HERALDIQUE : logiciels, bases, recherches, dessins

Art du Blason : Héraldique / logiciels bases de données dessins armes armoiries recherches et plus...

Musée de VERSAILLES : Salles des Croisades (1844)

Armes: blasons et parfois cimier, légende et devise, tenants et supports et autres ornements extérieurs.
Nouvelles salles des croisades : deuxième salle carrée.

Troisième Croisade.

88. PONCET D'ANVIN, 1190. Même titre original que Simon de Wignacourt, n° 87. Armes: de sable, à la bande d'or, accompagnée de six billettes du même, posées en orle.
89. GUILLAUME DE PRUNELÉ, 1190. Il était avec Jodoin de Beauvilliers, mandataire de l'évêque de Chartres, et fut appelé en cette qualité à garantir un emprunt contracté par Gervais de Menou et huit autres chevaliers croisés. Armes: de gueules, à six annelets d'or, au lambel de quatre pendants du même.
90. JODOIN DE BEAUVILLIERS, 1190. Même titre original que Guillaume de Prunelé. La maison ducale de Beauvilliers de Saint-Aignan, éteinte en 1828, portait: fascé d'argent et de sinople, les fasces d'argent chargées de six merlettes de gueules, posées 3, 2 et 1.
91. PAYEN et HUGUES DE BUAT, 1190. Ces deux chevaliers, qui contractèrent un emprunt à la croisade, étaient d'une ancienne maison de Normandie. Armes: d'azur, à l'escarboucle d'argent.
92. JUHEL DE CHAMPAGNÉ, 1190. Il contracta un emprunt envers des marchands de Pise, avec Jean d'Andigné et deux autres chevaliers, sous la garantie de Juhel de Mayenne, à Acre au mois de septembre 1191. Armes: d'hermine, au chef de gueules.
93. JEAN D'ANDIGNÉ, 1190. Même titre original que le précédent. Armes: d'argent, à trois aigles de gueules, becquées et membrées d'azur, au vol abaissé.
94. GERVAIS DE MENOU, 1190. Titre original de Guillaume de Prunelé, voyez n° 89. Armes: de gueules, à la bande d'or.
95. HUMPHROY DE BIENCOURT, 1190. Titre original de Simon de Wignacourt, n° 87. Armes: de sable, au lion d'argent, couronné d'or, armé et lampassé de gueules.
96. FRANÇOIS DE VIMEUR, 1190. Titre original de Geoffroy de La Planche, n° 85. Armes de la maison de Vimeur de Rochambeau en Vendômois: d'azur, au chevron d'or, accompagné de trois molettes du même.
97. JEAN DE LA BERAUDIÈRE, 1190. Ce chevalier, dont la présence aux croisades est attestée par une obligation au profit de marchands italiens, était d'une maison d'Anjou ayant pour armes: d'or, à l'aigle éployée de gueules (voyez pl. 8, n° 62).
98. GEOFFROY DE DUISSON, grand-maître de Saint-Jean de Jérusalem. Il succéda à Ermengard d'Aps (n° 117) en 1191, assista aux batailles d'Arsoph et de Ramlah, et mourut en 1202. Armes: de l'Ordre.
99. HÉLIE DE LA CROPTE, 1190. Sa présence à la croisade est attestée par une obligation au profit de marchands italiens. La maison de La Cropte de Chantérac porte: d'azur, à la bande d'or, accompagnée de deux fleurs de lis du même.
100. JEAN DE CHAUNAC, 1190. Étant à Tyr, au mois de mai 1192, il emprunta avec Jourdain d'Axxx, la somme de 100 livres tournois, sous la garantie du chevalier de Cugnac. Armes: d'argent, au lion de sable, armé, lampassé et couronné de gueules.
101. JOURDAIN D'Axxx, 1190. Armes: d'argent, à la bande et à la bordure d'azur, chargées de dix besants d'or, posés neuf en orle et un sur le coeur de la bande.
