forme d'Y aux deux angles du chef. 1843 Pièce honorable qui ressemble à un Y à larges branches. 1864 Est une fourche qui mouvant du pied de l'écu, se divise, vers le milieu en deux autres parties égales qui vont aboutir aux angles du chef. 1872 Pièce dite honorable ayant la forme d'un Y, dont les branches supérieures aboutissent aux deux angles du chef ; et dont la branche inférieure s'appuie sur le milieu de la base de l'écu. 1885 Il se compose de trois rayons partant du centre de l'écu et s'étendant vers les deux angles du chef et le milieu de la pointe, ce qui lui donne la forme d'un Y grec. 1887 C'est un pal qui, mouvant de la pointe de l'écu, se partage vers le milieu en deux branches égales qui vont aboutir dans les deux angles du chef. Quelquefois le pairle est renversé. 1899 Le pairle est une sorte de pal, mouvant de la pointe de l'écu, se divisant en deux branches égales, de même largeur que le pal, à partir du centre, pour aller aboutir l'une à l'angle dextre, l'autre à l'angle sénestre du chef. Lorsque plusieurs meubles sont rangés dans le sens du pairle (en fourche) on doit dire ces pièces posées en pairle. 1901 Meuble héraldique qui affecte la forme d'un pal fourchu, mouvant de la pointe de l'écu et se partageant au centre en deux branches égales s'étendant aux deux angles du même écu. Il a donc la forme d'un Y ou du Pallium des prélats romains. Le pairle est fréquent dans les blasons écossais. 1905 Pièce héraldique en forme d'Y, dont les branches atteignent les angles de l'écu.

Pairle (En)

Se dit de pièces longues posées dans la direction qui est propre au pairle. Ces pièces peuvent également être mises en pairle renversé.

1887 Se dit de pièces longues posées dans la direction qui est propre au pairle. Ces pièces peuvent également être mises en pairle renversé. 1901 Se dit de trois meubles ou pièces rangés dans le sens du pairle.

Paissant

Se dit du cheval, de la vache, du mouton, de l'agneau, etc..., lorsque ces animaux sont représentés ayant la tête inclinée et semblant paître. Attitude particulière et ordinaire de la brebis.

1772 Se dit des vaches et des brebis qui ont la tête baissée pour paître. 1780 Se dit des vaches et brebis qui ont la tête baissée pour paître. 1864 Se dit des animaux qui ont la tête baissée pour paître. 1885 Indique que les animaux, tels que les vaches et les brebis ont la tête baissée pour paître. 1887 Se dit des animaux qui tiennent la tête baissée comme pour prendre leur nourriture. La brebis est toujours paissante. Voir Brebis. 1899 Se dit du cheval, de la vache, du mouton, de l'agneau, etc ..., lorsque ces animaux sont représentés ayant la tête inclinée et semblant paître. 1901 Attribut d'un cheval, d'une vache, d'un mouton, d'une brebis ou de quelque autre animal, posé sur une terrasse qu'il semble brouter. 1905 Attribut de certains animaux, et principalement de la vache et du mouton, quand ils ont la tête inclinée vers la terre et semblant paître.

Pal

Pièce honorable, placée perpendiculairement au milieu de l'écu, allant du chef à la pointe ; quand il paraît seul, le pal occupe environ le tiers du champ. On peut mettre jusqu'à trois pals dans un écu, mais passé de nombre, ces pièces prennent le nom de vergette. Les pals multipliés sur un écu se placent à une égale distance les uns des autres, laissant entre eux, sur le champ, autant d'espaces libres et de même largeur que celles qu'ils occupent. Lorsque plus de deux meubles sont placés l'un sur l'autre, on les dit posés en pal ; mais lorsque ce sont des animaux qui sont représentés de cette manière, on doit, en blasonnant, les dire l'un sur l'autre.

