Glossaire, dictionnaire héraldique: évolution de 1679 à 1905

A quel livre, traité ou dictionnaire, correspond chaque date ?
Glossaire français - anglais : 500 mots avec dessin des écus
A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z
Page précédentePremière page

Repartition

Divisions de l'écu en figures composées de plusieurs partitions. L'écartelé est fait du parti et du coupé ; l'écartelé en sautoir, du tranché et du taillé ; le gironné, qui est ordinairement de huit girons, est fait du parti, du coupé, du tranché et du taillé. Les points équipollés de neuf carreaux, sont formés de deux partis et de deux coupés. La fasce, le burellé, le bandé, le coticé, le palé, le vergetté, l'échiqueté, le fuselé, le losangé, le fretté sont des repartitions.

1899 Voir ce qui a été dit de la partition dont ceci indique une subdivision. 1901 Divisions de l'écu en figures composées de plusieurs partitions. L'écartelé est fait du parti et du coupé ; l'écartelé en sautoir, du tranché et du taillé ; le gironné, qui est ordinairement de huit girons, est fait du parti, du coupé, du tranché et du taillé. Les points équipollés de neuf carreaux, sont formés de deux partis et de deux coupés. La fasce, le burellé, le bandé, le coticé, le palé, le vergetté, l'échiqueté, le fuselé, le losangé, le fretté sont des repartitions.

Repos

Voir En repos.

Repos (En)

Attribut des animaux couchés. Se dit du cerf couché sur ses jambes, dont celles de devant sont étendues.

1901 Attribut des animaux couchés. Se dit du cerf couché sur ses jambes, dont celles de devant sont étendues. 1905 Se dit des quadrupèdes couchés la tête haute.

Reposé

Voir Accroupi.

Repotencé

Se dit de toute pièce dont les extrémités déjà potencées sont elles-mêmes terminées par d'autres potences.

1885 Se dit d'une pièce potencée, dont les extrémités sont encore terminées par d'autres potences. 1887 Se dit d'une pièce dont les extrémités potencées forment encore à elles-mêmes une potence. 1899 Se dit de toute pièce dont les extrémités déjà potencées sont elles-mêmes terminées par d'autres potences. 1905 Se dit de toute pièce potencée, plus particulièrement de la croix, dont les extrémités sont elles-mêmes potencées. Presque inusité.

Reptile

Les reptiles employés en armoiries ont été décrits à leur place sous le nom particulier qui sert à les dénommer, tels la bisse, la guivre, la couleuvre, etc ...

1899 Les reptiles employés en armoiries ont été décrits à leur place sous le nom particulier qui sert à les dénommer, tels la bisse, la guivre, la couleuvre, etc ...

Requin

Poisson au corps fuselé.

Resarcelé

Se dit de la croix, bande, ou autre pièce honorable chargée d'un orle ou d'un filet qui suit les bords de cette pièce à une distance égale à sa propre largeur ; les pièces resarcelées sont fort rares.

1772 Il se dit d'une croix ou bande garnie d'un orle approchant de ses bords; il porte d'azur à la bande d'argent resarcelée d'or. 1780 Des croix qui en ont une autre conduite en filet d'autre émail. 1843 Se dit d'une croix dont les bords sont accompagnés intérieurement d'un filet. 1872 Se dit de la croix chargée d'un trait parallèle à chacune de ses branches. 1885 Se dit des croix qui en ont une autre conduite en filet d'autre émail. 1887 Se dit de la croix accompagnée d'un trait parallèle à chacune de ses branches. 1899 Se dit de la croix, bande, ou autre pièce honorable chargée d'un orle ou d'un filet qui suit les bords de cette pièce à une distance égale à sa propre largeur ; les pièces resarcelées sont fort rares. 1905 Se dit de toute pièce honorable dont le bord présente un filet d'un émail particulier, qui règne à une distance égale à sa propre largeur.

Réseau

Très rare. Le réseau est un ornement qui couvre entièrement un écu, comme le treillisé, et apparaît sous la forme d'un fin treillis de fils croisés en losanges.