102. B. DE CUGNAC, 1190. Étant à Tyr en mai 1192, il signa comme témoin une obligation de 120 livres tournois souscrite par Bertrand de Foucaud et B. de Mellet au profit de marchands génois pour un emprunt contracté sous la garantie de Nompar de Caumont. Il garantit lui-même l'emprunt de 100 livres fait par les seigneurs de Chaunac et d'Axxx. Armes: gironné d'argent et de gueules de huit pièces.
103. GUILLAUME DE MONTLÉART, 1190. Ce chevalier, d'une ancienne maison de la Beauce, portait: d'azur, à trois besants.
104. GUILLAUME DE GAUDECHART, 1190. C'est un des quatorze chevaliers du titre de Simon de Wignacourt, n° 87. Armes: d'argent, à l'orle de neuf merlettes de gueules.
105. GUIGUES et HERBERT DE LA PORTE en Dauphiné, 1190. Ces deux chevaliers, dont la présence à la croisade est attestée par une obligation qu'ils souscrivirent en Palestine, avaient pour armes: de gueules, à la croix d'or.
106. RENAUD DE TRAMECOURT, 1190. Il emprunta 40 marcs d'argent aux marchands génois sous la garantie du seigneur de Châtillon, à Acre, au mois de juillet 1191. Le comte de Soissons se substitua à sa dette le mois suivant. Armes: d'argent, à la croix ancrée de sable.
107. WAUTIER DE LIGNE, 1190. Philippe-Auguste garantit , comme exécuteur testamentaire du comte de Flandre, l'emprunt de 700 marcs d'argent fait à Acre en 1191 par Wautier de Ligne, Gilles d'Hinnisdal, Roger de Landas, etc. Gautier de Ligne contracta aussi pendant le siége de Damiette, au mois de juillet 1218, un emprunt de 500 livres tournois, qu'il s'engagea à rendre après la prise de cette ville. Armes: d'or, à la bande de gueules.
108. HAMELIN et GEOFFROY D'ANTENAISE, 1190. Ils signèrent comme témoins les actes d'emprunt de Juhel de Champagné, n° 92, et de Jean d'Andigné, n° 93. Armes: d'argent, à l'aigle éployée de gueules, au vol abaisse.
109. ISNARD D'AGOULT, 1190. Étant à Joppé, en octobre 1191, il se porta garant de 100 marcs d'argent empruntés aux Génois par quatre de ses écuyers. Armes: d'or, au loup passant et contourné d'azur, armé et lampassé de gueules.
110. GUETHENOC DE BRUC, 1190. Il contracta un emprunt de 150 marcs d'argent conjointement avec Raoul de l'Angle, Alain de Pontbriant, etc., par acte fait à Joppé le 1er décembre 1191. Guillaume de Bruc se croisa en 1248, donna procuration à Hervé, marinier de Nantes, pour traiter du fret d'un vaisseau. Armes: d'argent, à la rose à six feuilles de gueules, boutonnée d'or.
111. RAOUL DE L'ANGLE, 1190. Il est un des contractants de l'emprunt de Guethenoc de Bruc, qui précède. Armes: d'azur, au sautoir d'or, cantonné de quatre billettes du même.
112. BERTRAND DE FOUCAUD, 1190. Il emprunta 120 livres aux marchands de Gênes, avec B. de Mellet, sous la garantie de Nompar de Caumont, par acte daté de Tyr, en mai 1192. Armes: d'or, au lion de gueules.
113. B. DE MELLET, 1190. Même titre original que le précédent. Armes: d'azur, à trois ruches d'argent.
114. GILLES DE HINNISDAL, 1190. Ce fut un des seigneurs dont Philippe-Auguste cautionna la dette (voy. n° 307). Armes: de sable, au chef d'argent, chargé de cinq merlettes de sable.