1694 Sub. m. Gros pieu. Vieux mot. Il n'est plus en usage que dans le Blason. Il porte d'or au pal de gueule, à trois pals aiguisez. 1772 Piece honorable de l'écu; c'est la représentation du pal ou pieu posé debout qui comprend toute la hauteur de l'écu, depuis le dessus du chef jusqu'à la pointe. Quand il est seul il doit contenir le tiers de la largeur de l'écu; quand il est nombre impair, on le rétrécit de façon, que si l'on en met deux, ils comprennent deux cinquièmes de l'écu; si l'on en met trois, ils comprennent les trois septiemes; et alors on spécifie le nombre des pieces, aussi-bien que celles dont ils sont accotés et chargés. Il y a aussi des pals comettés et flamboyans qui sont pointus et en ondes. Les comettés sont mouvans du chef, les flamboyans de la pointe. Les pals dans les armoiries sont des marques de jurisdiction. On appelle un écu palé, quand il est chargé également de pals, de métal et de couleur. Contrepalé se dit lorsque l'écu est coupé, et que les demi pals du chef, quoique d'émaux semblables à ceux de la pointe, sont néanmoins différens en leur rencontre; en sorte que si le premier du chef est de métal, celui qui lui répond au-dessous, doit être de couleur. On l'appelle palissé, quand il y a des pals aiguisés, dont on fait les palissades pour la défense des places. Ducange croit que ce mot vient de pallea, qui signifioit un tapis, ou une piece d'étoffe de soie; et que les anciens appelloient pales les tapisseries qui couvroient les murailles, et disoient paler, pour dire, tapisser. 1780 Est une pièce honorable qui occupe le tiers de l'écu perpendiculairement. On le met en nombre, comme la fasce, la bande, etc. 1798 Son pluriel est Paux ou pals. Il porte d'or au pal de gueules, à deux pals de sinople. 1843 Pièce honorable qui traverse l'écu de haut en bas par le milieu et qui a un tiers de sa largeur. 1864 Est une pièce honorable qui occupe perpendiculairement le tiers moyen de l'écu. 1872 Pièce dite honorable formée de deux lignes verticales comprenant entre elles le tiers de l'écu. 1885 On le place dans le sens vertical. 1887 Pièce héraldique consistant en l'espace compris entre deux lignes perpendiculaires. 1899 Pièce honorable, placée perpendiculairement au milieu de l'écu, allant du chef à la pointe ; quand il paraît seul, le pal occupe environ le tiers du champ. On peut mettre jusqu'à trois pals dans un écu, mais passé de nombre, ces pièces prennent le nom de vergette. Les pals multipliés sur un écu se placent à une égale distance les uns des autres, laissant entre eux, sur le champ, autant d'espaces libres et de même largeur que celles qu'ils occupent. Lorsque plus de deux meubles sont placés l'un sur l'autre, on les dit posés en pal ; mais lorsque ce sont des animaux qui sont représentés de cette manière, on doit, en blasonnant, les dire l'un sur l'autre. 1901 Le pal est une bande d'étoffe traversant verticalement l'écu, dont elle occupe en largeur deux parties sur les sept qui le composent. Le pal, pau ou pieu, représenté alésé et aiguisé dans l'écu n'est autre chose que le palus des Latins, c'est-à-dire un pieu d'où est dérivé le mot français palissade. La couronne vallaire est un cercle d'or surmonté d'un rang de pieux. 1904 Pièce verticale; en pal veut dire verticalement placée. 1905 Pièce héraldique placée au milieu de l'écu, dont elle occupe le tiers en largeur. Le pal est formé de deux lignes verticales qui partagent l'écu en trois parties égales. C'est une pièce honorable qui représente un pieu. En règle, le pal ne doit occuper que le tiers de la largeur de l'écu ; mais quand il y en a plusieurs, cette proportion est nécessairement réduite, toujours d'ailleurs d'après des règles fixes. Au delà de cinq rebattements, le pal prend le nom de vergette. Il peut être cometé, flamboyant, retrait, etc. Sa réunion avec le chef constitue le chef-pal.

Pal (En)

Se dit : 1° d'objets rangés dans la direction d'un pal ; 2° de pièces longues, posées verticalement.

1887 Se dit : 1° d'objets rangés dans la direction d'un pal ; 2° de pièces longues, posées verticalement.

Pal-chevron

C'est un pal qui finit en chevron.

Pal-chevronné

Pal généralement chargé de trois chevrons.

Pale

Oiseau.

Palé

On donne ce nom à un écu lorsque le nombre des pals qui le remplissent est égal en pièces de métal et de couleur ; pour blasonner un écu palé, on commence par énoncer l'émail du pal qui occupe la première place à dextre, et l'on indique ensuite le nombre de ces pièces meublant l'écu.

