Glossaire, dictionnaire héraldique: évolution de 1679 à 1905

A quel livre, traité ou dictionnaire, correspond chaque date ?
Glossaire français - anglais : 500 mots avec dessin des écus
A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z
Page précédentePremière page

Serpent

Reptile sans membres.

1887 On trouve en armoiries des serpents dans les attitudes diverses. La couleuvre est d'ordinaire posée en pal et ondoyante; la bisse est un serpent qui fait plusieurs noeuds ; d'autres serpents sont arrondis ou pliés en rond et se mordent la queue ; quelques-unes se tortillent autour du fût d'une colonne. Pour les serpents ailés voir Amphiptère. 1899 Voir bisse, couleuvre, givre et tortillant. 1901 On voit dans les armoiries des serpents ayant des attitudes diverses, d'après leur espèce. La couleuvre est d'ordinaire posée en pal et ondoyante ; la bisse est un serpent qui fait plusieurs noeuds ; d'autres serpents sont arrondis ou pliés en rond et se mordent la queue ; quelques uns se tortillent autour d'un miroir, d'un arbre, du fût d'une colonne, etc. Lorsque le serpent est représenté tourné en cercle et se mordant la queue, il est l'emblème de l'Éternité.

Serpent ailé

Animal mythique.

Serpenté

Voir Ondoyant.

Serpenteau

Petit serpent.

1905 Petit serpent.

Serpette

Sorte de petite serpe servant à tailler ou à émonder les arbres fruitiers, à couper les raisins en vendanges, etc.

1905 Sorte de petite serpe servant à tailler ou à émonder les arbres fruitiers, à couper les raisins en vendanges, etc.

Serre

Lorsque l'on veut indiquer les ongles des oiseaux de proie, il faut se servir du mot griffe ; s'il est nécessaire d'indiquer, en blasonnant, que les griffes de l'oiseau représenté sont d'un autre émail que celui du corps, on doit dire que l'oiseau est armé de ..., suivant l'émail qui lui est particulier. Serre est peu usité.

1899 Lorsque l'on veut indiquer les ongles des oiseaux de proie, il faut se servir du mot griffe ; s'il est nécessaire d'indiquer, en blasonnant, que les griffes de l'oiseau représenté sont d'un autre émail que celui du corps, on doit dire que l'oiseau est armé de ..., suivant l'émail qui lui est particulier. Serre est peu usité.

Serrure

Serrure.

Serrurier

Ouvrier qui fait des serrures, et plusieurs autres ouvrages de fer.

Seston

Couronne de fleurs.

Sextefeuille

Fleur.

Seytre

Faux (outil agricole à faucher).

Sicamor

Désigne un berceau.

1772 C'est un cerceau ou cercle lié comme celui d'un tonneau. On voit des écus de sable à un sicamor d'or. 1798 Qui signifie un berceau.

Sicomore

Voir Sycomore.

1679 Voir Sycomore.

Sicot

Voir Chicot.

Sifflet

Oiseau paradisier dont la tête est ornée de six pennes fines.

Signe des chevaliers légionnaires

Croix de la légion d'honneur sans ruban sur fond de gueules.

Signe des chevaliers non légionnaires

Annelet d'argent sur champ de gueules.

Simple

Plante à usage médicinal.

1904 Plante médicinale.

Singe

Mammifère primate. Figure sur certains écus.

1679 (Cinge) Ne s'en trouve gueres és armes des anciens. 1901 Peut paraître passant et enchaîné.

Sinople

Émail de couleur verte ; cet émail portait autrefois le nom de prasine, dont l'usage a été abandonné. Représenté dans les gravures par des traits en diagonale descendant de dextre à senestre.

