Glossaire, dictionnaire héraldique: évolution de 1679 à 1905

A quel livre, traité ou dictionnaire, correspond chaque date ?
Glossaire français - anglais : 500 mots avec dessin des écus
A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z
Page précédentePremière page

Escabelle

Escabeau.

1905 Siège bas, sans bras, avec ou sans dossier, et généralement à trois pieds.

Escaffote

Coquille.

1905 Petit récipient creux et arrondi comme une coquille.

Escarboucle

Espèce de rubis qui a beaucoup d'éclat, et est d'un rouge foncé. Meuble de l'écu représentant ce diamant. On donne le nom de Rais d'Escarboucle à huit rayons pommetés, mouvants d'un moyeu, en forme de pierre précieuse.

1679 Elles sont ou percees, ou pommettees, ou fleuronnees, ou accollees, aucunes simplement fleuronnees, ou seulement pommettees, ou en lieu de ce, finissent en forme de coeurs, aucunes sont percees, autres nom, & parce il y faut prendre garde. 1887 Nom appliqué à tort à cette figure qui, selon toute apparence a été dans l'origine une garniture de fer à plusieurs branches, servant à renforcer le bouclier. Plus tard on y a vu la pierre précieuse dite escarboucle, jaillissante ses rais. Aujourd'hui on la représente sous la forme de huit verges ou bâtons fleurdelisés à leur extrémité, mouvants d'un noyau ou annelet au centre de l'écu. 1899 Meuble de l'écu représentant ce diamant. On donne le nom de Rais d'Escarboucle à huit rayons pommetés, mouvants d'un moyeu, en forme de pierre précieuse. Voir au mot Rais d'Escarboucle. 1901 Gros rubis auquel on attribuait des qualités merveilleuses. Voir Rais d'escarboucle. 1905 Symbole héraldique, dont le milieu représente une pierre précieuse projetant des rayons (rais), qui sont ordinairement au nombre de huit, pommetés au centre et fleuronnés ou fleurdelisés aux extrémités.

Escarcelle

Ceinture que le pèlerin recevait avant de partir pour la Terre-Sainte, avec le bourdon.

1901 Ceinture que le pèlerin recevait avant de partir pour la Terre-Sainte, avec le bourdon.

Escargot

Meuble de l'écu représentant ce mollusque gastéropode, qui est toujours figuré avec la tête hors de sa coquille et montrant ces cornes.

1899 Meuble de l'écu représentant ce mollusque gastéropode, qui est toujours figuré avec la tête hors de sa coquille et montrant ces cornes.

Escarre

Equerre de charpentier, qui forme bordure à deux côtés seulement d'un quartier, correspondant à l'intérieur de l'écu.

1843 Équerre, outil de charpentier. 1885 Espèce de bordure qui ferme et termine un quartier des deux côtés intérieurs de l'écu, en forme d'équerre. 1887 Trait qui sépare un franc-quartier du champ, lorsque ce dernier est du même émail que le premier. 1899 Sorte de bordure qui garnit les deux côtés extérieurs d'un quartier de l'écu, et ferme ce quartier par une pièce en forme d'équerre. 1901 Nom ancien de l'équerre de géomètre. On donne actuellement ce nom au trait qui sépare le franc-quartier du champ, lorsqu'ils sont tous les deux de même émail. 1905 Equerre de charpentier, qui forme bordure à deux côtés seulement d'un quartier, correspondant à l'intérieur de l'écu.

Eschiquier

Voir Échiquier.

1679 Voir Échiquier.

Esclopé

Désigne une petite partition inférieure de l'écu, soit à dextre, soit à senestre, déterminée par un trait oblique. Un trait peut être ainsi nommé dans la composition d'une partition lorsqu'il prend la direction de l'esclopé.

1901 Désigne une partition inférieure de l'écu, soit à dextre, soit à senestre.

Escope

Arrosoir de blanchisseuse.

Escoubleau

Petit d'écouble (ou escouble).

Escoupe

Pelle de fer arrondie, pointue dans le milieu, dont on se sert dans les fours à chaux, pour enlever la pierre cuite. On dit aussi Ecope.

1905 Pelle de fer arrondie, pointue dans le milieu, dont on se sert dans les fours à chaux, pour enlever la pierre cuite. On dit aussi Ecope.

Esculape

Voir Bâton d'Esculape.

