Glossaire, dictionnaire héraldique: évolution de 1660 à 1905

A quel livre, traité ou dictionnaire, correspond chaque date ?
A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Sable

Nom héraldique de la couleur noire, représentée en gravure par des traits horizontaux et verticaux qui se croisent, appelés hachures.

1660 C'est la couleur noire. 1694 Sub. m. Sable, en termes de blason sign. la couleur noire. Il porte de sable à un lion d'or ou d'argent. 1772 Le sable est la quatrième couleur des armoiries; c'est le noir. Il y a deux opinions sur l'origine de ce terme: plusieurs écrivains le dérivent des martes zébelines, que l'on nommoit anciennement zables ou sables; d'autres croient que la terre étant ordinairement noire, on s'est servi du mot sable pour exprimer la couleur noire que l'on voit souvent dans les armoiries; mais quand on considère que la marte est presque noire, et qu'on l'a toujours appellée zébeline, on vient à penser qu'elle est la véritable origine du mot sable en terme de blason. C'est aussi le sentiment de Borel. 1780 Est dans le blason la couleur noire. En gravure, on la marque par des traits croisés. 1798 Sable signifie la couleur noire. Il porte de sable à un lion d'or. Il porte d'or à une aigle de sable. Dans la Gravure, le sable se marque par des traits croisés. 1843 Couleur noire ; elle se représente à la gravure par des lignes perpendiculaires et horizontales qui se croisent. 1864 L'un des huit émaux et des quatre couleurs des armoiries. Il se représente par le noir ou par une double hachure perpendiculaire et horizontale. 1885 Une des couleurs du blason 1887 Nom héraldique de la couleur noire, représentée en gravure par des traits horizontaux et verticaux qui se croisent. 1899 Une des couleurs du blason qui se représente par du noir pur ; en gravure le sable se figure avec des lignes perpendiculaires croisées par des lignes horizontales. 1901 Nom héraldique de la couleur noire, représentée en gravure par des traits horizontaux et verticaux qui se croisent, appelés hachures. 1905 Un des cinq émaux de l'écu qui est de couleur noire. En gravure le sable se figure soit par des lignes verticales et horizontales croisées, soit une teinte noire unie.

Sablier

Instrument propre à évaluer le temps. On représente le temps tenant un sablier à la main. C'est un meuble très rare en héraldique.

1901 Instrument propre à évaluer le temps. On représente le temps tenant un sablier à la main. C'est un meuble très rare en héraldique.

Sabot à jouer

Des enfants disent, que leur toupie, que leur sabot dort, lorsque la toupie, le sabot tourne si vite que le mouvement en est imperceptible.

Sabre

Cette arme est figurée avec une forte poignée et une lame légèrement courbée ; lorsque la poignée est d'un autre émail que celui de la lame, on dit le sabre garni de ...

1899 Cette arme est figurée avec une forte poignée et une lame légèrement courbée ; lorsque la poignée est d'un autre émail que celui de la lame, on dit le sabre garni de ...

Sabre-baïonnette

Sabre court que l'on pouvait fixer à l'extrémité d'un fusil.

Sabretache

Sacoche pour placer les plis à porter.

Sac de grain

Le sac de grain est représenté debout, rempli de blé et ouvert.

1901 Le sac de grain est représenté debout, rempli de blé et ouvert.

Saffre

Voir Safre.

1885 Aiglette de mer. 1887 Espèce d'aigle de mer, représentée de profil, avec ses ailes levées. 1899 Aiglette de mer qui se blasonne comme les autres oiseaux. 1901 Voir Safre. 1905 Petite aigle de mer, représentée de profil et les ailes éployées. Nom héraldique de l'aigrette. On écrit aussi Safre.

Safran

Fleur que l'on trouve en armes.

1679 Fleur que l'on trouve en armes.

Safre

(ou Saffre) - Aiglette de mer, ou Cormoran, de profil, les ailes éployées.

1901 Ou Safre. Nom ancien de l'orfraie ou aiglette de mer, à pattes semblables à celles de l'oie. Cet oiseau, très rare dans la science du blason, est représenté de profil, avec les ailes levées.

Sagette

(ou Saette) - Plante aquatique, qu'on nomme aussi Flèche d'eau.

Saie

Manteau d'étoffe grossière.

1905 Manteau d'étoffe grossière.

Saillant

Syn. de Rampant, quand il s'agit de la chèvre, d'un bouc, d'un mouton ou d'une licorne. Quant deux animaux sont figurés sautant dans le sens opposé, ils sont dits contre-saillants.

1660 Au lieu de rampant, se dit de la licorne cabrée ou élevée, qui se saillit et jette en avant les jambe de devant. 1780 D'une chèvre et mouton ou bélier en pied. 1798 Il se dit d'une chèvre, mouton ou bélier en pied. 1843 Se dit de la chèvre, de la licorne, du bélier, etc., dressé sur les pattes de derrière. 1864 Se dit d'une chèvre ou d'un mouton en pied. 1885 Se dit d'une chèvre, licorne, mouton ou bélier dans la position du lion rampant. 1887 Se dit de quelques animaux comme des chèvres, des licornes, des béliers dans l'attitude du saut. 1899 Se dit du bouc, de la chèvre, du bélier et de la licorne lorsque des animaux sont figurés debout, ou rampant. 1901 Position de la licorne, du cerf, de la chèvre, du bouc, du chevreuil et du bélier, dans l'attitude du saut. 1905 Syn. de Rampant, quand il s'agit de la chèvre, d'un bouc, d'un mouton ou d'une licorne. Quant deux animaux sont figurés sautant dans le sens opposé, ils sont dits contre-saillants.

Sailli

On rencontre cette expression pour des pals qui étaient comme entaillés sur les côtés.

Saint

Plusieurs saints et saintes, et particulièrement la Sainte-Vierge figurent sur des blasons, sur des blasons ecclésiastiques, mais aussi dans des armes parlantes. Des saints avec leurs attributs, des têtes de saints, etc...

Saint-Esprit

Représenté sous la forme d'une colombe posée en pal la tête en bas et les ailes étendues. Signe d'un Ordre Royal.

1901 Représenté sous la forme d'une colombe, posée en pal, la tête en bas et les ailes étendues.

Saint-Esprit (Le)

Représenté sous la forme d'une colombe, posée en pal, la tête en bas, les ailes étendues.

1887 Représenté sous la forme d'une colombe, posée en pal, la tête en bas, les ailes étendues.

Saint-Marc

Voir Lion de Saint-Marc.

1887 Voir Lion de Saint-Marc.

Saire

Voir Grive.

Salade

Casque espagnol, pour le dessus de la tête seulement. Voir Morion. Sorte de casque qui diffère du heaume en ce qu'il est sans grille, sans fermail et sans gorgerin.

1679 (Sallade) Casque anciennement usitez en armoiries. 1843 Casque, armure de tête. 1885 Casque, armure de tête. 1899 Sorte de casque qui diffère du heaume en ce qu'il est sans grille, sans fermail et sans gorgerin. 1905 Casque ouvert ou fermé. A partir du XVIe siècle il désigne le casque complètement clos, l'armet et aussi l'homme d'armes qui le porte.

Salamandre

Animal chimérique, paraissant de profil sous la forme d'un lézard au long col ayant la tête contournée, la queue relevée sur le dos terminée en pointe de dard, reposant sur ses quatre pattes courtes et environné de flammes de tous côtés dont on ne fait mention que lorsque leur émail diffère de celui de l'animal lui-même en le disant dans sa patience, quelquefois allumé de...

1679 (Sallemandre) Presques semblable aux lezards, en ce qu'elles ont quatre pieds & la queuë: mais different en ce qu'elle sont picotees ou moustachees de quelque chose differente & convenante au blason. 1843 Espèce de lézard, représenté au milieu des flammes. 1872 Animal fabuleux toujours représenté sur un bûcher ardent qu'on nomme immortalité. 1885 Espèce de lézard que l'on représente toujours au milieu des flammes. 1887 Animal chimérique, toujours regardant et entouré de flammes dont on ne fait mention que lorsque leur émail diffère de celui de l'animal lui-même. La salamandre, toujours posée de profils, a le dos arrondi, le col long, la langue en pointe de dard et repose sur ses quatre pattes. 1899 Animal chimérique, paraissant de profil sous la forme d'un lézard ayant la tête contournée, la queue relevée sur le dos, et environné de flammes de tous côtés. 1901 Lézard chimérique, toujours posé de profil, a le dos arrondi, le col long, la queue longue terminée en pointe de dard, levée sur le dos, et les quatre pattes assez semblables à celles du griffon. On le représente au milieu d'un feu ardent, environné de hautes flammes dont on indique l'émail lorsqu'il est différent de celui de l'animal lui-même. 1905 La salamandre héraldique est une sorte de lézard à long cou, figurée avec la langue et la queue terminées par un dard, toujours de profil et reposant sur des tisons, d'où s'élèvent des flammes ; quand celles-ci sont d'un émail particulier, la salamandre est dite dans sa patience de...

