Glossaire, dictionnaire héraldique: évolution de 1660 à 1905

A quel livre, traité ou dictionnaire, correspond chaque date ?
A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Labarum

Se dit des étendards sur lesquels sont figurés des emblèmes religieux, comme par exemple l'étendard de Constantin qui paraît avec le monogramme du Christ.

1899 Se dit des étendards sur lesquels sont figurés des emblèmes religieux, comme par exemple l'étendard de Constantin qui paraît avec le monogramme du Christ.

Lacs

Sorte de noeuds de cordons plus ou moins compliqués utilisés par des familles anglaises pour se distinguer. Portés par les serviteurs, ils se retrouvent également dans le blason. Il convient d'en connaître l'exacte forme qui diffère d'une famille à l'autre.

Lacs d'amour

Meuble de l'écu représentant un cordon entrelacé circulairement, dont les bords traversant les centres, ressortent l'un à dextre et l'autre à senestre ; il se place en fasce sur un écu. Ce meuble; que l'on prononce Las-d'Amour, s'emploie aussi comme ornement extérieur, on le rencontre dans les colliers des ordres, et, il remplace les lambrequins autour de l'écu des Veuves et de Filles.

1843 Cordon entrelacé, dont les bouts retombent, l'un à dextre, l'autre à senestre. 1864 Cordons dont les femmes entourent leurs armoiries. 1885 Meuble de l'écu qui représente un cordon entrelacé et dont les bouts, traversant le centre, ressortent par le bas, l'un à dextre, l'autre à sénestre. 1887 Cordon ployé en forme circulaire, les bouts traversant la circonférence à dextre et à senestre. Cependant on trouve des lacs-d'amour de forme différente, en sorte qu'il est utile de décrire la direction ou les contours. 1899 Meuble de l'écu représentant un cordon entrelacé circulairement, dont les bords traversant les centres, ressortent l'un à dextre et l'autre à senestre ; il se place en fasce sur un écu. Ce meuble; que l'on prononce Las-d'Amour, s'emploie aussi comme ornement extérieur, on le rencontre dans les colliers des ordres, et, il remplace les lambrequins autour de l'écu des Veuves et de Filles. 1901 Formé d'un cordonnet entrelacé deux fois et dont les bouts traversent les centres des circonférences et ressortent par le bas, à dextre et à senestre. Les extrémités sont garnies de houppes. 1905 Meuble d'armoiries qui se compose d'un cordon entrelacé dont les bouts traversent le centre et ressortent par le bas, à dextre et à senestre, en forme de houppe.

Laie

Femelle du sanglier.

Laitue

Plante herbacée.

Lama

Animal que l'on rencontre dans le blason de la République Péruvienne.

1901 Animal que l'on rencontre dans le blason de la République Péruvienne.

Lambé

Pourrait qualifier un animal marin (dauphin), lambé et crêté.

Lambeau

Voir Lambel.

1679 Voir Lambel. 1901 Voir Lambel.

Lambel

Pièce d'armoiries qui est une brisure et se compose d'un filet péri en fasce d'où pendent trois gouttes, denticules ou pendants. Quand ces pendants sont au nombre de plus de trois, il faut l'énoncer.

1660 Est une espèce de brisure, et la plus noble, laquelle comme un filet se met ordinairement au milieu du chef, et du long d'icelui, sans qu'il touche les bords et extrémités de l'écu, qui ne doit comprendre en sa largeur que la neuvième partie du chef. 1679 (Lambeau) De plusieurs sortes, comme simples, à deux, trois, quatre, & cinq pendans, ou l'ambrequins, aucuns chargez de fleurs de Lys, autres de tours ou chasteaux, ou de besans, fleurs, gouttes, larmes, & autres telles choses, d'aucunes desquelles, cy dessus narrees. 1772 Espece de brisure la plus noble de toutes; elle se forme d'un filet qui se place ordinairement au milieu et le long du chef de l'écu, sans qu'il touche ses extrémités. Sa largeur doit être de la neuvieme partie du chef; il est garni de pendans qui ressemblent au fer d'une coignée, ou plutôt aux gouttes de la frise de l'ordre dorique, qu'on voit sous les triglyphes. Quand il y a plus de trois pendans, il en saut spécifier le nombre. Il y en a quelquefois jusqu'à six dans les écus de cadets. Le lambel distingue les cadets des aînés. 1780 Est un filet qui se met en chef ou en fasce, auquel sont plusieurs pendants. Il vient dit-on des rubans que les jeunes Gentilshommes portaient au col. Le lambel sert de brisure. 1798 Certaine brisure dont les puînés chargent en chef les armes pleines de leur maison. Les armes d'Orléans sont de France au lambel d'argent. 1843 Trangle alaisée, qui a trois pendants, et qui se place horizontalement et en chef. 1864 Ruban que les jeunes gens seuls portaient en cravate, et qui ayant maintenant une forme invariable servent à distinguer les branches cadettes des maisons. 1872 Pièce de longueur, ou tringle, toujours placée horizontalement, ayant trois appendices de forme triangulaire appelés pendants, un à chaque extrémité et le troisième au milieu. 1885 Représente un morceau d'étoffe que l'on emploie le plus souvent pour indiquer une brisure de branche cadette. C'est très rarement qu'on le trouve sur l'écu comme charge principale. Il peut avoir depuis trois pendants jusqu'à neuf. 1887 Pièce de longueur, consistant en une traverse horizontale, appelée fil, à laquelle sont suspendues des pièces triangulaires nommées pendants. On n'exprime le nombre de ces pendants que lorsqu'il y en a plus ou moins de trois. Le lambel servait de brisure aux fils aînés du vivant de leur père, usage qui ne s'est maintenu que dans quelques maisons souveraines. Comme brisure sa place ordinaire est en chef de l'écu, ce qui n'est pas nécessaire d'exprimer, mais on trouve quelques cas très rares que le lambel, soit seul, soit en nombre, est employé comme meuble, et alors il faut indiquer sa position précise dans l'écu. Un seul lambel, dans ce cas, est posé au milieu de l'écu, comme toute autre pièce. Au moyen-âge les pendants étaient assez longs, ils n'étaient pas triangulaires mais conservaient la même largeur sur toute leur longueur, et le fil se perdait dans les flancs de l'écu. 1899 Le lambel est composé d'un fil duquel descendent des petits clochetons que l'on nomme pendants dont on doit indiquer le nombre lorsqu'ils cessent d'être régulièrement trois. Ce meuble ne doit pas toucher les bords de l'écu et il est d'un fréquent emploi comme brisure. 1901 Anciennement Lambeau. A la forme d'une pièce horizontale appelée fil, munie de trois ou d'un plus grand nombre de pendants. Le lambel est le collier ou noeud d'étoffe, à plusieurs lanières, porté par les enfants du vivant de leur père. Il est dérivé du vieux mot français Label, signifiant un noeud de ruban qu'on attachait au casque sur le tympan. Il pendait en arrière et servait à distinguer les fils de leur père. Cet ornement était généralement porté par les célibataires ; de là vint l'usage d'en faire une brisure pour les armoiries des puînés. Les Espagnols ont pris les lambels pour des bancs, et les Italiens pour des râteaux. 1905 Pièce d'armoiries qui est une brisure et se compose d'un filet péri en fasce d'où pendent trois gouttes, denticules ou pendants. Quand ces pendants sont au nombre de plus de trois, il faut l'énoncer.

Lambrequin

L'origine des lambrequins est dans les coiffes ou capelines découpées en lambeaux, que l'on portait sur les heaumes de joute et de tournoi, dès la fin du XIIIe siècle, et qui dérivent des voiles plus anciens que l'on avait fixé sur les divers casques, surtout à l'époque des croisades.