1887 Voir Bâton d'Esculape.

Escureuil

Voir Écureuil.

Escurieux

Voir Écureuil.

1679 Voir Écureuil.

Espadon

Poisson des mers chaudes. Grande et large épée qu'on tenait à deux mains.

Espalier

Rameur qui est le premier d'un banc dans une galère. Rangée d'arbres fruitiers, et dont les branches sont étendues, couchées, dressées contre un mur.

Espelle

Robinet.

Espey

Porc-épic.

Espièce

Pièces de monnaie.

Espile

Robinet.

Espine

Arbre que l'on trouve en armes.

1679 Arbre que l'on trouve en armes.

Esplanne

Les ailes éployées.

Esponton

Demi-pique à manche court, que portent les Officiers d Infanterie.

Esprevier

Voir Épervier.

1679 Voir Épervier.

Espy

Nom du Porc-épic.

Esquarre

Voir Escarre.

Esquif

Petite embarcation légère.

Esselet

Outil du charpentier.

Esselette

Voir Esselet.

Essieu de charette

Axe de support des roues d'une charrette.

Essonier

Voir Trescheur

1885 Voir Trescheur 1887 Synonyme de Trêcheur.

Essonnier

C'est un double orle qui couvre l'écu dans le sens de la bordure.

1772 Double orle qui couvre l'écu dans le sens de la bordure. C'étoit autrefois une enceinte où l'on plaçoit les chevaux des chevaliers, en attendant qu'ils en eussent besoin pour le tournoi. Il y avoit dans cette enceinte des barres et des traverses pour les séparer les uns des autres. 1798 C'est un double orle qui couvre l'écu dans le sens de la bordure. 1843 Double trescheur. 1899 Orle double, qui garnit l'écu dans le même sens que la bordure, ou plutôt comme le trêcheur. 1901 Double trécheur. Voir Trécheur.

Essorant

Se dit de l'oiseau ou de tout animal ou homme ailé qui paraît prendre son essor, les ailes ouvertes ou entrouvertes les pattes au sol.

1772 Se dit des oiseaux qui n'ouvrent les aîles qu'à demi pour prendre le vent, et qui regardent le soleil. 1780 Se dit des oiseaux qui n'ouvrent l'aile qu'à demi, pour prendre le vent, et qui regardent le soleil. 1843 Déployant ses ailes, prêt à prendre son vol. 1864 Se dit des oiseaux qui prennent leur vol. 1872 État d'un oiseau ouvrant ses ailes à demi pour prendre le vent. 1885 Se dit des oiseaux tournés vers le soleil et ouvrant les ailes pour prendre leur essor. 1887 Se dit des oiseaux qui prennent leur vol. Dans cette attitude leurs ailes ouvertes sont abaissées. 1899 Se dit des oiseaux, principalement de l'aigle, lorsque ces oiseaux sont posés de profil et entr'ouvrent leurs ailes comme pour prendre leur essor. 1901 Désigne un oiseau posé de profil, aux ailes à peine déployées, se disposant à prendre l'essor. 1905 Qui a les ailes entr'ouvertes. Se dit des oiseaux représentés prêts à prendre leur essor.

Essoré

Se dit des oiseaux en plein vol. On dit que la couverture d'une tour, d'une maison, ou d'un château, est essorée, lorsqu'elle est d'un autre émail que celui du corps du bâtiment, mais il est préférable dans ce cas de se servir du mot pavillonné.

1780 Se dit des toits des maisons de divers émail. 1864 Se dit du toit d'une maison quand il est d'un émail différent. 1872 Se dit des toits des maisons dont l'émail est différent. 1885 Se dit des toits des maisons. 1887 Se dit de l'émail des toits dont les maisons ou châteaux sont couverts. 1899 Se dit des oiseaux en plein vol. On dit que la couverture d'une tour, d'une maison, ou d'un château, est essorée, lorsqu'elle est d'un autre émail que celui du corps du bâtiment, mais il est préférable dans ce cas de se servir du mot pavillonné. 1901 Indique qu'une tour, un château, etc., ont un toit carré, d'émail particulier. On le dit aussi des oiseaux en plein vol. 1905 Qui a les ailes largement ouvertes dans le vol. Se dit des oiseaux héraldiques. Se dit aussi du toit d'une maison quand il est figuré d'un autre émail que le reste de la maison.