Sallade

Voir Salade.

1679 Voir Salade.

Sallemandre

Voir Salamandre.

1679 Voir Salamandre.

Sambue

Sureau en patois.

Samnite

Nom de la forme de l'écu moderne le plus utilisé en France. Il viendrait du peuple italien Samnite ayant combattu les Romains au IIIe siècle Av. J.C.

Sandale

Chaussure découverte.

Sanglé

Se dit des animaux, plus particulièrement du cheval, du sanglier et du porc, qui ont autour du corps une ceinture ou sangle d'un émail particulier.

1772 Il se dit du cheval, des pourceaux, et des sangliers qui ont par le milieu du corps une espece de ceinture d'un autre émail. 1780 Du cheval et des pourceaux et sangliers qui ont par le milieu du corps une espèce de ceinture d'autre émail. 1798 Se dit d'un cheval, d'un pourceau ou sanglier qui a autour du corps une ceinture d'un autre émail. 1864 Se dit d'un animal, qui a par le milieu du corps, une ceinture d'autre émail. 1885 Indique que le cheval ou tout autre animal a une espèce de ceinture autour du corps d'un émail différent. 1887 Se dit du cheval ou de tout autre animal qui a le corps entouré d'une ceinture. 1899 Se dit d'un animal qui porte au milieu du corps une sorte de ceinture d'un émail spécial. 1901 Attribut du cheval ou de tout autre quadrupède qui a le corps entouré d'une ceinture ou sangle. 1905 Se dit des animaux, plus particulièrement du cheval, du sanglier et du porc, qui ont autour du corps une ceinture ou sangle d'un émail particulier.

Sanglier

Cet animal sauvage se représente de profil, passant et ayant généralement la queue recercelée ; on le dit défendu quand ses défenses sont d'un émail particulier, et allumé si l'oeil est d'un émail particulier ; sa tête doit toujours être appelée hure.

1660 Ne montre qu'un oeil et une oreille, ordinairement il est passant comme il est le plus souvent de sable, on ne lui voit jamais tourner la tête, ainsi il marche droit. 1679 Anciennement fort usité. 1887 Cet animal est représenté de profil et passant. La tête s'appelle hure et le nez boutoir. On le dit défendu en parlant des défenses. 1899 Cet animal sauvage se représente de profil, passant et ayant la queue recercelée ; on le dit défendu quand ses défenses sont d'un émail particulier, et allumé lorsque ce cas est celui de l'oeil ; sa tête doit toujours être appelée hure. 1901 Porc sauvage qui paraît de profil et passant ordinairement dans l'écu. Sa tête se nomme hure et le nez boutoir. On le dit défendu en parlant de ses défenses, et allumé, de son oeil, quand ils sont d'un autre émail que celui du corps. Son émail ordinaire est le sable. 1905 En blason, le sanglier est toujours figuré de sable, vu de profil et passant, avec la queue recercelée. On l'appelle défendu quand ses défenses sont d'un émail différent ; allumé quand les yeux sont d'un émail différent.

Sangsue

Ver marin ou d'eau douce.

1901 Ver employé en médecine. Dans le blason, on voit rarement la sangsue. Celle-ci a une robe complètement noire.

Sans nombre

Terme qui s'applique aux semés, pour lesquels le nombre de meubles n'est pas défini.

Sans vilenie

Autres Lyons estans de pareille grandeur, comme les premiers, hors mis qu'ils n'ont, & ne doyvent monstrer ce qu'il les fait connoistre masles, ce que tous autres doivent avoir estans entiers.

1679 Autres Lyons estans de pareille grandeur, comme les premiers, hors mis qu'ils n'ont, & ne doyvent monstrer ce qu'il les fait connoistre masles, ce que tous autres doivent avoir estans entiers.

Sansonnet

Petit oiseau passereau à plumage sombre appelé aussi étourneau.

1901 Nom vulgaire de l'étourneau.

Sanzille

Oiseau paradisier dont la tête est ornée de six pennes fines.

Sapé

Voir Mantelé.

Saphir

Pierre précieuse qui est une variété bleue de corindon.

1905 Pierre précieuse qui est une variété bleue de corindon.

Sapin

Le sapin se présente comme celui des montagnes (arbre de Noël), ne pas confondre avec le pin qui se dessine comme le pin maritime.

1901 Arbre symbolique de la royauté et de la majesté souveraine. Le sapin se termine par une pyramide de branches ouvertes à angles droits.

Sarcelle

Canard sauvage de petite taille.

Sarcloir

Instrument dont on se sert pour sarcler.

1905 Instrument dont on se sert pour sarcler.

Sardine

Poisson voisin du hareng.

Sargue

Poisson.

Sariette

Plante aromatique.

Sarrazin

Céréale

Satrape

Titre de dignité chez les anciens Perses, et dans quelques autres Cours d'Orient.

Saturne

Vent du Nord représenté à visage humain.

Satyre

Dieu champêtre. Il est représenté le nez camus, avec les oreilles, les cornes, les jambes et la queue d'un bouc. Se tient ordinairement debout sur ses pattes de derrière.

1901 Dieu champêtre qu'on représente le nez camus et épaté, avec les oreilles, les cornes, les jambes et la queue du bouc.

Sauge

Plante à fleurs.

Saule

Arbre vivant près de l'eau, à rameaux retombants.

1901 Arbre de moyenne taille.

Saule-pleureur

Voir Saule.

Saulmon

Voir Saumon.

1679 Voir Saumon.

Saumon

Poisson voisin de la truite. Se blasonne comme les autres poissons, mais lorsque sa tête figure seule comme meuble, on doit la nommer hure.

1679 (Saulmon) Poisson rencontré en armes. 1843 Poisson qu'on reconnaît à sa grosseur et à ses mouchetures rouges. 1885 Poisson qu'on reconnaît à sa grosseur et à ses mouchetures rouges. 1887 Aux Pays-Bas les saumons tiennent dans les armoiries la place qui est occupée ailleurs par les bars. Ils sont plus gros que ces derniers. 1899 Se blasonne comme les autres poissons, mais lorsque sa tête figure seule comme meuble, on doit la nommer hure. 1901 Poisson au dos noir représenté nageant de profil. 1905 Meuble de l'écu représentant le poisson de ce nom. Le saumon est dit moucheté quand les taches de son dos sont d'un émail particulier.

Sauret

Hareng salé, puis séché.

Sautant

Se dit de la chèvre et du bouc qu'on représente dans l'attitude des lions rampants.

1660 Se dit du bélier comme rampant du lion. 1798 Se dit de la chèvre et du bouc qu'on représente dans l'attitude des lions rampans.

Sautereau

On appelle sautereau, une petite pièce de bois, garnie d'une languette de plume, qui en sautant par le mouvement de la touche, fait sonner la corde d'un clavecin, d'une épinette.

Sauterelle

Cet insecte se représente de profil et passante.

1679 Insecte que l'on trouve en armes. 1887 Elle est toujours de profil et passante. 1899 Cet insecte se représente de profil et assis. 1901 Insecte qui parait toujours de profil et passant. Son émail est l'or. Il est représenté avec une tête grande, verticale. On le reconnaît à ses pattes postérieures plus longues et plus fortes que les antérieures, et à ses ailes repliées.

Sautoir

Cette pièce honorable est formée par le croisement central d'une bande et d'une barre ; c'est la figure de la croix dite de Saint-André ; le sautoir peut être accompagné, ancré, patté, etc..., chargé de meuble et paré de fourrure ; représenté en forme réduite le sautoir prend le nom de flanchis. Le sautoir aux côtés duquel figurent des meubles doit être accompagné et non cantonné de ...