1772 Les lambrequins sent des volets d'étoffes découpés, qui descendant du casque, côstent et embrassent l'écu pour lui servir d'ornement. Quelques-uns disent lamoquin, d'autres lambequin, et il y en a qui croient que le mot de lambrequin est venu de ce qu'ils pendoient en lambeaux; et étoient tout hachés des coups qu'ils avoient reçus dans les batailles. Ceux qui sont formés de feuillages entremêlés les uns dans les autres, sont tenus plus nobles que ceux qui ne sont composés que de plumes naturelles. Le fond et le gros du corps des lambrequins doivent être de l'émail du fond et du champ de l'écu; mais c'est de ses autres émaux qu'on doit faire leurs bords. Les lambrequins étoient l'ancienne couverture des casques, comme la cotte d'armes étoit celle du reste de l'armure. Cette espece de couverture préservoit les casques de la pluie et de la poudre, et c'étoit par-là que les chevaliers étoient reconnus dans la mêlée. On les faisoit d'étoffe, et ils servoient à soutenir et à lier les cimiers qu'on faisoit de plumes. Comme ils ressembloient en quelque façon à des feuilles d'acanthe, quelques uns les ont appellés feuillards; on les a mis quelquefois sur le casque en forme de bonnet, élevé comme celui du doge de Venise, et leur origine vient des anciens chaperons qui servoient de coiffure aux hommes et aux femmes. 1780 Sont des pièces d'étoffe découpées en forme de feuillages, qui entourent le casque, et descendent aux deux côtés de l'écusson. 1798 Ornemens qui pendent du casque autour de l'écu. 1843 Feuillage découpé qui accompagne le casque et sert d'ornement extérieur à l'écu. 1864 Pièce d'étoffe découpée qui sert à couvrir le heaume et embrasse l'écu pour lui servir d'ornement. On le peint aux couleurs des armoiries. 1872 Bandelettes tailladées, flottantes autour des casques et des écus. 1887 (Probablement le mot flamand signifiant bandelette). Pièces d'étoffe découpées qui ornent le casque à dextre et à senestre. A diverses époques les lambrequins avaient des formes différentes. En peinture on donne généralement la couleur principale de l'écu à leur côté extérieur ; le côté intérieur est revêtu du principal métal qui se trouve dans les armes. Ceci est purement une affaire de goût, et on trouve beaucoup d'exemple où l'ordre contraire est observé. Autrefois il était d'un usage fréquent de parsemer les lambrequins de figures semblables à celles qui se trouvaient dans l'écu, lorsque c'étaient des figures héraldiques subordonnées, telles que billettes, besants, annelets, fleurs-de-lis etc. Cependant on employait aussi des figures d'animaux, tels que lions, etc. 1899 Ornement extérieur de l'écu. C'est un gracieux accompagnement du heaume, il est d'usage de le figurer en feuilles d'acanthe, émaillées aux couleurs de l'écu aux côtés duquel il tombe en forme d'enroulements ; cet ornement est quelquefois appelé rinceau ou hachement. 1901 Ornement découpé et attaché au casque. Ils représentent des morceaux d'étoffe découpés en fleurons et doivent avoir les mêmes émaux que les pièces du blason. Quelques hérauts ont nommé les lambrequins volets, parce qu'ils voltigeaient, au gré du vent, pendant les combats. 1905 L'origine des lambrequins est dans les coiffes ou capelines découpées en lambeaux, que l'on portait sur les heaumes de joute et de tournoi, dès la fin du XIIIe siècle, et qui dérivent des voiles plus anciens que l'on avait fixé sur les divers casques, surtout à l'époque des croisades.

Lame

Partie longue et pointue d'arme blanche, épée, sabre, badelaire, etc..., rarement figurée seule en armoiries, mais le plus souvent d'un autre émail que la garde ou la poignée de l'arme à laquelle elle est attachée et qu'elle complète.

1899 Partie longue et pointue d'arme blanche, épée, sabre, badelaire, etc..., rarement figurée seule en armoiries, mais le plus souvent d'un autre émail que la garde ou la poignée de l'arme à laquelle elle est attachée et qu'elle complète.

Lamé

Orné de minces lames d'or ou d'argent.

Lamie

Lion fabuleux à tête et poitrine de femme les cheveux épars. Requin de l'Atlantique appelé aussi requin taupe ou touille.

Lampassé

Un lion, ou tout autre animal dont la langue est d'un autre émail que celui du corps, doit être dit lampassé en blasonnant ; s'il s'agit d'un oiseau il est préférable de le dire langué.

1660 C'est le même que langué, qui veut dire a la langue hors de la gueule. 1694 (Lampas) - adj. Terme de blason. On dit lyon lampassé de sinoples; pour dire, un lyon dont la langue sort, & qui est de couleur verte, qu'on appelle sinoples en blason. 1772 Se dit de la langue des lions et des autres animaux. 1780 Se dit de la langue des lions et autres animaux. 1798 On dit lion lampassé de gueules, pour dire, un lion représenté avec la langue qui sort. 1843 Se dit d'un quadrupède dont la langue est d'un émail différent de la tête. 1864 Se dit de la langue des animaux quand elle sort de la gueule. 1872 Se dit de tout animal tirant la langue. 1885 On nomme ainsi le lion ou autre animal qui laisse voir sa langue. 1887 Indique l'émail de la langue des animaux sauvages et principalement du lion. 1899 Un lion, ou tout autre animal dont la langue est d'un autre émail que celui du corps, doit être dit lampassé en blasonnant ; s'il s'agit d'un oiseau il est préférable de le dire langué. 1901 Attribut du lion ou de tout autre quadrupède qui montre la langue. 1904 Se dit de la langue des animaux. 1905 Se dit de tout quadrupède dont la langue est d'un autre émail que le corps. On dit langué quand il s'agit d'oiseaux.

Lampe

Meuble en forme de vase allongé avec un bec et une anse. C'est la forme la plus usitée. On dit allumé d'une lampe dont la flamme est d'émail différent.

1887 Meuble en forme de vase allongé, avec un bec et une anse. C'est la forme la plus usitée, mais il y en a qui diffèrent de celle-ci.

Lampe antique

Vase plein d'huile dans lequel plongeait une mèche longue passant par un conduit circulaire.

1901 Vase plein d'huile dans lequel plongeait une mèche longue passant par un conduit circulaire.

Lamproie

Poisson sans mâchoire, de forme cylindrique et allongée.

1901 Poisson de rivière qui a la forme de la sangsue et la taille des plus grosses anguilles. On la voit rarement dans l'art héraldique.

Lamproye

Voir Lamproie.

Lance

Arme d'hast, tranchante, pointue, et emmanchée d'un long fût. Lorsque cette arme est une lance de tournoi, le bas du fût à la forme d'un fuseau au milieu duquel se trouve ménagé une sorte de retrait dans lequel la main qui tenait l'arme de trouvait affermie et protégée.

1660 Elle était portée par les lanciers, elle servait aux joutes et tournois, et elle sert encore pour courir la bague dans les académies ou la noblesse apprend à monter à cheval. 1899 Arme d'hast, tranchante, pointue, et emmanchée d'un long fût. Lorsque cette arme est une lance de tournoi, le bas du fût à la forme d'un fuseau au milieu duquel se trouve ménagé une sorte de retrait dans lequel la main qui tenait l'arme de trouvait affermie et protégée. 1901 Arme d'attaque des joutes, des tournois et des corps d'armée permanents. Elle est représentée dans l'écu posée en pal, le fer en haut.

Lance de tournoi

C'est la lance dont les chevaliers se servaient aux tournois. Vers la poignée elle est munie d'une plaque, dite arrêt de lance, dont le but était de protéger la main du combattant contre les coups de son adversaire. Le fût ou bois de la lance est gros et façonné vers la poignée, ce qui le distingue du fût de la pique qui est tout uni. On dit fûtée d'une lance lorsque le manche est d'un émail différent, émoussée lorsque le fer paraît coupé vers la pointe, brisée ou éclatée lorsque le fût est brisé en deux.

1887 Ainsi que son nom l'indique, c'est la lance dont les chevaliers se servaient aux tournois. Vers la poignée elle était munie d'une plaque, dite arrêt de lance, dont le but était de protéger la main du combattant, contre les coups de son adversaire.

Lancéolé

Qui se termine en fer de lance.

1905 Qui se termine en fer de lance.

Lancette

Voir Lancette de chirurgien.

Lancette de chirurgien

Instrument de chirurgie, servant à ouvrir la veine, à percer un abcès, etc.

Laneret

Mâle de faucon lanier.

Lange

Morceau de laine ou d'étoffe épaisse dont on enveloppe un enfant au maillot.

1905 Morceau de laine ou d'étoffe épaisse dont on enveloppe un enfant au maillot.

Langue

Langue humaine.

1901 Langue humaine.

Langué

Même signification que lampassé, doit être employé de préférence quand il s'agit des oiseaux mais, cette règle n'est pas absolue.