1772 On dit qu'un écu est palé, quand il est chargé également de pals, de métal et de couleur; et qu'il est contre-palé lorsqu'il est coupé, et que les deux demi-pals du chef, quoique de couleurs semblables à ceux de la pointe, sont néanmoins différens à l'endroit où ils se rencontrent; en sorte que, si le premier du chef est de métal, celui qui y répond au-dessous est de couleur. On dit que l'écu est palissé, quand les pals sont aiguisés, et semblables à ceux dont on fait usage dans la défense des places. 1780 Se dit de l'écu et des figures chargées de pals. 1843 Divisé en un nombre pair de pals ou de paux, ordinairement de six. 1864 Se dit de l'écu et des figures chargées de peaux. 1885 Qui est couvert de pals. 1887 Se dit d'un écu ou d'une pièce couverte de pals en nombre pair, entre lesquels il ne reste aucun espace. 1899 On donne ce nom à un écu lorsque le nombre des pals qui le remplissent est égal en pièces de métal et de couleur ; pour blasonner un écu palé, on commence par énoncer l'émail du pal qui occupe la première place à dextre, et l'on indique ensuite le nombre de ces pièces meublant l'écu. 1901 Attribut d'un écu couvert de pals en nombre pair. 1905 Attribut de l'écu et des pièces honorables qui sont chargés de pals alternativement de métal et d'émail en nombre pair. Le palé comporte d'ordinaire six partitions. Dans le cas ou le nombre est inférieur ou supérieur à ce chiffre, il faut le blasonner.

Palé-contre-palé

Quand les pals d'un palé sont divisés par un trait (coupé, tranché, taillé), on a le contre-palé.

1899 Lorsque le palé est coupé, l'écu est divisé en deux par un trait horizontal, les émaux sont alors opposés entre eux d'une partition à l'autre, et l'émail de la première pièce à dextre en chef est de même couleur que la seconde également à dextre en pointe. 1905 Quand les pals d'un palé sont divisés par un trait (coupé, tranché, taillé), on a le contre-palé.

Palet

Utilisé pour pal.

Palette

Voir Palette de peintre.

1901 Planchette de forme elliptique, ordinairement en bois de noyer, dont se servent les artistes peintres pour étaler et mélanger leurs couleurs.

Palette de chirurgien

Petite écuelle dans laquelle on reçoit le sang de ceux à qui on ouvre la veine.

Palette de peintre

On appelle aussi Palette, un petit ais (planche) fort mince, sur lequel les peintres mettent les couleurs et les mêlent.

Pal-fascé

Se dit d'un pal uni à une demi-fasce de même nature que lui à dextre ou à senestre, il faut donc le spécifier, pal fascé à dextre ou à senestre. Voir Fasce-pal.

Palis

Composé de deux pals et deux fasces alésés ou de deux burelles et deux vergettes également alésées et ordinairement entrelacés.

Palissade

Fasce formée de pals aiguisés par le haut et placés les uns contre les autres ; ce meuble peut occuper un peu plus du tiers de la hauteur de l'écu.

1899 Fasce formée de pals aiguisés par le haut et placés les uns contre les autres ; ce meuble peut occuper un peu plus du tiers de la hauteur de l'écu.

Palisse

Partie de la fourrure appelée vair et qui a la forme d'un clocheton. Lorsque son émail n'est pas indiqué, elle est d'azur.

1901 Partie de la fourrure appelée vair, qui a la forme d'une cloche et l'émail d'azur.

Palissé

Attribut de toute pièce ou partition composée de pieux pointus par le haut et placés l'un près de l'autre en forme de clôture.

1772 Se dit d'un rang de palissades représentées sur une fasce, qui s'élevent d'une hauteur considérable, et qui sont éguisées par le bout d'en-haut, à-travers lesquelles on apperçoit le champ. Il se dit aussi chez nous des pieces à paux au fasce, aiguisées et enclavées les unes dans les autres. 1780 Se dit des pièces à pals ou fasces aiguisées, enclavées les unes dans les autres. 1798 Se dit des pièces à paux aiguisés, enclavés les uns dans les autres. Une enceinte palissée d'or. 1864 Se dit des pièces enclavées les une dans les autres. 1885 Se dit des pièces à pals et fasces aiguisés, enclavés les uns dans les autres. 1887 Se dit de pals aiguisés d'émaux différents, enclavés les uns dans les autres. 1901 Terme indiquant qu'une fasce ou toute autre pièce est formée de pieux pointus par le haut ou de pals aiguisés enclavés les uns dans les autres. 1905 Attribut de toute pièce composée de pieux pointus vers le haut et disposés en palissade.

Palle

Huppe. Carton carré, couvert de toile blanche, et servant à couvrir le calice.

Pallé

Voir Palé.

1780 Voir Palé.

Palleron

Pie de mer.

Pallet

Synonyme de Palet.

1905 Synonyme de Palet.

Pallier

Culture en espalier.

Pallium

Croix qui figure le pallium des archevêques.

1905 Croix qui figure le pallium des archevêques.

Palme

Cette branche du palmier se blasonne comme celles des autres arbres.