1887 Espèce de filet étendu sur toute la surface de l'écu, formé de lignes diagonales à dextre et à senestre, qui produisent des clairevoies en losange. 1899 Le réseau est un ornement qui couvre entièrement un écu, comme le treillisé ; les traits qui le forment sont d'une largeur toute minime, et ressemblent à un ouvrage fait de fils de soie entrelacés, dont les vides figurent des mailles en losange. 1901 Ornement divisé par des lignes diagonales à dextre et à senestre. Il imite un rets de fil et de soie entrelacés, dont les vides laissent des mailles en losanges. 1905 Meuble de l'écu formé de lignes diagonales à dextre et à senestre, qui font des claires-voies en forme de mailles en losanges. (Peu usité).

Réservoir

Lieu fait exprès pour y réserver certaines choses. Il ne se dit proprement que d'un lieu où l'on amasse des eaux, ou dans lequel on conserve du poisson.

Retaillé

Taillé une seconde fois sur une ligne de partition interrompue par d'autres traits.

1905 Se dit d'une moitié du taillé, partagée elle-même en deux par un nouveau trait parallèle au premier.

Retiercé

Se dit d'un écu divisé en trois parties égales, chaque partie étant elle-même partagée en trois émaux qui occupent la même situation dans chacune des divisions. Se dit aussi d'une seule division du tiercé, qui est elle-même tiercée.

1905 Se dit d'un écu divisé en trois parties égales, chaque partie étant elle-même partagée en trois émaux qui occupent la même situation dans chacune des divisions. Se dit aussi d'une seule division du tiercé, qui est elle-même tiercée.

Retourné

Voir Contourné.

Retrait

Toute pièce honorable ne touchant le bord de l'écu que d'un seul côté.

1772 Qui se dit de bandes, des paux et des fasces, dont l'un des coins ne touche pas les bords de l'écu. 1780 Des bandes, pals et fasces, qui, de l'un de leurs côtés seulement, ne touchent pas les bords de l'écu. 1798 Se dit des bandes, paux et fasces, qui de l'un de leurs côtés seulement ne touchent pas les bords de l'écu. 1843 Qui est posé en retraite, et ne montre que la moitié supérieure ; c'est le contraire de l'abaissé. 1864 Se dit des pièces longues dont un des bouts ne touche pas le bord de l'écu. 1885 Se dit des bandes, pals et fasces qui ne touchent qu'un seul des bords de l'écu. 1887 Se dit des pals, bandes et barres, qui sortant du chef ou de la pointe de l'écu, s'arrêtent déjà à peu de distance de leur point de départ. On dit alors : retrait en chef, ou retrait en pointe. 1899 Se dit de toutes les pièces honorables qui ne touchent les bords de l'écu que par une seule de leurs extrémités ; le retrait ne doit pas être confondu avec l'alésé, car les pièces alésées ne rejoignent les bords de l'écu d'aucun côté ; lorsque c'est un chef qui est retrait il ne doit avoir que la moitié de sa largeur ordinaire. 1901 Indique qu'un pal et qu'une vergette, mouvants du bord supérieur de l'écu, ou au-dessous du chef, lorsqu'il y en a un, ne s'étendent point jusqu'au bas et se trouvent raccourcis et terminés à angle droit. 1905 Qui touche seulement un des côtés par une extrémité, en parlant de certaines pièces héraldiques : Retrait est l'attribut des pals, fasces, bandes, barres, qui ne touchent que d'un seul bout au bord de l'écu. Chef retrait celui qui a seulement la moitié de sa largeur ordinaire, c'est-à-dire le sixième de la hauteur totale de l'écu.

Retranché

Se dit de la croix dont les extrémités sont taillées de manière à former un triangle rectangle, dont les angles aigus font saillie.

1899 Ne s'applique guère qu'à la croix, mais on se sert aussi de ce mot pour indiquer que les extrémités d'une pièce sont terminées en triangle, les pointes des angles sur les côtés forment saillie sur la largeur de la pièce. 1905 Se dit d'une moitié du tranché, partagée elle-même en deux parties égales par un trait parallèle au premier.

Rétréci

Voir Diminué.

Retroussé

Se dit de l'émail du bord relevé d'un chapeau ou bonnet.