1780 Se dit de la langue des aigles. 1798 Il se dit des oiseaux, aigles, etc. dont la langue sort, et est d'un autre émail que le corps de l'animal. 1843 S'applique aux oiseaux dans le même sens que lampassé aux quadrupèdes. 1864 Se dit de la langue des oiseaux quand elle est apparente. 1885 S'applique aux oiseaux dans le même sens que lampassé aux animaux. 1887 Se dit de l'émail de la langue des oiseaux et des animaux domestiques. 1899 Même signification que lampassé, doit être employé de préférence quand il s'agit des oiseaux mais, cette règle n'est pas absolue. 1901 Attribut de tout oiseau dont on voit la langue d'émail spécial.

Lanier

Faucon d'Italie du sud ressemblant au pèlerin.

Lansquenet

Fantassin allemand.

Lapin

Ce petit animal est toujours représenté de profil et accroupi ; on le nomme aussi connil.

1899 Ce petit animal est toujours représenté de profil et accroupi ; on le nomme aussi connil. 1901 On le représente en course.

Lapis-lazuli

Pierre d'un bleu intense.

Lardoire

Sorte de brochette creusée et fendue par un des bouts, et servant à larder la viande.

Larme

Meuble dont la partie supérieure, en pointe et ondoyante, s'élargit et se termine en forme ronde par le bas. Elles sont le plus souvent d'argent.

1660 Dessiné comme une goutte, la pointe ondulant. 1843 Goutte d'eau ondoyante et s'élargissant en rond par le bas. 1885 Meuble dont la partie supérieure, en pointe et ondoyante, s'élargit et se termine en forme ronde par le bas. Elles sont le plus souvent d'argent. 1887 Gouttes dont la partie supérieure est effilée et ondoyante. 1899 Meuble de l'écu, dont la partie supérieure est en pointe, descendant en ondoyant et en s'élargissant vers le bas, enfin se terminant en forme ronde ; le champ d'un écu peut en être semé. Cette pièce, malgré son grand rapport avec la goutte, ne doit pas être confondue avec elle. 1901 On représente une larme comme une goutelette dont la partie inférieure est arrondie, et qui se termine par une pointe ondoyante.

Latte

Pièce de bois.

1905 Pièce de bois.

Lauré

Se dit d'une figure couronnée de laurier.

1905 Se dit d'une figure couronnée de laurier.

Laurier

Cet arbre et principalement ses branches garnies de feuilles longues et pointues sans aucun noeud sur la tige, sont d'un emploi très fréquent en armoiries, soit comme meuble sur un écu, soit comme ornement extérieur.

1679 Arbre que l'on trouve en armes. 1899 Cet arbre et principalement ses branches garnies de feuilles longues et pointues sans aucun noeud sur la tige, sont d'un emploi très fréquent en armoiries, soit comme meuble sur un écu, soit comme ornement extérieur. 1901 Plante bien connue. Utilisée sous forme de couronne.

Laurier-rose

Arbuste à fleurs blanches ou roses.

Lauriot

Oiseau.

Lavande

Plante aromatique à fleurs bleues.

Le tout

En blasonnant, on se sert de cette expression pour éviter la répétition de l'émail de plusieurs pièces ou meubles de l'écu, qui se trouvent être de même couleur. Ne pas confondre cette qualification avec sur le tout qui s'emploie dans un tout autre sens.

1885 On se sert de ce terme en blasonnant pour éviter la répétition de plusieurs pièces ou meubles de l'écu qui se trouvent du même émail.

Le tout de

Pour éviter la répétition du nom de l'émail de différents meubles qui paraissent sur un écu, lorsque toutes les pièces sont du même métal ou de la même couleur, on dit simplement le tout de ...; il est de même pour le tout du tout.

Légende

Espèce de devise qui se met dans un listel au-dessus du cimier et dont la nature n'est pas très bien définie. composée de peu de mots, la légende tient à la fois du cri et de la devise. On en trouve aussi directement sur le blason.

1887 Espèce de devise qui se met dans un listel au-dessus du cimier et dont la nature n'est pas très bien définie. Composée de peu de mots, la légende tient à la fois du cri et de la devise.

Légume

Comme des fruits on en trouve de toutes sortes. Ils sont représentés indistinctement queue en haut ou en bas.

Lentille

Plante annuelle cultivée pour sa graine.

Lentisque

Sorte d'arbrisseau du Proche-Orient toujours vert, dont il sort une espèce de résine, qu'on appelle mastic.

Léopard

Se représente toujours passant, la tête de face, et la queue retournée sur le dos avec le panache en dehors.

1660 Ne diffère du lion que par la posture. Le léopard tourne toujours la tête de front, de telle sorte qu'il montre les deux yeux et les deux oreilles. on le représente aussi passant ou marchant, là où le lion a la tête de profil, et ne montre sinon un oeil et une oreille, et est toujours rampant ou passant et debout. Lorsque le léopard est dépeint rampant, on le blasonne léopard-lionné, parce qu'il est léopard à cause de la tête, la principale et plus noble partie de tout le corps qui ont la faculté sensitive. Et au semblable quand le lion est passant, on l'appelle lion-léopard ou léopardé. Il y a aussi cette différence entre le lion et le léopard, en ce que le lion a le bouquet de la queue tourné sur son dos, là où le léopard quoi qu'il tourne le gros de la sienne sur son échine, le bout néanmoins se recourbe en dehors. 1679 A esté comme compaignon du Lyon, toutesfois il ne s'en trouve tant, ni de si diverses manieres en metal & couleurs, comme le Lyon. Leur difference est, que le Lyon est toujours rampant ou ravissant, & ne monstre qu'un oeil & une oreille: Et le Leopard est toujours passant ou allant, & monstre deux yeux, & deux oreilles. 1780 Est un lion passant qui montre les deux yeux, au lieu que le lion proprement dit, se montre toujours de profil. 1798 On appelle Léopard lioné, un Léopard qui est représenté ayant les pattes de devant élevées, comme on représente ordinairement les lions. Et lion léopardé, un lion qui est représenté vu de face, et sans avoir les pattes de devant dans une situation différente de celles de derrière. On l'appelle aussi lion passant. 1843 Quadrupède, qu'on représente passant la tête de front, montrant les deux yeux et les deux oreilles, et ayant le bout de la queue en dehors. 1864 Est en armoirie un lion passant dont on voit les deux yeux. 1872 Animal qui, dans l'héraldie, est toujours représenté passant, la tête de fasce. 1885 Il doit être passant et la tête tournée de face. Le bouquet de la queue se trouve en dehors. Dans quelques cas on représente le léopard assis. 1887 Nom héraldique du lion passant qui a la tête posée de front. Quelquefois on trouve des léopards naturels, surtout comme supports. 1899 En armoiries, le léopard se représente toujours passant, la tête de face, et la queue retournée sur le dos avec le panache en dehors. 1901 Animal féroce représenté passant, la tête toujours de face. Sa queue retournée sur le dos, montre la touffe poilue à l'extérieur. 1905 Le léopard héraldique est un lion qui, au lieu d'être rampant (attitude ordinaire du lion) est passant, et dont la tête se présente toujours de face ; la houppe de la queue retombe en dehors au lieu de retomber vers le dos de l'animal.

Léopard (Tête de)

Voir Tête de léopard.

1887 Voir Tête de léopard.

Léopard lionné

On dit le léopard lionné quand, au lieu d'être passant, il est rampant.

1660 Se dit à cause qu'il participe en sa représentation et du léopard et du lion : du léopard en ce qu'il a la tête de front et le bouquet de la queue tourné en dehors comme quand il est passant, du lion a cause qu'il est en assiette de rampant qui est l'action ordinaire du lion. 1679 (Leopard Lyonne) Quand on trouve le Leopard autrement, qu'allant ou passant, ascavoir, rampant ou ravissant (duquel on voit les deux yeux & les deux oreilles, comme a esté dit) faut dire, Leopard Lyonne, afin de differer d'avec la maniere ordinaire de parler, dont lon use en blason. 1872 Léopard représenté passant la tête de profil. 1887 Nom héraldique d'un lion rampant qui a la tête posée de front. 1899 Lorsque le léopard est représenté rampant, c'est-à-dire levé et dans l'attitude ordinaire du lion, on le dit lionné, mais sa tête doit toujours être présentée de face. 1901 Attribut du léopard debout ou rampant. 1905 On dit le léopard lionné quand, au lieu d'être passant, il est rampant.

Léopardé

Lorsque le lion est représenté passant c'est-à-dire semblant marcher, ce qui est contraire à sa position ordinaire, on le dit léopardé, et dans ce cas la queue est placée comme celle du léopard.