1864 Bordure de branches de palmier que les femmes mettent autour de l'écu de leurs armes. 1885 Branche de palmier. 1887 Rameau du palmier. 1899 Cette branche du palmier se blasonne comme celles des autres arbres. 1901 Rameau ou branche du palmier asiatique.

Palmette

Ornement en forme de feuilles de palmier.

Palmier

Cet arbre se représente ayant le fût couvert de sortes d'écailles et les branches retombant en forme de cercles ; à moins d'une indication spéciale, son émail est le sinople.

1679 Arbre que l'on trouve en armes. 1899 Cet arbre se représente ayant le fût couvert de sortes d'écailles et les branches retombant en forme de cercles ; à moins d'une indication spéciale, son émail est le sinople. 1901 Grand arbre dont la tige simple, nue, appelée stipe, est couverte à son sommet par un faisceau de feuilles dites palmes.

Palombe

Gros pigeon à tête et dos gris-bleu (ramier).

Pâmé

Qui est représenté la bouche béante, comme s'il expirait, en parlant des poissons, et en particulier, du dauphin.

1772 Se dit d'un dauphin sans langue, et qui a la bouche ouverte. 1780 Du dauphin sans langue, la hure ouverte. 1798 Se dit d'un poisson qui a la gueule béante. D'azur au dauphin d'or pâmé. 1843 Se dit d'un poisson qui a la gueule béante. 1864 Se dit du dauphin sans langue la hure ouverte. 1872 Du dauphin sans langue, la hure ouverte. 1885 C'est le dauphin à la hure ouverte sans langue. 1887 Se dit du dauphin qui a la hure ouverte. 1899 Se dit du dauphin principalement, mais aussi des autres poissons représentés ayant la gueule béante. 1901 Attribut du dauphin ou de tout autre poisson représenté la bouche ouverte et privée de langue. 1905 Qui est représenté la bouche béante, comme s'il expirait, en parlant des poissons, et en particulier, du dauphin. Se dit de l'aigle figurée les yeux clos avec un bec très crochu et sans langue.

Pampre

Rameau de vigne garni de feuilles ; ce meuble diffère du cep en ce qu'il est représenté sans racines, ni échalas. On se sert du mot pampré, au lieu de feuillé, pour désigner le feuillage de la vigne.

1885 Ceps de vigne. 1899 Rameau de vigne garni de feuilles ; ce meuble diffère du cep en ce qu'il est représenté sans racines, ni échalas. On se sert du mot pampré, au lieu de feuillé, pour désigner le feuillage de la vigne. 1901 Cep de vigne, orné de ses feuilles ; il paraît posé verticalement dans l'écu. 1905 Branche de vigne avec ses feuilles.

Pampré

Attribut d'une grappe de raisin feuillée et tigée d'un émail particulier. Pampré est donc un attribut qu'on emploie spécialement pour les feuilles et le cep de vigne.

1772 Il se dit de la grappe du raisin attachée à sa branche. 1798 Se dit des grappes de raisin attachées à la branche. D'or à trois grappes de raisin de sable pamprées de sinople. 1843 S'applique à la grappe de raisin dont le feuillage est d'un autre émail. 1885 Se dit des feuilles et de la tige d'une grappe de raisin, lorsqu'elles se trouvent d'un émail différent. 1887 Se dit de l'émail des feuilles d'un cep de vigne ou d'une grappe de raisins. 1901 Se dit du feuillage d'une grappe de raisin, lorsqu'il est d'émail particulier. 1905 Attribut d'un cep de vigne ou d'une grappe de raisin, quand les sarments et les feuilles sont d'un émail particulier.

Panache

Meuble d'armoiries représentant un faisceau de plumes liées ensemble et dont le sommet se recourbe comme des feuilles d'acanthe ; lorsqu'un heaume est garni de cet ornement de plumes on le dit panaché. Autrefois on disait pennaché.

1899 Meuble d'armoiries représentant un faisceau de plumes liées ensemble et dont le sommet se recourbe comme des feuilles d'acanthe ; lorsqu'un heaume est garni de cet ornement de plumes on le dit panaché. Autrefois on disait pennaché. 1901 Plume d'autruche posée verticalement dans l'écu, et dont le sommet est légèrement recourbé. On donne aussi ce nom à la réunion de plusieurs plumes d'autruche formant bouquet et servant de cimier à un grand nombre de familles nobles.

Panaché

Orné de panache, de plumes d'autruche posées verticalement et légèrement recourbées par le haut. Chapeau, bonnet, cheval, etc... Est employé dans les cimiers mais peut aussi se trouver comme meuble dans l'écu seul ou en bouquet.