1887 Se dit de l'émail du bord relevé d'un chapeau ou bonnet.

Retroussis

Partie des pans ou basque d'un uniforme qui est retroussée.

1905 Partie des pans ou basque d'un uniforme qui est retroussée.

Revêtu

Se disait anciennement pour le vêtu partition. Mais aussi pour le vêtu habillement.

Rhinocéros

Grand mammifère d'Afrique ou d'Asie.

Rhombe

Instrument de musique constituée d'une planche en bois. Vieux: losange.

Rhüe

Voir Rue.

Richard

Voir Geai.

Rifloir

Lime de forme variée d'orfèvre.

Rinceau

Élément extérieur de l'écu qui entoure le heaume, en forme d'enroulement de feuilles d'acanthe, souvent entrelacé et paraissant supporter les armoiries. Sur l'écu, ce sont des branches aux feuilles croisées entrelacées et souvent liées.

1772 Lorsqu'on voit des branches croisées et enlacées sur un écu, on le blasonne aux rinceaux passés en sautoir. 1798 Se dit des branches chargées de feuilles. 1885 Branches croisées en enlacées. 1899 Meuble représentant des branches chargées de feuilles croisées, entrelacées et souvent liées. Les ornements extérieurs de l'écu qui accompagnent le heaume, en forme d'enroulements et de feuilles d'acanthe, qu'il est d'usage d'émailler aux couleurs de l'écu, sont appelés lambrequins par les uns, et rinceaux par les autres ; cependant on doit se servir de rinceaux lorsqu'il s'agit des ornements entrelacés, enroulés et de forme déliée qui paraissent porter un écu, ou bien employés comme une sorte de terrasse sur laquelle reposent les tenants ou les supports. 1901 Branche chargée de feuilles croisées et enlacées, réunies en forme de couronne et d'ordinaire liées par le bas. 1905 Branche d'arbre coupée avec son feuillage. En blason le mot rinceau a conservé son sens primitif, et désigne tout rameau muni de ses feuilles et quelquefois même de ses fruits. Il est en somme synonyme de Branche. Deux rinceaux peuvent être placés en sautoir ; ils sont adossés quand la courbure d'une branche est en sens inverse de la courbure de l'autre.

Rinceau de grenadier

Rinceau de feuilles de grenadier.

Ripe

Outil du sculpteur en forme de S pour gratter la pierre.

Rivière

Les rivières ont la couleur naturelle de l'eau et se présentent tantôt sous la forme d'une bande ondée, tantôt sous celle d'une fasce ondée. Quelquefois elles occupent la position naturelle d'une eau, à la pointe de l'écu, en direction horizontale. Par conséquent, une indication précise est toujours nécessaire.

1887 Les rivières ont la couleur naturelle de l'eau et se présentent tantôt sous la forme d'une bande ondée, tantôt sous celle d'une fasce ondée. Quelquefois elles occupent la position naturelle d'une eau, à la pointe de l'écu, en direction horizontale. Par conséquent, une indication précise est toujours nécessaire. 1899 La rivière paraît sur un écu, soit en champagne, soit en fasce ; elle se représente occupant le même espace que ces pièces et figurée par un ensemble de traits curvilignes, imitant le mouvement des flots. 1901 Représentée au bas de l'écu, ou de fasce, au milieu. On la distingue par des traits curvilignes qui marquent les flots ou courants d'eau ; et les berges ou bords sont un peu ondés. On lui donne en largeur, d'une berge à l'autre, deux parties des huit de la hauteur de l'écu. Voir Onde.

Rivot

Rivet.

Rixdaler

Ancienne monnaie d'argent. Voir Rixdale.

Riz

Plante céréalière des régions chaudes.

Robasse

Truffe en provençal.

Robe de palais

Vêtement long, ayant des manches, qui est différent selon les personnes qui le portent.

Robinet

Instrument pour contrôler le débit de l'eau.

Roc

Le roc est représenté par une masse de pierre qui tient à la terre, plus petite que le rocher qui est plus escarpé, plus haut et peut être isolé. Plus escarpé également que la montagne ou le mont, il faut indiquer le nombre de coupeaux du rocher. Voir Roc d'échiquier.