115. GUILLAUME DE LOSTANGES, 1190. Ce seigneur, du Limousin; étant à la troisième croisade, fit un emprunt à des marchands italiens. Il portait: d'argent, au lion de gueules, armé, lampassé et couronné d'azur, accompagné de cinq étoiles de gueules, posées en orle.
116. JEAN D'OSMOND, 1190. Sa présence à la troisième croisade est attestée par un acte original scellé de son sceau, qui représente un lion; le contre-scel porte un vol, armes actuelles de la famille (voy. pl. 8, n° 70). On a réuni ces deux figures héraldiques en lui donnant pour armes: d'argent, au lion de sable, armé, lampassé et couronné d'or, parti de gueules, au vol d'hermine.
117. ENMENGARD D'APS, grand-maître de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem. Ce fut sous son gouvernement que les victoires de Saladin obligèrent l'Ordre à transférer son siége de Jérusalem à Margat. Armes: de l'Ordre.
118. GILBERT HORAL, grand-maître du Temple, 1196. Sous son gouvernement une dissension s'éleva entre les Templiers et les Hospitaliers. Ils en vinrent aux mains. et l'évêque de Sidon excommunia Gilbert Horal. Armes: de l'Ordre.
119. PHILIPPE DU PLAISSIEZ, grand-maître du Temple, 1201. Il fit déployer le Baucéant, étendard de l'Ordre, et marcha contre le roi d'Arménie, qui avait enlevé aux Templiers le fort Gaston dans la principauté d'Antioche. Armes: de l'Ordre.
120. ALPHONSE DE PORTUGAL, grand-maître de Saint-Jean de Jérusalem, 1202. Sa sévérité à maintenir la discipline lui attira des ennemis, et il fut obligé d'abdiquer en 1204. Armes: écartelé, aux 1 et 4 de l'ordre, aux 2 et 3 d'argent, à cinq écussons d'azur, posés en croix, chargés chacun de cinq points ou besants d'argent posés en sautoir, à la bordure de gueules, chargée de sept tours d'or.

Quatrième Croisade.

121. BAUDOUIN, comte de Flandre, puis empereur de Constantinople, 1202. Il fut l'un des principaux chefs de la quatrième croisade, et se vit appelé au trône de l'empire latin par le vote de ses compagnons d'armes. Malgré l'importance du rôle qu'il joua, il avait été omis dans la grande salle. Armes: écartelé, aux 1 et 4 d'or, au lion de sable, armé et lampassé de gueules, qui est de Flandre, aux 2 et 3 chevronné d'or et de sable.
122. THIERRY et GUILLAUME DE LOS, 1202. Ces deux chevaliers, qui accompagnèrent Baudouin, comte de Flandre, à la croisade, sont cités avec éloge par Villehardouin. Thierry fut nommé sénéchal de l'empire et chargé de la défense de la Rouse. Ils portaient: burelé d'argent et de gueules.
123. GEOFFROY DE BEAUMONT au Maine, 1202. Ce chevalier portait: d'or, à cinq chevrons de gueules rompus, 1, 3 et 5 à dextre, 2 et 4 à senestre.
124. HUGUES DE CHAUMONT, 1202. La maison des seigneurs de Chaumont en Vexin et de Quitry, à laquelle Hugues appartenait, a pour armes: fascé d'argent et de gueules de huit pièces.
125. GEOFFROY DE LUBERSAC, 1202. Ce chevalier, de retour de la croisade en 1211, donna quittance à Regnault, vicomte d'Aubusson, de la somme de 1042 livres tournois provenant des revenus des terres de Lubersac, de Saint-Pardoux, etc., dont il lui avait confié la garde pendant son voyage d'outre-mer. Armes: de gueules, au loup passant d'or.