1885 On désigne ainsi un chapeau ou bonnet orné de panaches. 1887 Se dit d'un casque ou chapeau sommé de plumes. 1901 Attribut d'un casque ou d'un chapeau orné de plumes d'autruches.

Panais

Plante potagère. Tubercule.

Panelle

Nom donné à la feuille du peuplier.

1772 C'est le nom qu'on donne aux feuilles de peuplier. 1798 Signifie une feuille de peuplier. 1843 Feuille de peuplier. 1872 Nom héraldique de la feuille du peuplier. 1885 Feuille de peuplier. 1887 Nom héraldique de la feuille de peuplier. 1899 Nom que l'on donne à la feuille du peuplier. 1901 Nom héraldique de la feuille du peuplier blanc. 1905 Nom donné à la feuille du peuplier.

Panier

Est représenté tel que le panier de ménage en osier.

1901 Est représenté tel que le panier de ménage en osier.

Panis

Genre de plante qui ne diffère du millet que par l'arrangement des fleurs et des semences qui forment des épis fort serrés.

Panisse

Voir Panis.

Panne

Sorte d'étoffe de soie, de fil, de laine, de poil de chèvre, ou de coton, fabriquée à peu près comme le velours. Synonyme de fourrure, appliqué à l'hermine et au vair.

1899 Synonyme de fourrure, appliqué à l'hermine et au vair.

Pannelle

Feuille de peuplier.

1798 Voir Panelle.

Panneton

C'est la partie de la clef qui joue dans la serrure. C'est la position du penneton qui fait que les clefs sont dites affrontées ou adossées.

1780 C'est la partie de la clef qui joue dans la serrure. C'est la position du penneton qui fait que les clefs sont dites affrontées ou adossées. 1899 Se dit de la partie basse d'une clef (celle qui fait mouvoir l'intérieur d'une serrure), lorsqu'il est nécessaire d'indiquer que cette partie du meuble est d'un émail spécial.

Pannon généalogique

Écu chargé des diverses alliances des maisons dont un noble est descendu. Il sert à faire ses preuves. Il comprend les armes du pere et de la mere, de l'ayeul et de l'ayeule, du bisayeul et de la bisayeule. Il est composé de huit, de seize, de trente-deux quartiers, sur lesquels on dresse l'arbre généalogique.

1772 Écu chargé des diverses alliances des maisons dont un noble est descendu. Il sert à faire ses preuves. Il comprend les armes du pere et de la mere, de l'ayeul et de l'ayeule, du bisayeul et de la bisayeule. Il est composé de huit, de seize, de trente-deux quartiers, sur lesquels on dresse l'arbre généalogique.

Pannonceau

Ecusson fixé à un poteau, ou à l'extrémité d'une hampe.

1899 Ecusson fixé à un poteau, ou à l'extrémité d'une hampe.

Panthère

Mammifère carnassier au pelage jaune tacheté de noir. (Surtout utilisée en Autriche) Lion rampant, queue et crinière hérissée, pattes antérieures comme celles d'une aigle, tête de cheval, cornes de bouc ou de boeuf.

1887 Les panthères, toujours représentées de couleur naturelle, sont très rares dans les armoiries et servent communément de supports. 1901 La panthère est de la taille et de la tournure d'un dogue de forte race, mais moins haute de jambes.

Panthère héraldique

Ne se trouve guère que dans les armes autrichiennes. Elle a la forme générale d'un lion rampant avec sa queue et sa crinière hérissée et les pattes de devant comme celles de l'aigle. Les plus anciens la représentaient avec une tête de cheval portant des cornes de boeufs et vomissant des flammes. Plus tard on fit encore jaillir des flammes de ses oreilles et de ses narines.

1887 Elle ne se trouve que dans des armoiries autrichiennes et principalement styriennes et a la forme générale d'un lion rampant avec sa queue, la crinière hérissée et les pattes de devant pareilles à celles d'une aigle. D'après les dernières recherches sur les monuments, les anciens artistes représentaient la panthère héraldique avec une tête de cheval portant des cornes de boeuf et vomissant des flammes. Plus tard on fit encore jaillir des flammes de ses oreilles et narines, ce qui est contraire aux modèles antiques.

Paon

Cet oiseau est généralement représenté de front, la tête ornée d'une aigrette, la queue étalée en forme de roue ; ainsi figuré on le dit rouant. Lorsque le paon est posé de profil, sa queue paraît traînante. Lorsque les yeux de la queue sont d'un émail particulier on dit cet oiseau miraillé.