1780 Est le fer morné d'une lance de tournois. On l'appelle aussi Roc d'échiquier, parce que les tours des échecs, que les Espagnols nomment roque, ont la même forme. 1843 Voir Roc d'échiquier 1887 Meuble fort antique en armoiries, qui, par ignorance de sa signification, a été façonné des manières les plus diverses. Il est probable qu'il représente une tour des échecs, d'où vient son nom français de roc d'échiquier. Sa forme est celle d'une tour, sauf que la partie supérieure est figurée comme la branche d'une croix ancrée. 1901 Le roc est une masse de pierre très dure qui tient à la terre. 1905 Pièce héraldique figurant une tour de jeu d'échecs.

Roc d'échiquier

Arme de guerre composée de deux fers de lance recourbés à l'extérieur, réunis par une traverse et soudés à une douille. Elle ressemble à une fleur de lis dont la pointe centrale serait défaillante et le pied coupé. En Espagne, on nomme rocs, les tours du jeu des échecs et on croit que c'est de là qu'est venu le terme roc d'échiquier. Certain affirme que le roc ou roquet est un fer de lance dont les pointes sont recourbées, tandis que le cottrel est un fer de lance à l'antique, muni de trois pointes. Plusieurs auteurs ont nommé double roc d'échiquier la colonne ou Zuil qui figure dans l'héraldique de la Néerlande.

1772 Ce mot se dit d'un meuble dont on charge les écus, et qui représente un roc ou la tour du jeu d'échecs, à la reserve que la partie d'en haut est figurée avec deux crocs en forme de crampons, qui ont leurs pointes tendantes vers le bas. Le pere Menestrier dit que le roc est de fer morné d'une lance de tournois, ou recourbé à la manière des extrémités des croix ancrées. 1843 C'est l'ancien nom des tours d'un jeu d'échec ; on représente cette figure comme une fleur-de-lis qui n'aurait pas le fleuron du milieu. 1885 Est une figure faite comme la tour des échecs. 1899 Parmi les pièces du jeu d'échecs on a admis comme meuble d'armoiries : la tour et le cavalier ; ce sont ces deux pièces que l'on blasonne sous le nom de Roc d'échiquier. 1901 Arme de guerre composée de deux fers de lance recourbés à l'extérieur, réunis par une traverse et soudés à une douille. Elle ressemble à une fleur de lis dont la pointe centrale serait défaillante et le pied coupé. En Espagne, on nomme rocs, les tours du jeu des échecs et on croit que c'est de là qu'est venu le terme roc d'échiquier. Certain affirme que le roc ou roquet est un fer de lance dont les pointes sont recourbées, tandis que le cottrel est un fer de lance à l'antique, muni de trois pointes. Plusieurs auteurs ont nommé double roc d'échiquier la colonne ou Zuil qui figure dans l'héraldique de la Néerlande.

Rocher

Meuble de l'écu représentant une roche ; lorsque le rocher est figuré avec plusieurs coupeaux, on doit en spécifier le nombre ; quelquefois ces pointes de rocher sont d'un émail particulier, dans ce cas il faut l'énoncer en blasonnant.

1899 Meuble de l'écu représentant une roche ; lorsque le rocher est figuré avec plusieurs coupeaux, on doit en spécifier le nombre ; quelquefois ces pointes de rocher sont d'un émail particulier, dans ce cas il faut l'énoncer en blasonnant. 1901 Le Rocher est ordinairement très élevé, très escarpé et terminé en pointe.

Rochet

Espèce de robe ou de tunique courte, à manches, que portèrent les hommes et les femmes jusqu'au XVIIIe siècle. Surplis à manches étroites que portent les évêques et certains dignitaires ecclésiastiques.

1905 Espèce de robe ou de tunique courte, à manches, que portèrent les hommes et les femmes jusqu'au XVIIIe siècle. Surplis à manches étroites que portent les évêques et certains dignitaires ecclésiastiques.

Rocquet

Sorte de robe courte en usage au moyen âge et que l'on appela plus tard Rochet.

1905 Sorte de robe courte en usage au moyen âge et que l'on appela plus tard Rochet.

Roi

D'échiquier.

