Glossaire, dictionnaire héraldique: évolution de 1660 à 1905

A quel livre, traité ou dictionnaire, correspond chaque date ?
A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Dague

Arme de main, à lame large et courte. De guerre ou de chasse. Représentée comme la plupart des armes blanches de cet ordre, en pal la pointe en haut, en sautoir, etc... Premiers bois du cerf, ou défense du vieux sanglier.

1901 Arme blanche, poignard.

Dague de chasse

Arme de main.

Daguet

Petit de la biche plus âgé que le faon.

1901 Petit de la biche plus âgé que le faon.

Daim

Animal à la robe tachetée de blanc, représenté naturellement. Ramure plus large et plus plate que celle du cerf.

1660 Bête sauvage, espèce de chèvre, plus petit que le cerf, il porte ses cornes plates et larges tournées en avant. 1679 (Dain) Animal rencontré en armes. 1887 Il est plus petit que le cerf, avec une ramure plate et plus large que celle du cerf ordinaire. 1899 Cet animal se rencontre peu dans les armes françaises ; quoique de proportions plus petites que le cerf, il porte une ramure très développée ; dans les armes anglaises on le rencontre souvent figurant comme support. 1901 Animal sauvage représenté passant et de profil ; on le reconnaît à ses cornes larges et plates tournées en avant ; il est assez semblable au cerf, mais beaucoup plus petit.

Dain

Voir Daim.

1679 Voir Daim.

Dais

Abri d'étoffe porté par quatre personnes en marque d'honneur.

1901 Abri formé d'un toit soutenu de quatre piliers.

Daiz

Dé à jouer.

Dalle tumulaire

Relatif aux tombeaux.

Dalmatique

Riche tunique à manches larges. Voir Ange.

1887 Voir Ange.

Damasquiné

Incrusté de filets de métal.

1905 Incrusté de filets de métal.

Damoiseau

Le nom de damoiseau ou damoisel, formé du latin barbare domicellus, petit ou jeune seigneur, indiquait d'abord le fils d'un seigneur ou d'un chevalier. Plus tard il désigna les simples écuyers et les aspirants à la chevalerie.

1901 Le nom de damoiseau ou damoisel, formé du latin barbare domicellus, petit ou jeune seigneur, indiquait d'abord le fils d'un seigneur ou d'un chevalier. Plus tard il désigna les simples écuyers et les aspirants à la chevalerie.

Damoisel

Voir Damoiseau.

1901 Voir Damoiseau.

Dance

Serpent fantastique, vivre.

Danché

Voir Denché.

1772 Il se dit du chef, de la fasce, de la bande et du parti, coupé, tranché, taillé et écartelé, lorsqu'ils se terminent en pointes aigues comme des dents. 1780 Se dit du chef, de la fasce, de la bande, et du parti, coupé, tranché, taillé et écartelé, quand ils se terminent en pointes aiguës, comme des dents. 1798 Il se dit des pièces, telles que le pal, le chef, la face, lorqu'elles sont terminées par des pointes en forme de dents. 1864 Se dit des figures héraldiques quand elles sont découpées en pointes aiguës comme les dents. 1905 Se dit des pièces telles que le pal, le chef, la fasce, lorsqu'elles sont terminées par des pointes en forme de dents.

Dans le sens

De la bande, de la barre, du chevron, de la fasce, du pal, etc... Se dit de figure ou de meuble long qui sont posées dans la direction qui est propre à l'une de ces pièces.

Danseur

Personnage.

Dard

Arme de jet ancienne, formée d'une pointe de fer fixée à une hampe de bois ; il diffère de la flèche en ce que sa tige n'est pas empennée.

1899 Arme qui, comme le javelot, se lance avec la main ; il diffère de la flèche en ce que sa tige n'est pas empennée. 1905 Arme de jet ancienne, formée d'une hampe de bois dur et d'une pointe de fer. Dard futé, dont la hampe est d'un émail différent de celui de la pointe. Dard empenné, dont les barbes sont d'un émail différent de celui de la hampe.

Dard d'arbalète

Flèche, qui se tire avec un arc ou une arbalète.

Datte

Fruit comestible du dattier.

Dattier

Palmier des régions chaudes.

Daulphin

Voir Dauphin.

1679 Voir Dauphin.

Dauphin

Pièce héraldique représentant un dauphin. Il est pâmé quand sa gueule est béante ; couché ou versé quand sa queue et sa tête sont tournées vers la pointe de l'écu ; allumé quand son oeil est d'un émail particulier. Sa tête s'appelle hure. Il peut être contourné.

1660 Pamé, vif, lampassé, oreillé, barbelé, crêté, loré. Tête penchante et tournée vers le flanc dextre de l'écu, et le corps entier ordinairement courbé. Le dauphin sert quelque fois de chargure et de brisure, aussi bien que de pièce principale. 1679 (Daulphin) Poisson rencontré en armes. 1843 Poisson de mer, posé de profil en demi-cercle, la pointe et la queue tournées vers la droite de l'écu. 1885 De profil et courbé en demi-cercle, la hure et le bout de la queue ordinairement tournés vers le flanc dextre de l'écu. On le dit couché quand ses extrémités regardent la pointe de l'écu; versé quand elles regardent le chef; pâmé quand il a la gueule ouverte et l'oeil fermé. 1887 L'attitude ordinaire de ce poisson est d'être posé en pal, courbé vers senestre, la tête en haut, et la queue ordinairement tournée vers le flanc dextre. On en trouve posés horizontalement, ce qui est exprimé par le mot nageant, et d'autres qui nagent dans la mer et portent la queue levée. 1899 Dans la position ordinaire en armoiries cette sorte de poisson doit avoir la tête et la queue tournées vers la dextre de l'écu, et le corps légèrement courbé ; mais s'il est figuré d'autre manière, il faut avoir soin de dire en blasonnant qu'il est versé quand ses extrémités tendent vers le chef, et couché si elles vont vers la pointe : allumé, quand l'émail de l'oeil est autre que celui du corps : lorré, si ce cas est celui des nageoires : barbé, à propos des barbes, et crêtés : pour la crêté ; quand le dauphin est représenté ayant les yeux fermés et la gueule ouverte on le dit pâmé. 1901 Poisson à grosse tête, représenté courbé en demi-cercle, de profil et en position verticale. Son museau et sa queue sont tournés vers la dextre de l'écu. 1905 Pièce héraldique représentant un dauphin. Il est pâmé quand sa gueule est béante ; couché ou versé quand sa queue et sa tête sont tournées vers la pointe de l'écu ; allumé quand son oeil est d'un émail particulier. Sa tête s'appelle hure. Il peut être contourné.

Daurade

Poisson à reflets dorés et argentés.

Dé à jouer.

1901 Dé à jouer.

Dé à coudre

Etui en métal de protection.

Dé à jouer

Représenté ordinairement de biais avec des points sur ses faces.

De l'un à l'autre

Dans le cas ou les émaux sont alternés dans un ordre inverse entre les pièces et les partitions qui les portent, si la pièce se continue d'un émail sur l'autre.