1885 On le dit rouan lorsqu'il est de front, étalant sa queue en forme de roue. Sa tête est ornée de trois plumes en aigrette. 1887 Cet oiseau est vu de profil, mais quand il fait la roue il est posé de front avec la tête de profil et s'appelle paon rouant. Il porte sur sa tête une aigrette de trois brins, sommés chacun d'une petite boule. 1899 Cet oiseau est généralement représenté de front, la tête ornée d'une aigrette, la queue étalée en forme de roue ; ainsi figuré on le dit rouant. Lorsque le paon est posé de profil, sa queue paraît traînante. Lorsque les yeux de la queue sont d'un émail particulier on dit cet oiseau miraillé. 1901 Oiseau originaire de l'Asie centrale. Dans l'écu, il est posé ordinairement de profil, la tête surmontée d'une aigrette de trois plumes et la queue traînante. On dit que le paon est rouant, lorsqu'il est posé de front la queue relevée en éventail. 1905 Le paon héraldique est représenté de face, avec la queue étalée, rouant, c'est-à-dire faisant la roue. Quand les yeux des plumes de la queue sont d'un émail particulier, le paon est dit miraillé. La tête est toujours surmontée d'une aigrette à trois plumes.

Paonne

Femelle du paon.

Paoyet

Colonne.

Papegai

Voir Papegaud.

Papegaï

Voir Perroquet.

Papegaud

Nom héraldique du perroquet. Oiseau souvent de sinople, becqué et onglé de gueules, perroquet.

1899 De même que Papegai se dit pour Perroquet.

Papegaul

(vulgairement nommez Perroquets) & quelques fois leurs testes seulles.

1679 (vulgairement nommez Perroquets) & quelques fois leurs testes seulles.

Papegault

Voir Papegaud.

Papegaux

Voir Papegaud.

Papegay

Voir Papegaud.

Papeloné

Voir Papelonné

1843 Voir Papelonné

Papelonné

Le papelonné est une suite de pièces demi-circulaires, en forme d'écailles de poisson, rangées les unes sur les autres, les pointes cerclées s'alternant, et mises dans le sens des fasces ; ces écailles ont une bordure apparente qui est considérée comme une pièce d'ornement, et doit être d'un émail particulier ; c'est donc l'intérieur de ces écailles qui tient lieu de champ, et peut être chargé de quelque meuble.

1679 Quelques fois seul, ou avec grillets & choses semblables. 1772 Ce mot se dit d'une représentation en forme d'écaille ou de demi-cercle qu'on met sur un écu. Le plein de ces écailles tient lieu de champ, et les bords de pieces et d'ornemens. 1780 Se dit d'un ouvrage à écailles. 1798 Il se dit d'un écu chargé d'une espèce d'écailles. D'hermine, papeloné de gueules. 1843 Couvert de pièces arrondies et superposées comme des tuiles. 1864 Se dit de lignes embréquées comme les tuiles d'un toit, ou des écailles. 1872 Se dit d'une figure héraldique représentant des écailles ou des demi-cercles faits sur l'écu. 1887 Rempli d'écaille, ou de demi-cercles dont les bouts tirent vers le chef et les demi-cercles vers la pointe de l'écu. Le plein de ces écailles tient lieu de champ et est quelquefois semé d'autres figures. 1899 Le papelonné est une suite de pièces demi-circulaires, en forme d'écailles de poisson, rangées les unes sur les autres, les pointes cerclées s'alternant, et mises dans le sens des fasces ; ces écailles ont une bordure apparente qui est considérée comme une pièce d'ornement, et doit être d'un émail particulier ; c'est donc l'intérieur de ces écailles qui tient lieu de champ, et peut être chargé de quelque meuble. 1901 Terme désignant un écu couvert de traits circulaires imitant les écailles d'une cuirasse. C'est aussi le qualificatif de certains meubles de l'écu chargés de ces ornements. Ainsi, on dit une croix, un pal de ... papelonné de ... 1905 Qui est couvert de dentelures en forme d'écailles ou de demi-cercles, en parlant d'un écu ou d'une pièce.

Papillon

Cet insecte se représente toujours de front et le vol étendu ; lorsque les taches des ailes sont d'un autre émail que celui du corps, on dit le papillon miraillé de ..., si ces taches paraissent sur le corps, on le dit marqueté.

1679 Insecte que l'on trouve en armes. 1885 Il paraît de front dans l'écu et le vol étendu. On le dit miraillé lorsque les points marqués sur les ailes sont d'émail différent. 1899 Cet insecte se représente toujours de front et le vol étendu ; lorsque les taches des ailes sont d'un autre émail que celui du corps, on dit le papillon miraillé de ..., si ces taches paraissent sur le corps, on le dit marqueté. 1901 Montre le dos et les ailes étendues. Le papillon est miraillé lorsque ses ailes ont des marques rondes d'émail particulier.