1772 C'est ainsi qu'on appelle le vert ou la couleur prasine dans les armoiries. Cette couleur signifie selon les symbolistes, amour, jeunesse, beauté, réjouissance, et surtout liberté; d'où vient qu'on scelle en cire verte et en lacs de soie verte, les lettres de grâce, d'abolition et de légitimation. L'origine du mot sinople est inconnue; mais il ne faut pas la tirer de la terre de Sinope dans le Pont, car cette terre n'étoit point verte. On représente le sinople en gravure, par des hachures qui prennent de l'angle dextre du chef, à l'angle sénestre de la pointe. 1780 Est la couleur verte dans le blason. Il se marque dans la gravure par des traits tirés diagonalement de droit à gauche. 1798 Qui signifie la couleur verte. Il porte de sinople à l'aigle d'argent. Il porte d'or à trois bandes de sinople. En Gravure, le sinople se marque par des traits qui vont de l'angle droit du chef de l'écu à l'angle gauche de la base. 1843 Couleur verte, que la gravure représente par des lignes diagonales dans le sens de la bande. 1864 L'un des huit émaux et des quatre couleurs du blason. Il se représente par le vert, ou par des hachures diagonales de gauche à droite. 1885 Une des couleurs du blason. 1887 Nom héraldique de la couleur verte, représentée en gravure par des lignes diagonales tirées de dextre à senestre. 1899 En blason, le sinople est la couleur verte ; cet émail portait autrefois le nom de prasine, dont l'usage a été abandonné. Le sinople se représente en gravure par des lignes diagonales allant de l'angle dextre du chef à l'angle sénestre de la pointe. 1901 Nom héraldique de la couleur verte, vive, représentée en gravure par des lignes diagonales tirées de dextre à sénestre. 1905 Un des cinq émaux de l'écu, qui est de couleur verte. Le sinople se figure en gravure par des lignes diagonales descendant de gauche à droite de l'écu.

Sirène

Démon marin femelle. Animal fabuleux, représentée avec sa tête, ses bras et son buste humain, le reste du corps étant celui d'un poisson. Généralement, la sirène porte dans sa dextre un miroir et un peigne dans la main senestre. Si elle semble se baigner dans un baquet, c'est alors une Mélusine.

1843 Monstre moitié femme, moitié poisson, tenant de la dextre un miroir ovale, de la senestre un peigne. 1885 Femme dont les jambes se trouvent remplacées par une queue de poisson. Elle tient presque toujours un miroir d'une main et un peigne de l'autre. 1887 Créature imaginaire ayant la tête, le sein, les bras et le corps d'une jeune fille, et se terminant en queue de poisson. D'ordinaire elle se peigne les cheveux de la main dextre et tient un miroir de la main senestre (Voir Mélusine). On trouve des sirènes à deux queues, qui tiennent communément de chaque main une de leurs queues. 1899 Monstre fabuleux représenté sur un écu avec la tête, les seins, les bras et le haut du corps d'une jeune fille, nue jusqu'au nombril, les jambes sont remplacées par une grosse queue de poisson ; la sirène est figurée tenant un miroir dans la main dextre et un peigne dans la sénestre ; lorsque la sirène paraît se baigner dans une cuve, on la nomme Mélusine. 1901 Créature imaginaire, ayant la tête, les seins, les bras et le corps d'une jeune fille, et se terminant en queue de poisson. D'ordinaire elle se peigne les cheveux de la main droite et tient un miroir ovale de la main gauche. On trouve des sirènes à deux queues, qui tiennent de chaque main une de leurs queues relevées. Voir Mélusine. On voit très peu de sirènes dans les armoiries françaises ; mais parfois elles servent de tenants aux écus. 1905 Figure de fantaisie, employée comme meuble de l'écu. La sirène, distincte de la Mélusine est représentée avec tout le haut du corps d'une femme, la partie inférieure se terminant en queue de poisson. Elle tient de la dextre un miroir ovale et de la senestre un peigne. Elle est généralement issante de la mer.

Sistre

Antique instrument de musique en forme de raquette.

Soc

Instrument aratoire de fer, faisant partie d'une charrue, et servant à fendre. Voir Soc de charrue.

Soc de charrue

Cet instrument aratoire se pose de face ou de profil. De face il ressemble au fer de bêche, de profil il a la forme d'un coutelas.

1887 Cet instrument aratoire se pose de face ou de profil. De face il ressemble au fer de bêche, de profil il a la forme d'un coutelas. 1899 Ce meuble est admis en blason dans sa forme ordinaire. 1901 Instrument aratoire posé de face ou de profil. De face il ressemble au fer d'une bêche ; de profil, il a la forme d'un coutelas.