1780 Se dit des pièces étendues qui passent sur les deux pièces de la partition ou sur toutes les fasces, bandes, pals, alternant les émaux de ces partitions, comme Rhodes-Barbarel, en Dombes, porte parti de sable et d'argent à treize étoiles rangées en trois pals, les cinq du milieu de l'un à l'autre, et les quatre de chaque flanc de l'un en l'autre. 1843 Ces termes s'emploient, quand un écu étant composé de partitions de deux émaux différents, les meubles qui chargent chacune de ces partitions sont réciproquement d'émaux contraires ; on dit alors par exemple : écartelé d'or et d'azur, à deux croissants de l'un à l'autre. 1864 Se dit d'une figure posée sur deux portions de diverses couleurs, et dont chaque moitié prend la couleur de la portion opposée, comme sur un écu parti de sable et d'argent, cinq étoiles posées en pal dont la moitié posée sur le sable serait d'argent, et la moitié posée sur l'argent serait de sable. 1872 Se dit d'une pièce étendue, passant sur les divers meubles de l'écu en alternant, suivant ces meubles les émaux ou les métaux. 1885 Se dit des figures posées sur une des pièces de la partition en alternant les émaux de celle-ci. 1887 Se dit de figures identiques posées dans les différentes parties d'un écu divisé par des lignes de partition, et alternant les émaux. 1899 Se dit lorsque des figures semblables sont placées sur les partitions d'un écu coupé, parti, tranché, etc ..., et que ces figures, dont les émaux sont de la même nature que ceux des partitions, sont posées en opposition sur ces dernières ; c'est-à-dire que la figure de métal est sur la partition d'émail, et que celle d'émail est sur celle de métal. 1901 Désigne un animal ou un objet quelconque posé sur une partition de l'écu et dont l'émail est changé alternativement avec celui du champ. 1905 Dans le cas ou les émaux sont alternés dans un ordre inverse entre les pièces et les partitions qui les portent, si la pièce se continue d'un émail sur l'autre.

De l'un dans l'autre

Voir De l'un en l'autre.

De l'un en l'autre

(ou De l'un en l'autre) - Se dit d'une pièce ou figure placée sur deux côtés de la partition d'un écu. Dans ce cas, les couleurs sont en opposition. (Par exemple: la partie de la figure de sable sur l'or du premier champ et la partie de la figure d'or sur le sable du deuxième champ).

1780 Se dit du parti, du coupé, du tranché, de l'écartelé, du fascé, du pallé, du bandé, etc. quand ils sont chargés de plusieurs pièces qui sont, sur l'une de ces parties, de l'émail de l'autre, réciproquement et alternativement. 1843 Expression analogue à De l'un à l'autre et qui s'applique au cas où un meuble posé sur deux partitions est parti des mêmes émaux, mais en ordre inverse. 1864 Se dit des figures qui sont chargées de pièces qui sont l'une de l'émail de l'autre, et réciproquement comme l'écu tranché d'argent et d'azur, à trois tourteaux d'azur sur l'argent, et d'argent sur l'azur. 1872 Se dit d'une pièce placée sur un écu divisé en deux parties ayant son émail sur le métal, et le métal sur l'émail. 1885 Lorsque l'écu est divisé par deux émaux et chargé d'une pièce des mêmes émaux, en sorte que le métal soit sur la couleur et la couleur sur le métal, on dit que cette pièce est de l'un en l'autre. 1887 Se dit de figures posées sur les lignes de partition et alternant les émaux. 1899 Se dit lorsqu'une figure se trouve placée sur le trait de séparation d'un écu parti, tranché, taillé, etc ..., et qu'elle est couverte alternativement des deux même émaux que ceux du champ, c'est-à-dire : quand elle est couverte à dextre par l'émail sénestre de l'écu, et à sénestre par l'émail du champ à dextre ; si l'écu est coupé, l'opposition alternative des émaux, de l'un en l'autre, a lieu en chef et en pointe. 1901 Diffère de l'un à l'autre, en ce que les pièces ne sont pas posées sur les partitions de l'écu, mais au centre des divisions ou des quartiers. 1905 Dans le cas ou les émaux sont alternés dans un ordre inverse entre les pièces et les partitions qui les portent, si deux pièces sont posées chacune dans l'une des parties.

De même

Voir Du même.

1885 Se dit pour éviter la répétition de l'émail qu'on vient de nommer. 1899 Souvent employé pour du même (voir ce mot) cette dernière manière d'énoncer pour éviter la répétition d'un émail est préférable.

De mesme

Voir Du même.

De... à...

En blasonnant, on doit commencer par énoncer l'émail dont est couvert le champ de l'Ecu, et dire non pas champ de... mais simplement : de... (selon ce qui existe); puis énoncer les pièces qui sont représentée sur le champ, par : à... ; enfin lorsqu'une pièce est placée sur une autre pièce, on dit que cette dernière est chargée de... Exemples : des armoiries composées d'un écu de gueules et d'un chevron d'argent doivent être énoncées ainsi : de gueules à un chevron d'argent ; des armoiries composées d'un écu d'or, avec une fasce d'azur, sur laquelle il y a trois étoiles d'argent doivent être énoncées : d'or, à la fasce d'azur chargée de trois étoiles d'argent. Il est bon de remarquer que le champ d'un écu, sur lequel il y a des pièces, ou meubles ne doit pas être dit chargé de ces pièces, ou meubles.

1899 En blasonnant, on doit commencer par énoncer l'émail dont est couvert le champ de l'Ecu, et dire non pas champ de... mais simplement : de... (selon ce qui existe); puis énoncer les pièces qui sont représentée sur le champ, par : à... ; enfin lorsqu'une pièce est placée sur une autre pièce, on dit que cette dernière est chargée de... Exemples : des armoiries composées d'un écu de gueules et d'un chevron d'argent doivent être énoncées ainsi : de gueules à un chevron d'argent ; des armoiries composées d'un écu d'or, avec une fasce d'azur, sur laquelle il y a trois étoiles d'argent doivent être énoncées : d'or, à la fasce d'azur chargée de trois étoiles d'argent. Il est bon de remarquer que le champ d'un écu, sur lequel il y a des pièces, ou meubles ne doit pas être dit chargé de ces pièces, ou meubles.

Debout

Se dit d'animaux dressés sur leurs pattes de derrière, d'un baril posé verticalement, d'un homme sur ses deux jambes, etc..

1660 Dressé sur ses pattes de derrière. 1780 Se dit des animaux dressés sur leurs pieds de derrière.

Décapité

Synonyme d'étêté, se dit des animaux représentés sans la tête, qui semble coupée.

1887 Synonyme d'étêté, se dit des animaux représentés sans la tête, qui semble coupée. 1901 Indique les animaux représentés sans tête.

Déchiqueté

Voir Arraché.

Décollation

Action de trancher la tête, de couper le cou.

Décollé

Voir Décapité.

Décolleté

Pour une tête coupée indique l'émail de la coupure. Une tête décolletée de gueules.

Découpé

On le dit des lambrequins découpés en feuilles d'acanthe et du papelonné. De toute pièce dont les lignes extérieures présentent des découpures irrégulières. Se dit aussi d'une branche d'arbre sciée et séparée du tronc, d'une tige coupée et séparée de sa racine.

1660 Moucheté, plumeté, sont synonymes, se figurent sans nombre comme tierce-feuilles renversées, et qui ont la queue montante. 1780 Se dit des lambrequins qui sont découpés à feuilles d'Acanthe, et du papelonné. 1864 Se dit des lambrequins qui sont découpés à feuilles d'acanthe. 1885 Se dit des lambrequins qui sont découpés en feuilles d'acanthe. 1899 Nom que quelques auteurs ont donné aux enroulements taillés en forme de feuilles d'acanthe, dans du cuir ou de l'étoffe, qui servent d'ornements et entourent le casque timbrant l'Ecu d'un chevalier ; le nom de lambrequin est plus héraldique, et doit être employé de préférence.

Découplé

Synonyme de partage ou divise ; on dit qu'un chevron, une croix ou autre meuble de forme double est découplé lorsqu'il est partagé, sans sa pointe et disjoint dans ses bras ou branches, laissant voir le champ de l'Ecu dans l'espace ouvert par la division.

1772 Signifie la même chose que partagé ou divisé. Ainsi un chevron découplé, est un chevron qui manque de pointe, et dont les deux extrémités sont à une certaine distance l'une de l'autre. 1899 Synonyme de partage ou divise ; on dit qu'un chevron, une croix ou autre meuble de forme double est découplé lorsqu'il est partagé, sans sa pointe et disjoint dans ses bras ou branches, laissant voir le champ de l'Ecu dans l'espace ouvert par la division.

Decours

Sans doute synonyme de "versé" car qualifie toujours un croissant retourné.