Estacade

Se disait anciennement pour Champ clos.

1887 Travail de fortification, composé de trois pals réunis au moyen d'une poutre horizontale. 1899 Sorte de fortification qui est formée de pals aiguisés par le haut, et réunis au moyen d'une poutre horizontale. 1901 Travail de fortification formé de trois pals réunis par une poutre horizontale. 1905 Se disait anciennement pour Champ clos.

Estache

Attache, lien, pieu, palissade, poutre, solive, colonne.

1905 Attache, lien, pieu, palissade, poutre, solive, colonne.

Estaie

Voir Étai.

Estal

Voir Étai.

1905 Voir Étai.

Estamaux

Estamoie : Pot à couvercle, avec une ou deux anses, et généralement contenant plusieurs pintes. Ce mot demeura en usage jusqu'au XVIIe siècle. Il est souvent fait mention de ces estamoies, qu'elles fussent soit d'étain, soit d'orfèvrerie, soit de verre.

1905 Estamoie : Pot à couvercle, avec une ou deux anses, et généralement contenant plusieurs pintes. Ce mot demeura en usage jusqu'au XVIIe siècle. Il est souvent fait mention de ces estamoies, qu'elles fussent soit d'étain, soit d'orfèvrerie, soit de verre.

Estoc

Epée longue et étroite qui ne servait qu'à percer, frappant de pointe.

Estoille

Voir Étoile.

1679 Voir Étoile.

Estoqué

Coupé à ras de terre pour un tronc. Ferré pour un bâton.

1905 Coupé à ras de terre pour un tronc. Ferré pour un bâton.

Estrelot

Oiseau.

Estrez

Ancien terme désignant une croix dont les bras n'ont pas une longueur proportionnée à l'écu.

1899 Nom donné à la croix dont les bras n'ont que la moitié de la largeur ordinaire. 1901 Ancien terme désignant une croix dont les bras n'ont pas une longueur proportionnée à l'écu.

Esturgeon

Poisson à bouche ventrale, généralement présenté en fasce.

Étagé

Se dit de diverses couches de feuillage d'un arbre, ainsi on trouve en héraldique des arbres doublement, triplement étagés. Cependant ce n'est pas un caractère essentiel et l'arbre que l'on représente à deux ou trois étages peut être représenté ailleurs à un seul étage.

1887 Se dit des diverses couches de feuillage d'un arbre. Ainsi l'on trouve en armoiries des arbres doublement et triplement étagés. Cependant, ce n'est pas un caractère essentiel, et l'arbre qu'on représente ici à deux ou trois étages, peut être représenté ailleurs à un seul étage. 1899 Se dit des diverses couches du feuillage d'un arbre ; on en rencontre en armoiries qui sont doublement ou triplement étagées. 1901 Se dit des diverses couches de feuillage à la cime d'un arbre, c'est-à-dire, formant deux ou trois têtes.

Étai

Nom du chevron ramené à la moitié ou au tiers de sa largeur. Un chevron étayé est un chevron accompagné de deux étais, un de chaque côté. Certains nomment l'étai chevronnel. L'étai est normalement le terme du chevron rétréci posé seul dans l'écu ou en jumelles, on ne l'emploi pas pour plusieurs chevrons qui pour la nécessité d'encombrement se trouveraient rétrécis à cette dimension.

1772 Petit chevron employé pour soûtenir quelque chose: il ne doit avoir que le tiers de la largeur ordinaire des chevrons. Voyez Chevron. 1864 Pièce héraldique qui est le tiers du chevron. 1887 Nom du chevron diminué de largeur, ce qui du reste, devra toujours être le cas, aussitôt qu'il y a deux ou plusieurs chevrons dans l'écu. 1899 Petit chevron diminué, employé pour soutenir quelque meuble ; il ne doit jamais avoir plus que le tiers de la largeur du chevron ordinaire. 1905 Chevron diminué de plus de moitié de sa largeur. On écrit aussi Etaie.

Étaie

Voir Étai.

1901 Ou Étai. Petit chevron alésé représentant une pièce de bois destinée à soutenir ou à étayer la charpente des édifices. 1905 Voir Etai.

Étalon

Cheval destiné à la reproduction.

Étançon

Grosse pièce de bois (étai).

1905 Etai de forte dimension.

Étau

Outil.

Etaye

Voir Étai.