Soeur

De Charité.

Sol

Il se dit quelquefois du champ de l'écu qui porte les pieces honorables et les meubles.

1772 Il se dit quelquefois du champ de l'écu qui porte les pieces honorables et les meubles.

Sole

Poisson marin plat.

Soleil

Le soleil est un meuble de l'écu. Il porte un nez, deux yeux, une bouche, et représente un cercle parfait entouré de seize rayons, huit droits, huit ondoyants, posés alternativement ; son émail particulier est l'or. Il y en a cependant de différents émaux. On appelle soleil levant celui qui est mouvant de l'angle dextre du chef ; soleil couchant, celui qui meut de l'angle senestre du chef.

1679 Est communement à douze rayons (aucuns ne luy en donnent que huit) & s'il s'en trouve moins ou davantage, il les faut specifier, comme es armoiries atribuees à Iosué conducteur du peuple d'Israel par quelques anciens, qui disent estre d'argent, à une foudre de gueulle, ayllee d'azur, chargee d'un Soleil d'or ayant vingt quatre rayons, & en cela peut avoir difference entre les armoiries des seigneurs. 1772 En armoirie on peint le soleil d'ordinaire avec douze rayons, dont les uns sont droits, et les autres en ondes; et son émail est d'or. Quand il est de couleur, et représenté sans aucuns traits du visage, on l'appelle proprement ombre du soleil. 1843 Cet astre se représente avec une face humaine et un cercle de seize rayons alternativement droits ou ondoyants. 1885 Se représente par un cercle parfait avec deux yeux, nez et bouche. Il est entouré de seize rayons, huit droits et huit ondoyants, posés alternativement. Il est levant quand il meut de l'angle dextre du chef, et couchant quand il meut de l'angle sénestre. 1887 Cet astre est représenté comme un visage humain entouré de douze ou seize rayons, dont la moitié droits et l'autre moitié ondoyants alternativement. 1899 Ce meuble se représente sous la forme d'un cercle, entouré de rayons et au milieu duquel se trouvent figurés deux yeux, un nez et une bouche ; le soleil se dit levant quand il paraît à l'angle dextre du chef, et couchant s'il est figuré à sénestre. 1901 Astre représenté comme un visage humain, entouré de douze ou seize rayons, alternativement droits et ondoyants. Soleil levant est celui qui se meut de l'angle dextre du haut de l'écu ; soleil couchant, celui qui se meut de l'angle senestre du haut ; soleil du Midi, celui qui, étant posé au centre de l'écu en chef, ses rayons supérieurs meuvent de la ligne qui termine le haut de l'écu. Le soleil peut être radié. 1905 Le soleil est un meuble de l'écu. Il porte un nez, deux yeux, une bouche, et représente un cercle parfait entouré de seize rayons, huit droits, huit ondoyants, posés alternativement ; son émail particulier est l'or. Il y en a cependant de différents émaux. On appelle soleil levant celui qui est mouvant de l'angle dextre du chef ; soleil couchant, celui qui meut de l'angle senestre du chef.

Soleil (Ombre de)

Soleil qui n'a ni yeux, ni nez, ni bouche.

1887 Nom que quelques héraldistes donnent au soleil lorsqu'il est de couleur, au lieu d'être d'or ou d'argent. 1905 Soleil qui n'a ni yeux, ni nez, ni bouche.

Somme

Se dit quelquefois des tourteaux de sinople.

1885 Se dit quelquefois des tourteaux de sinople.

Sommé

Se dit d'une pièce surmontée d'une autre pièce qu'elle semble supporter et qui la touche. En ce sens sommé diffère de surmonté qui est une pièce simplement placée au-dessus mais qui ne la touche pas.