1660 Sauteur, sautour. Est l'une des pièces blasonnées honorables ordinaires, composée de deux longues listes plates, dont l'une tire du côté dextre du chef au senestre de la pointe, et l'autre traverse de l'angle senestre du chef au côté dextre de la pointe, et qui a de largeur ordinaire le tiers de l'écu quand il est seul, et qu'il n'est pas accompagné. Espèce de croix appelée Bourguignotte ou de Bourgongne. Il y a des sautoirs qui sont alaizés et que l'on peut mettre en nombre dans un écu. 1772 Pièce honorable de l'écu fait en forme de croix de saint André, qu'on appelle autrement croix de Bourgogne. Sa largeur ordinaire est le tiers de l'écu, quand elle est seule. Il y a des sautoirs alaisés, et des sautoirs en nombre qu'on pose en différens endroits de l'écu. Il s'en voit de chargés, d'accompagnés, d'engrêlés, d'endenchés, d'échiquetés, et de panne comme vair et hermine. 1780 Est une pièce honorable, composée de la bande et de la barre. C'était autrefois un instrument dont on se servait pour s'aider à monter ou à sauter sur un cheval ; c'est de la que cette figure a pris le nom de sautoir. 1843 Pièce honorable, composée de la bande et de la barre, et qui a la forme d'une croix de saint André. 1864 Est une pièce honorable faite en croix de Saint-André. Son nom lui vient de ce qu'elle servait à clore les passages ou sauts. 1872 Pièce dite honorable formée d'une barre et d'une bande se remontrant en leur milieu. 1885 On l'obtient au moyen de la bande et de la barre dont il est la réunion. Quelques auteurs l'ont considéré comme représentant l'étrier, mais il est plus probable qu'on ne doit y voir qu'une variété de la croix. Un fait à l'appui de cette opinion, c'est qu'il est encore nommé croix de Saint-André, ou croix de Bourgogne. Ses formes sont aussi variées que celles de la croix. 1887 Aussi Croix de Bourgogne ou Croix de Saint-André. Pièce héraldique produite par la réunion de la bande et de la barre. 1899 Cette pièce honorable est formée par le croisement central d'une bande et d'une barre ; c'est la figure de la croix dite de Saint-André ; le sautoir peut être accompagné, ancré, patté, etc ..., chargé de meuble et paré de fourrure ; représenté en formes réduites le sautoir prend le nom de flanchis. Le sautoir aux côtés duquel figurent des meubles doit être accompagné et non cantonné de ... 1901 Ou Croix de Saint-André. Formé par la réunion de la bande et de la barre. Ses branches occupent chacune deux parties des sept de la largeur de l'écu. 1904 Pièce formée de la bande et de la barre. 1905 Pièce honorable en forme de croix de Saint-André. Le sautoir est formé de la réunion de la barre et de la bande ; quand il est diminué on lui donne le nom de flanchis. En règle, le sautoir qui est l'ancienne croix de Bourgogne, doit avoir en largeur le tiers de l'écu.

Sautoir (En)

Se dit d'objets rangés dans la direction qui est propre au sautoir.

1887 Se dit d'objets rangés dans la direction qui est propre au sautoir. 1901 Se dit des objets rangés dans la direction qui est propre au sautoir. Le sautoir peut être noueux, engrêlé. 1905 Se dit des pièces et figures héraldiques de longueur croisées l'une en bande, l'autre en barre, ou des petites pièces en nombre et disposées suivant la forme du sautoir.

Sautoir (Iosangé)

Sautoir formé de losanges juxtaposés sans laisser d'espace entre eux.

1904 Sautoir formé de losanges juxtaposés sans laisser d'espace entre eux.

Sautoir (Passé en)

Se dit de deux pièces longues, l'une posée en bande et l'autre posée en barre, brochantes l'une sur l'autre.

1887 Se dit de deux pièces longues, l'une posée en bande et l'autre posée en barre, brochantes l'une sur l'autre. 1901 Se dit de deux pièces ou emblèmes posés en sautoir l'un sur l'autre.

Sauvage

Se représente par une figure d'homme armé d'une massue, paré de feuillages ou d'oripeaux indiens, et coiffé de plumes. Le sauvage est à la fois usité comme meuble de l'écu, et comme support en ornement extérieur des armoiries.

1660 Figures humaines que l'on peint toutes velues, très peu utilisés en armoiries françaises. 1899 Se représente par une figure d'homme armé d'une massue, paré de feuillages ou d'oripeaux indiens, et coiffé de plumes. Le sauvage est à la fois usité comme meuble de l'écu, et comme support en ornement extérieur des armoiries. 1901 Les Sauvages ou Hommes sauvages employés comme tenants d'armoiries, sont représentés tels que des hommes blancs, nus, velus et barbus. Ils ont la tête et les reins entourés d'une couronne de feuilles de lierre et s'appuient sur une massue de bois.

Sauvageon

Jeune arbre poussé sans avoir été cultivé.

Savinier

Syn. de Sabine : espèce de genévrier.

1905 Syn. de Sabine : espèce de genévrier.

Saye

Etoffe de laine, sorte de serge légère, en usage du XVIe au XVIIIe siècle. Voir Saie.

1905 Etoffe de laine, sorte de serge légère, en usage du XVIe au XVIIIe siècle. Voir Saie.

Sayette

Flèche. Désigne aussi une petite étoffe de laine quelquefois mêlée d'un peu de soie.

1905 Espèce de petite saye ou serge de laine.

Scapulaire

Scapulaire des religieux : deux larges bandes de drap tombant sur la poitrine et sur le dos.

1905 Scapulaire des religieux : deux larges bandes de drap tombant sur la poitrine et sur le dos.

Scarabée

Insecte coléoptère.

Sceau

Cachet de cire, parfois de métal tendre, propre à sceller des documents. Se rencontre seul sur des blasons.

Sceau de salomon

Plante qui croît sur les montagnes et les collines, s'élève à la hauteur d'une coudée. Ses feuilles ressemblent à celles du laurier.

Sceptre

Bâton orné et terminé par une fleur de lis. Seul, il est mis en pal. A plusieurs ils sont posés en sautoir.

1885 On le représente toujours en pal. 1899 lorsque cet insigne de souveraineté figure seul sur un écu, il se place en pal ; lorsqu'il y en a plusieurs ils se figurent en sautoir ou en chevron. 1901 Dans l'origine, le sceptre n'était qu'une canne ou bâton que les rois et les généraux portaient pour s'appuyer. Plus tard, ce fut un bâton, de forme variable, surmonté soit d'un globe croiseté, soit d'une fleur de lis. Dans l'art héraldique, il est figuré par un bâton orné et terminé par une fleur de lis. Il est posé en pal.

Scie

Instrument de musique constitué par une lame d'acier. Cet instrument est représenté par une fasce ou une bande dentelée d'un seul côté. Désigne aussi une plante.

1899 Se représente par une fasce ou par une bande dentelée d'un seul côté ; on doit, en blasonnant, indiquer si la dentelure se trouve dirigée vers le chef, ou vers la pointe ; généralement ont doit appeler ce meuble feuille de scie. 1901 Instrument pour diviser le bois. Il est composé d'une lame courte et en fer dont un côté est denté, et montée sur un manche ou une poignée de bois. Voir Feuille de scie.

Scie à main

Instrument à lame dentée pour couper le bois.

Scie de fer

Instrument à lame dentée pour couper le fer.

Scillon

Pierre de vigilance.

Scion

Jeune branche.

1905 Jeune branche.

Scorpion

Cet insecte aptère est toujours figuré vu de dos et placé en pal sur un écu.

1679 Animal rencontré en armes. 1899 Cet insecte aptère est toujours figuré vu de dos et placé en pal sur un écu. 1901 Insecte du Midi a huit pattes, de couleur brune.

Séante

De même que sécante se dit à propos d'une ou plusieurs pièces d'argent partageant l'écu en sections ; rabattement doit être employé de préférence à sécante partition.

1899 De même que sécante se dit à propos d'une ou plusieurs pièces d'argent partageant l'écu en sections ; rabattement doit être employé de préférence à sécante partition.

Séantes partitions

Ce sont armoiries qui sont composées de croix ou de fasce, ou de sautoirs, et de pareilles pièces principales autour desquelles l'on met d'autres figures dont on les accompagne.

1660 Ce sont armoiries qui sont composées de croix ou de fasce, ou de sautoirs, et de pareilles pièces principales autour desquelles l'on met d'autres figures dont on les accompagne.

Seau

Vaisseau de bois ou de métal, qui sert à puiser ou à porter de l'eau.

1905 Vaisseau de bois ou de métal, qui sert à puiser ou à porter de l'eau.

Sec

Se dit d'un rameau ou d'un arbre sans feuilles. Dans le premier cas se prend quelquefois comme syn. de écot.

1905 Se dit d'un rameau ou d'un arbre sans feuilles. Dans le premier cas se prend quelquefois comme syn. de écot.

Seiche

Poisson rencontré en armes.

1679 Poisson rencontré en armes.

Seigle

Plante céréalière.

Selle

Selle de cheval.

Sellé

Se dit du cheval couvert d'une selle.

1772 Se dit d'un cheval qui a une selle. 1780 Du cheval. 1864 Se dit du cheval couvert d'une selle. 1885 Ne se dit que du cheval. 1899 Se dit du cheval qui paraît avec une selle sur le dos ; ce meuble ne doit pas être confondu avec la housse, car le cheval couvert de cette dernière se dit caparaçonné.

Sellier

Ouvrier qui fait des selles.