1780 Du lion passant. 1843 Se dit du lion qui est passant au lieu d'être rampant ; sa tête posée de profil et le bout de sa queue tournée en dehors le distinguent seuls du léopard. 1885 C'est le lion passant. 1899 Lorsque le lion est représenté passant c'est-à-dire semblant marcher, ce qui est contraire à sa position ordinaire, on le dit léopardé, et dans ce cas la queue est placée comme celle du léopard. 1901 Terme indiquant la position d'un lion passant, le bouquet de la queue à l'extérieur. 1905 Se dit du lion, quand au lieu d'être rampant, il est passant comme le léopard, la tête restant de profil. Se dit aussio de la queue seule du lion ordinaire, quand la houppe retombe en dehors.

Lettre

L'usage des lettres comme meubles en armoiries est assez rare, on n'en rencontre guère que dans les armes parlantes de quelques familles, et dans des armes de ville.

1660 Lettre seule, parfois la première lettre du nom, un ou plusieurs mots valant devise. 1899 L'usage des lettres comme meubles en armoiries est assez rare, on n'en rencontre guère que dans les armes parlantes de quelques familles, et dans des armes de ville. 1901 L'origine des lettres capitales dans les écus est due, soit au besoin de se distinguer les uns des autres, soit une concession souveraine. L'usage de ces lettres équivaut à des monogrammes.

Leude

Poisson de mer.

Leurre

Meuble de cuir découpé et façonné en forme d'une sorte d'oiseau de proie ; ce nom se donne aussi au chaperon dont on couvrait la tête des oiseaux de poing que l'on employait pour la chasse.

1864 Se dit de pièces de cuir qui servaient à l'oiseau de proie. 1899 Meuble de cuir découpé et façonné en forme d'une sorte d'oiseau de proie ; ce nom se donne aussi au chaperon dont on couvrait la tête des oiseaux de poing que l'on employait pour la chasse.

Levé

Se dit d'un animal, mais principalement de l'ours, quand il paraît dressé sur ses pattes de derrière.

1772 Se dit des ours en pié. 1780 De l'ours en pied. V. Debout. 1798 Se dit d'un ours levé sur ses pieds de derrière. 1843 Exprime l'attitude de l'ours qui est droit sur ses pattes de derrière. 1864 Se dit de l'ours en pied. 1885 Se dit de l'ours en pied. 1887 Se dit : 1° de l'ours dressé sur ses pieds ou rampant ; 2° des ailes d'un oiseau qui a le vol ouvert, le bout des ailes dirigé vers le chef de l'écu. 1899 Se dit d'un animal, mais principalement de l'ours, quand il paraît dressé sur ses pattes de derrière. 1901 Attribut de l'ours posé droit sur ses pattes de derrière. 1905 Attribut des quadrupèdes (plus particulièrement de l'ours) quand ils sont debouts et droits. Se dit également d'une herse (porte de forteresse ou de château) quand elle permet de passer.

Levesse

Racine que l'on trouve en armes.

1679 Racine que l'on trouve en armes.

Leveure de quartier

Voir Franc-quartier.

1660 Voir Franc-quartier.

Lèvre

Les lèvres peuvent être parfois d'un émail différent du visage.

Levrette

Femelle du lévrier. Est représentée plus fine et sans vilainie (absence de sexe).

Lévrier

Chien à la tête allongée, très rapide. Représenté courant, rampant ou passant. Toujours colleté. S'il n'a pas de collier, il est appelé levron.

1660 Ou Levrette. Se représente ou passant et marchant comme le léopard, ou bien courant suivant la disposition naturelle, ou rampant et debout ainsi que le lion. 1679 Fort usité, & s'en voit beaucoup en armoiries. 1843 Chien courant ayant un collier. 1887 Espèce de chien, presque toujours orné d'un collier dont il faut indiquer l'émail. 1899 Chien de forme gracieuse, représenté courant, passant ou rampant, il est toujours colleté. Lorsque le lévrier est figuré sans collier, on le nomme levron. 1901 Il est figuré de profil, passant et muni de son collier avec anneau. Il est plus fréquemment employé que le chien ordinaire dans l'héraldique. 1905 Chien héraldique, toujours représenté avec un collier muni d'un anneau.

Levron

Jeune lévrier que l'on distingue dans l'écu de celui-ci parce qu'il n'a pas de collier au cou, il a les mêmes attributs que le lévrier.

1843 Jeune lévrier qui n'a pas de collier. 1885 Jeune lévrier qui se distingue en ce qu'il n'a pas de collier. 1905 Nom donné au lévrier qui n'est pas colleté.

Lézard

Ce reptile est généralement représenté montant, c'est-à-dire la tête vers le chef et la queue vers la pointe.

1660 Se représente montant, s'il est en une autre assiette il faut le dire. 1679 Animal rencontré en armes. 1899 Ce reptile est généralement représenté montant, c'est-à-dire la tête vers le chef et la queue vers la pointe de l'écu ; si sa position est autre, il faut le spécifier en blasonnant. 1901 Ce reptile est représenté montant, c'est-à-dire couché sur le ventre, la tête en chef et la queue vers le bas de l'écu. Trois lézards figurent dans l'écu du célèbre ministre Le Tellier de Louvois.

Libre

Voir Gai.

Lice

Se dit des lieux réservés aux joutes, tournois et passes d'armes.

1899 Se dit des lieux réservés aux joutes, tournois et passes d'armes.

Licol

Grand joug courbé pour bêtes de somme.

1901 Voir Licou.

Licorne

Animal fabuleux, d'un fréquent emploi en armoiries, soit comme meuble, soit comme support. La licorne est représentée sous la forme d'un cheval, ayant une longue corne sur le front, une barbiche de chèvre et des pieds fourchus ; lorsqu'elle est figurée levée, on la dit saillante, cabrée en défense, et couchée accroupie.

1660 Son corps approche celui d'un cheval, elle a la tête de cerf, le pied à deux ongles comme celui de l'éléphant, la queue de sanglier, et au milieu du front une corne cranelée et longue de deux coudées suivant le commun. Elle se représente passante, autrefois rampante et lorsqu'elle est en cette action on la dit saillante. En défense: qui a la corne baissée pour se défendre. 1679 Lycorne ou Unicorne, assez usité anciennement. 1772 La licorne est un des supports des armes d'Angleterre. Voyez Support. Les hérauts représentent cet animal passant et quelquefois rampant. Quand il est dans cette derniere attitude, comme dans les armes d'Angleterre, pour parler proprement, il faut dire qu'il est saillant d'argent; une licorne saillant de sable, armée, onglée, etc. 1843 Monstre fabuleux, cheval dont le front est armé d'une corne. 1885 Cheval ayant une corne sur le front, une barbe de chèvre et des pieds fourchus. On l'emploie souvent comme emblème d'innocence et de chasteté. 1887 Animal chimérique représenté sous la forme d'un cheval ayant une longue corne sur le front, une barbe de bouc et des sabots fourchus. 1899 Animal fabuleux, d'un fréquent emploi en armoiries, soit comme meuble, soit comme support. La licorne est représentée sous la forme d'un cheval, ayant une longue corne sur le front, une barbiche de chèvre et des pieds fourchus ; lorsqu'elle est figurée levée, on la dit saillante, cabrée en défense, et couchée accroupie. 1901 Cheval symbolique dont la tête est armée d'une corne droite, et le menton orné d'une barbe de chèvre. Ses pieds sont fourchus. La licorne est représentée passante ou levée. 1905 La licorne figure dans le blason sous l'aspect d'un animal, avec un corps de cheval, une longue corne aiguë et droite, plantée au milieu du front, une petite barbe de bous et des pieds fourchus. Elle est dite en défense quand elle baisse la tête et présente sa corne en avant.

Licou

Voir Licol.

1901 Grand joug courbé pour bêtes de somme, portant à chaque extrémité un joug moindre rattaché par une chaîne de fer.

Lié

Se dit des meubles qui paraissent joints, serrés, soutenus ou garnis de cordons, de rubans, de longes ou d'anneaux.

1660 Se dit d'un cercle à tonneaux. Aussi, qui est joint, resserré, attaché et accouplé par un lien, cordon ou ruban. 1772 Se dit non seulement des cercles des tonneaux, quand l'osier qui les tient est d'un autre émail, mais aussi de tout ce qui est attaché. 1780 Des choses attachées, comme clefs, huchets, etc. 1843 Attaché par des liens ou des cordons. 1885 Sert à désigner l'objet qui attache différentes pièces ensemble ou même une seule. 1887 Se dit d'un ou plusieurs objets entourés d'un ruban ou autre lien. 1899 Se dit des meubles qui paraissent joints, serrés, soutenus ou garnis de cordons, de rubans, de longes ou d'anneaux. 1901 Expression indiquant qu'un objet ou un animal quelconque est muni de liens ou de courroies. 1905 Se dit de tout groupement d'objets réunis par un lien, et spécialement si ce lien est d'un émail particulier.