1772 Ce mot se dit de cette ramure du cerf dont on charge les écus, où l'on met quelquefois des corps sans nombre, et où quelquefois on les compte. On dit aussi sommé de tout ce qui est au sommet de quelque chose, comme une petite tour au sommet d'une grosse; ce qu'on appelle autrement donjonné. N. porte de sable à une tour d'or sommée de trois flammes de gueules, ou sommée d'une étoile, d'une hache, etc. cependant on dit plus communément surmonté. 1780 D'une pièce qui en a une autre au-dessus d'elle. 1798 Se dit d'une pièce qui en a une autre au-dessus d'elle. 1843 Surmonté, portant à son sommet. 1864 Se dit d'une pièce qui en a une autre au-dessus d'elle. 1885 Surmonté d'une pièce. 1887 Se dit d'une pièce qui en supporte quelque autre. 1899 Se dit d'un meuble qui en a un, ou plusieurs autres, au-dessus de lui ; ce mot a la même signification que surmonté. 1901 Se dit d'un château ou d'une tour, terminé par un ou plusieurs donjons, d'un rocher, d'une montagne, etc., portant à son sommet un objet quelconque. Le terme sommé s'applique aussi aux ornements extérieurs de l'écu, tels que heaume, couronne, mitre, crosse, chapeau de prélat, etc., posés directement sur l'écu. 1905 Se dit d'un meuble qui porte un autre meuble sur son sommet, d'une pièce surmontée d'une autre figure qui est en contact immédiat avec elle. Quand les deux figures sont séparées, celle du bas est dite surmontée de l'autre et non sommée. Se dit d'un écu qui est surmonté d'un meuble. Se dit quelquefois de la ramure du cerf, quand elle est d'un émail particulier, en ce sens on dit plus ordinairement Ramé. Attribut des heaumes crêtés d'une figure d'animal.

Sonnaille

Clochette qu'on met au cou des bêtes, paissant ou voyageant.

1905 Clochette qu'on met au cou des bêtes, paissant ou voyageant.

Sonnette

Employé parfois pour grelot ou grillets. Voir Grelot.

Sonnette d'oiseau

Se dit des oiseaux de proie qui ont aux pieds des sonnettes.

Sorbe

Fruit comestible du sorbier.

Sorbier

Arbre (alisier, cormier).

Sortant

Se dit d'un animal qui semble sortir de sa position ordinaire. Synonyme de mouvant.

Souche

Tronc d'arbre coupé d'où sortent encore quelques feuilles.

Souche de myrthe

Arbuste.

Souchet

Canard à bec large en forme de cuiller.

1679 Racine que l'on trouve en armes.

Souci

Plante à fleurs jaunes.

1679 (Soulcy) Fleur que l'on trouve en armes. 1901 Fleur munie de sa tige et de ses feuilles, posée de face dans l'écu. Les fleurs sont jaunes.

Soudé

Pièces unies par une de leurs parties.

Soufflet

Voir Soufflet de forge.

1901 Instrument domestique destiné à projeter l'air avec force. En héraldique, le soufflet est posé de face et en pal, le tube métallique en bas.

Soufflet de forge

Instrument qui sert à souffler de l'air sur l'acier en cours de façonnage.

Soulcy

Voir Souci.

1679 Voir Souci.

Soule

Arbre en boule.

Soulier

Chaussure.

Souris

Petit mammifère rongeur. Rat, Glé, Gerboise.

1901 Elle a le pelage ordinaire gris sur la partie supérieure du corps, mais toujours blanchâtre sous le ventre.

Sous-pied

Partie de l'éperon passant sous le pied.

Soutenant

Se dit de toute pièce qui en a une autre placée immédiatement au-dessus d'elle, sans que l'une tienne l'autre.

1899 Se dit de toute pièce qui en a une autre placée immédiatement au-dessus d'elle, sans que l'une tienne l'autre. 1901 Se dit de deux animaux affrontés qui paraissent soutenir quelque pièce ou meuble. 1905 Se dit de toute pièce sur laquelle une autre pièce, un animal quelconque semble s'appuyer.

Soutenu

Se dit du chef quand il est posé sur une divise, et de la bande quand elle est posée sur un filet. Se dit aussi d'un cep de vigne quand son échalas est d'un émail particulier.