Papillonné

Se dit d'un ouvrage à écailles.

1772 Se dit d'un ouvrage à écailles.

Papyrus

Plante des bords du Nil.

Pâquerette

Plante qui fleurit blanc (petite marguerite).

1901 Ou petite Marguerite. Jolie plante dont la fleur est variée et jaune.

Paraclet

Colombe ou Saint-Esprit.

Paradisier

Voir Oiseau de Paradis.

1901 Voir Oiseau de Paradis.

Paré

Se dit d'un dextrochère, d'un senestrochère, ou d'une foi quand le bras est vêtu d'une manche d'émail spécial, et d'une foi habillée d'un émail particulier.

1843 Se dit d'un dextrochère dont l'habit est d'un autre émail que la main. 1885 Se dit d'un bras qui est d'autre émail que la main. 1887 Se dit d'un bras revêtu d'une étoffe. 1899 Ce nom doit être employé de préférence à vêtu lorsqu'il s'agit d'énoncer que l'étoffe qui couvre un meuble, ou une partie de meuble, est d'un émail particulier. 1901 Se dit d'un dextrochère ou d'une foi dont le bras est revêtu d'une étoffe d'émail différent. 1904 Se dit d'une main dont le poignet est couvert d'une manche. 1905 Se dit d'un dextrochère, d'un senestrochère, ou d'une foi quand le bras est vêtu d'une manche d'émail spécial, et d'une foi habillée d'un émail particulier.

Pareil

Voir Du même ou De même.

Pariade

Une paire. État des perdrix, lorsqu'elles cessent d'être en compagnie, pour s'apparier.

Parlante

On appelle en termes de Blason, Armes parlantes, Les armes dont la pièce principale exprime le nom de la famille à qui elles appartiennent. Les armes de Mailli, qui sont des maillets, sont des armes parlantes.

1798 On appelle Armes parlantes, les armes dont la pièce principale exprime le nom de la famille à qui elles appartiennent. Les armes de Mailli, qui sont des maillets, sont des armes parlantes. 1864 Se dit des armes dont les figures sont en rapport avec le nom. Comme la porte des de La Porte d'Alassac.

Paroir de tanneur

Couteau de tanneur.

Parsemé

Voir Semé.

Partagé

Voir Découplé.

Parti

Qui est divisé de haut en bas en deux parties égales, en parlant de l'écu ou des pièces qui le meublent. On dit aussi parti de deux traits pour dire tiercé en pal.

1679 Qui s'entend d'une ligne ou separation depuis le haut de l'escu, iusques au bas à la pointe, à la forme du pal. S'il est parti en face, il est d'une ligne traversante. Parti en bande, il l'est par une ligne descendente de la pointe droite en haut, par le milieu, au bas, en la partie senestre (qu'on dit la place du dernier quartier). 1694 (Part) - en termes de Blason signifie, divisé de haut en bas en deux parties égales, & se dit de l'Escu. 1780 Se dit de l'écu, des animaux et autres pièces divisées de haut en bas, en deux parties égales. 1843 Divisé de haut en bas par le milieu. 1864 Se dit d'une pièce divisée de haut en bas en deux parties égales. 1885 Division de l'écu ou d'une pièce. Se dit de l'écu, des animaux ou autres pièces divisés de haut en bas en deux parties égales. 1887 Le parti est le produit d'une ligne perpendiculaire qui divise le champ ou un meuble en deux parties égales. 1899 C'est la divise de l'écu en deux partitions égales par une ligne perpendiculaire allant du milieu du chef à la pointe ; le parti à dextre s'énonce le premier. Le parti s'applique également aux pièces et meubles divisés perpendiculairement en deux parties et d'émaux différents. 1901 Division de l'écu ou de tout symbole en deux, par un trait perpendiculaire. 1905 Qui est divisé de haut en bas en deux parties égales, en parlant de l'écu ou des pièces qui le meublent. On dit aussi parti de deux traits pour dire tiercé en pal.

Parti-coupé

Un écu peut être partagé par plusieurs lignes verticales et horizontales, ainsi deux lignes verticales et trois lignes horizontales donnent le parti de 2 et coupé de 3 et établissent douze petits rectangles que l'on blasonne dans l'ordre de lecture normal. Le parti coupé est aussi parfois, mais rarement employé pour signifier un écartelé dans lequel les quatre quartiers sont différents.

Parti-taillé

Composé d'un trait de parti et un trait de taillé, on a de la même façon des parti-tranché, coupé-taillé ou coupé-tranché.