Lien de Saint-Pierre

Ce qui sert à lier. L'Ange tira Saint-Pierre des liens.

Lierre

Plante grimpante, à feuilles persistantes.

1679 Arbre que l'on trouve en armes. 1901 Arbuste dont les feuilles alternent et varient de forme sur le même pied. Certaines sont échancrées et découpées en trois ou cinq lobes ; les autres sont entières, en forme de fer de lance.

Lièvre

Animal représenté souvent de profil et courant, mais sa position ordinaire est accroupie, ce qu'il n'est pas nécessaire d'indiquer, on le dit aussi en forme quand il est au repos.

1660 En forme s'il est ramassé sur lui-même, courant. 1679 Animal rencontré en armes. 1899 Cet animal est généralement représenté de profil, quelquefois courant ; lorsqu'il paraît couché, ou au repos, on le dit en forme. 1901 Est représenté de profil et courant. 1905 Le lièvre est dit en forme s'il est arrêté et accroupi sur ses pattes.

Liguier

Ce meuble rentre dans la catégorie des arbres, et se blasonne comme eux.

Lilas

Arbuste cultivé pour ses grappes de fleurs mauves ou blanches.

Lilium convallium

Fleur de muguet.

Limace

Mollusque gastropode sans coquille.

1679 (Limasse) Animal rencontré en armes.

Limaçon

Ce mollusque est toujours représenté la tête hors de sa coquille et montrant ses cornes.

1660 Appelé autrefois porte-maison. 1885 Il est toujours représenté hors de sa coquille et montrant les cornes. 1887 Toujours représenté sortant de sa coquille et montrant les cornes. 1899 Ce mollusque est toujours représenté la tête hors de sa coquille et montrant ses cornes. 1901 Ce mollusque est toujours figuré de profil et sortant de sa coquille.

Limande

Poisson plat comestible.

Limasse

Voir Limace.

1679 Voir Limace.

Lime

Outil qui sert à dresser des surfaces métalliques.

1901 Outil d'acier trempé, dont les faces sont hérissées d'une multitude de dents, et dont on se sert pour dresser, ajuster et polir à froid la surface des métaux durs.

Limier

Chien courant employé dans la chasse à courre.

1679 (Lymier) Chien.

Lin

Plante herbacée à fleurs bleues.

1679 Fleur que l'on trouve en armes.

Linotte

Oiseau passereau à dos brun et à poitrine rouge.

1901 Petit oiseau granivore qui a la tête fort petite.

Lion

Le lion est le quadrupède qui figure le plus fréquemment dans l'écu. Sa position ordinaire, et qui ne se blasonne pas, est rampant (rapiens) c'est-à-dire dressé sur les pattes de derrière ; la tête est de profil, la queue levée et laissant retomber sa houppe du côté de l'échine. Outre ces attributs spéciaux, le lion peut être armé, diffamé, dragonné, contourné, lampassé morné, vilené, issant ou naissant, léopardé, etc. Son corps peut encore être échiqueté, vairé, besanté, etc. Quant à la queue, elle est nouée, fourchée, léopardée. Le lion représenté sans sa queue est une lionne. Passant au lieu de rampant, la tête de face et la houppe de la queue retombant en dehors, il devient le léopard.

1660 Représenté toujours debout, rampant. Ne montre jamais qu'un oeil et qu'une oreille. Voir Léopard. 1679 (Lyon) Duquel ou voit beaucoup d'armoiries des principaux & vaillants, estre ornees. Munster & plusieurs, parlans des armoiries, tant de Flandres qu'autres, disent, que les Princes allans en Sirie, changerent leurs anciennes armes, & prindrent Lyons de diverses sortes en metal & couleurs. Est toujours rampant ou ravissant, & ne monstre qu'un oeil & une oreille. 1772 Le lion a différentes épithetes dans le Blason. Il est ordinairement appellé rampant et ravissant; et quand sa langue, ses ongles, et une couronne qu'on lui met sur la tête, ne sont pas du même émail que le reste de son corps, on dit qu'il est armé, couronné et lampassé. On dit aussi lion issant et lion naissant. Le premier est celui qui ne montre que la tête, le cou, les bouts des jambes, et les extrémités de la queue contre l'écu; et l'autre est celui qui ne faisant voir que le train de devant, la tête et les deux piés, semble sortir du champ entre la face et le chef. On appelle lion brochant sur le tout, celui qui étant posé sur le champ de l'écu, chargé déjà d'un autre blason, en couvre une partie. Le lion mort né, est un lion sans dents et sans langue; et le lion diffamé, celui qui n'a point de queue. Lion dragonné, se dit d'un animal qui a le derriere du serpent, et le devant du lion; et lion léopardé, d'un lion passant, qui montre toute la tête comme fait le léopard. 1843 Animal représenté de profil, et rampant, la queue relevée et tournée en dedans. 1872 Est toujours représenté rampant, c'est-à-dire sur ses deux pattes inférieures, la tête de profil. 1885 Lion rampant, c'est-à-dire levé sur ses deux pieds de derrière. Le lion doit ordinairement avoir le bouquet de la queue tourné vers le dos, et la tête de profil. Sa langue sort de sa gueule et est courbée et arrondie à l'extrémité. On voit cependant sur beaucoup d'anciens sceaux le lion avec la queue tournée en dehors, et c'est le mode le plus fréquent. 1887 Dans la plupart des cas il est rampant, c'est-à-dire dressé sur ses pieds, ce qui ne s'exprime pas, vu que c'est son attitude ordinaire. Au moyen-âge le lion ne montrait pas de langue et portait le bouquet de la queue tourné en dedans ; depuis la période de la Renaissance il est de coutume de tourner ce bout en dehors, et déjà plus tôt on avait commencé à le représenter avec une langue fort allongée. 1899 En armoiries, le lion dans sa position naturelle est rampant, c'est-à-dire ayant le haut du corps levé vers le chef, et ne posant que ses sur pattes de derrière, la tête de profil, la queue retroussée sur le dos avec la houppe retombant en dehors. On le dit armé lorsque ses griffes sont d'un émail spécial ; lampassé quand ce cas est celui de la langue ; diffamé quand il n'a pas de queue ; morné quand il n'a ni langue ni griffes ; contourné s'il a la tête tournée vers la gauche de l'écu ; dragonné si son corps se termine en queue de dragon, et mariné si c'est en queue de poisson ; naissant quand il ne paraît qu'à moitié ; issant lorsqu'il n'est figuré que par une tête, une patte de devant et l'extrémité de la queue ; enfin couronné lorsqu'il a une couronne comme ornement sur la tête. 1901 L'un des plus nobles animaux de la création, est représenté debout et de profil. Sa gueule largement ouverte montre des dents aiguës et une langue recourbée. Sa queue relevée droite se termine par une touffe de poils retournée sur le dos. 1905 Le lion est le quadrupède qui figure le plus fréquemment dans l'écu. Sa position ordinaire, et qui ne se blasonne pas, est rampant (rapiens) c'est-à-dire dressé sur les pattes de derrière ; la tête est de profil, la queue levée et laissant retomber sa houppe du côté de l'échine. Outre ces attributs spéciaux, le lion peut être armé, diffamé, dragonné, contourné, lampassé morné, vilené, issant ou naissant, léopardé, etc. Son corps peut encore être échiqueté, vairé, besanté, etc. Quant à la queue, elle est nouée, fourchée, léopardée. Le lion représenté sans sa queue est une lionne. Passant au lieu de rampant, la tête de face et la houppe de la queue retombant en dehors, il devient le léopard.

Lion (Ombre de)

Les armoiries offrent deux ou trois exemples d'un lion tracé et peint d'une manière si transparente que les meubles de l'écu, qu'il couvre de son corps, restent visibles avec leurs émaux et contours. Seulement, les parties où le corps du lion passe, sont d'une teinte plus foncée. Un tel lion s'appelle ombre de lion.

1887 Les armoiries offrent deux ou trois exemples d'un lion tracé et peint d'une manière si transparente que les meubles de l'écu, qu'il couvre de son corps, restent visibles avec leurs émaux et contours. Seulement, les parties où le corps du lion passe, sont d'une teinte plus foncée. Un tel lion s'appelle ombre de lion.