Roi des échecs

Voir Échec.

Roitelet

Petit oiseau passereau.

1901 Le plus petit des oiseaux d'Europe, au bec très grêle, court, droit, régulièrement aminci. Sa tête porte des plumes longues, effilées, d'un jaune vif brillant.

Romarin

Arbuste aromatique à feuilles persistantes.

1901 Arbrisseau du midi de l'Europe.

Rompu

Employé dans le même sens que brisé. Se dit parfois d'un chevron dont la pointe d'en haut est coupée.

1772 Se dit des pieces ou armes brisées, et des chevrons dont la pointe d'enhaut est coupée. 1780 Des chevrons rompus ou séparés en leur montant. V. Failli. 1798 Se dit des chevrons dont la pointe d'en haut est coupée. 1843 Brisé, se dit des branches d'un chevron. 1864 Se dit des chevrons dont la pointe est coupée. 1885 Est le même que brisé. Un chevron rompu, est celui dont la pointe d'en haut est coupée. 1887 On appelle rompus les chevrons dont l'une ou l'autre jambe présente une discontinuité. 1899 Employé dans le même sens que brisé. 1905 Syn. de Brisé. S'emploie plus souvent en parlant du chevron.

Ronce

Arbuste souvent épineux.

Rondache

Ancien bouclier de forme ronde.

1864 Ancien bouclier de forme ronde.

Rondache à nombril

Grand bouclier rond dont on se servait autrefois.

Rondelle

On donne ce nom aux écussons de forme ronde ; au XVIe siècle l'usage de ce genre d'écu fut généralement adopté, mais depuis on en est revenu à l'emploi de la forme ordinaire.

1899 On donne ce nom aux écussons de forme ronde ; au XVIe siècle l'usage de ce genre d'écu fut généralement adopté, mais depuis on en est revenu à l'emploi de la forme ordinaire.

Roquet

Ce nom était autrefois donné au fer de lance dont la partie basse est recourbée en forme de croissant.

1899 Ce nom était autrefois donné au fer de lance dont la partie basse est recourbée en forme de croissant.

Roquette

Plante annuelle à tige velue.

Rosaire

Grand chapelet.

1905 Grand chapelet.

Rose

Meuble de l'écu qui représente l'églantine des haies (rose sauvage), mais avec quatre pétales seulement, et un petit sépale du même émail entre chaque.

1679 De plusieurs especes, fleur que l'on trouve en armes. 1772 La rose s'appelle soutenue, quand elle est figurée avec sa queue, elle est quelquefois d'un même, et quelquefois d'un différent émail, mais toujours épanouie, et tantôt avec les pointes de la châsse d'un émail différent des feuilles. 1885 Elle a cinq feuilles extérieures, un bouton au milieu et cinq pointes entre les feuilles, représentant les épines, d'autres disent les boutons. 1887 La rose héraldique est représentée sans tige et montre cinq feuilles. On en trouve d'un plus grand ou d'un moindre nombre de feuilles. Elle est dite boutonnée lorsqu'il s'agit de l'émail du coeur, et barbée par rapport aux brins, d'ordinaire de sinople, qu'on voit entre les feuilles. Quelquefois la rose héraldique est tigée et feuillée. La rose des jardins, soutenue d'une tige avec ou sans feuilles, s'appelle rose naturelle. 1899 Cette fleur est figurée épanouie, ayant cinq feuilles entre lesquelles paraissent des petites pointes ou barbes ; lorsque la rose est représentée avec une queue, on la dit tigée ; feuillée si la queue est garnie de feuilles ; lorsque ces parties et le coeur de la fleur, qui se dit boutonné, sont d'un émail spécial il faut l'indiquer en blasonnant. 1901 Fleur représentée sans queue ouverte et épanouie. Elle a cinq feuilles extérieures, un bouton au centre et cinq points entre les feuilles. Elle peut être boutonnée, soutenue, tigée ou feuillée d'un émail particulier. 1905 Meuble de l'écu qui représente l'églantine des haies (rose sauvage), mais avec quatre pétales seulement, et un petit sépale du même émail entre chaque.