1780 D'une pièce qui en a une autre au-dessous d'elle. 1798 Se dit d'une pièce qui en a une autre au-dessous d'elle. 1843 Qui est au-dessus d'une autre pièce et repose sur elle. 1864 Est le contraire de sommé. 1872 Se dit d'une pièce supportée par une autre. 1885 Est le contraire de surmonté. 1887 Se dit de la pièce qui est supportée par une autre pièce. Lorsqu'un chef est séparé du champ par une divise, ledit chef est soutenu de cette divise. 1899 Le soutenu est le contraire de soutenant et du surmonté, il se dit d'une pièce posée directement sous une autre, cette dernière semble donc porter, ou soutenir, la pièce qui figure au-dessus d'elle ; un chef même peut être soutenu d'une devise quand celle-ci, toujours d'un émail spécial, est placée directement au-dessous de lui. 1901 On nomme soutenue toute pièce qui est supportée par une autre pièce. Lorsqu'un chef est séparé du champ par une divise, ce chef est soutenu de cette divise. Ce terme s'applique aussi au cep de vigne garni (soutenu) de son échalas. 1905 Se dit du chef quand il est posé sur une divise, et de la bande quand elle est posée sur un filet. Se dit aussi d'un cep de vigne quand son échalas est d'un émail particulier.

Soutiens

S'emploie pour l'accompagnement de blasons par des végétaux, en ornement extérieur, à la manière des tenants ou supports.

Spatule

Objet en bois pour remuer les liquides.

1904 Instrument servant à l'art médical.

Sphinx

Ce monstre fabuleux ayant une tête et une poitrine de femme, le reste du corps semblable à celui d'un lion, se représente toujours couché et la tête de front.

1885 Monstre fabuleux avec la tête et le sein d'une femme, les griffes d'un lion, et le reste du corps en forme de chien. 1887 Être fabuleux qui a la tête et le sein d'une jeune fille, les griffes d'un lion, le corps d'un chien et la queue d'un dragon. Il est toujours couché, la tête posée de front. 1899 Ce monstre fabuleux ayant une tête et une poitrine de femme, le reste du corps semblable à celui d'un lion, se représente toujours couché et la tête de front. 1901 Être fabuleux qui a la tête et le sein d'une jeune fille, les griffes d'un lion, le corps d'un chien et la queue d'un dragon. Il est toujours couché, la tête posée de profil.

Spic

Grande lavande.

Spila

Voir Spinole.

Spinole

Forêt à percer les tonneaux.

Stangue

Voir Strangue.

1780 C'est la tige d'une ancre, quand elle est d'un émail différent du reste de la figure. 1843 Voir Strangue 1872 On appelle ainsi la tige d'une ancre. 1887 Ainsi s'appelle la tige d'une ancre. 1901 Nom de la tige d'une ancre de navire ; cette tige est traversée en sa partie supérieure vers l'anneau, d'une pièce dite le trabe. On spécifie la stangue quand elle est d'un émail différent de l'ancre. 1905 Meuble de l'écu qui représente la tige droite d'une ancre de navire, surmontée, au-dessous de l'organeau d'une pièce que l'on nomme trabe ou trabs. On dit aussi Stangle.

Stempe

Livre percé d'un clou de passion.

Sterne

Oiseau palmipède, appelé vulgairement hirondelle de mer.

1905 Oiseau palmipède, appelé vulgairement hirondelle de mer.

Stope

Cruche.

Strangue

Voir Stangue.

1772 C'est la tige droite d'une ancre, qui est traversée en sa partie supérieure, vers l'anneau d'une piece de bois qu'on appelle la trabe. 1798 Se dit de la tige d'une ancre. 1843 Tige de l'ancre. 1885 C'est la tige de fer qui entre dans le trabe de l'ancre. 1899 Ce meuble est la tige de l'ancre, sa partie supérieure traverse la trabe et est garnie d'un anneau, il ne se blasonne que lorsqu'il est d'un émail différent de celui des autres parties de l'ancre.

Stylus

Poignard.

Sumac

Arbre des régions chaudes.

Supérieur

Se dit d'une tour ou d'un arbre, qui se trouvant à côté d'une autre tour ou d'un autre arbre, a le pied sur la même ligne et le sommet plus élevé.

1905 Se dit d'une tour ou d'un arbre, qui se trouvant à côté d'une autre tour ou d'un autre arbre, a le pied sur la même ligne et le sommet plus élevé.