Découvert

Se dit d'un château sans toit.

Décrottoir

Lame de fer horizontale accrochée au mur.

Décrottoire

Sorte de brosse pour nettoyer les chaussures.

1905 Sorte de brosse pour nettoyer les chaussures.

Décussé

Se dit quelquefois des feuilles disposées par pair et mises en sautoir.

Dédale

Cette espèce de labyrinthe est représenté sous la forme de trois haies concentriques.

1887 Cette espèce de labyrinthe est représenté sous la forme de trois haies concentriques.

Défaillant

Se dit d'une pièce à laquelle il manque l'une de ses deux moitiés.

1872 Se dit d'une pièce à laquelle il manque l'une de ses deux moitiés. 1887 Se dit d'un objet auquel il manque la moitié dextre ou la moitié senestre. Il est dit défaillant de ce côté ou la moitié a été ôtée. Par ex. une fleur-de-lis privée de sa moitié dextre sera dite défaillante à dextre. 1899 Se dit de tout meuble dont une moitié est seule représentée ; on doit toujours spécifier le côté dextre ou sénestre de la partie défaillante. 1901 Se dit d'un emblème héraldique auquel il manque une moitié.

Défait

Se dit quelquefois des têtes d'animaux qui sont coupées net, sans présenter ni lambeaux, ni filaments de chair. On dit ordinairement coupé ou décapité.

1905 Se dit quelquefois des têtes d'animaux qui sont coupées net, sans présenter ni lambeaux, ni filaments de chair. On dit ordinairement coupé ou décapité.

Défendant

Fait parti de multiples attitudes, d'animaux surtout, qui n'ont pas de représentations très précises et qu'il faut interpréter.

Défendu

Se dit des animaux pourvus de défenses, lorsque celles-ci sont d'un émail autre que celui du corps.

1780 On dit qu'un sanglier est défendu d'un tel émail, quand sa défense ou sa dent de dessous est d'un autre émail que le corps ou la hure. 1843 Armé de dents ou de défenses d'un autre émail que la tête. 1872 Se dit du sanglier ou de l'éléphant, lorsque les dents ou les défenses sont d'un autre émail que la tête. 1885 Se dit du sanglier dont la dent ou défense est d'autre émail que la tête. 1887 Se dit du sanglier et de l'éléphant lorsque leurs dents ou défenses sont d'un autre émail que la tête. 1899 Lorsque les dents (ou plutôt les défenses) d'un sanglier ou d'un éléphant, sont d'un autre émail que celui du corps, on dit en blasonnant, que cet animal est défendu de... suivant ce qui est représenté. 1901 Attribut du sanglier et de l'éléphant dont les dents et les défenses sont d'un autre émail que celui de la tête ou du corps. 1905 Se dit des animaux pourvus de défenses, lorsque celles-ci sont d'un émail autre que celui du corps.

Défense

Dent du sanglier saillante hors de la hure. Les animaux munis de défenses figurés ordinairement sur les blasons sont les sangliers et les éléphants, et, quand ces défenses sont d'un émail différent de celui du corps, ils sont dits défendus.

1660 Dent de dessous du sanglier. Défendu lorsque la dent est d'autre couleur que la tête. 1772 On dit qu'un hérisson est en défense, pour dire qu'il est roulé et en peloton, comme il a coutume de se rouler pour empêcher qu'on le prenne. 1780 C'est le nom que l'on donne à la dent de dessous du sanglier. On dit d'une licorne qu'elle est en défense quand elle baisse la tête, et qu'elle présente la pointe de sa corne. On le dit aussi d'un hérisson lorsqu'il est roulé en peloton, comme il a coutume de le faire pour empêcher qu'on ne le prenne. 1864 Se dit des longues dents des sangliers et des éléphants. 1887 Dent des éléphants et sangliers. 1899 Meuble d'un usage assez fréquent dans les armoiries et qui représente la dent du sanglier et de l'éléphant. 1901 Dent de sanglier et d'éléphant. 1905 Dent du sanglier saillante hors de la hure. Les animaux munis de défenses figurés ordinairement sur les blasons sont les sangliers et les éléphants, et, quand ces défenses sont d'un émail différent de celui du corps, ils sont dits défendus.

Défense (En)

Hérisson en défense : hérisson roulé et qui présente ses aiguillons dressés. Licorne en défense, celle qui baisse la tête et présente la corne.

1901 Se dit de la licorne baissant la tête pour se défendre contre un ennemi. Du hérisson roulé en boule. 1905 Hérisson en défense : hérisson roulé et qui présente ses aiguillons dressés. Licorne en défense, celle qui baisse la tête et présente la corne.

Déferler

Larguer un pavillon ferlé ou des voiles ferlées au moyen de rabans.

1905 Larguer un pavillon ferlé ou des voiles ferlées au moyen de rabans.

Dégarni

Se dit d'une épée sans garde.

1887 Se dit d'une épée sans garde. 1899 Se dit d'une épée sans garde. 1901 Indique une épée sans garde.

Dégouttant

Voir Dégouttant de sang.

Dégouttant de sang

Se dit des membres d'hommes, ou d'animaux qui semblent arrachés avec force, et dont on voit découler des gouttes de sang. Cette représentation est assez rare dans les armes françaises, mais on en trouve plusieurs exemples dans les armoiries anglaises.

1887 Se dit des membres d'hommes ou d'animaux coupés ou arrachés, desquels tombent des gouttes de sang. 1899 Se dit des membres d'hommes, ou d'animaux qui semblent arrachés avec force, et dont on voit découler des gouttes de sang. Cette représentation est assez rare dans les armes françaises, mais on en trouve plusieurs exemples dans les armoiries anglaises. 1905 Se dit du pélican quand les gouttes de sang qu'il fait tomber avec son bec sont d'un autre émail que le corps.

Degré

Marche d'escalier.

Delta

Figure héraldique représentant un triangle régulier, comme le delta majuscule.

1843 Triangle évidé, comme l'instrument de musique composé de trois tringles de fer. 1901 Triangle évidé, comme l'instrument de musique composé de trois tringles de fer. Il est appelé ainsi parce qu'il affecte la forme de la lettre grecque nommée delta. 1905 Figure héraldique représentant un triangle régulier, comme le delta majuscule.

Démanché

Se dit de tout outil ou arme représentée sans le manche qui lui est propre.

1887 Se dit de tout outil ou arme représentée sans le manche qui lui est propre. 1901 Attribut de tout outil ou arme représentée sans le manche qui lui est propre.

Démembré

Se dit de tout animal, en particulier les oiseaux, dont les pattes sont retranchées.

1660 Oiseau qui n'a ni pieds ni cuisses, qui est sans membres. 1780 Se dit de l'aigle, du lion et de tout autre animal dont les membres sont séparés. 1864 Se dit des animaux dont les membres sont enlevés. 1885 Se dit des animaux dont les membres sont séparés du corps. 1887 Se dit des oiseaux privés de leurs pattes. 1899 Cette qualification se donne aux animaux privés de leurs pattes. 1905 Se dit de tout animal, en particulier les oiseaux, dont les pattes sont retranchées.

Demi-aigle

Se dit d'une aigle coupée en deux verticalement, généralement la partie dextre restante. Elle a sa tête comme si c'était une aigle à deux têtes coupée. On la rencontre le plus souvent dans des mi-partis et mouvante de la partition.

Demi-cercle tréflé

L'aigle dans les armes de Prusse et de Brandebourg est représentée avec un filet d'or sur chaque aile qui, sortant du corps, suit la direction de l'aile et se termine en trèfle. Cet ornement n'est autre chose que la lame de métal qui servait aux premiers temps de la chevalerie à fixer une telle aigle, découpée en cuir ou peut-être taillée en bois sur l'écu du chevalier.