126. GUILLAUME DE DIGOINE, 1202. Ce seigneur est mentionné dans un titre original comme ayant été à la quatrième croisade. Olivier de la Marche nous apprend que Chrétien et Evrard de Digoine, se croisèrent avec Philippe-le-Bon, duc de Bourgogne: mais ce prince n'accomplit pas son voeu. Armes des seigneurs de Digoine, premiers barons du Charolais: échiqueté d'argent et de sable de six pièces et huit tires.
127. THOMAS BERTON, 1202. Ce seigneur italien suivit le marquis de Montferrat à la quatrième croisade. Il était de la maison de Balbes de Berton, dont une branche s'est établie en France, s'y est illustrée sous le nom de Crillon et se trouve aujourd'hui en possession de la pairie et du titre de duc. Armes: d'or, à cinq cotices d'azur (pl. A).
128. GUILLAUME DE DAMPIERRE, 1202. Ce seigneur de Picardie, dont la présence à la quatrième croisade est prouvée par un titre original (voyez n° 130), portait: d'argent, à trois losanges de sable.
129. OTBERT DE ROUBAIX, 1202. Il suivit à la croisade de Constantinople le comte de Flandre, dont il était un des principaux vassaux. Armes: d'hermine, au chef de gueules.
130. GUILLAUME DE STRATEN, 1202. Après la prise de Constantinople, il s'associa avec Guillaume de Dampierre, Philippe de Caulaincourt et plusieurs autres seigneurs, pour fréter un bâtiment et revenir en France (voyez p. 300). Armes primitives de la maison de Straten: fascé d'argent et d'azur de huit pièces.
131. PHILIPPE DE CAULAINCOURT, 1202. Même titre original que Guillaume de Straten. La maison de Caulaincourt, aujourd'hui titrée duc de Vicence, porte: de sable, au chef d'or.
132. MILON DE BRÉBAN, seigneur de Provins, 1202. Villehardouin raconte que: Miles li Braibans de Provins fut envoyé par ses compagnons en ambassade à l'empereur Alexis. C'est l'un des plus célèbres chevaliers de la quatrième croisade. Armes: fascé d'argent et de sable de huit pièces, à la bande de gueules, brochant sur le tout et chargée de trois coquilles d'or.
133. HUGUES DE BEAUMEZ, 1202. Ce chevalier, cité par Villehardouin à la chevauchée d'Andrinople, portait: de gueules, à la croix engreslée d'or.
134. GAUTIER DE VIGNORY en Champagne, 1202. Il est mentionné dans le récit de Villehardouin. Armes: d'argent, à une hamade de gueules.
135. BAUDOUIN DE COMINES, 1202. Armes: d'or, à l'écusson de gueules, à la croix de vair.
136. GILLES DE LANDAS, 1202. Villehardouin raconte qu'il mourut à Jadres dans la mêlée survenue entre les Français et les Vénitiens. Déjà Roger de Landas avait fait le voyage d'outre-mer en 1190, et Philippe-Auguste l'avait cautionné pour un emprunt (voyez n° 107). Armes: coupé, endenté, d'argent et de gueules.
137. GEOFFROY DE RATH, grand-maître de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, 1204. Originaire, dit-on, de Touraine, il intervint dans les différends du prince d'Antioche et du roi d'Arménie et parvint à les concilier. Armes: de l'Ordre.
138. GUILLAUME DE CHARTRES, grand-maître du Temple, 1217. Il succéda à Philippe du Plessiez (n°119), et mourut au camp devant Damiette en 1219. Armes: écartelé, aux 1 et 4 du Temple, aux 2 et 3 d'azur à trois bars d'or, posés l'un sur l'autre en demi-cercle, à la bordure componée d'or et de sable de huit pièces.

Cinquième Croisade.

139. COLIN D'ESPINAY, 1218. Ce chevalier fit partie de la croisade de Damiette en 1218, comme on le voit par une obligation qu'il contracta et dont l'original existe encore. La maison d'Espinay Saint-Luc de Normandie, porte: d'argent, au chevron d'azur, chargé de onze besants d'or, sur double rang.