Superposé

Synonyme de l'un sur l'autre.

1899 Se dit de plusieurs meubles placés directement les uns sur les autres et montant graduellement vers le chef.

Supportant

Attribut de pièces, figures ou meubles semblant en supporter, soutenir une autre. Synonyme de soutenant.

1772 Il se dit de la fasce, lorsqu'elle semble soutenir ou supporter quelqu'animal qui est peint au chef de l'écu, quoiqu'il ne porte que sur le champ, et qui met de la différence avec la chargée, qui se dit lorsqu'il y a des pieces qui posent effectivement sur elle; on le dit aussi des jumelles d'une bande d'un croissant. 1798 Il se dit des pièces au-dessus desquelles il se trouve quelque chose qui ne porte pas absolument dessus. Dans ce cas on se serviroit du mot chargé. 1905 Se dit principalement de la fasce au-dessus de laquelle se trouve une pièce qu'elle semble supporter, bien que cette pièce soit en réalité sur le fond.

Supporté

S'emploie quelquefois comme synonyme de Soutenu.

1772 Ce mot se dit des plus hauts quartiers d'un écu divisé en plusieurs quartiers, qui semblent être supportés et soutenus par ceux d'en-bas. On appelle aussi chef supporté ou soutenu, lorsqu'il est de deux émaux, et que l'émail de la partie supérieure en occupe les deux tiers. En ces cas, il est en effet supporté par l'autre émail qui est au-dessous. 1843 Voir Soutenu. 1885 Se dit du chef séparé du reste de l'écu par une ligne d'émail différent. 1899 Employé de même que sommé. 1905 S'emploie quelquefois comme synonyme de Soutenu.

Supports

On donne ce nom aux animaux naturels ou chimériques, placés de chaque côté de l'écu comme pour le supporter ou le guider. Le support peut aussi être un unique animal, l'aigle par exemple. Les supports ne sont pas héréditaires. Cependant on les voit se transmettre quand ils sont tirés des pièces mêmes de l'écu. Il ne faut pas attacher aux supports l'importance qui est due aux pièces héraldiques qui meublent le blason. Il n'y a jamais eu de règle au sujet des tenants ou supports, la seule est que les femmes et les ecclésiastiques n'en portent pas. Voir Tenants.

1694 (Porter) - sub. m. Support, en terme de Blason, signifie ce qui soustient un Ecusson, & n'a guerre d'usage qu'au pluriel. Les Armes d'un tel ont deux lions pour supports. 1772 Ce sont les figures peintes à côté de l'écu, qui semblent le supporter. Les supports de l'écu de France sont des anges. Il y en a qui ont des sauvages pour supports. Les princes de Monaco ont des moines augustins pour supports: les Ursins, des ours, par équivoque à leur nom. On ne doit dire supports, que lorsque l'on se sert des figures des animaux; et lorsque ce sont des anges ou des figures humaines, on doit les appeller tenans. 1780 Sont les figures d'animaux qui supportent de chaque côté un écusson. 1798 Support se dit des figures d'Anges, d'hommes ou d'animaux qui soutiennent un écusson; et il n'est guère d'usage qu'au pluriel. Avoir deux lions pour supports dans ses armes. Il avoit deux Sauvages pour supports. Les armes de France ont deux Anges pour supports. 1843 Animal qui sert d'ornement extérieur à l'écu, et semble le supporter. 1864 Sont les pièces destinées à soutenir l'écu dans les armoiries. 1885 Animaux placés aux côtés de l'écu. 1899 Le support est compris dans les principaux ornements extérieurs de l'écu ; il est figuré par un animal rampant ou couché ; on le rencontre souvent paraissant soutenir l'écu avec une de ses pattes, portant dans l'autre une bannière, une arme ou tout autre meuble ; le support peut être au naturel, ou émaillé en couleurs héraldiques, et ne doit jamais être appelé tenant, attendu que ce nom ne peut être appliqué qu'à l'ornement extérieur représentant un être humain. 1901 Lions, griffons, lévriers, aigles et autres animaux qui servent d'ornements extérieurs aux armoiries et paraissent soutenir un écu. Voir Tenants. 1905 Figure d'animal placée de chaque côté de l'écu ou d'un côté seulement, et qui semble le soutenir.