1887 L'aigle dans les armes de Prusse et de Brandebourg est représentée avec un filet d'or sur chaque aile qui, sortant du corps, suit la direction de l'aile et se termine en trèfle. Cet ornement n'est autre chose que la lame de métal qui servait aux premiers temps de la chevalerie à fixer une telle aigle, découpée en cuir ou peut-être taillée en bois sur l'écu du chevalier.

Demi-cercle tressé

Filet d'or qui longe chaque aile de l'aigle, du corps à son extrémité et qui se termine en tresse. (C'est la lame de métal qui servait à maintenir les ailes des aigles découpées en cuir dans les premiers temps de la chevalerie).

Demi-corps

Voir Issant.

Demi-ramure

Voir Ramure.

1887 Voir Ramure.

Demi-vol

Une seule aile d'oiseau ; ordinairement dextre il convient d'indiquer s'il s'agit d'une aile senestre.

1660 Ce n'est qu'une aile seule d'un oiseau sans spécifier duquel, dont les bouts des plumes doivent toujours être vers le flanc senestre. 1772 Qui se dit d'une aile seule d'un oiseau. Il n'est pas besoin d'en marquer l'espece; mais il faut que les bouts des plumes soient tournés vers le flanc senestre. 1843 Aile d'oiseau prise isolément ; elle paraît en pal le bout relevé vers l'angle senestre du chef. 1872 V. Vol. 1885 C'est une seule aile d'oiseau. 1887 Voir Vol. 1899 En langage héraldique, le mot vol désigne les ailes des oiseaux ; le demi-vol est employé quand il n'y a qu'une seule aile représentée. Dans sa position ordinaire sur un écu, le demi-vol part du flanc sénestre, et ses pointes montent vers le chef ; si au contraire les plumes descendent vers la pointe, on doit l'énoncer comme abaissé. 1901 Aile seule détachée du corps d'un oiseau, posée en pal, le dos à dextre et la pointe vers le haut de l'écu. Il y a quelquefois plusieurs demi-vols ensemble dans l'écu. 1905 Pièce héraldique représentant l'aile gauche d'un oiseau. Le demi-vol est exactement une aile étendue seule, posée en pal, le dossier à dextre, la pointe vers le chef de l'écu. Le vol entier se compose de deux ailes.

Demoiselle

Libellule bleue appelée aussi agrion.

1905 Jeune femme. Libellule.

Démon

Dragon.

Denché

Se dit des pièces, telles que le pal, le chef, la face, lorqu'elles sont terminées par des pointes en forme de dents. Se dit de toute pièce dont les bords sont formés en dents de scie. On se sert du mot dentelé quand les dents de la bordure sont de petites dimensions.

1660 Endenché, comme qui dirait denté, endenté ou ayant des dents. Denché se dit lorsque les pointes sont assez grosses, et taillées droites en leurs intervalles. 1772 Qui a de petites dents. 1843 Bordé de dents de scie. 1872 Se dit des meubles dont les bords sont composés d'angles saillants et rentrants. 1885 Se dit des pièces qui ont des dents comme les feuilles de scie. 1887 Se dit des pièces héraldiques et des partitions lorsque les lignes dont elles se composent sont à angles rentrants et saillants. 1899 Se dit de toutes les pièces dont les bords sont formés en dents de scie. On se sert du mot dentelé quand les dents de la bordure sont de petites dimensions. 1901 Forme spéciale de l'écu et des bords d'une croix, d'une fasce, etc. Elle représente une feuille de scie, à petites dents pointues. On dit aussi dentelé dans le même sens, qui est l'expression technique du XVIe siècle. 1905 Se dit des pièces honorables munies de dents à la manière d'une scie. Syn. de Denté.

Denchure

Ce nom n'est employé qu'à propos du chef denché, réduit à sa moindre épaisseur, dans ce cas on se sert aussi du mot dentelure.

1887 Filet ou listel denché, formant le bord supérieur de l'écu. 1899 Ce nom n'est employé qu'à propos du chef denché, réduit à sa moindre épaisseur, dans ce cas on se sert aussi du mot dentelure. 1901 Nom d'un chef denché réduit à sa moindre largeur. 1905 Filet denché qui se place au bord supérieur de l'écu. Son emploi est très rare.

Denier

Ancienne monnaie française.

Dent

On rencontre cette appellation pour un petit triangle la pointe en bas. Mais on rencontre aussi la dent au naturel avec ses racines.

Denté

Attribut d'animal qui montre les dents d'un émail particulier.

1780 Se dit des dents des animaux. 1905 Se dit des animaux, quand ils ont les dents d'un autre émail que la tête. Se dit d'une pièce qui porte des dents à angle droit d'un seul côté ; quand on ne le blasonne pas, c'est la partie inférieure qui porte les dents. Syn. de Denché dans cette deuxième acception.

Dentelé

Qui a des dents de scie plus grosses que le denché, Certains disent que ce mot est préférable, que denché, mais les anciens font la différence de grosseur de dents. Le dentelé peut faire le contour de toutes sortes de meubles ou de pièces comme de traits de partitions.

1660 Qui a les dents plus menues et plus courtes que le denché, encore que cette différence s'observe fort peu sinon à la fantaisie de l'ouvrier. 1780 Se dit de la croix, de la bande et autres pièces à petites dents. 1843 Voir Denché. 1864 Se dit des pièces découpées à petites dents comme certaines croix. 1872 Denché dont les angles sont plus petits. 1885 A la même signification que denché. 1887 Est le denché, dont les angles sont plus petits et plus nombreux. 1905 Qui est découpée en forme de dents de scie. Se dit d'une pièce (bande, barre, fasce, pal) qui porte des dents des deux côtés.

Dentelure

Voir Denchure.

1901 Voir Denchure.

Denticule

Petite dent carrée.

1905 Très petite dent.

Denticulé

Se dit des pièces, ou meubles, qui ont une bordure en forme de petits créneaux.

1660 Bordure de dents autour de l'écu. 1780 Bordure semblable aux denticules qui se mettent aux corniches d'architecture. 1872 Se dit d'une sorte de bordure composée en forme de créneaux. 1887 Se dit d'une espèce de bordure composée de créneaux ou de denticules semblables à celles qui se mettent aux corniches d'architecture. 1899 Se dit des pièces, ou meubles, qui ont une bordure en forme de petits créneaux. 1901 Se dit d'une espèce de bordure formée de créneaux isolés. 1905 Se dit des pièces du crénelé, qui sont mouvantes de côté et forment bordure.

Déporté

Se dit pour des pièces verticales déplacées à dextre ou à senestre, par rapport à leur position ordinaire. Equivalent pour les fasces, chevron, bande, etc... de abaissé ou haussé.

Dépouille

Se dit pour la peau d'un animal représentée défendue.

1772 Est la peau et la couverture entiere d'un animal, avec la tête, la queue, et toutes les appartenances; desorte que si on remplissoit cette dépouille de bourre, de paille, ou de quelqu'autre chose semblable, elle ressembleroit à l'animal entier. 1885 C'est la peau d'un animal. 1887 De lion, d'âne, etc., indique la peau de ces animaux. 1899 Se dit pour la peau d'un animal représentée défendue.

Déraciné

Voir Arraché.

Désarmé

Se dit de l'aigle sans ongles ou de tout autre animal sans griffes. D'un mât de navire sans voile.

1660 Se dit de l'aigle qui n'a point d'ongles. 1780 Se dit de l'aigle qui n'a point d'ongles. 1843 Privé de ses ongles. 1872 Se dit d'un animal dépourvu de ses ongles. 1885 Se dit d'une aigle qui n'a point d'ongles. 1887 Se dit d'un animal qui n'a point d'ongles. 1899 Se dit de tout animal figuré sans ongles ou griffes. 1901 Attribut d'un animal qui n'a point d'ongles, ni de griffes. 1905 Se dit de l'aigle qui n'a point d'ongles ou du lion représenté sans griffes.

Destrier

Cheval de bataille tenu de la main droite par l'écuyer.

Désuet

Signifie Réduit.