Étayé

Se dit pour un meuble maintenu par un étai. Voir Etai.

Éteignoir

Petit ustensile creux, de forme conique, qu'on pose sur une bougie, un cierge, etc., afin de l'éteindre.

1905 Petit ustensile creux, de forme conique, qu'on pose sur une bougie, un cierge, etc., afin de l'éteindre.

Éteint

Se dit du charbon quand il est de sable.

Étendard

Petit drapeau ou fanion dont le fût est surmonté d'une lance ; l'émail doit toujours être spécifié quand celui du fût diffère de celui du fanion.

1899 Petit drapeau ou fanion dont le fût est surmonté d'une lance ; l'émail doit toujours être spécifié quand celui du fût diffère de celui du fanion. 1901 Drapeau. Voir Bannière.

Étendu

Qualifie le vol d'un oiseau, les ailes ouvertes. Synonyme de éployé.

Éternité

Nom du serpent de mordant la queue.

Étêté

Se dit des animaux, oiseaux, poissons, etc... dont la tête est arrachée et d'arbres sans tête. Ce qui est différent pour les animaux de décapité, défait ou décollé en ce que dans ces cas la tête est coupée net. Mais les confusions sont fréquentes entre ces termes. Parfois aussi synonyme de écimé, pour les arbres.

1887 Synonyme de Décapité. 1901 Attribut de tout animal et de tout arbre qui n'ont point de tête. Voir le terme Décapité. 1905 Se dit d'un animal qui n'a point de tête.

Étincelant

Se dit des charbons ardents.

1780 Se dit des charbons dont sortent des étincelles. 1864 Se dit des charbons allumés. 1885 Se dit des charbons ardents. 1899 Se dit des charbons ou des flammes qui semblent projeter des étincelles ; lorsqu'un écu en est semé, on le dit étincelant ou étincelé. 1901 Indique une pièce de l'écu paraissant lancer des rayons lumineux.

Étincelé

Attribut de l'écu semé ou des pièces chargées ou jaillissante d'étincelles.

1780 D'un écu semé d'étincelles. 1798 On appelle écu étincelé, celui qui est semé d'étincelles. 1885 Ecu semé d'étincelles. 1905 Se dit de l'écu et des meubles qui sont semés d'étincelles.

Étoile

Meuble très usité en armoiries, sa figuration ordinaire comporte cinq pointes que l'on appelle rais ; lorsque l'étoile est représentée avec plus de cinq pointes, on doit en spécifier le nombre. Les étoiles sont toujours de forme plate, et pleines, c'est en cela qu'elles diffèrent des molettes d'éperon qui sont percées en rond à leur centre. L'étoile se dit radiée de tant de pointes, et caudée lorsqu'elle a un rai plus long que les autres. On trouve des étoiles rayonnantes, c'est-à-dire dont les rais sont ondoyants. L'étoile à huit rais jusqu'à seize est ordinairement nommée comète, mais les étoiles ne doivent pas en avoir plus de seize.

1679 (Estoille) Ont cinq pointes, & tout ce qui se dit en armoiries estoilles, n'en doit avoir davantage, & tousiours une pointe en haut, & est fort usitee, & s'en void merveilleusement en armes. 1843 Astre représenté avec cinq rais ou rayons. 1885 N'ont ordinairement que cinq points ou rayons. Il faut indiquer si les étoiles ont plus de cinq rais. 1887 En France, en Artois, en Picardie, dans la Flandre française, en Angleterre, en Écosse, en Irlande, en Alsace, en Savoie, en Piémont, on donne aux étoiles cinq rais ; partout ailleurs elles en ont six. En Suisse, pays douteux entre la France et l'Allemagne, les étoiles ont tantôt cinq, tantôt six rais. On trouve des étoiles rayonnantes, c'est-à-dire dont les rais sont ondoyants (les étoiles rayonnantes en Angleterre ont six rais), et des étoiles hérissées qui ont entre leurs rais des petits traits. Il faut qu'un des rais des étoiles se dresse en haut ; si l'on trouve deux rais en haut, l'étoile est dite renversée lorsqu'elle a cinq rais, et penchée lorsqu'elle a six rais. 1899 Meuble très usité en armoiries, sa figuration ordinaire comporte cinq pointes que l'on appelle rais ; lorsque l'étoile est représentée avec plus de cinq pointes, on doit en spécifier le nombre. Les étoiles sont toujours de forme plate, et pleines, c'est en cela qu'elles diffèrent des molettes d'éperon qui sont percées en rond à leur centre. L'étoile se dit radiée de... tant de pointes, et caudée lorsqu'elle a un rais plus long que les autres. 1901 Astre à cinq rais. Lorsqu'il a plus de cinq rais, on doit le spécifier. 1905 Meuble de l'écu qui est une étoile à cinq rais, dont le rai supérieur est en pal et dirigé vers le chef. Quand un des rais est dans la direction de la pointe, l'étoile est dite versée. Si elle a plus de cinq rais, il faut le blasonner ; si l'un des rais est plus long, on dit l'étoile caudée ; si l'étoile accompagne ou charge une pièce honorable, on doit en indiquer la position : en bande, en barre, etc.