Sur

Sur le tout. Se dit dans le Blason d'un écusson qui se met au milieu d'une écartelure. Il porte écartelé de... et de ... et sur le tout de... On dit aussi Brochant sur le tout, en parlant d'une pièce qui va d'un côté à l'autre d'un écu dans lequel il y a d'autres pièces dont elle couvre une partie. On dit encore, Sur le tout du tout, en parlant d'un écusson qui est sur le milieu de l'écartelure d'un écusson qui est déjà sur le tout.

1798 Sur le tout. Se dit dans le Blason d'un écusson qui se met au milieu d'une écartelure. Il porte écartelé de... et de ... et sur le tout de... On dit aussi Brochant sur le tout, en parlant d'une pièce qui va d'un côté à l'autre d'un écu dans lequel il y a d'autres pièces dont elle couvre une partie. On dit encore, Sur le tout du tout, en parlant d'un écusson qui est sur le milieu de l'écartelure d'un écusson qui est déjà sur le tout.

Sur écartelé

Se dit d'un écu écartelé, dont les cartels sont écartelés à leur tour.

1864 Se dit d'un écu écartelé, dont les cartels sont écartelés à leur tour.

Sur le tout

Se dit des pièces qui, brochées sur d'autres, passent d'un côté de l'écu à l'autre. Se dit d'un écusson placé au milieu d'une écartelure. Le petit écusson placé sur le tout reçoit généralement les armes propres de la famille, alors que les quartiers indiquent les alliances ou les concessions.

1780 Se dit d'un écusson qui est sur le milieu d'une écartelure, et des pièces qui brochent sur les autres. 1798 Se dit dans le Blason d'un écusson qui se met au milieu d'une écartelure. Il porte écartelé de... et de ... et sur le tout de... On dit aussi Brochant sur le tout, en parlant d'une pièce qui va d'un côté à l'autre d'un écu dans lequel il y a d'autres pièces dont elle couvre une partie. 1843 Expression qui s'applique à l'écu posé sur les écartelures d'un autre. 1864 Se dit d'un écusson qui est au milieu d'une écartelure en abîme. 1872 Se dit d'un écusson posé au centre d'une écartelure. 1885 Se dit d'un écusson posé au milieu d'un écartèlement, et des pièces qui brochent sur les autres. 1899 Se dit d'un écusson posé en coeur sur un écu écartelé, il ne doit couvrir que l'espace occupé par les quatre points du contre-écartelé qui se trouvent le plus près du centre de l'écu. Toute autre pièce ou meuble qu'un écusson paraissant posé sur un écu de manière à couvrir tout, ou une partie, des pièces ou partitions qui y figurent doit se dire brochant sur le tout. 1901 Indique un écusson posé sur un écartelé au point central. Il doit avoir en largeur deux parties, des sept parties de la largeur de l'écu, et en hauteur trois parties des sept. En blasonnant, on commence par les quartiers de l'écartelé et on finit par le sur le tout. 1905 Se dit des pièces qui, brochées sur d'autres, passent d'un côté de l'écu à l'autre. Se dit d'un écusson placé au milieu d'une écartelure. Le petit écusson placé sur le tout reçoit généralement les armes propres de la famille, alors que les quartiers indiquent les alliances ou les concessions.

Sur le tout du tout

Se dit d'un écusson posé en coeur sur l'écartelure d'un écu déjà placé sur le tout d'un premier écusson écartelé.

1780 Se dit de l'écusson qui est sur le milieu de l'écartelure d'un écusson qui est déjà sur le tout. 1798 En parlant d'un écusson qui est sur le milieu de l'écartelure d'un écusson qui est déjà sur le tout. 1864 Se dit d'une pièce posée sur le milieu d'un écusson qui s'ouvre lui-même une écartelure. 1872 Se dit d'un écusson, posé sur un autre déjà mis sur le tout. 1885 Ecusson placé sur le milieu de l'écartelure d'un autre écu posé déjà sur le tout. 1887 Surtout chargé lui-même d'un écusson plus petit. 1899 Se dit d'un écusson posé en coeur sur l'écartelure d'un écu déjà placé sur le tout d'un premier écusson écartelé. 1901 Petit écusson brochant sur un sur le tout. On proportionne le sur le tout du tout, en divisant ce dernier en sept parties de largeur et huit de haut. On donne au sur le tout du tout deux parties et demie des sept de la largeur du sur le tout, et trois parties des sept pour la hauteur. 1905 Se dit en parlant d'un écusson placé au milieu de l'écartelure d'un autre écusson qui est déjà sur le tout.