1905 Ouvrier qui fait des selles.

Semé

Se dit de l'écu ou des pièces héraldiques portant des figures en nombre indéterminé. Dans un écu semé de fleurs de lis ou autres meubles, on doit en figurer un certain nombre se perdant dans les bords de l'écu.

1660 Se dit lorsque l'on met dans un écu quelques pièces sans nombre. 1694 Semé, semée (Semer) - part. Il a les significations de son verbe, Terre semée de bled. On dit aussi en termes de blason, Semé de fleurs de lys, semé de trefles. 1772 Ce terme se dit en blason, des meubles dont un écu est chargé, tant plein que vuide, en un nombre incertain, et dont quelques parties sortent de ses extrémités. Un écu fleurdelisé, se dit de celui qui est semé de fleurs de lis sans nombre. Ce fut au sacre de Philippe-Auguste, qu'on commença de semer de fleurs de lis tous les ornemens d'église qui devoient servir en cette cérémonie. 1780 Des pièces dont l'écu est chargé, tant plein que vuide, et dont quelques parties sortent de toutes les extrémités de l'écu. 1798 On dit aussi Semé de fleurs de lis, semé de trèfles, etc. Et cela ne se dit que lorsque les pièces dont on parle sont tellement répandues par tout l'écu, que vers les bords de l'écu elles ne sont point entières. 1843 Chargé de figures, dont on n'indique pas le nombre. 1864 Se dit des pièces dont l'écu est chargé de telle façon, que quelques parties sortent par les extrémités de l'écu, et ne sont que partiellement représentées. 1885 Se dit des pièces qui sont sans nombre dans un écu. 1887 Se dit d'un champ ou d'une pièce chargée d'un nombre illimité de figures identiques dont quelques unes, représentées à demi, semblent partir des bords de l'écu. Ainsi on a des champs ou pièces semées d'étoiles, de roses, de fleurs-de-lis, de billettes, etc. 1899 Pour énoncer qu'un écu, une pièce honorable, un animal ou tout autre meuble est représenté chargé de menues pièces, en nombre indéterminé, on se sert du mot semé. Les fleurs de lys, les coeurs, les molettes, les billettes, les besants et les étoiles sont les meubles que l'on emploie le plus fréquemment pour cet usage ; ils doivent être placés dans un ordre symétrique, et une de leur moitié disparaissant dans les bords de l'écu, ou dans ceux de la pièce semée ; cette dernière expression est plus usitée que celle de sans nombre, qui cependant est admise en blason. 1901 Se dit d'un écu ou d'une pièce honorable chargé de fleurs de lis, trèfles, roses, étoiles, croissants, billettes et autres emblèmes, en nombre illimité, dont quelques-uns semblent naître des bords de l'écu. 1905 Se dit de l'écu ou des pièces héraldiques portant des figures en nombre indéterminé. Dans un écu semé de fleurs de lis ou autres meubles, on doit en figurer un certain nombre se perdant dans les bords de l'écu.

Semé de France

Se dit d'un écu, d'une pièce ou d'une partition d'azur semée de fleurs de lis d'or. Cette représentation correspond à ce que l'on appelle "semé de France Ancien" ou plus correctement "de France ancien".

1887 Se dit quelquefois d'un écu ou d'une pièce semée de fleurs-de-lis d'or. On peut dire tout aussi bien : semé de fleurs-de-lis d'or.

Sempervive

Plante qui porte des feuilles vertes toute l'année.

Séné

Plante médicinale.

1904 Plante médicinale.

Senelle

Fleur.

Senestre

Voir Sénestre.

Sénestre

Gauche de l'écu, mais qui se présente à droite de celui qui le regarde. Sur notre exemple, les points G, F et I.

1660 C'est la gauche pour celui qui porte l'écu, et donc la droite pour celui qui regarde le blason. 1780 C'est ainsi qu'en blasonnant on nomme le côté gauche. 1798 Gauche. Le côté sénestre. On dit, À sénestre, pour, À gauche. 1843 Côté gauche de l'écu. 1864 Côté gauche de l'écu. 1885 Gauche de l'écu. 1887 Terme pour indiquer le côté gauche qui, pour ce qui regarde les armoiries, se trouve à la droite du spectateur. 1899 C'est le côté gauche de l'écu. (La gauche de l'écu est à droite de la personne qui le regarde). Toute pièce ou meuble, qui est accompagné à gauche de quelqu'autre pièce se dit sénestré de ..., en ayant soin d'indiquer si la pièce est posée en chef, en flanc ou en pointe. 1901 Terme indiquant le côté gauche de l'écu qui se trouve être la droite du spectateur. 1905 Côté gauche de l'écu.

Senestré

Voir Sénestré.

Sénestré

Toute pièce ou meuble, qui est accompagné à gauche de quelqu'autre pièce se dit sénestré de ..., en ayant soin d'indiquer si la pièce est posée en chef, en flanc ou en pointe.

1660 Qui est accompagné à senestre. 1772 Il se dit d'une piece de l'écu qui est accompagnée à gauche ou à senestre de quelqu'autre. 1780 Se dit d'une pièce accompagnée à gauche d'une autre pièce. Se dit encore lorsqu'un écu est parti en pal, de sorte que les deux tiers, et même plus, sont d'un émail, et que le restant à senestre est d'un autre. Dans ces deux définitions, c'est le contraire d'adextré. 1798 Il se dit des pièces qui en ont d'autres à leur gauche. 1843 Accompagné du côté gauche. 1864 Se dit d'une pièce qui en a une autre à sa gauche. 1885 Qui est accompagné à gauche ou à sénestre. 1887 Ce terme s'applique en premier lieu aux figures qui en ont une ou plusieurs autres à leur côté senestre. Ensuite c'est le nom d'une section héraldique qui produit un pal, réuni au côté senestre de l'écu. 1901 Un chevron, un pal, une croix, un arbre ou toute autre pièce de l'écu est dit sénestré, lorsqu'il est accompagné à sénestre de quelque meuble. C'est aussi le nom d'une section de l'écu qui produit un pal réuni au côté sénestre du dit écu. 1904 Se dit d'une pièce qui en a une autre à sa gauche. 1905 Se dit, mais rarement, de l'écu parti au tiers, quand la partition se trouve à senestre. Se dit de toute pièce de l'écu accompagnée par une autre qui se trouve sur sa gauche.

Sénestrochère

Se dit d'un bras gauche mouvant de flanc dextre de l'écu ; il peut être paré, armé, au naturel ou émaillé.

1660 Se dit du bras gauche comme on dit dextrochère du bras droit. 1772 Il se dit de la figure d'un bras gauche qu'on représente sur l'écu, et qui est opposé à dextrochere, qui se dit du bras droit. 1780 Se dit du bras gauche, comme dextrochère du bras droit. 1798 Qui se dit du bras gauche représenté dans un écu. 1843 Bras mouvant du flanc gauche de l'écu. 1872 Bras qui se dirige du côté senestre vers le côté dextre de l'écu. 1885 Main gauche. 1887 Nom du bras, qui se dirige du côté senestre de l'écu vers dextre. Il montre toujours le coude, autrement ce serait un avant-bras. 1899 Se dit d'un bras gauche mouvant de flanc dextre de l'écu ; il peut être paré, armé, au naturel ou émaillé. 1901 Nom du bras gauche mouvant du flanc dextre de l'écu. Il montre toujours le coude, autrement ce serait un avant-bras. 1905 Bras gauche mouvant du flanc dextre de l'écu.

Senne

Sorte de filet qui sert à faire la pêche du hareng.

Sens (Dans le)

De la bande, de la barre, du chevron, de la fasce ou du pal. Terme indiquant que des pièces, posées sur une bande, une barre, un chevron, une fasce ou un pal, en suivent la direction.

1887 De la Bande, de la Barre, du Chevron, de la Fasce ou du Pal. Se dit de pièces longues qui, posées sur une bande, une barre, un chevron, un pal ou une fasce, en suivent la direction.

Séparé

Se dit de tout meuble qui, étant partagé en deux parties, laisse voir le champ dans l'écartement de ces parties ; on doit indiquer si le meuble est séparé en fasce, en pal, en bande ou en barre.

1899 Se dit de tout meuble qui, étant partagé en deux parties, laisse voir le champ dans l'écartement de ces parties ; on doit indiquer si le meuble est séparé en fasce, en pal, en bande ou en barre.

Séran

Outils pour broyer le chanvre, comme les broyes.

Séraphin

Ange représenté sous la forme d'une tête d'enfant, vue de face, avec six ailes.

1887 Ange représenté sous la forme d'une tête d'enfant avec six ailes. 1901 Ange représenté sous la forme d'une tête d'enfant, vue de face, avec six ailes.

Serin

Petit passereau à plumage jaune.

1901 Oiseau domestique.

Seringue

Instrument médical.