140. FOULQUES DE QUATREBARBES, 1218, Il fit, avant de partir pour la guerre sainte, un testament dont la copie est conservée dans un extrait du cartulaire de la Haye tiré de la collection de Touraine et d'Anjou de D. Housseau. Guillaume de Quatrebarbes, étant à la croisade de Philippe-Auguste, avait précédemment concouru à l'acte d'emprunt de Geoffroy de la Planche (n° 85), mais le manque de place a fait renvoyer ici l'inscription des armes de la maison de Quatrebarbes: de sable, à la bande d'argent, accompagnée de deux cotices du même.
141. GUY DE HAUTECLOQUE, 1218. Sur le point de partir pour la croisade, il obtint la garantie de Bernard, doyen d'Arras, pour un emprunt de 130 livres tournois, par acte du mois de juin 1201 (voyez l'Annuaire de 1843, p. 282). Armes: d'argent, à la croix de gueules, chargée de cinq coquilles d'or.
142. FOULQUES D'ORGLANDES, 1218. Il fit un emprunt de 100 livres tournois à des marchands de Gênes, sous la garantie de Mathieu de Montmorency, connétable de France, par acte daté de Damiette, septembre 1219. Armes: d'hermine, et six losanges de gueules.
143. BARTHÉLEMY DE NÉDONCHEL, 1218. (voyez p. 265). Armes: d'azur, à la bande d'argent (pl. A).
144. ROBERT DE MAULDE, 1218. Ce seigneur, dont la présence à la croisade est attestée par une obligation conservée en original, portait: d'or, à la bande de sable, frettée d'argent.
145. GUILLAUME DE LA FAYE, 1218. Il fit diverses dispositions avant de partir pour la croisade, comme on le voit par un acte d'un cartulaire du Périgord. Armes: d'or, à deux fasces de gueules, au lambel de cinq pendants d'azur.
146. GILLES DE CROIX, 1218. Ce chevalier, étant au camp devant Damiette, contracta un emprunt à des marchands italiens, comme on le voit par l'obligation qu'il souscrivit, et dont l'original, scellé du sceau de ses armes, existe encore. Il portait: d'argent, à la croix d'azur.
147. JEAN DE DION, 1218. Il emprunta 100 livres tournois, avec Goswin de Heule, à des marchands de Gènes, pendant le siége de Damiette (voyez p. 238).
148. BAUDOUIN DE MÉRODE, 1218 (voy. l'Annuaire de 1843, p. 297). Armes: d'or, à quatre pals de gueules, à la bordure engreslée d'azur.
149. JEAN DE HÉDOUVILLE, 1219. Ce seigneur de Picardie portait: d'or, au chef d'azur, chargé d'un lion léopardé d'argent, lampassé de gueules.
150. GUILLAUME DE SAVEUSE, 1210. Issu d'une des plus anciennes maisons de Picardie éteinte depuis plusieurs siècles. Il portait: de gueules, à la bande d'or, accompagnée de six billettes du même.
151. PIERRE DE MONTAIGU, grand-maître du Temple, 1279. Il s'opposa à l'acceptation des conditions avantageuses que le soudan d'Égypte offrait pour la levée du siége de Damiette. Armes: de l'Ordre.
152. EUDES DE RONQUEROLLES, 1220. Ce chevalier, dont la présence à la croisade est attestée par un acte original, était d'une maison de l'Ile-de-France aujourd'hui éteinte. Armes: de gueules, papelonné d'argent.
153. BERTRAND DE TEXIS, grand-maître de Saint-Jean de Jérusalem, 1230. Il succéda à Pierre de Montaigu, et ne jouit que quelques mois de sa nouvelle dignité. Armes: de l'Ordre.