Rose de jéricho

Il y a quelques fleurs qu'on appelle Roses, parce qu'elles ressemblent à la rose, comme les roses de Jericho.

Roseau

Plante du bord des étangs.

Roselin

Oiseau.

Rosette

Noeud de ruban en forme de petite rose.

1905 Noeud de ruban en forme de petite rose.

Rosier

Arbuste épineux.

1901 Arbuste pouvant être fleuri.

Rosse

Poisson. Désigne aussi un cheval sans force, sans vigueur.

1905 Ancien nom du gardon. Syn. Rossette, Rousseau, Sergent, etc.

Rosset

Manteau sans collet. Fer de lance.

Rossignol

Petit oiseau passereau brun clair.

1901 Oiseau au bec droit, grêle et pointu.

Rostre

Éperon d'un navire.

Rostré

Qui est allongé en forme de bec.

1905 Qui est allongé en forme de bec.

Rouant

Se dit le plus souvent du paon mais aussi du dindon, déployant sa queue en forme de roue.

1772 Se dit du paôn qui fait la roue en étendant sa queue. 1780 Du paon qui étend sa queue. 1798 Il se dit du paon qui étend sa queue. 1843 Faisant la roue, étalant sa queue. 1864 Se dit du paon qui étend sa queue. 1872 Paon qui fait la roue. 1885 C'est le paon étendant sa queue. 1887 Se dit du paon qui fait la roue. Dans cette attitude, il est posé de front, avec la tête de profil. 1899 Se dit du paon figuré de front et étalant sa queue en cercle. 1901 Attribut du paon posé de front, qui semble se mirer dans sa queue qu'il étend en éventail. 1905 Se dit du paon qui fait la roue.

Roue

Roue des chars romains, à six ou huit rayons, roue d'engrenage ou à dents, roue d'horloge, roue de moulin munie de douze ou seize godets, roue de Sainte-Catherine.

1772 Quand elle est représentée avec des rasoirs et fers tranchans, elle s'appelle roue de Sainte-Catherine. 1887 On trouve quatre sortes de roues dans les armoiries : 1° les roues ordinaires à quatre, cinq, six ou huit rayons, quoique leur nombre soit chose indifférente ; 2° les roues d'engrenage ou à dents ; 3° les roues de moulin, munies de douze ou seize augettes destinées à élever l'eau ; 4° les roues de Sainte-Catherine, instruments de torture dont la jante est munie de rasoirs. 1899 Ce meuble se représente comme la roue des chars antiques, avec six ou huit rais ; la roue dite de Sainte-Catherine est figurée ayant le cercle garni de fortes pointes ou de crocs. 1901 Elle est représentée telle qu'une roue de voiture, avec six jantes.

Roue de moulin

Roue qui permet à l'eau de faire tourner le moulin.

1901 Ou roue hydraulique. Est une roue mue par une eau courante, et destinée à transmettre le mouvement à un moulin. Sa circonférence est munie d'auges, de forme variable.

Roue de Sainte-Catherine

Roue brisée d'un côté et armée en sa circonférence de fers tranchants recourbés.

1843 Roue armée de rasoirs ou de pointes. 1901 Roue brisée d'un côté et armée en sa circonférence de fers tranchants recourbés.

Roue d'horloge

A sa périphérie garnie de dents d'engrenage. Elle paraît seulement dans les armoiries allemandes.

1901 A sa périphérie garnie de dents d'engrenage. Elle paraît seulement dans les armoiries allemandes.

Rouelle

Nom qu'on donnait à des rondelles de fer ou d'acier que l'on ajoutait à certaines armures, pour couvrir les articulations de l'épaule, du coude et du genou. Médaillon rond et plat d'orfèvrerie (dans ce sens le mot rouelle est syn. de rose). Petite roue.

1905 Nom qu'on donnait à des rondelles de fer ou d'acier que l'on ajoutait à certaines armures, pour couvrir les articulations de l'épaule, du coude et du genou. Médaillon rond et plat d'orfèvrerie (dans ce sens le mot rouelle est syn. de rose). Petite roue.