Détaillé

Trait de taillé, une nouvelle fois sur une ligne de partition interrompue par un autre trait, mais suivant le sens inverse de la précédente taillée. Terme ancien qui n'est plus guère usité.

Détranché

Même que détaillé, mais avec un tranché.

1772 Se dit de l'écu dans lequel est une ligne en bande, qui ne part pas précisément de l'angle dextre, mais de quelque partie du bord supérieur, et qui par conséquent tombe en biais ou diagonalement; ou bien qui part de quelque point du côté dextre. On dit tranché, détranché, et retranché, pour signifier qu'il y a deux lignes diagonales qui font deux partitions dans l'écu, partant des angles, et une troisieme partant de quelque autre point. Voyez Tranché.

Deux et un

Lorsque trois pièces sont placées sur un écu, dont le champ est plein, et qu'elles l'occupent seules, étant posées deux en chef et une en pointe, on peut se dispenser de les énoncer ainsi ; mais quand ces pièces occupent une autre place ou disposition, il est rigoureusement nécessaire de l'indiquer ; si elles sont placées : une en chef, et deux en pointe on les dit : mal-ordonnées ; on doit aussi indiquer la place qu'elles occupent lorsqu'elles accompagnent, ou chargent, une pièce honorable.

1660 La plupart s'en servent pour dire et spécifier l'assiette des figures quand elles sont au nombre de trois dans un écu sans autres pièces, quoiqu'il ne soit pas nécessaire de le dire, d'autant que toutes les fois que ce nombre se rencontre, il est à supposer que le figures doivent être mises deux et une, c'est-à-dire deux en chef et une en pointe. 1780 Se dit de la disposition ordinaire de trois pièces en armoiries, dont deux sont vers le chef et une vers la pointe, comme les trois fleurs-de-lis de France. 1798 On dit Deux et un, pour dire, deux en chef, et un en pointe. Il y a dans l'écu de France trois fleurs de lis, deux et un. 1864 Se dit de la disposition ordinaire de trois pièces en armoiries, dont deux sont vers le chef et une vers la pointe. 1872 Se dit de trois pièces semblables placées en forme de triangle, le sommet en bas. 1885 C'est la disposition a plus usitée en armoiries, de trois pièces dont les premières sont en chef et la troisième en pointe. 1899 Lorsque trois pièces sont placées sur un écu, dont le champ est plein, et qu'elles l'occupent seules, étant posées deux en chef et une en pointe, on peut se dispenser de les énoncer ainsi ; mais quand ces pièces occupent une autre place ou disposition, il est rigoureusement nécessaire de l'indiquer ; si elles sont placées : une en chef, et deux en pointe on les dit : mal ordonnées ; on doit aussi indiquer la place qu'elles occupent lorsqu'elles accompagnent, ou chargent, une pièce honorable. 1901 Disposition de trois pièces deux en chef et une en pointe, c'est à dire en forme de triangle renversé ; se dit aussi de trois pièces accompagnant une pièce principale qui les sépare comme la fasce. 1905 Se dit de la disposition ordinaire de trois pièces, dont deux sont vers le chef et une vers la pointe. Lorsque la disposition est inverse, on dit les pièces mal-ordonnées.

Deux-tiers

Terme de dessin qui exprime la position du casque ou heaume sur l'écu des marquis, comtes, vicomtes, barons et chevaliers.

1864 Terme de dessin qui exprime la position du casque ou heaume sur l'écu des marquis, comtes, vicomtes, barons et chevaliers.

Développé

Employé parfois pour déployé.

1772 Qui s'employe très souvent dans le même sens que déployé. Ainsi en termes de guerre on appelle couleurs volantes, ce qu'on appelle développé dans le Blason. Voyez Déployé.

Dévidoir

Instrument dont on se sert pour dévider le lin, la laine ou le coton en bibines.

1905 Instrument dont on se sert pour dévider le lin, la laine ou le coton en bibines.

Devise

Ce mot qualifie une marque distinctive employée comme motif décoratif ou insigne de parti - ou encore la sentence inscrite sur une banderole ou un listel sous l'écu. Nommée aussi Divise: c'est une fasce réduite qui se trouve en haut de l'écu.

1660 Est une division et partition de la fasce, tellement que quand une fasce n'a que la troisième partie de sa largeur ordinaire, elle s'appelle fasce en devise, ou devise seulement, et n'y en doit avoir qu'une seule en un écu, encore qu'il s'en trouve quelque fois deux, mais rarement, qui accompagnent une fasce, si ce n'est qu'on les veuille appeler trangle, et en ce cas il faut les tenir la moitié plus étroite. Se met non seulement comme la fasce au milieu de l'écu soit qu'elle soit seule, soit qu'elle soit accompagnée, mais encore elle se pose en chef, à la partie basse d'icelui. Voir Divise. 1843 Courte sentence qui se place sur un listel ou ruban au-dessous de l'écu. 1864 Sentence que l'on écrit sur une banderolle au-dessous de l'écu des armes. 1872 Sentence inscrite au-dessus ou au-dessous de l'écu. 1887 Sentence concise, inscrite sur un listel au-dessous de l'écusson des armes. 1899 Nom donné à une fasce rétrécie qui se pose en chef sur l'Ecu. On donne aussi le nom de devise à l'ornement extérieur des armoiries, représentant une espèce de ruban appelé liston, sur lequel se trouve inscrit la devise, ou le cri des gentilshommes. 1901 Sentence laconique inscrite sur un listel posé au-dessous de l'écu.

Devise ou fasce divise

Voir Divise.

Dévorant

Se dit des poissons qui ont la gueule ouverte comme pour dévorer. Ou de tout autre animal ayant quelque chose (que l'on nomme) dans la gueule.

1772 Se dit des poissons qui ont la gueule ouverte comme pour manger, parce que les poissons avalent ce qu'ils mangent tout entier et sans le mâcher. Voyez Poisson.

Dextre

On se sert de cette expression pour indiquer le côté droit de l'Ecu. Un écu étant la représentation d'un bouclier, ou d'une cotte d'armes, on doit le blasonner, non par rapport à la personne que le regarde, mais par rapport à celle qui le porte.

1772 On dit le côté dextre et le côté senestre de l'écu, et non pas le droit et le gauche. 1798 On dit le côté dextre, pour dire, le côté droit; dextre, pour dire, à droite. 1843 Côté droit. 1872 Côté droit de l'écu. 1885 Côté droit. 1887 Terme pour indiquer le côté droit qui, pour ce qui regarde les armoiries, se trouve à la gauche du spectateur. 1899 On se sert de cette expression pour indiquer le côté droit de l'Ecu. Un écu étant la représentation d'un bouclier, ou d'une cotte d'armes, on doit le blasonner, non par rapport à la personne que le regarde, mais par rapport à celle qui le porte. 1901 Terme désignant la droite de l'écu du chevalier qui est censé le porter. C'est donc le côté gauche du bouclier par rapport au spectateur.

Dextrochère

Figure héraldique qui est un bras droit, représenté nu, vêtu ou armé, tenant une arme ou toute autre pièce.