154. GUÉRIN, grand-maître de Saint-Jean de Jérusalem, 1231. On ignore le prénom et la patrie de ce grand-maître, qui succéda à Bertrand de Texis, et que Vertot fait mourir dans un combat contre les Kharismiens. Ces barbares n'entrèrent en Palestine qu'en 1244, et Guérin ne vivait plus en 1236. Armes: de l'Ordre.
155. BERTRAND DE COMPS, grand-maître de Saint-Jean de Jérusalem, 1236. Il travailla avec activité à rétablir les affaires de la Terre-Sainte, et appela d'Occident les chevaliers des divers prieurés. Il était d'une maison noble et ancienne du Dauphiné. Armes: écartelé, aux 1 et 4 de l'Ordre, aux 2 et'3 de gueules, à l'aigle échiquetée d'argent et de sable.
156. RAUSSIN DE RARÉCOURT, 1230. La cinquième croisade, qui embrasse un espace de 25 ans, se termina par le voyage en Terre-Sainte de Thibaut IV, comte de Champagne et roi de Navarre, de Hugues duc de Bourgogne, de Pierre de Dreux, duc de Bretagne, et d'une foule de seigneurs français, dont quelques-uns figurent au Musée. Raussin de Rarécourt est de ce nombre. La maison de Rarécourt de la Valée, marquis de Pimodan, porte: d'argent, à cinq annelets de gueules, posés en sautoir, accompagnés de quatre mouches d'hermine.
157. RICHARD DE CHAUMONT en Charolais, 1239. Avant de partir pour la croisade avec le duc de Bourgogne, il vendit plusieurs biens, par un acte dont l'original existe dans les archives de la maison de Guiche. Il portait: d'or, au chef de gueules.
158. ANDRÉ DE SAINT-PHALLE, 1239. Ce seigneur, qui accompagnait en Palestine Thibaut de Champagne, son suzerain, portait: d'or, à la croix ancrée de sinople.
159. GUILLAUME DE MESSAY, 1239. Ce seigneur du Charolais suivit le duc de Bourgogne en Terre-Sainte. Armes: d'azur, au sautoir d'or.
160. ADAM DE SARCUS, 1239. Ce chevalier picard portait: de gueules, à la croix d'argent.
161. GÉRARD DE LEZAY, 1239. Il était issu d'une maison de la Haute-Bourgogne à laquelle on rattache celle de Marzenia-Lezay. qui porte: parti d'argent et de gueules, à la croix ancrée de l'un en l'autre.
162. PIERRE DE VILLEBRIDE, grand-maître de Saint-Jean de Jérusalem, 1241. Il succéda à Bertrand de Comps, et périt au combat de Gazer, livré l'an 1244 contre les Kharismiens, qui venaient de s'emparer de Jérusalem. Armes: de l'Ordre.
163. GUILLAUME DE CHATEAUNEUF, grand-maître de Saint-Jean de Jérusalem, 1244. Il fut pris à la bataille de la Massoure en 1250, et resta dix-huit mois prisonnier. Il tomba de nouveau, en 1252 au pouvoir des infidèles, mais il recouvra sa liberté moyennant une modique rançon. Il mourut en 1259. Armes: écartelé, aux 1 et 4 de la religion, aux 2 et 3 de gueules à trois tours crénelées d'or, maçonnées de sable.
164. GUILLAUME DE SONNAC, grand-maître du Temple, 1247. Il se distingua au siége de Damiette, et il commanda à la Massoure l'avant-garde de l'armée chrétienne avec le comte d'Artois, dont il s'efforça inutilement d'arrêter l'imprudence. Blessé dans ce premier combat, ou il perdit un oeil, Guillaume fut tué trois jours après dans une nouvelle action. Armes: de l'Ordre.

Sixième Croisade.

Presque tous les seigneurs bretons, qui figurent à cette croisade, notamment depuis le n° 167 jusqu'au n° 208, ont été admis sur titres semblables à celui dont nous donnons l'analyse pour Guillaume de Goyon, n° 167. Nous nous exempterons d'en rapporter à chaque fois la substance.