Partition

Se dit des divisions de l'écu formées par des lignes qui le coupent en plusieurs parties. Les quatre principales partitions sont : le parti, formé par une ligne perpendiculaire, allant du milieu du chef à la pointe ; le coupé formé par une ligne horizontale, allant du milieu du flanc dextre à celui senestre ; le tranché formé par une ligne diagonale, allant de l'angle droit du chef à l'angle gauche de la pointe ; enfin le taillé formé par une ligne diagonale, allant de l'angle gauche du chef à l'angle droit de la pointe. Les autres partitions dérivent de ces quatre principales ; chaque division peut être considérée comme un champ, et est susceptible de recevoir les quartiers d'alliance, ou de marques spéciales.

1772 On appelle partitions, des traits qui partagent l'écu en plusieurs parties. Quelques-unes des partitions sont simples; ce sont celles qui divisent l'écu en deux, trois ou quatre parties égales, qui sont le coupé, le parti, le tranché, le taillé, le tiercé et l'écartelé. Les partitions composées sont ainsi appellées, parce que ce sont des divisions composées de plusieurs traits des partitions simples. 1798 Partition de l'écu, signifie, division de l'écu. 1843 Division de l'écu en deux parties égales. 1864 Se dit des divisions régulières de l'écu. 1887 On nomme ainsi les divisions de l'écu au moyen de traits en directions diverses. 1899 Se dit des divisions de l'écu formées par des lignes qui le coupent en plusieurs parties. Les quatre principales partitions sont : le parti, formé par une ligne perpendiculaire, allant du milieu du chef à la pointe ; le coupé formé par une ligne horizontale, allant du milieu du flanc dextre à celui sénestre ; le tranché formé par une ligne diagonale, allant de l'angle droit du chef à l'angle gauche de la pointe ; enfin le taillé formé par une ligne diagonale, allant de l'angle gauche du chef à l'angle droit de la pointe. Les autres partitions dérivent de ces quatre principales ; chaque division peut être considérée comme un champ, et est susceptible de recevoir les quartiers d'alliance, ou de marques spéciales. 1901 On en distingue quatre : le parti, le coupé, le tranché et le taillé.

Parus

Plante en épis.

Pasmé

Voir Pâmé.

Passant

Se dit de tous les animaux qui paraissent marcher. Cette attitude étant celle ordinaire du léopard, il est inutile de l'exprimer en blasonnant, mais lorsque le lion est figuré dans cette allure il doit être dit léopardé.

1780 Des animaux qui semblent marcher. 1843 Qui semble passer ou marcher. 1864 Se dit des animaux qui semblent marcher. 1885 Qui marche ou semble marcher. 1887 Se dit des animaux qui marchent, en levant une patte de devant et une patte de derrière. 1899 Se dit de tous les animaux qui paraissent marcher. Cette attitude étant celle ordinaire du léopard, il est inutile de l'exprimer en blasonnant, mais lorsque le lion est figuré dans cette allure il doit être dit léopardé. 1901 Attribut des animaux qui semblent marcher dans l'écu. 1904 Se dit des personnages ou des animaux qui semblent marcher. 1905 Qui est représenté sur ses pieds et dans l'attitude de la marche. Le léopard est figuré passant et le lion rampant. Les animaux passants, placés les uns au-dessus des autres dans une direction différente, sont dits contre-passants ; quant ils ont la tête dirigées vers le même côté de l'écu, ils sont dits passant l'un sur l'autre.

Passant et repassant

Se rencontre pour désigner des semés d'animaux posés dans différentes directions sans précision, des fourmis par exemple.

Passé

(Passé en...) - Lorsque des pièces longues, ou des meubles, sont placés l'un sur l'autre de manière à former une croix, un sautoir ou autre figure, on les dit passés en ...; lorsque l'ensemble des pièces n'est pas du même émail on doit indiquer celui de celle qui broche sur l'autre.

1780 Des croix dont les extrémités s'élargissent en forme de patte étendue.

Passé en

Lorsque des pièces longues, ou des meubles, sont placés l'un sur l'autre de manière à former une croix, un sautoir ou autre figure, on les dit passés en ...; lorsque l'ensemble des pièces n'est pas du même émail on doit indiquer celui de celle qui broche sur l'autre.

1899 Lorsque des pièces longues, ou des meubles, sont placés l'un sur l'autre de manière à former une croix, un sautoir ou autre figure, on les dit passés en ...; lorsque l'ensemble des pièces n'est pas du même émail on doit indiquer celui de celle qui broche sur l'autre.

Dernière pagePage suivante