1660 C'est le bras droit qui tantôt se trouve nu, autrefois vêtu ou habillé, et quelques fois armé. 1772 Qui se dit du bras droit qui est peint dans un écu, tantôt tout nud, tantôt habillé, ou garni d'un brasselet ou d'un fanon, quelquefois armé ou tenant quelque meuble ou piece dont on se sert dans les armoiries. Ce mot vient du latin dextrocherium, qui signifie un brasselet que l'on portoit au poignet droit, dont il est parlé dans les actes du martyre de sainte Agnès, et dans la vie de l'empereur Maxime. On met quelquefois le dextrochere en cimier. 1780 Se dit du bras droit peint dans un écu, tantôt nu, tantôt habillé, garni d'un brasselet ou d'un fanon, quelquefois armé, tenant en main quelque chose. 1798 Il se dit d'un bras, soit nu, soit garni d'un fanon. 1843 Bras droit ; on le représente nu ou paré, tenant une épée ou un autre instrument. 1864 Se dit du bras droit avec la main dont pend quelquefois un fanon. 1872 Bras droit représenté nu vêtu ou armé, mouvant du flanc senestre de l'écu. 1887 Nom du bras, qui se dirige du côté dextre de l'écu vers senestre. Il montre toujours le coude ; autrement en serait un avant-bras. 1899 Se dit du bras droit figuré sur un écu ; on doit spécifier, en blasonnant, s'il est armé - vêtu de fer ; paré : garni d'un bracelet ; ganté : s'il est couvert d'un gantelet ; sauf quelques rares exceptions, il est placé mouvant du flanc sénestre de l'Ecu. 1901 Bras dextre depuis l'épaule, plié au coude. Il paraît dans l'écu, mouvant du flanc senestre. 1904 Membre supérieur humain droit. 1905 Figure héraldique qui est un bras droit, représenté nu, vêtu ou armé, tenant une arme ou toute autre pièce.

Diable

Le diable est représenté sous les traits d'un homme, nu, barbu ceint d'une sorte de lambrequin, les pieds et les mains terminés en griffes, des cornes de cerf sur la tête, des ailes de chauve-souris, la queue recourbée et parfois une fourche à la main.

1887 Meuble très rare. 1899 Nous n'avons trouvé qu'un seul exemple de cette figure, elle est par conséquent fort rarement employée en armoiries. Teufel porte : d'or, à un diable de gueules.

Diadémé

Se dit pour couronnée en parlant de l'aigle.

1780 Se dit de l'aigle qui a un petit cercle rond sur la tête. 1864 Se dit de l'aigle qui a un petit cercle rond sur la tête. 1885 Se dit de l'aigle dont la tête est entourée d'un cercle. 1887 Se dit d'une aigle dont la tête semble posée sur un besant d'or qui représente une auréole. C'est surtout l'aigle éployée ou à deux têtes qu'on voit orné de cette espèce de diadème. 1899 Se dit à propos de l'aigle dont la tête est entourée d'un cercle. Cette qualification a été plusieurs fois improprement donnée au bandeau qui entoure les têtes de Maures, ces têtes doivent être dites tortillées. 1901 Se dit de l'aigle dont la tête est entourée d'une auréole. 1905 Se dit pour couronnée en parlant de l'aigle.

Diamant

Le diamant est employé comme meuble de l'Ecu, il est représenté tantôt en forme triangulaire, tantôt en forme losangée ; il est toujours taillé en facettes. Le diamant est d'un très grand usage dans l'ornementation du cercle des couronnes de dignité.

1887 Tantôt triangulaire, tantôt en forme de losange. Ils sont toujours taillés à facettes. 1899 Le diamant est employé comme meuble de l'Ecu, il est représenté tantôt en forme triangulaire, tantôt en forme losangée ; il est toujours taillé en facettes. Le diamant est d'un très grand usage dans l'ornementation du cercle des couronnes de dignité. 1901 Pierre précieuse taillée à facettes. Elle est triangulaire ou en losange.

Diapré

S'entendait autrefois pour toute surface, d'un tissu comme d'un métal, ou d'une céramique, ornée de figures, de rinceaux, de bêtes, de diverses couleurs. Se dit du champ et des pièces d'un écu, quand ils sont couverts d'ornements d'un métal et d'un émail différents, imitant les incrustations d'un objet damasquiné. Les écus diaprés n'existent guère qu'en Allemagne et dans les Flandres.

1660 Figuré et tracé à fantaisie d'un compartiment de fleurs, ou autres broderies, qui ne sont que d'un émail. 1679 Se trouve avec animaux, oiseaux, ou avec fleurs, & est fort ancien en armoiries. 1772 Qui se dit des fasces, paux et autres bigarrées de différentes couleurs. Ducange dit que le mot diâpré vient du latin diasprum, qui étoit une piece d'étoffe précieuse et de broderie, dont le nom s'est étendu à tout ce qui est diversifié de couleurs. 1780 Se dit des fasces, pals et autres pièces bigarrées de diverses couleurs. 1798 Varié de plusieurs couleurs. Il y a une espèce de prunes violettes qu'on appelle Prunes diaprées. 1843 Damasquiné, couvert de broderies. 1864 Se dit des pièces bigarrées de diverses couleurs. 1872 Damasquiné. 1885 Se dit des pièces quand elles sont damasquinées. 1887 Arabesques ou lignes diversifiées dont on avait coutume autrefois de charger les grandes surfaces unies dans les armoiries, surtout le champ, mais également les pièces héraldiques. Ces ornements sont arbitraires et ne forment pas une partie intégrante des armoiries, bien que dans plusieurs cas l'ignorance des dessinateurs les ait fait prendre pour tels. C'était surtout dans les sceaux et les vitraux qu'on introduisit le diapré en forme de rosettes, de trèfles, d'animaux, de feuillages, etc., afin de varier la monotonie des grandes pièces héraldiques ou de l'espace du sceau autour de l'écusson. Le moyen-âge nous en a légué les exemples les plus brillants. En appliquant cette ornementation, il faut prendre garde soigneusement que le diapré, soit par la faiblesse de sa couleur, soit par le délié de ses contours, occupe toujours une place subordonnée par rapport aux meubles véritables de l'écu. 1899 Se dit de pièces de broderie, ou damasquinures, dont on orne le champ d'un écu, et aussi quelques pièces honorables, telles que la croix, le pal, la fasce, etc ... L'usage en est fréquent dans les armes des pays du Nord. 1901 Espèce de damasquinure, d'arabesque ou de broderie, sans dessin fixe, qui se met sur le champ ou sur une pièce de l'écu. C'est un tracé d'or ou d'argent sur couleur. Le diapré se fait d'un seul émail en Angleterre et en Allemagne où il est assez répandu. Mais on ne doit pas confondre le diapré, qui a l'aspect d'un tissu broché, avec le paillé, étoffe ornée de figures et d'objets déterminés. 1904 Bigarré. 1905 S'entendait autrefois pour toute surface, d'un tissu comme d'un métal, ou d'une céramique, ornée de figures, de rinceaux, de bêtes, de diverses couleurs. Se dit du champ et des pièces d'un écu, quand ils sont couverts d'ornements d'un métal et d'un émail différents, imitant les incrustations d'un objet damasquiné. Les écus diaprés n'existent guère qu'en Allemagne et dans les Flandres.

Di-delta

Deux triangles (deltas) entrelacés.

Diffamé

Se dit du lion dont la queue est coupée.

1660 Se dit du lion, de l'aigle ou autre animal qui n'a pas de queue. 1780 Se dit du lion ou léopard qui n'a point de queue. 1798 Se dit d'un animal sans queue. 1843 Se dit du lion privé de sa queue ; du chien privé de la queue et des oreilles. 1864 Se dit du lion qui n'a pas de queue. 1872 État du lion privé des organes sexuels. 1885 C'est le lion qui n'a point de queue. 1887 Se dit d'animaux privés de leur queue. 1899 Se dit du lion dont la queue est coupée. 1901 Indique un animal privé de sa queue. 1905 Lion diffamé, lion représenté sans queue. Armes diffamées, armes dont on a retranché quelque pièce, ou auxquelles on a joint certaines pièces déshonorantes, pour punir un crime commis par celui qui les porte.

Diminué

Se dit d'une pièce héraldique dont la largeur est amoindrie. Cette expression que l'on trouve chez beaucoup d'auteurs d'ouvrages héraldiques reste assez vague.

1887 Se dit de pièces héraldiques dont la largeur est amoindrie. 1901 Se dit des pièces réduites en largeur.

Dinde

Dindon femelle. Gros oiseau de basse-cour.

Dindon

Oiseau gallinacé originaire d'Amérique du Nord. Cet animal, bien que récent en Europe, trouve sa place en héraldique, simple ou rouant.