Serpe

Outil tranchant qui se compose d'un fer plat, large, à bout droit ou recourbé, emmanché dans une poignée en bois.

1905 Outil tranchant qui se compose d'un fer plat, large, à bout droit ou recourbé, emmanché dans une poignée en bois.

Serpent

Reptile sans membres.

1660 Voir Givre. 1887 On trouve en armoiries des serpents dans les attitudes diverses. La couleuvre est d'ordinaire posée en pal et ondoyante; la bisse est un serpent qui fait plusieurs noeuds ; d'autres serpents sont arrondis ou pliés en rond et se mordent la queue ; quelques-unes se tortillent autour du fût d'une colonne. Pour les serpents ailés voir Amphiptère. 1899 Voir bisse, couleuvre, givre et tortillant. 1901 On voit dans les armoiries des serpents ayant des attitudes diverses, d'après leur espèce. La couleuvre est d'ordinaire posée en pal et ondoyante ; la bisse est un serpent qui fait plusieurs noeuds ; d'autres serpents sont arrondis ou pliés en rond et se mordent la queue ; quelques uns se tortillent autour d'un miroir, d'un arbre, du fût d'une colonne, etc. Lorsque le serpent est représenté tourné en cercle et se mordant la queue, il est l'emblème de l'Éternité.

Serpent ailé

Animal mythique.

Serpenté

Voir Ondoyant.

Serpenteau

Petit serpent.

1905 Petit serpent.

Serpette

Sorte de petite serpe servant à tailler ou à émonder les arbres fruitiers, à couper les raisins en vendanges, etc.

1905 Sorte de petite serpe servant à tailler ou à émonder les arbres fruitiers, à couper les raisins en vendanges, etc.

Serre

Lorsque l'on veut indiquer les ongles des oiseaux de proie, il faut se servir du mot griffe ; s'il est nécessaire d'indiquer, en blasonnant, que les griffes de l'oiseau représenté sont d'un autre émail que celui du corps, on doit dire que l'oiseau est armé de ..., suivant l'émail qui lui est particulier. Serre est peu usité.

1899 Lorsque l'on veut indiquer les ongles des oiseaux de proie, il faut se servir du mot griffe ; s'il est nécessaire d'indiquer, en blasonnant, que les griffes de l'oiseau représenté sont d'un autre émail que celui du corps, on doit dire que l'oiseau est armé de ..., suivant l'émail qui lui est particulier. Serre est peu usité.

Serrure

Serrure.

Serrurier

Ouvrier qui fait des serrures, et plusieurs autres ouvrages de fer.

Seston

Couronne de fleurs.

Sextefeuille

Fleur.

Seytre

Faux (outil agricole à faucher).

Sicamor

Désigne un berceau.

1660 C'est un cerceau ou cercle lié comme celui d'un tonneau. 1772 C'est un cerceau ou cercle lié comme celui d'un tonneau. On voit des écus de sable à un sicamor d'or. 1798 Qui signifie un berceau.

Sicomore

Voir Sycomore.

1679 Voir Sycomore.

Sicot

Voir Chicot.

Sifflet

Oiseau paradisier dont la tête est ornée de six pennes fines.

Signe des chevaliers légionnaires

Croix de la légion d'honneur sans ruban sur fond de gueules.

Signe des chevaliers non légionnaires

Annelet d'argent sur champ de gueules.

Simple

Plante à usage médicinal.

1904 Plante médicinale.

Singe

Mammifère primate. Figure sur certains écus.

1679 (Cinge) Ne s'en trouve gueres és armes des anciens. 1901 Peut paraître passant et enchaîné.

Sinistré

Mis en la gauche, lorsque un écu est parti en pal et que les deux tiers du côté dextre sont d'un émail, et le tiers restant mis à la senestre et d'un autre émail.

1660 Mis en la gauche, lorsque un écu est parti en pal et que les deux tiers du côté dextre sont d'un émail, et le tiers restant mis à la senestre et d'un autre émail.

Sinople

Émail de couleur verte ; cet émail portait autrefois le nom de prasine, dont l'usage a été abandonné. Représenté dans les gravures par des traits en diagonale descendant de dextre à senestre.

1660 Synople, sinope. C'est le verd, la couleur prasine, l'une des cinq couleurs dont on se sert en armoiries. 1772 C'est ainsi qu'on appelle le vert ou la couleur prasine dans les armoiries. Cette couleur signifie selon les symbolistes, amour, jeunesse, beauté, réjouissance, et surtout liberté; d'où vient qu'on scelle en cire verte et en lacs de soie verte, les lettres de grâce, d'abolition et de légitimation. L'origine du mot sinople est inconnue; mais il ne faut pas la tirer de la terre de Sinope dans le Pont, car cette terre n'étoit point verte. On représente le sinople en gravure, par des hachures qui prennent de l'angle dextre du chef, à l'angle sénestre de la pointe. 1780 Est la couleur verte dans le blason. Il se marque dans la gravure par des traits tirés diagonalement de droit à gauche. 1798 Qui signifie la couleur verte. Il porte de sinople à l'aigle d'argent. Il porte d'or à trois bandes de sinople. En Gravure, le sinople se marque par des traits qui vont de l'angle droit du chef de l'écu à l'angle gauche de la base. 1843 Couleur verte, que la gravure représente par des lignes diagonales dans le sens de la bande. 1864 L'un des huit émaux et des quatre couleurs du blason. Il se représente par le vert, ou par des hachures diagonales de gauche à droite. 1885 Une des couleurs du blason. 1887 Nom héraldique de la couleur verte, représentée en gravure par des lignes diagonales tirées de dextre à senestre. 1899 En blason, le sinople est la couleur verte ; cet émail portait autrefois le nom de prasine, dont l'usage a été abandonné. Le sinople se représente en gravure par des lignes diagonales allant de l'angle dextre du chef à l'angle sénestre de la pointe. 1901 Nom héraldique de la couleur verte, vive, représentée en gravure par des lignes diagonales tirées de dextre à sénestre. 1905 Un des cinq émaux de l'écu, qui est de couleur verte. Le sinople se figure en gravure par des lignes diagonales descendant de gauche à droite de l'écu.

Sirène

Démon marin femelle. Animal fabuleux, représentée avec sa tête, ses bras et son buste humain, le reste du corps étant celui d'un poisson. Généralement, la sirène porte dans sa dextre un miroir et un peigne dans la main senestre. Si elle semble se baigner dans un baquet, c'est alors une Mélusine.

1660 Sereines. Monstre mareins qui depuis l'ayne jusqu'au haut à la figure d'une fille, et le bas de poisson. 1843 Monstre moitié femme, moitié poisson, tenant de la dextre un miroir ovale, de la senestre un peigne. 1885 Femme dont les jambes se trouvent remplacées par une queue de poisson. Elle tient presque toujours un miroir d'une main et un peigne de l'autre. 1887 Créature imaginaire ayant la tête, le sein, les bras et le corps d'une jeune fille, et se terminant en queue de poisson. D'ordinaire elle se peigne les cheveux de la main dextre et tient un miroir de la main senestre (Voir Mélusine). On trouve des sirènes à deux queues, qui tiennent communément de chaque main une de leurs queues. 1899 Monstre fabuleux représenté sur un écu avec la tête, les seins, les bras et le haut du corps d'une jeune fille, nue jusqu'au nombril, les jambes sont remplacées par une grosse queue de poisson ; la sirène est figurée tenant un miroir dans la main dextre et un peigne dans la sénestre ; lorsque la sirène paraît se baigner dans une cuve, on la nomme Mélusine. 1901 Créature imaginaire, ayant la tête, les seins, les bras et le corps d'une jeune fille, et se terminant en queue de poisson. D'ordinaire elle se peigne les cheveux de la main droite et tient un miroir ovale de la main gauche. On trouve des sirènes à deux queues, qui tiennent de chaque main une de leurs queues relevées. Voir Mélusine. On voit très peu de sirènes dans les armoiries françaises ; mais parfois elles servent de tenants aux écus. 1905 Figure de fantaisie, employée comme meuble de l'écu. La sirène, distincte de la Mélusine est représentée avec tout le haut du corps d'une femme, la partie inférieure se terminant en queue de poisson. Elle tient de la dextre un miroir ovale et de la senestre un peigne. Elle est généralement issante de la mer.

Sistre

Antique instrument de musique en forme de raquette.

Soc

Instrument aratoire de fer, faisant partie d'une charrue, et servant à fendre. Voir Soc de charrue.

Soc de charrue

Cet instrument aratoire se pose de face ou de profil. De face il ressemble au fer de bêche, de profil il a la forme d'un coutelas.