Étoilé

Se dit de toute pièce chargée d'étoiles. On doit toujours indiquer le nombre représenté sur un champ qui en est semé. On nomme croix étoilée celle qui est figurée par des étoiles mises en forme de croix.

1772 Une croix étoilée est celle qui a quatre rayons disposés en forme de croix, assez larges au centre, mais qui finissent en pointe. Voyez Croix. 1899 Se dit de toute pièce chargée d'étoiles. On doit toujours indiquer le nombre représenté sur un champ qui en est semé. On nomme croix étoilée celle qui est figurée par des étoiles mises en forme de croix.

Étoile de mer

Animal de mer en forme d'étoile à cinq branches.

Étole

Ornement sacerdotal formé d'une large bande de laine ou de soie, et qui s'élargit à chaque extrémité en une plaque appelée palle.

1905 Ornement sacerdotal formé d'une large bande de laine ou de soie, et qui s'élargit à chaque extrémité en une plaque appelée palle.

Étourneau

Oiseau passereau à plumage sombre tacheté de blanc.

Étrier

Meuble de l'écu représentant l'étrier dont se sert le cavalier pour monter à cheval.

1899 On ne rencontre point d'exemple en armoiries du meuble dit sautoir, dont on se servait autrefois pour monter à cheval, et qui était formé de cordons recouverts de riches étoffes ; la forme de ce meuble admise en blason est celle de l'étrier ordinaire, fait d'un demi-cercle fixé par ses extrémités à une traverse ou semelle, et muni d'une courroie servant à l'attacher à la selle. 1901 Appui servant à monter à cheval et à s'en tenir le pied. Dans le principe, des cordons de soie ou des cordes recouvertes d'étoffe précieuse, faisaient l'office d'étriers. On les nommait sautoirs. Les étriers en fer furent inventés plus tard. 1905 Meuble de l'écu représentant l'étrier dont se sert le cavalier pour monter à cheval.

Étrière

Voir Étrivière.

Étrille

Instrument formé de petites lames dentelées pour enlever les malpropretés qui s'attachent aux poils des chevaux ; elle est représentée de face en pal le manche en bas. Egalement un petit crabe commun.

1901 Instrument en fer dont les palefreniers se servent pour enlever les malpropretés qui s'attachent au poil du cheval. L'étrille est représentée de face, posée verticalement, le manche en bas, dans l'écu.

Étrivière

Lanière (de cuir généralement) qui maintient l'étrier à la selle du cheval. Parfois représentée avec l'étrier. Anciennement étrier lui-même.

Eucalyptus amygdalia

L'arbre à menthe poivrée.

1901 L'arbre à menthe poivrée.

Eucalyptus globulus

Plante.

Évidé

Se dit d'une pièce qui est à jour, et laisse voir le champ par son ouverture.

1843 Se dit d'une pièce qui est à jour, et laisse voir le champ par son ouverture.

Éviré

Se dit du lion ou d'autres animaux qui n'ont pas la marque de leur sexe.

1798 Il se dit des animaux qui n'ont point de marque de sexe. 1843 S'applique aux quadrupèdes mâles privés des marques de leur sexe. 1864 Se dit d'un lion qui n'a pas la marque du sexe. 1872 État du lion emmasculé. 1885 Se dit du lion qui n'a pas la marque du sexe. 1899 Se dit d'un lion, et quelquefois d'un autre animal, dont rien n'indique le sexe ; ce cas doit toujours être spécifié. 1905 Se dit des animaux dont rien n'indique le sexe.

Page précédentePremière page