Lion de Saint-Marc

Lion couché avec une auréole d'or, qui tourne la tête vers le spectateur et tient entre ses pattes un livre ouvert inscrit des mots Pax tibi, Marco Evangelista.

1887 Lion couché avec une auréole d'or, qui tourne la tête vers le spectateur et tient entre ses pattes un livre ouvert inscrit des mots Pax tibi, Marco Evangelista.

Lion brochant

Lion placé au-dessus et couvre le blason.

16607 Lion placé au-dessus et couvre le blason.

Lion chargé

Le lion peut être chargé de bandes, fasces et autres pièces et meubles, échiquetés, vairés.

16607 Le lion peut être chargé de bandes, fasces et autres pièces et meubles, échiquetés, vairés.

Lion diffamé

Se dit de celui qui n'a point de queue.

16607 Se dit de celui qui n'a point de queue.

Lion dragonné

Ou serpent qui a la devant de lion et le derrière de serpent.

16607 Ou serpent qui a la devant de lion et le derrière de serpent.

Lion issant

Ne montre que la tête, le col, le bout des jambes et l'extrémité de la queue.

16607 Ne montre que la tête, le col, le bout des jambes et l'extrémité de la queue.

Lion monstrueux

Il y a des lions monstrueux qui ont des têtes humaines, de loup, de chien.

16607 Il y a des lions monstrueux qui ont des têtes humaines, de loup, de chien.

Lion morné

Qui n'a ni langue, ni dents.

16607 Qui n'a ni langue, ni dents.

Lion naissant

Est celui qui ne montre que le train de devant. Voir Issant.

16607 Est celui qui ne montre que le train de devant. Voir Issant.

Lion viléné ou éviré

Qui n'a ni verge ni génitoires. Voir Vilenie.

16607 Qui n'a ni verge ni génitoires. Voir Vilenie.

Lionnets, lionceaux

Mot utilisé parfois lorsque le lion est en nombre.

16607 Mot utilisé parfois lorsque le lion est en nombre.

Lion léopardé

Se dit du lion représenté passant et se trouvant alors dans la position ordinaire du léopard, mais restant figuré de profil.

1660 Lion passant. Voir Léopard. 1679 (Lyon Leopard) Quand on voit en un escu un Lyon passant (qui est à dire, qu'il ne monstre qu'un oeil & une oreille) faut dire en blasonnant, Lyon Leopard. 1872 Lion rampant, la tête de face. 1887 Nom héraldique du lion passant qui a la tête posée de profil. Souvent on emploie le seul nom de lion passant. 1899 Se dit du lion représenté passant et se trouvant alors dans la position ordinaire du léopard, mais restant figuré de profil. 1901 Terme impropre, quelquefois usité pour indiquer un lion passant, parce que le léopard seul montre le mufle. 1905 Voir Lion.

Lion passant

Se représente comme les autres animaux passant, la tête normalement tournée à dextre et la queue retournée sur le dos la houppe vers le dos. Voir Lion-léopardé.

Lionceau

Lorsqu'il y a trois, ou de plus nombreux lions représentés sur un écu, on les nomme lionceaux.

1679 (Lyonnet) Sont ainsi nommez, à cause qu'ils sont fort petits dans les armoiries, & ne doivent tenir qu'un peu plus que le tiers d'icelles, & neantmoins mis au milieu. 1772 Terme dont on se sert au lieu de lion, lorsque l'écu en porte plus de deux, et qu'on n'emploie guere sans cela. 1885 Petit lion. 1899 Lorsqu'il y a trois, ou de plus nombreux lions représentés sur un écu, on les nomme lionceaux. 1901 Expression moderne et inutile pour désigner des lions de petite taille et dont le nombre excède celui de trois. 1905 Se dit des lions d'armoiries quand l'écu en porte trois ou plus.

Lionne

Voir Lion.

1899 Tout ce qui a été dit à propos du lion, dont elle ne diffère que par l'absence de la crinière s'applique à la lionne. 1905 Voir Lion.

Lionné

Se dit du léopard représenté rampant, qui se trouve alors dans la position ordinaire du lion, mais restant figuré de face.

1772 Se dit des léopards rampans. 1780 Des léopards rampants. 1798 Se dit d'un léopard rampant. 1843 Se dit du léopard qui est représenté rampant comme le lion, et qui n'en diffère que par sa tête posée de front, et par le bout de sa queue tourné en dehors. 1885 Se dit du léopard rampant. 1899 Se dit du léopard représenté rampant, qui se trouve alors dans la position ordinaire du lion, mais restant figuré de face. 1901 Se dit du léopard figuré debout, portant l'extrémité de la queue vers l'intérieur. 1905 Se dit du léopard, quand au lieu d'être passant, ce qui est sa position ordinaire, il est rampant comme le lion.

Lis

(ou Lys) - Plante bulbeuse à grandes fleurs blanches. Meuble qui représente exactement la plante de jardin appelée lis, et qui se blasonne comme les autres fleurs.

1660 Fleur au naturel ou de jardin, ou fleur-de-lys. Au pied nourri. Florencée. 1679 Fleur que l'on trouve en armes. 1772 Fleur de. Voyez Fleur-de-lis, et lisez que ces fleurs ont été réduites à trois sous Charles V. et non pas sous Charles VII. Je persiste à regarder la conjecture de Chiflet comme plus hasardée que solide; mais il est vraisemblable, que ce qui fut longtems une imagination de peintres, devint les armoiries de France. D'anciennes couronnes des rois des Lombards, dont on voit des estampes fideles dans Muratori, sont surmontées d'un ornement semblable, et qui n'est autre chose, que le fer d'une lance lié avec deux autres fers recourbés. Quoi qu'il en soit, cet objet futile ne valoit pas la peine d'exercer la plume de Sainte-Marthe, de du Cange, de du Tillet et du P. Mabillon. Je ne parle pas de Chiflet, de la Roque, des PP. Tristan de Saint-Amand, Ferrand, Ménestrier et Rousselet, jésuites. Ces derniers écrivains ne pouvoient guere se nourrir d'objets intéressans. 1899 Meuble qui représente exactement la plante de jardin appelée lis, et qui se blasonne comme les autres fleurs. 1901 Voir Fleur-de-lys. 1905 Nom de l'emblème royal.

Lis de jardin

Lis naturel figurant comme meuble de l'écu.

1660 La plante, tige, feuilles et fleur. 1887 Plante de lis naturelle. 1905 Lis naturel figurant comme meuble de l'écu.

Lis ou lys héraldique

Voir Fleur-de-lis.

1905 Voir Fleur de lis.

Lis-de-jardin

Voir Fleur-de-lis.

1905 Voir Lis de jardin.

Liseré

Se dit de l'émail des bords d'un casque ou d'une armure.

1887 Se dit de l'émail des bords d'un casque ou d'une armure. 1899 Nom que l'on donne quelquefois au filet qui borde le casque et dont l'émail est spécial.

Liseron

Plante à fleur en forme d'entonnoir.

Listel

Ruban sur lequel on inscrit le cri, la légende ou la devise.

1843 Voir Liston. 1885 Voir Liston 1887 Ruban sur lequel on inscrit le cri, la légende ou la devise. 1899 On donne ce nom au ruban, ou bandeau, sur lequel on écrit la devise et le cri de guerre. 1901 Ruban déployé sur lequel on inscrit le cri ou la devise d'une personne ou d'une famille.

Liston

Voir Listel.

1772 Petite bande en forme de ruban, qu'on mele ordinairement avec les ornemens de l'écu, et sur laquelle on place quelquefois la devise. 1798 Petite bande sur laquelle on écrit la devise. 1843 Petit ruban ondoyant sur lequel se place la devise. 1885 Petite bande de ruban sur laquelle on place la devise. 1901 Voir Listel.

Litre

(ou Ceinture funèbre) Est une trace de peinture de couleur moire, large d'un pied et demi, qui s'applique contre les murailles d'une église en signe de deuil pour la mort du Patron de l'Eglise, ou du Seigneur haut-justicier, dont on peint les armes sur la litre de distances en distance.

1780 (ou Ceinture funèbre) Est une trace de peinture de couleur moire, large d'un pied et demi, qui s'applique contre les murailles d'une église en signe de deuil pour la mort du Patron de l'Eglise, ou du Seigneur haut-justicier, dont on peint les armes sur la litre de distances en distance.

Liure

Lien du cor.