1887 Cet instrument aratoire se pose de face ou de profil. De face il ressemble au fer de bêche, de profil il a la forme d'un coutelas. 1899 Ce meuble est admis en blason dans sa forme ordinaire. 1901 Instrument aratoire posé de face ou de profil. De face il ressemble au fer d'une bêche ; de profil, il a la forme d'un coutelas.

Soeur

De Charité.

Sol

Il se dit quelquefois du champ de l'écu qui porte les pieces honorables et les meubles.

1772 Il se dit quelquefois du champ de l'écu qui porte les pieces honorables et les meubles.

Sole

Poisson marin plat.

Soleil

Le soleil est un meuble de l'écu. Il porte un nez, deux yeux, une bouche, et représente un cercle parfait entouré de seize rayons, huit droits, huit ondoyants, posés alternativement ; son émail particulier est l'or. Il y en a cependant de différents émaux. On appelle soleil levant celui qui est mouvant de l'angle dextre du chef ; soleil couchant, celui qui meut de l'angle senestre du chef.

1660 Sa représentation est diverse pour le nombre de ses rayons. Les uns lui en donnent quelquefois huit, et d'autres douze, et communément seize, et s'il s'en trouve moins ou davantage, il les faut spécifier, ils sont ordinairement moitié droits et moitié ondoyants. 1679 Est communement à douze rayons (aucuns ne luy en donnent que huit) & s'il s'en trouve moins ou davantage, il les faut specifier, comme es armoiries atribuees à Iosué conducteur du peuple d'Israel par quelques anciens, qui disent estre d'argent, à une foudre de gueulle, ayllee d'azur, chargee d'un Soleil d'or ayant vingt quatre rayons, & en cela peut avoir difference entre les armoiries des seigneurs. 1772 En armoirie on peint le soleil d'ordinaire avec douze rayons, dont les uns sont droits, et les autres en ondes; et son émail est d'or. Quand il est de couleur, et représenté sans aucuns traits du visage, on l'appelle proprement ombre du soleil. 1843 Cet astre se représente avec une face humaine et un cercle de seize rayons alternativement droits ou ondoyants. 1885 Se représente par un cercle parfait avec deux yeux, nez et bouche. Il est entouré de seize rayons, huit droits et huit ondoyants, posés alternativement. Il est levant quand il meut de l'angle dextre du chef, et couchant quand il meut de l'angle sénestre. 1887 Cet astre est représenté comme un visage humain entouré de douze ou seize rayons, dont la moitié droits et l'autre moitié ondoyants alternativement. 1899 Ce meuble se représente sous la forme d'un cercle, entouré de rayons et au milieu duquel se trouvent figurés deux yeux, un nez et une bouche ; le soleil se dit levant quand il paraît à l'angle dextre du chef, et couchant s'il est figuré à sénestre. 1901 Astre représenté comme un visage humain, entouré de douze ou seize rayons, alternativement droits et ondoyants. Soleil levant est celui qui se meut de l'angle dextre du haut de l'écu ; soleil couchant, celui qui se meut de l'angle senestre du haut ; soleil du Midi, celui qui, étant posé au centre de l'écu en chef, ses rayons supérieurs meuvent de la ligne qui termine le haut de l'écu. Le soleil peut être radié. 1905 Le soleil est un meuble de l'écu. Il porte un nez, deux yeux, une bouche, et représente un cercle parfait entouré de seize rayons, huit droits, huit ondoyants, posés alternativement ; son émail particulier est l'or. Il y en a cependant de différents émaux. On appelle soleil levant celui qui est mouvant de l'angle dextre du chef ; soleil couchant, celui qui meut de l'angle senestre du chef.

Soleil (Ombre de)

Soleil qui n'a ni yeux, ni nez, ni bouche.

1887 Nom que quelques héraldistes donnent au soleil lorsqu'il est de couleur, au lieu d'être d'or ou d'argent. 1905 Soleil qui n'a ni yeux, ni nez, ni bouche.

Somme

Se dit quelquefois des tourteaux de sinople.

1885 Se dit quelquefois des tourteaux de sinople.

Sommé

Se dit d'une pièce surmontée d'une autre pièce qu'elle semble supporter et qui la touche. En ce sens sommé diffère de surmonté qui est une pièce simplement placée au-dessus mais qui ne la touche pas.

1660 L'on s'en sert en Vénerie et en Blason quand l'on parle de la ramure du cerf, à cause des cors qui y sont, lesquels parfois l'on met sans nombre, et parfois on les compte. Sommé se prend aussi pour sommité et pour tout ce qui est au-dessus et au sommet de quelque chose, comme les cornes qui sont au-dessus de la tête du cerf, et une petite tour au sommet d'une grosse, ce qu'on dit donjonné. 1772 Ce mot se dit de cette ramure du cerf dont on charge les écus, où l'on met quelquefois des corps sans nombre, et où quelquefois on les compte. On dit aussi sommé de tout ce qui est au sommet de quelque chose, comme une petite tour au sommet d'une grosse; ce qu'on appelle autrement donjonné. N. porte de sable à une tour d'or sommée de trois flammes de gueules, ou sommée d'une étoile, d'une hache, etc. cependant on dit plus communément surmonté. 1780 D'une pièce qui en a une autre au-dessus d'elle. 1798 Se dit d'une pièce qui en a une autre au-dessus d'elle. 1843 Surmonté, portant à son sommet. 1864 Se dit d'une pièce qui en a une autre au-dessus d'elle. 1885 Surmonté d'une pièce. 1887 Se dit d'une pièce qui en supporte quelque autre. 1899 Se dit d'un meuble qui en a un, ou plusieurs autres, au-dessus de lui ; ce mot a la même signification que surmonté. 1901 Se dit d'un château ou d'une tour, terminé par un ou plusieurs donjons, d'un rocher, d'une montagne, etc., portant à son sommet un objet quelconque. Le terme sommé s'applique aussi aux ornements extérieurs de l'écu, tels que heaume, couronne, mitre, crosse, chapeau de prélat, etc., posés directement sur l'écu. 1905 Se dit d'un meuble qui porte un autre meuble sur son sommet, d'une pièce surmontée d'une autre figure qui est en contact immédiat avec elle. Quand les deux figures sont séparées, celle du bas est dite surmontée de l'autre et non sommée. Se dit d'un écu qui est surmonté d'un meuble. Se dit quelquefois de la ramure du cerf, quand elle est d'un émail particulier, en ce sens on dit plus ordinairement Ramé. Attribut des heaumes crêtés d'une figure d'animal.

Sonnaille

Clochette qu'on met au cou des bêtes, paissant ou voyageant.

1905 Clochette qu'on met au cou des bêtes, paissant ou voyageant.

Sonnette

Employé parfois pour grelot ou grillets. Voir Grelot.

Sonnette d'oiseau

Se dit des oiseaux de proie qui ont aux pieds des sonnettes.

Sorbe

Fruit comestible du sorbier.

Sorbier

Arbre (alisier, cormier).

Sortant

Se dit d'un animal qui semble sortir de sa position ordinaire. Synonyme de mouvant.

Souche

Tronc d'arbre coupé d'où sortent encore quelques feuilles.

Souche de myrthe

Arbuste.

Souchet

Canard à bec large en forme de cuiller.

1679 Racine que l'on trouve en armes.

Souci

Plante à fleurs jaunes.

1660 Beaucoup l'on plus dans la tête, que d'en porter la fleur, que quelques uns mettent en leurs écus. 1679 (Soulcy) Fleur que l'on trouve en armes. 1901 Fleur munie de sa tige et de ses feuilles, posée de face dans l'écu. Les fleurs sont jaunes.

Soudé

Pièces unies par une de leurs parties.

Soufflet

Voir Soufflet de forge.

1901 Instrument domestique destiné à projeter l'air avec force. En héraldique, le soufflet est posé de face et en pal, le tube métallique en bas.

Soufflet de forge

Instrument qui sert à souffler de l'air sur l'acier en cours de façonnage.

Soulcy

Voir Souci.

1679 Voir Souci.

Soule

Arbre en boule.

Soulier

Chaussure.

Souris

Petit mammifère rongeur. Rat, Glé, Gerboise.

1901 Elle a le pelage ordinaire gris sur la partie supérieure du corps, mais toujours blanchâtre sous le ventre.

Sous le tout

C'est lorsqu'en la pointe de l'écu et tout au bas des armes principales, et de tous les autres cantons ou quartiers qui y peuvent être, l'on en met un dernier dont le champ contient toute la largeur de l'écu, et n'a pour hauteur sinon l'espace, dans lequel l'écu commence à se courber, pour se terminer en pointe, qui est vraiment une espèce de rebattement, appelée en Plaine, sous le tout.

1660 C'est lorsqu'en la pointe de l'écu et tout au bas des armes principales, et de tous les autres cantons ou quartiers qui y peuvent être, l'on en met un dernier dont le champ contient toute la largeur de l'écu, et n'a pour hauteur sinon l'espace, dans lequel l'écu commence à se courber, pour se terminer en pointe, qui est vraiment une espèce de rebattement, appelée en Plaine, sous le tout.