165. ROBERT DE DREUX, 1er du nom, seigneur de Beu, 1248. Il était fils de Robert III; comte de Dreux, arrière-petit-fils de Louis-le-Gros. Il suivit saint Louis en Palestine, et fit avant son départ un accord avec le couvent et l'abbé de Longpont. Armes: échiqueté d'or et d'azur, à la bordure engreslée de gueules.
166. GUILLAUME DE COURTENAY, 1er du nom, seigneur d'Yerre, 1248. Il est cité par Joinville. Son père, Jean de Courtenay, était, selon du Bouchet, sixième fils de Pierre de France, et petit-fils de Louis-le-Gros. Armes: d'or, à trois tourteaux de gueules, au lambel de cinq pendants de sable.
167. GUILLAUME DE GOYON, 1248. Ce chevalier s'associa avec Geoffroy de Montboucher et deux autres seigneurs bretons, pour les frais du passage de Limisso à Damiette, et ils donnèrent pouvoir à Hervé, marinier de Nantes, de traiter en leur nom. L'acte est daté du mois d'avril 1249, de Limisso, Nymocium, capitale de l'île de Chypre, où la flotte de saint Louis fit un assez long séjour, pendant lequel ce prince reçut les ambassadeurs d'un prince tartare et fit construire un grand nombre de bateaux plats pour éviter les bas-fonds du rivage égyptien. Armes de la maison de Gayon-Matignon: d'argent, au lion de gueules.
168. ALAIN DE LORGERE, 1248. Titre semblable à celui de Guillaume de Goyon. La maison de Lorgeril, après avoir passé à la réformation de 1426, a été déclarée noble d'extraction le 15 octobre 1668. Armes: de gueules, au chevron d'argent, chargé de cinq mouches d'hermine, et accompagné de trois molettes d'or.
169. HERVÉ DE SAINT-GILLES, 1248. Ce chevalier breton portait: d'azur, semé de fleurs de lis d'argent.
170. OLIVIER DE ROUGÉ, 1248. La maison de Rougé a passé aux réformations de Bretagne de 1426 et 1666; elle a joui des honneurs de la cour. Armes: de gueules, à la croix pattée et alaisée d'argent.
171. PAYEN FÉRON, 1248. Sa maison passa à la réformation de Bretagne de 1426, fut déclarée noble d'ancienne extraction, et maintenue dans sa qualité de chevalier par arrêt du 6 mai 1669, qui fait remonter sa filiation jusqu'à Olivier Féron, vivant en 1368. Armes: d azur, et six billettes d'argent.
172. GEOFFROY DE GOULAINE, 1248. L'historien de Bretagne, Augustin de Paz, dit qu'Alphonse de Goulaine ayant été chargé par le duc de Bretagne de négocier la paix entre les rois de France et d'Angleterre, y réussit tellement à leur satisfaction commune, qu'ils lui accordèrent l'un et l'autre le droit de porter dans son écu la moitié de leurs armes royales. Ce fait, répété par une foule d'auteurs, semble confirmé par les armes que les seigneurs de Goulaine ont toujours portées: mi-parti de France et d'Angleterre.
173. GUILLAUME DE KERGARIOU, 1248. Sa maison, déclarée noble d'ancienne extraction et maintenue dans sa qualité de chevalier par arrêt du 21 mars 1669, a chargé d'une tour crénelée d'argent ses armes, que l'on a peintes au musée d'après le sceau du titre de croisade: d'argent, fretté de gueules, au franc-quartier de pourpre.
174. HERVÉ CHRETIEN, 1248. Il était d'une maison de Bretagne déclarée noble d'ancienne extraction le 16 juillet 1669. Armes: de sinople, à la fasce d'or, accompagnée de trois heaumes du même et tarés de profil.