1905 Lien du cor.

Livre

Ce meuble est admis en blason, soit comme pièce sur un écu, soit en ornement extérieur comme marque de fonction, de corporation, d'université, etc...

1899 Ce meuble est admis en blason, soit comme pièce sur un écu, soit en ornement extérieur comme marque de fonction, de corporation, d'université, etc ... 1901 Les livres de droit et de prières sont rarement employés dans les écus.

Livrée

Se dit de tout galon uni ou façonné, brodé ou à figures, dont on fait usage pour border les habits ; le fond rappelle les couleurs du champ de l'écu, on y place souvent les pièces d'armoiries.

1899 Se dit de tout galon uni ou façonné, brodé ou à figures, dont on fait usage pour border les habits ; le fond rappelle les couleurs du champ de l'écu, on y place souvent les pièces d'armoiries.

Logis

Logement.

Loir

Petit rongeur au pelage gris. Rat, Clé, Gerboise.

Lois de la perspective

Détermine la représentation d'un meuble vu de côté.

Longe

Corde, lanière avec laquelle on attache un cheval.

1905 Corde, lanière avec laquelle on attache un cheval.

Longé

Attribut du faucon ou de l'épervier, dont les pattes portent des liens (longes) d'émail différent. Synonyme Lié.

1798 Se dit des oiseaux qui ont des longes d'un autre émail que le corps de l'animal. 1843 Se dit de l'épervier ou d'autre oiseau de proie qui a des longes ou attaches aux pattes. 1872 Se dit des faucons ou éperviers ayant des liens ou longes aux pattes. 1885 Se dit des liens qu'on met aux pattes de l'épervier. 1887 Terme pour les faucons ou éperviers qui ont des liens aux pattes. 1899 Lorsqu'un oiseau de fauconnerie est représenté avec des liens autour des pattes, et que ces liens sont d'un autre émail que celui du corps, on dit que l'oiseau de proie est longé de... 1901 Attribut d'un épervier ou de tout autre oiseau de chasse dont les pieds sont munis de longes ou courroies. 1905 Attribut du faucon ou de l'épervier, dont les pattes portent des liens (longes) d'émail différent. Synonyme Lié.

Loré

Qui a les nageoires d'un autre émail que le corps. Voir Lorré.

1798 Il se dit des nageoires des poissons qui sont d'un émail différent de celui des poissons. 1872 Terme par lequel on désigne l'émail des nageoires du poisson. 1885 Indique les nageoires de poisson. 1899 Se dit des nageoires et de la queue d'un poisson qui sont d'un émail différent de celui du corps. 1905 Qui a les nageoires d'un autre émail que le corps.

Lorgnon

Petit instrument d'optique composé de deux verres adaptés à une monture, que l'on tient à la main, ou que l'on place sur son nez (Binocle).

1905 Petit instrument d'optique composé de deux verres adaptés à une monture, que l'on tient à la main, ou que l'on place sur son nez (Binocle).

Loriot

Petit oiseau passereau, jaune et noir.

Lorné

Poisson.

Lornière

Lunettes à main (peut-être lorgnons).

Lorraine

La croix dite de Lorraine est figurée avec un double croisillon, sa forme est plate et unie, c'est ainsi qu'elle paraît comme meuble dans un écu. C'est croix est fort usitée, comme ornement extérieur de l'écu, principalement dans les armoiries des dignitaires ecclésiastiques, elle est souvent tréflée et prend le nom de croix patriarcale.

1843 (Croix de) Voir Patriarcale. 1899 La croix dite de Lorraine est figurée avec un double croisillon, sa forme est plate et unie, c'est ainsi qu'elle paraît comme meuble dans un écu. C'est croix est fort usitée, comme ornement extérieur de l'écu, principalement dans les armoiries des dignitaires ecclésiastiques, elle est souvent tréflée et prend le nom de croix patriarcale. 1901 On nomme ainsi une croix à double traverse. La seconde est plus longue que la première.

Lorré

Voir Loré.

1660 Signifie les nageoires des poissons. 1772 Se dit des nageoires des poissons. 1780 Des nageoires des poissons. 1843 Un poisson est lorré si ses nageoires ont un autre émail que le corps. 1864 Se dit d'un poisson qui a des nageoires. 1887 Se dit d'un poisson pour désigner l'émail de ses nageoires. 1901 Se dit des nageoires des poissons quand elles sont d'un émail spécial. 1905 Voir Loré.

Losange

Meuble héraldique symbolisant le fer de lance. Quelques auteurs font ce mot féminin. Les losanges peuvent se mettre jusqu'à seize sur l'écu ; quand ce chiffre est dépassé, l'écu est dit semé de losanges.

1660 Figure quadrangulaire, proportion de sept en hauteur pour cinq de largeur. 1679 (Lozange) Sont aigues es quatre angles, & sont plus hautes que larges, ascavoir de sept en hauteur & de cinq en largeur, & sont volontiers entieres si l'escu n'en est tout, ou quelque bande ou face. 1772 Figure à quatre pointes, dont deux sont un peu plus étendues que les autres, et qui est assise sur une de ces pointes: les filles portent leur écu en losange. 1780 Est une figure quadrangulaire, un peu plus haute que large. Les losanges se posent toujours perpendiculairement, de sorte que les deux angles du côté de la plus grande longueur regardent l'un vers le chef, et l'autre la pointe de l'écu. 1798 Figure à quatre côtés égaux, ayant deux angles aigus, et deux autres obtus. Cela est taillé en losange. Un diamant taillé en losange. Et en style de Blason, Il porte en ses armes trois losanges. Les filles portent l'écu de leurs armoiries en losange. 1843 Figure quadrilatérale qui a la forme d'un carreau de jeux de cartes. 1864 Figure rhomboïde fort usitée en blason. Le Losange est sur pointe. 1872 Figure rectiligne dont les côtés sont égaux et parallèles, avec deux angles aigus et deux obtus. 1887 Pièce carrée, un peu allongée. Dans quelques armoiries hollandaises on voit des losanges pommetées, c'est-à-dire qu'elles sont ornées d'un bouton à chaque angle. 1899 Meuble de l'écu représentant une figure quadrangulaire, reposant sur la pointe inférieure de ses deux angles, composée de deux angles aigus et de deux autres obtus ; sa forme plus longue que large n'est cependant pas effilée comme celle de la fusée ; on peut mettre jusqu'à seize losanges sur un écu, mais passé ce nombre, on dit que l'écu en est semé. 1901 Figure qui a les proportions d'un rhombe de géométrie composé de quatre côtés et posé sur un de ses angles aigus. Les losanges sont bien de véritables carreaux ou fers de javelots. 1905 Meuble héraldique symbolisant le fer de lance. Quelques auteurs font ce mot féminin. Les losanges peuvent se mettre jusqu'à seize sur l'écu ; quand ce chiffre est dépassé, l'écu est dit semé de losanges.

Losangé

Se dit d'un écu rempli de losanges alternativement de métal et de couleur ; en blasonnant, on commence par énoncer l'émail de la première losange de l'angle droit du chef. Voir Grande losange.

1660 Rempli de losanges. 1772 Se dit de l'écu et de toute figure couverte de losange. 1780 De l'écu et figures couverts de losanges. 1843 Divisé en losanges de deux émaux alternés. 1872 Couvert de losanges. 1885 Se dit de l'écu ou des pièces couverts de losanges. 1887 Se dit d'un écu ou d'une pièce entièrement couverte de losanges entres lesquelles il ne reste point d'espace. D'ordinaire la direction du losangé est verticale, mais il y a des losanges en bande et en barre. 1899 Se dit d'un écu rempli de losanges alternativement de métal et de couleur ; en blasonnant, on commence par énoncer l'émail de la première losange de l'angle droit du chef. 1901 Expression indiquant que le champ d'un bouclier est couvert de losanges, à émaux alternés. Le losangé est formé par des traits diagonaux qui se croisent. 1905 Couvert de losanges alternativement de métal et d'émail. Le nombre de points est ordinairement de 32. Les losanges peuvent être inclinés en barre et en bande ; on dit alors losangé en barre, ou losangé en bande.

Lotte

Poisson d'eau douce.

Lotus

Plante. Famille des nénuphars.

Louaille

Taureau.

Louche

Grande cuiller à long manche, avec laquelle on sert le potage.

1901 Grande cuiller à long manche, avec laquelle on sert le potage.

Louchet

Cuillère ou petite pelle.