Sous-pied

Partie de l'éperon passant sous le pied.

Soutenant

Se dit de toute pièce qui en a une autre placée immédiatement au-dessus d'elle, sans que l'une tienne l'autre.

1899 Se dit de toute pièce qui en a une autre placée immédiatement au-dessus d'elle, sans que l'une tienne l'autre. 1901 Se dit de deux animaux affrontés qui paraissent soutenir quelque pièce ou meuble. 1905 Se dit de toute pièce sur laquelle une autre pièce, un animal quelconque semble s'appuyer.

Soutenu

Se dit du chef quand il est posé sur une divise, et de la bande quand elle est posée sur un filet. Se dit aussi d'un cep de vigne quand son échalas est d'un émail particulier.

1660 Voir Supporté. 1780 D'une pièce qui en a une autre au-dessous d'elle. 1798 Se dit d'une pièce qui en a une autre au-dessous d'elle. 1843 Qui est au-dessus d'une autre pièce et repose sur elle. 1864 Est le contraire de sommé. 1872 Se dit d'une pièce supportée par une autre. 1885 Est le contraire de surmonté. 1887 Se dit de la pièce qui est supportée par une autre pièce. Lorsqu'un chef est séparé du champ par une divise, ledit chef est soutenu de cette divise. 1899 Le soutenu est le contraire de soutenant et du surmonté, il se dit d'une pièce posée directement sous une autre, cette dernière semble donc porter, ou soutenir, la pièce qui figure au-dessus d'elle ; un chef même peut être soutenu d'une devise quand celle-ci, toujours d'un émail spécial, est placée directement au-dessous de lui. 1901 On nomme soutenue toute pièce qui est supportée par une autre pièce. Lorsqu'un chef est séparé du champ par une divise, ce chef est soutenu de cette divise. Ce terme s'applique aussi au cep de vigne garni (soutenu) de son échalas. 1905 Se dit du chef quand il est posé sur une divise, et de la bande quand elle est posée sur un filet. Se dit aussi d'un cep de vigne quand son échalas est d'un émail particulier.

Soutiens

S'emploie pour l'accompagnement de blasons par des végétaux, en ornement extérieur, à la manière des tenants ou supports.

Spatule

Objet en bois pour remuer les liquides.

1904 Instrument servant à l'art médical.

Sphinx

Ce monstre fabuleux ayant une tête et une poitrine de femme, le reste du corps semblable à celui d'un lion, se représente toujours couché et la tête de front.

1885 Monstre fabuleux avec la tête et le sein d'une femme, les griffes d'un lion, et le reste du corps en forme de chien. 1887 Être fabuleux qui a la tête et le sein d'une jeune fille, les griffes d'un lion, le corps d'un chien et la queue d'un dragon. Il est toujours couché, la tête posée de front. 1899 Ce monstre fabuleux ayant une tête et une poitrine de femme, le reste du corps semblable à celui d'un lion, se représente toujours couché et la tête de front. 1901 Être fabuleux qui a la tête et le sein d'une jeune fille, les griffes d'un lion, le corps d'un chien et la queue d'un dragon. Il est toujours couché, la tête posée de profil.

Spic

Grande lavande.

Spila

Voir Spinole.

Spinole

Forêt à percer les tonneaux.

Stangue

Voir Strangue.

1660 C'est le bout ou bâton qui entre dans le fer de l'ancre, et qui est garni par le dessus d'un autre bois traversier en forme de potence, qui s'appelle trabe, cette stangue est quelquefois d'autre émail que les autres parties et parfois de même que le totage. Voir Ancre. 1780 C'est la tige d'une ancre, quand elle est d'un émail différent du reste de la figure. 1843 Voir Strangue 1872 On appelle ainsi la tige d'une ancre. 1887 Ainsi s'appelle la tige d'une ancre. 1901 Nom de la tige d'une ancre de navire ; cette tige est traversée en sa partie supérieure vers l'anneau, d'une pièce dite le trabe. On spécifie la stangue quand elle est d'un émail différent de l'ancre. 1905 Meuble de l'écu qui représente la tige droite d'une ancre de navire, surmontée, au-dessous de l'organeau d'une pièce que l'on nomme trabe ou trabs. On dit aussi Stangle.

Stempe

Livre percé d'un clou de passion.

Sterne

Oiseau palmipède, appelé vulgairement hirondelle de mer.

1905 Oiseau palmipède, appelé vulgairement hirondelle de mer.

Stope

Cruche.

Strangue

Voir Stangue.

1772 C'est la tige droite d'une ancre, qui est traversée en sa partie supérieure, vers l'anneau d'une piece de bois qu'on appelle la trabe. 1798 Se dit de la tige d'une ancre. 1843 Tige de l'ancre. 1885 C'est la tige de fer qui entre dans le trabe de l'ancre. 1899 Ce meuble est la tige de l'ancre, sa partie supérieure traverse la trabe et est garnie d'un anneau, il ne se blasonne que lorsqu'il est d'un émail différent de celui des autres parties de l'ancre.

Stylus

Poignard.

Sumac

Arbre des régions chaudes.

Supérieur

Se dit d'une tour ou d'un arbre, qui se trouvant à côté d'une autre tour ou d'un autre arbre, a le pied sur la même ligne et le sommet plus élevé.

1905 Se dit d'une tour ou d'un arbre, qui se trouvant à côté d'une autre tour ou d'un autre arbre, a le pied sur la même ligne et le sommet plus élevé.

Superposé

Synonyme de l'un sur l'autre.

1899 Se dit de plusieurs meubles placés directement les uns sur les autres et montant graduellement vers le chef.

Supportant

Attribut de pièces, figures ou meubles semblant en supporter, soutenir une autre. Synonyme de soutenant.

1660 Se dit de la fasce, lorsqu'au chef de l'écu il y a quelque animal qui semble être supporté ou soutenu par la fasce, en ce cas ladite fasce est qualifiée supportante. La figure supportée touche la fasce. 1772 Il se dit de la fasce, lorsqu'elle semble soutenir ou supporter quelqu'animal qui est peint au chef de l'écu, quoiqu'il ne porte que sur le champ, et qui met de la différence avec la chargée, qui se dit lorsqu'il y a des pieces qui posent effectivement sur elle; on le dit aussi des jumelles d'une bande d'un croissant. 1798 Il se dit des pièces au-dessus desquelles il se trouve quelque chose qui ne porte pas absolument dessus. Dans ce cas on se serviroit du mot chargé. 1905 Se dit principalement de la fasce au-dessus de laquelle se trouve une pièce qu'elle semble supporter, bien que cette pièce soit en réalité sur le fond.

Supporté

S'emploie quelquefois comme synonyme de Soutenu.

1660 S'entend d'abondant, lorsque le chef est de deux émaux, et que l'émail de la partie supérieure occupe les deux tiers, on le blasonne soutenu ou supporté de l'autre tiers. Se dit des armes qui ont trois ou quatre quartiers au haut de l'écu, et autant en bas vers la pointe: comme ceux qui sont en bas supportent les autres, on blasonne ceux du haut supportés ou soutenus. 1772 Ce mot se dit des plus hauts quartiers d'un écu divisé en plusieurs quartiers, qui semblent être supportés et soutenus par ceux d'en-bas. On appelle aussi chef supporté ou soutenu, lorsqu'il est de deux émaux, et que l'émail de la partie supérieure en occupe les deux tiers. En ces cas, il est en effet supporté par l'autre émail qui est au-dessous. 1843 Voir Soutenu. 1885 Se dit du chef séparé du reste de l'écu par une ligne d'émail différent. 1899 Employé de même que sommé. 1905 S'emploie quelquefois comme synonyme de Soutenu.

Supports

On donne ce nom aux animaux naturels ou chimériques, placés de chaque côté de l'écu comme pour le supporter ou le guider. Le support peut aussi être un unique animal, l'aigle par exemple. Les supports ne sont pas héréditaires. Cependant on les voit se transmettre quand ils sont tirés des pièces mêmes de l'écu. Il ne faut pas attacher aux supports l'importance qui est due aux pièces héraldiques qui meublent le blason. Il n'y a jamais eu de règle au sujet des tenants ou supports, la seule est que les femmes et les ecclésiastiques n'en portent pas. Voir Tenants.