Rouet

Rouet en parlant de certaines armes à feu dont on se servait autrefois, signifie, une petite roue d'acier, qui étant appliquée sur la platine de l'arquebuse, et montée avec une clef, fait du feu en se débandant sur une pierre de mine.

Rouge-gorge

Petit oiseau passereau brun, à gorge et poitrine rouge.

Rougeot

En Bourgogne, canard sauvage, appelé aussi canard milouin.

1905 En Bourgogne, canard sauvage, appelé aussi canard milouin.

Rouget

Poisson marin.

Roulant

Peut se dire de meubles ou figures soutenues d'une roue ou surtout demi-roue.

Roure

Voir Chêne.

Rousse

Poisson.

Rousselet

Poire d'été à peau rouge.

Rousset

Roseau.

Roussette

Petit requin à robe claire.

Roussin

Cheval de forte taille.

Rouvre

Espèce de chêne.

Ruban

C'est la huitième partie d'une bande. Voyez l'article Bande. Il est porté un peu coupé des lignes extérieures de l'écusson.

1772 C'est la huitième partie d'une bande. Voyez l'article Bande. Il est porté un peu coupé des lignes extérieures de l'écusson.

Ruche

Ce meuble admis en blason représente le gîte d'un essaim d'abeilles, et lorsque ces dernières sont d'un émail autre que celui de la ruche on doit l'indiquer, ainsi que leur nombre, en blasonnant.

1899 Ce meuble admis en blason représente le gîte d'un essaim d'abeilles, et lorsque ces dernières sont d'un émail autre que celui de la ruche on doit l'indiquer, ainsi que leur nombre, en blasonnant. 1901 Panier circulaire et conique en paille destiné à loger les abeilles. Son émail est l'or ou l'argent. Elle est généralement accompagnée d'abeilles volantes.

Rue

(ou Rhüe) - Plante vivace malodorante, à fleurs jaunes.

1901 La Rue commune est une plante à tiges dures presque ligneuses, garnie de feuilles d'un vert glauque et de fleurs jaunes. Voir Crancelin.

Ruiné

Se dit d'un bâtiment qui paraît cassé, démolis en partie, abîmé. Il faut préciser s'il est ruiné à dextre ou à senestre.

Rusca

Plante.

Ruste

Voir Rustre.

1885 Losange percée en rond. 1887 Nom d'une losange percée en rond. 1905 Syn. de Rustre.

Rustre

(ou Ruste, Rute) - Ce meuble paraît en forme d'un losange dont le centre percé en rond laisse voir le champ de l'écu ; le rustre, dit quelquefois ruste, ne doit pas être confondu avec la macle, car cette dernière pièce est ajourée en losange.

1679 Sont de mesmes les lozanges ou macles, excepté qu'elles sont percees par le milieu en rond. 1772 Losange percé en rond; de sable à trois rustres d'or. Le P. Menetrier fait venir rustre de l'allemand rutten, qui signifie ces losanges percés à jour, dont on se sert pour arrêter les gros clous à vis des serrures et des happes des portes. 1780 Est une losange percée en rond. 1798 Se dit d'une losange percée en rond, et il signifioit anciennement une sorte de lance. 1843 Losange dont le milieu est percé en rond. 1864 Est un losange percé en rond, comme ceux qui servent à arrêter les clous à vis. 1872 Losange percé en cercle. 1899 Ce meuble paraît en forme d'un losange dont le centre percé en rond laisse voir le champ de l'écu ; le rustre, dit quelquefois ruste, ne doit pas être confondu avec la macle, car cette dernière pièce est ajourée en losange. 1901 Plaque métallique en forme de losange, percée en rond au centre, de sorte qu'on voit le champ de l'écu à travers. Le rustre est rare en armoiries. 1905 L'origine de cette pièce est la rustre des anciennes cottes d'armes dites rustrées, lesquelles étaient renforcées de plaques de fer en losange rivées côte à côte sur toute la surface du tissu. Les cottes rustrées rappellent certains types de loricae romaines, mais leurs rustres n'étaient pas imbriquées. Elles furent d'usage du VIIIe au XIe siècles.

Rute

Voir Rustre.

Ruture

Certains auteurs appellent ainsi la macle.

Page précédentePremière page