1901 Animal de basse-cour introduit en Europe au commencement du XVIe siècle.

Discipline

Fouet.

1905 Fouet.

Divise

Pièce héraldique qui est une pièce réduite à la moitié de sa largeur. On dit mieux burèle quand elle est en nombre.

1660 Voir Devise. 1772 Qui se dit de la fasce, de la bande, et autres pieces qui n'ont que la moitié de leur largeur: on les appelle fasce ou bande en divise. 1780 Se dit de la fasce et de la bande qui n'ont que la moitié de leur largeur ; l'on dit fasce ou bande en divise. 1864 Diminutif de la fasce qui n'a que les deux tiers de sa largeur. 1872 (ou Devise) Fasce diminuée. 1887 Fasce rétrécie, posée en chef de l'écu. 1899 La divise est une fasce diminuée de largeur ; lorsqu'elle est plus étroite que la moitié de la fasce ordinaire, on l'appelle trangle. Cette pièce peut être haussée ou abaissée, sur un écu, on doit toujours en spécifier la position ; elle diffère en cela de la fasce, et ne doit pas être confondue, avec la burèle, qui est toujours employée en nombre. 1901 Fasce rétrécie posée en chef de l'écu. Elle a en hauteur une demi-partie des sept de la largeur de l'écu. 1905 Pièce héraldique qui est une pièce réduite à la moitié de sa largeur. On dit mieux burèle quand elle est en nombre.

Divisé

Mis à la dimension d'une divise, un cercle, un carré aussi bien qu'une pièce. Egalement, séparé en deux ou plusieurs parties par un ou plusieurs traits.

Divisé en chevron

Voir Chevron (Divisé en).

1887 Voir Chevron (Divisé en).

Divisions

Divers exemples

1660 Divers exemples

Dogue

Chien de garde à grosse tête et museau aplati.

1679 Animal rencontré en armes.

Doguin

Jeune dogue.

Dolce

Renard.

1887 Animal rampant, espèce de panthère ou de renard, qu'on trouve exclusivement dans les armoiries italiennes.

Dolman

Veste de hussard.

Doloire

Outil de charpentier. Instrument de tonnelier à lame très large, servant à travailler et à unir le bois des douves de futailles.

1780 Voir Douloire. 1798 Instrument de Tonnelier, qui sert à unir le bois. Égaler le bois avec une doloire. 1864 Est un instrument dont servent les tonneliers. 1885 Espèce de hache sans manche dont on se servait autrefois pour dépecer les animaux tués à la chasse. On dit aussi douloires. 1887 Espèce de hache destinée à dégrossir les douves des tonneaux ou peut-être à dépecer les animaux tués à la chasse. 1899 Meuble de l'Ecu, quelquefois appelé douloire, c'est une petite hache dont le manche a la forme d'une poignée, et dont on se servait à la chasse pour dépecer les animaux. 1901 Hachette sans manche, posée en pal, courbée et de profil. C'est la hache du boucher, et non du tonnelier, comme l'avance le Père Ménestrier. En 1502, la doloire servait à décapiter les criminels en Bresse. 1905 Outil de charpentier. Instrument de tonnelier à lame très large, servant à travailler et à unir le bois des douves de futailles.

Dominé

Qui est placé en dessous. Synonyme de surmonté.

Donjon

Tour maîtresse dominant un château fort, et formant au besoin, le dernier retranchement des assiégés.

1899 Partie la plus haute d'un château, figurée le plus souvent en forme de tour carrée ; rarement employée seule en armoiries. 1901 Tourelle placée dans la partie supérieure d'un château. 1905 Tour maîtresse dominant un château fort, et formant au besoin, le dernier retranchement des assiégés.

Donjonné

Se dit des châteaux et des tours surmontés de tourelles, ou de donjons, dont il faut indiquer le nombre.

1660 Comme en matière de châteaux, le donjon est la partie la plus relevée et la plus forte, et en laquelle on ne peut entrer sinon en passant par la basse-cour. De même en blasonnant une tout ou un château, si l'on met quelque petite tour au sommet d'une plus grosse, l'on blasonne la tour principale donjonnée. 1780 Se dit des tours et châteaux qui ont des tourelles. 1798 Il se dit des tours ou châteaux qui ont des tourelles. 1843 Surmonté d'un donjon ou de tourelles. 1864 Se dit des tours et châteaux qui ont des tourelles. 1885 S'emploie pour indiquer que les tours ou châteaux sont surmontés de tourelles. 1899 Se dit des châteaux et des tours surmontés de tourelles, ou de donjons, dont il faut indiquer le nombre. 1901 Exprime qu'une tour ou un château est sommé de tourelles appelées donjons. 1905 Se dit d'une tour, d'un château ou de tout autre édifice dont la partie supérieure porte une ou plusieurs tourelles.

Dorade

Voir Daurade.

Doré

Voir Or.

Dormant

Lorsqu'un animal est représenté dans l'attitude du sommeil, on doit énoncer, en blasonnant, qu'il est dormant ; le mot couché ne serait pas assez caractéristique dans ce cas.

1772 Qui se dit de la posture d'un lion ou d'une autre bête, que l'on met dans l'écu des armoiries dans l'attitude d'un animal qui dort. 1885 Se dit d'un lion ou tout autre animal dans l'attitude du sommeil. 1899 Lorsqu'un animal est représenté dans l'attitude du sommeil, on doit énoncer, en blasonnant, qu'il est dormant ; le mot couché ne serait pas assez caractéristique dans ce cas. 1901 Attribut de tout animal paraissant dormir.

Doublé

Se dit de la doublure d'un vêtement lorsqu'elle est d'un autre émail.

Double Trêcheur

Trêcheur enclos dans un autre trêcheur, le vide entre les deux est de la largeur des deux trêcheurs réunis. Un double trêcheur fleurdelisé de gueules, enfermant un lion du même, sur champ d'or, est l'écu du Royaume d'Écosse.

1901 Trêcheur enclos dans un autre trêcheur, le vide entre les deux est de la largeur des deux trêcheurs réunis. Un double trêcheur fleurdelisé de gueules, enfermant un lion du même, sur champ d'or, est l'écu du Royaume d'Écosse.

Double-rose

Fleur aux pétales plus nombreux qu'il n'est habituel dans son espèce.

Doublet

Insecte montrant ses ailes doubles et posées de profil, ce qui est contraire à la position ordinaire des insectes, qui sont, dans le plus grand nombre des cas, représentés vus de dos.

1843 Moucheron posé de profil. 1885 Moucherons posés de profil. 1887 Moucheron posé de profil. 1899 Il est d'usage, en blason, de représenter les insectes de face, et vus de dos ; le doublet fait exception à cette règle, ce petit moucheron est toujours figuré de profil, et montrant ses doubles ailes éployées. 1901 Libellule posée de profil. C'est un insecte ailé nommé vulgairement demoiselle, à cause de sa taille fine. 1905 Insecte montrant ses ailes doubles et posées de profil, ce qui est contraire à la position ordinaire des insectes, qui sont, dans le plus grand nombre des cas, représentés vus de dos.

Doublon

Ancienne monnaie d'or espagnole.

Doublure

Voir Panne.

1660 Voir Panne.

Douloire

Est une hache dont se servent les tonneliers pour dégrossir les douves. Voir Doloire.

1780 Est une hache dont se servent les tonneliers pour dégrossir les douves.

Douve

Planche qui sert à la construction d'un tonneau.

Dragon

Comme figure héraldique, le dragon est un animal de fantaisie, avec un corps de serpent, une tête de bête, une poitrine parfois humaine, des ailes de chauve-souris ; il peut posséder des pattes. On le représente vu de profil, la queue contournée en volute, et terminée ou non par un dard, comme la langue. On le dit langué de ... lorsque la langue est d'un émail particulier. S'il est représenté avec un visage humain et une barbe composée de serpents, c'est le dragon monstrueux.