Surbrisure

Se dit d'une seconde brisure ajoutée sur les armes d'une famille par les collatéraux, en plus de celle déjà apposée par les cadets.

1899 Se dit d'une seconde brisure ajoutée sur les armes d'une famille par les collatéraux, en plus de celle déjà apposée par les cadets.

Sur-brisure ou sous-brisure

Se dit d'une seconde brisure ajoutée à la première. Cadet de cadet.

Surchargé

Se dit d'une pièce déjà chargée d'un meuble sur lequel une troisième pièce est posée.

1885 Pièce chargée d'une autre pièce qui en porte elle-même une troisième. 1887 Se dit d'un meuble qui, posé lui-même sur une autre pièce, est chargé de quelques objet. On trouve par ex. des aigles chargées sur leur estomac d'un écusson qui est chargé lui-même de quelque pièce. 1899 Se dit d'une pièce déjà chargée d'un meuble sur lequel une troisième pièce est posée. 1901 Se dit d'une pièce honorable ou autre, chargée d'un ou de plusieurs meubles, sur lesquels il s'en trouve encore. 1905 Se dit d'une pièce chargée d'une autre pièce qui en porte une troisième.

Sureau

Arbuste à fleurs blanches.

1901 Arbrisseau à fleurs blanches.

Surélevé

Voir Haussé.

Suriette

Branche de sureau.

Surmonté

De même que sommé, se dit de toute pièce qui en a une autre posée directement au-dessus d'elle.

1694 Surmonté, surmontée (Mont) - part. Il a les significations de son verbe. On appelle en termes de blason, Piece surmontée, Une piece au dessus de laquelle il y en a une autre qui la touche immediatement. Au chevron d'or surmonté d'une étoile. 1772 Ce mot se dit lorsque l'émail de la partie inférieure du chef excede le reste du chef. Surmonté se dit aussi d'une piece de l'écu qui en a une autre au-dessus d'elle. Il porte de sable au chevron d'or surmonté d'un écusson, d'une fleur de lis, etc. Enfin surmonté se dit encore lorsqu'une fasce est accompagnée de quelques pieces qui sont mises au chef de l'écu; il porte d'argent à une fasce de gueules surmontée de trois roses de même. 1780 Est le même que sommé. 1798 On appelle Pièce surmontée, une pièce au-dessus de laquelle il y en a une autre qui la touche immédiatement. Au chevron d'or surmonté d'une étoile. 1843 Se dit d'une pièce qui en a une autre au-dessus d'elle. 1864 Est le même que sommé. 1885 Se dit d'une pièce qui en a une autre au-dessus d'elle. 1887 Se dit d'un meuble au-dessus duquel se trouve un autre meuble. 1899 De même que sommé, se dit de toute pièce qui en a une autre posée directement au-dessus d'elle. 1901 Se dit d'une fasce, d'un chevron ou d'une autre pièce au-dessous de sa position ordinaire, lorsqu'ils sont accompagnés en chef de quelque meuble. 1905 Se dit de toute pièce ou de tout meuble qui est accompagné en chef d'une ou plusieurs figures qui ne la touchent pas immédiatement. Voir Sommé.

Surtout

Écusson posé sur le point d'intersection d'un écu écartelé. On le dit posé sur le tout.

1887 Écusson posé sur le point d'intersection d'un écu écartelé. On le dit posé sur le tout.

Sycomore

Voir Érable. Arbre qui a les feuilles fort larges, et presque semblables aux feuilles de vigne.

1679 (Sicomore) Arbre que l'on trouve en armes.

Page précédentePremière page