1905 Sorte de bêche à fer long et étroit.

Loup

Mammifère carnivore à pelage gris jaunâtre. Généralement passant. Dressé sur ses pattes de derrière, il est grimpant. Certains auteurs pensent qu'un loup ravissant s'enfuit avec un agneau sur l'épaule, d'autres présentent le loup ravissant seulement comme un loup grimpant. Il peut être armé et lampassé. Il a généralement la queue levée, contrairement au renard, qui est dessiné la queue pendante.

1660 Passant, rampant, ravissant et quelques fois courant. 1679 Ancien. 1887 Il est quelquefois difficile de distinguer le loup d'avec le renard, mais le signe distinctif du premier est de porter la queue levée. 1899 Cet animal paraît généralement passant ; lorsqu'il est figuré dans l'attitude ordinaire du lion, c'est-à-dire rampant, on le dit ravissant ; lorsque ses griffes et sa langue sont d'un émail autre que celui du corps on le dit armé et lampassé. 1901 Animal représenté passant et de profil. Il peut être ravissant (rampant).

Loup-cerf

Loup à tête de cerf.

Loup-cervier

En héraldique, espèce de loup à tête de lynx, posée de front les oreilles dressées, un corps de panthère tacheté et une queue de chat.

1887 On trouve rarement dans les armoiries cette créature chimérique qui a une tête de lynx, posée de front, les oreilles dressées, un corps de panthère tacheté et une queue de chat ; la couleur générale est brunâtre, moins foncée sur la poitrine. 1901 Nom donné au lynx, parce qu'il est considéré comme l'ennemi du cerf.

Loup-marin

Nom vulgaire de l'anarrhique, poisson à peau lisse et muqueuse, les nageoires pectorales et caudales arrondies, la bouche armée de nombreuses dents, d'une grande force.

1901 Nom vulgaire de l'anarrhique, poisson à peau lisse et muqueuse, les nageoires pectorales et caudales arrondies, la bouche armée de nombreuses dents, d'une grande force.

Loutre

Animal ayant quelque ressemblance avec le castor, généralement moins gros que ce dernier ; la queue de la loutre est menue, allongée et finissant en pointe.

1899 Animal ayant quelque ressemblance avec le castor, généralement moins gros que ce dernier ; la queue de la loutre est menue, allongée et finissant en pointe. 1901 Animal amphibie figuré passant et de profil. Il a la queue menue et allongée, terminée en pointe. On le voit fréquemment dans l'héraldique de l'Ecosse.

Louve

Femelle du loup.

1901 Femelle du loup.

Louveteau

Jeune loup de moins d'un an.

Lové

Entortillé.

1905 Entortillé.

Lozange

Voir Losange.

1679 Voir Losange.

Lumière

Se dit des yeux de certains animaux qui sont d'un émail différent de celui de l'animal. Sanglier d'argent aux lumières d'azur.

1798 Il se dit des yeux de certains animaux qui sont d'un émail différent de celui de l'animal. Sanglier d'argent aux lumières d'azur.

L'un dans l'autre

Voir L'un en L'autre.

L'un derrière l'autre

On trouve cette expression pour dire rangé en fasce.

L'un en l'autre

Voir de l'un en l'autre.

1660 Se dit lorsqu'un écu est parti, coupé, taillé, tranché ou écartelé d'émaux différents et qu'en chaque partie il y a une même pièce de blason, il faut que la pièce qui est sur le métal soit de la couleur qu'est le champ de l'autre et réciproque. 1899 Voir de l'un en l'autre.

L'un sur l'autre

Se dit des pièces dont l'une est posée au-dessus d'une autre. Ces pièces doivent toujours être d'émaux différents.

1660 Se dit pour exprimer l'assiette de plusieurs animaux ou meubles qui sont dans un écu l'un au-dessus de l'autre. 1780 Des animaux et autres choses, dont l'une est posée et étendue au-dessus d'une autre. 1843 Expression qui désigne des animaux passant, placés l'un au-dessus de l'autre, mais sans contact. 1864 Se dit des pièces dont l'une est posée au-dessus d'une autre. Ces pièces doivent toujours être d'émaux différents. 1885 S'emploie pour les animaux passants et placés l'un au-dessus de l'autre. 1887 Se dit d'animaux ou d'objets inanimés posés l'un au-dessus de l'autre. 1899 Se dit des animaux et des meubles dont l'un est étendu ou posé au-dessus d'un autre ; les pièces de longueur, flèches, épées, lances, etc ..., posées horizontalement sur d'autres se disent en fasce. 1901 Se dit de plusieurs animaux superposés dans l'écu.

Luna campans

Fleur.

Lune

Besant à traits humains ou croissant découpé en profil dans sa concavité.

1660 Dans les écus français n'est représentée que sous la figure du croissant, mais parmi les étrangers, la mettent aussi figurée d'une face humaine dans son premier quart, ores en son plein, puis en décours. Lune en croissant quand la face est de profil regardant à dextre, et d'y ajouter couchée regardant le chef de l'écu, de lune au plein lorsqu'elle est de front, et de lune en décours si elle regarde à senestre, et si elle a la face tournée vers la pointe, lune en décours renversée. 1679 Est fort rare en armoiries. 1885 Paraît pleine, ou en croissant, ou en décours. 1887 C'est la pleine lune. On la représente comme un visage humain. 1899 En armoiries la lune est fort rarement figurée pleine, on la rencontre plutôt représentée sous la forme d'un croissant tourné ou couché dont la ligne intérieure figure un profil de tête humaine. 1901 Cet astre paraît plein ou en décroissance dans l'écu. 1905 Besant à traits humains ou croissant découpé en profil dans sa concavité.

Lune en décours

Décroissement de la Lune.

Lunel

Ce meuble ne se rencontre guère que dans les armes espagnoles ; il est formé de quatre croissants appointés, leur aspect est celui d'une rose à quatre feuilles dont le coeur serait ouvert.

1772 On appelle ainsi dans le Blason quatre croissans appointés en forme de rose à quatre feuilles; ils ne sont d'usage qu'en Espagne. 1798 Se dit de quatre croissans appointés comme s'ils formoient une rose à quatre feuilles. 1843 Figure composée de quatre croissants appointés en forme de rose à quatre feuilles. 1864 Se dit des croissants quand ils sont appointés en forme de rose. 1885 Quatre croissants appointés en forme de rose à quatre feuilles. 1887 Terme pour une figure composée de quatre croissants appointés en forme de rose à quatre feuilles. 1899 Ce meuble ne se rencontre guère que dans les armes espagnoles ; il est formé de quatre croissants appointés, leur aspect est celui d'une rose à quatre feuilles dont le coeur serait ouvert. 1901 Réunion de quatre croissants appointés, tournés vers le centre de l'écu. Le lunel n'apparaît que dans les blasons de l'Allemagne et du Portugal. 1905 Pièce héraldique en forme de quatre croissants appointés disposés de manière à imiter un quatrefeuilles. Très rare.

Lunette de corroyeur

Lunette de l'artisan dont le métier est de corroyer les cuirs.

Lus

Brochet.

Lustre

Lustre ancien. Lustre hollandais.

Luth

Instrument de musique à cordes pincées. Blasonné un peu comme la harpe.

1899 Instrument de musique admis en blason.

Lycorne

Voir Licorne.

1679 Voir Licorne.

Lymier

Voir Limier.

1679 Voir Limier.

Lynx

Mammifère carnivore, haut sur pattes, à vue perçante. Chat, Genette.

1901 Animal fabuleux qui n'a d'autre rapport avec le vrai lynx que celui du nom. Il est communément de la grandeur d'un renard. Il a de grandes oreilles dressées et surmontées à leurs extrémités d'un pinceau de poils noirs ; la queue plus courte que celle de la panthère est noire, le tour des yeux blanc. Il est représenté passant et de face dans l'art héraldique.

Lyon

Voir Lion.

1679 Voir Lion.

Lyonnet

Voir Lionceau.

1679 Voir Lionceau.

Lyre

Symbole de l'harmonie qui se blasonne ainsi que le luth, de même que la harpe.

1899 Symbole de l'harmonie qui se blasonne ainsi que le luth, de même que la harpe. (Voir ce mot). 1901 Instrument de musique représenté dans sa forme la plus ancienne c'est-à-dire à trois cordes et posé de face. 1905 Meuble de l'écu représentant l'instrument de musique. La lyre est dite cordée quand ses cordes sont d'un émail différent.

Lys

Voir Lis et fleur de lys.

1899 Voir lis et fleur de lys.

Lys de jardin

Voir Lis.