1864 Animal chimérique que l'on représente avec des ailes. 1885 Animal qui a la tête et les pieds d'une aigle, le corps et la queue d'un serpent, ou plutôt d'un crocodile, et des ailes de chauve-souris. La langue est en forme de dard. 1887 Cet animal chimérique a la tête d'un crocodile, la langue terminée en pointe de dard, les pieds d'une aigle, des ailes de chauve-souris, le corps et la queue d'un serpent, cette dernière tournée en volute, le bout élevé. Dans les armoiries on trouve encore des dragons sans ailes et avec quatre pattes ou entièrement sans pattes. Le dragon monstrueux a une tête humaine et la barbe composée de serpents qu'il empoigne d'une de ses pattes. Des armes offrent l'exemple d'un dragon volant. 1899 Animal fabuleux, ou chimérique, représenté en armoiries, avec une tête et deux pattes de devant, semblable à celles du griffon, le corps et la queue tiennent du serpent, les ailes sont celles de la chauve-souris. Les extrémités de la langue et de la queue, sont en forme de dard. 1901 Être chimérique. Il a le buste et les pattes de l'aigle, le corps du serpent, les ailes de la chauve-souris, sa queue terminée par un dard est repliée sur elle-même. On a donné ce nom à tous les animaux monstrueux du genre des serpents, des lézards et des crocodiles, qui paraissent extraordinaires par leur grandeur hors des proportions naturelles ou par leur configuration étrange. Le dragon était ordinairement représenté, dans les anciens manuscrits, avec des ailes semblables à celles de la chauve-souris, une queue de serpent enroulée, une crête de coq, un dard dans la gueule et quelquefois des cornes. Autre dragon : le corps du lion, la tête de l'aigle, avec les ailes de chauve-souris, et la queue terminée en serpent. Tandis que le dragon de l'antiquité était un serpent ailé, celui du moyen-âge est un monstre à formes multiples et fantastiques. 1905 Comme figure héraldique, le dragon est un animal de fantaisie, avec un corps de serpent, une tête de bête, une poitrine parfois humaine, des ailes de chauve-souris ; il peut posséder des pattes. On le représente vu de profil, la queue contournée en volute, et terminée ou non par un dard, comme la langue. On le dit langué de ... lorsque la langue est d'un émail particulier. S'il est représenté avec un visage humain et une barbe composée de serpents, c'est le dragon monstrueux.

Dragon militaire

Cavalier la plupart du temps, des armées de l'Empire.

1905 Soldat créé à l'origine pour combattre à pied et à cheval.

Dragoné

Voir Dragonné.

1798 Voir Dragonné.

Dragonné

Se dit de tout quadrupède, et en particulier du lion, dont le corps se termine en queue de dragon.

1660 Qui a la queue d'un dragon. 1772 Un lion dragoné, est celui dont la moitié supérieure ressemble à un lion, et l'autre se termine en queue de dragon. Dragoné se dit de tout autre animal. 1780 Se dit d'un lion ou autre animal qui se termine en queue de dragon. 1798 Il se dit des animaux représentés avec une queue de dragon. 1843 Termine en queue de dragon. 1864 Se dit du lion qui se termine en queue de dragon. 1872 Se dit d'un animal qui se termine en queue de dragon. 1885 On nomme ainsi le lion qui se termine en queue de dragon. 1887 Se dit d'animaux dont le corps se termine en queue de dragon. 1899 Se dit du lion, ou d'un autre animal, dont le bas du corps se termine en queue de dragon. 1901 Se dit d'animaux dont le corps se termine en queue de dragon, c'est-à-dire, en queue de poisson, tournée en volute, le dard élevé. 1905 Se dit de tout quadrupède, et en particulier du lion, dont le corps se termine en queue de dragon.

Dragu

Sorte d'ancre munie de deux pelles pour draguer les fonds marins ou de rivières.

Drapeau

Pièce d'étoffe attachée à une hampe. Voir Étendard, Penon, Pavillon, Gonfanon, Guidon, Pennonceau.

1901 Bannière ou enseigne servant de guide aux gens de guerre. Morceau carré d'étoffe de soie, attaché à une hampe. Bannière, Banderolle, Pennon, Flamme, Gonfanon, Étendard.

Draperonné

Qui est couvert d'amples draperies ; dessiné ou émaillé en forme de draperies.

Dressé

Employé parfois pour rampant pour certains animaux. Ou posé, généralement en pal ce qu'il faut préciser: dressé en pal.

Dromadaire

Mammifère proche du chameau.

1901 Le Dromadaire est le chameau à une seule bosse.

Druide

Prêtre celte, en Gaule, en Bretagne et en Irlande.

Du champ

Expression qui sert à éviter la répétition d'un émail déjà nommé. On dit aussi, au second, du troisième.

1885 Expression qui sert à éviter la répétition d'un émail déjà nommé. On dit aussi, au second, du troisième. 1899 Il a déjà été indiqué au mot champ, que l'on disait qu'une pièce était du champ, pour éviter la répétition du nom d'un émail qui venait d'être énoncé ; donc, la pièce dite du champ doit être vêtue du même émail que celui qui couvre le champ de l'écu. 1901 Se dit pour ne point nommer une seconde fois un émail semblable à celui du fond de l'écu. On évite ainsi cette répétition inutile.

Du même

Voir Même.

1885 Voir De même 1899 On se sert de cette expression pour éviter, en blasonnant, la répétition de l'émail que l'on vient de nommer. Un chevron d'argent accompagné de trois étoiles, aussi d'argent, doit être blasonné : au chevron d'argent accompagné de trois étoiles du même. On peut, dans ce cas, se servir de la désignation de même, mais du même est préférable. Voir ce qui est dit pour la même façon de s'exprimer en blasonnant aux mots : du premier, du second, du troisième, etc... 1901 Se dit d'une pièce d'un métal déjà nommé. Quelques héraldistes disent parfois de même pour du même ; cela n'est pas précisément une faute, mais il est plus correct de dire du même parce qu'il faut sous-entendre le mot émail.

Du premier

Voir Du champ

1885 Voir Du champ

Du premier émail, du champ

On se sert de ces expressions pour éviter la répétition d'un émail déjà nommé. Du premier, reprend le premier émail nommé, Du champ reprend l'émail du champ pour une pièce donnée, si le champ est nommé en premier comme c'est la coutume moderne ces deux expressions sont identiques. On dit également du second, du troisième ou du quatrième dans le même sens, qui indique l'émail ou métal nommé en second, en troisième ou en quatrième dans le blasonnement.

1901 Voir Du champ. 1905 Expression dont on se sert fréquemment dans la langue du blason, pour éviter la répétition d'un émail déjà nommé.

Du quatrième émail

Se dit pour ne point nommer une seconde fois le quatrième émail que l'on a nommé.

1901 Se dit pour ne point nommer une seconde fois le quatrième émail que l'on a nommé.

Du second émail

Se dit lorsqu'un émail est semblable au second que l'on a nommé, pour éviter la répétition de cet émail.

1901 Se dit lorsqu'un émail est semblable au second que l'on a nommé, pour éviter la répétition de cet émail.

Du troisième émail

Se dit pour éviter de nommer un émail semblable au troisième que l'on a nommé.

1901 Se dit pour éviter de nommer un émail semblable au troisième que l'on a nommé.

Duc

Hibou aux aigrettes bien marquées. Grand-duc, Chouette, Hulotte, Hibou.

1679 Oiseau que l'on trouve en armes. 1887 Petite espèce de hibou, toujours posée de front. 1901 Le duc n'était primitivement qu'un gouverneur ou vice-empereur.

Ducat

Ancienne pièce d'or fin ou d'argent.

1905 Ancienne pièce d'or fin ou d'argent.

Ducaton

Ancienne monnaie d'argent: demi-ducat.

Dunette

Etage élevé à l'arrière du navire.

1905 Etage élevé à l'arrière du navire.

Durbec

Oiseau.

1905 Passereau.