1660 Ou tenants, qui tiennent et supportent l'écu. Le support est quand l'écu est porté par un seul animal, qu'alors aucuns nomment seulement tenant, et le plus communément par deux, ce qui n'est permis qu'aux rois, princes et grands seigneurs. 1694 (Porter) - sub. m. Support, en terme de Blason, signifie ce qui soustient un Ecusson, & n'a guerre d'usage qu'au pluriel. Les Armes d'un tel ont deux lions pour supports. 1772 Ce sont les figures peintes à côté de l'écu, qui semblent le supporter. Les supports de l'écu de France sont des anges. Il y en a qui ont des sauvages pour supports. Les princes de Monaco ont des moines augustins pour supports: les Ursins, des ours, par équivoque à leur nom. On ne doit dire supports, que lorsque l'on se sert des figures des animaux; et lorsque ce sont des anges ou des figures humaines, on doit les appeller tenans. 1780 Sont les figures d'animaux qui supportent de chaque côté un écusson. 1798 Support se dit des figures d'Anges, d'hommes ou d'animaux qui soutiennent un écusson; et il n'est guère d'usage qu'au pluriel. Avoir deux lions pour supports dans ses armes. Il avoit deux Sauvages pour supports. Les armes de France ont deux Anges pour supports. 1843 Animal qui sert d'ornement extérieur à l'écu, et semble le supporter. 1864 Sont les pièces destinées à soutenir l'écu dans les armoiries. 1885 Animaux placés aux côtés de l'écu. 1899 Le support est compris dans les principaux ornements extérieurs de l'écu ; il est figuré par un animal rampant ou couché ; on le rencontre souvent paraissant soutenir l'écu avec une de ses pattes, portant dans l'autre une bannière, une arme ou tout autre meuble ; le support peut être au naturel, ou émaillé en couleurs héraldiques, et ne doit jamais être appelé tenant, attendu que ce nom ne peut être appliqué qu'à l'ornement extérieur représentant un être humain. 1901 Lions, griffons, lévriers, aigles et autres animaux qui servent d'ornements extérieurs aux armoiries et paraissent soutenir un écu. Voir Tenants. 1905 Figure d'animal placée de chaque côté de l'écu ou d'un côté seulement, et qui semble le soutenir.

Sur

Sur le tout. Se dit dans le Blason d'un écusson qui se met au milieu d'une écartelure. Il porte écartelé de... et de ... et sur le tout de... On dit aussi Brochant sur le tout, en parlant d'une pièce qui va d'un côté à l'autre d'un écu dans lequel il y a d'autres pièces dont elle couvre une partie. On dit encore, Sur le tout du tout, en parlant d'un écusson qui est sur le milieu de l'écartelure d'un écusson qui est déjà sur le tout.

1798 Sur le tout. Se dit dans le Blason d'un écusson qui se met au milieu d'une écartelure. Il porte écartelé de... et de ... et sur le tout de... On dit aussi Brochant sur le tout, en parlant d'une pièce qui va d'un côté à l'autre d'un écu dans lequel il y a d'autres pièces dont elle couvre une partie. On dit encore, Sur le tout du tout, en parlant d'un écusson qui est sur le milieu de l'écartelure d'un écusson qui est déjà sur le tout.

Sur écartelé

Se dit d'un écu écartelé, dont les cartels sont écartelés à leur tour.

1864 Se dit d'un écu écartelé, dont les cartels sont écartelés à leur tour.

Sur le tout

Se dit des pièces qui, brochées sur d'autres, passent d'un côté de l'écu à l'autre. Se dit d'un écusson placé au milieu d'une écartelure. Le petit écusson placé sur le tout reçoit généralement les armes propres de la famille, alors que les quartiers indiquent les alliances ou les concessions.

1660 Qui est autant à dire que surcharge, est un écusson qui se met en coeur ou en abisme et posé sur les quartiers, dont un écu peut être divisé, et doit tenir régulièrement le tiers de l'écu qu'il surcharge. 1780 Se dit d'un écusson qui est sur le milieu d'une écartelure, et des pièces qui brochent sur les autres. 1798 Se dit dans le Blason d'un écusson qui se met au milieu d'une écartelure. Il porte écartelé de... et de ... et sur le tout de... On dit aussi Brochant sur le tout, en parlant d'une pièce qui va d'un côté à l'autre d'un écu dans lequel il y a d'autres pièces dont elle couvre une partie. 1843 Expression qui s'applique à l'écu posé sur les écartelures d'un autre. 1864 Se dit d'un écusson qui est au milieu d'une écartelure en abîme. 1872 Se dit d'un écusson posé au centre d'une écartelure. 1885 Se dit d'un écusson posé au milieu d'un écartèlement, et des pièces qui brochent sur les autres. 1899 Se dit d'un écusson posé en coeur sur un écu écartelé, il ne doit couvrir que l'espace occupé par les quatre points du contre-écartelé qui se trouvent le plus près du centre de l'écu. Toute autre pièce ou meuble qu'un écusson paraissant posé sur un écu de manière à couvrir tout, ou une partie, des pièces ou partitions qui y figurent doit se dire brochant sur le tout. 1901 Indique un écusson posé sur un écartelé au point central. Il doit avoir en largeur deux parties, des sept parties de la largeur de l'écu, et en hauteur trois parties des sept. En blasonnant, on commence par les quartiers de l'écartelé et on finit par le sur le tout. 1905 Se dit des pièces qui, brochées sur d'autres, passent d'un côté de l'écu à l'autre. Se dit d'un écusson placé au milieu d'une écartelure. Le petit écusson placé sur le tout reçoit généralement les armes propres de la famille, alors que les quartiers indiquent les alliances ou les concessions.

Sur le tout du tout

Se dit d'un écusson posé en coeur sur l'écartelure d'un écu déjà placé sur le tout d'un premier écusson écartelé.

1660 C'est aussi un écusson qui se met sur celui qui est sur le tout. 1780 Se dit de l'écusson qui est sur le milieu de l'écartelure d'un écusson qui est déjà sur le tout. 1798 En parlant d'un écusson qui est sur le milieu de l'écartelure d'un écusson qui est déjà sur le tout. 1864 Se dit d'une pièce posée sur le milieu d'un écusson qui s'ouvre lui-même une écartelure. 1872 Se dit d'un écusson, posé sur un autre déjà mis sur le tout. 1885 Ecusson placé sur le milieu de l'écartelure d'un autre écu posé déjà sur le tout. 1887 Surtout chargé lui-même d'un écusson plus petit. 1899 Se dit d'un écusson posé en coeur sur l'écartelure d'un écu déjà placé sur le tout d'un premier écusson écartelé. 1901 Petit écusson brochant sur un sur le tout. On proportionne le sur le tout du tout, en divisant ce dernier en sept parties de largeur et huit de haut. On donne au sur le tout du tout deux parties et demie des sept de la largeur du sur le tout, et trois parties des sept pour la hauteur. 1905 Se dit en parlant d'un écusson placé au milieu de l'écartelure d'un autre écusson qui est déjà sur le tout.

Surbrisure

Se dit d'une seconde brisure ajoutée sur les armes d'une famille par les collatéraux, en plus de celle déjà apposée par les cadets.

1899 Se dit d'une seconde brisure ajoutée sur les armes d'une famille par les collatéraux, en plus de celle déjà apposée par les cadets.

Sur-brisure ou sous-brisure

Se dit d'une seconde brisure ajoutée à la première. Cadet de cadet.

Surchargé

Se dit d'une pièce déjà chargée d'un meuble sur lequel une troisième pièce est posée.

1885 Pièce chargée d'une autre pièce qui en porte elle-même une troisième. 1887 Se dit d'un meuble qui, posé lui-même sur une autre pièce, est chargé de quelques objet. On trouve par ex. des aigles chargées sur leur estomac d'un écusson qui est chargé lui-même de quelque pièce. 1899 Se dit d'une pièce déjà chargée d'un meuble sur lequel une troisième pièce est posée. 1901 Se dit d'une pièce honorable ou autre, chargée d'un ou de plusieurs meubles, sur lesquels il s'en trouve encore. 1905 Se dit d'une pièce chargée d'une autre pièce qui en porte une troisième.

Sureau

Arbuste à fleurs blanches.

1901 Arbrisseau à fleurs blanches.

Surélevé

Voir Haussé.

Suriette

Branche de sureau.

Surmonté

De même que sommé, se dit de toute pièce qui en a une autre posée directement au-dessus d'elle.

1660 Quand l'émail de la partie inférieure du chef excède le reste. Voir Chef surmonté. Se dit encore d'une pièce qui en a une autre au-dessus d'elle. L'on se sert aussi de ce mot lorsqu'une fasce est accompagnée de quelques pièces et qu'elles sont mise au chef de l'écu. 1694 Surmonté, surmontée (Mont) - part. Il a les significations de son verbe. On appelle en termes de blason, Piece surmontée, Une piece au dessus de laquelle il y en a une autre qui la touche immediatement. Au chevron d'or surmonté d'une étoile. 1772 Ce mot se dit lorsque l'émail de la partie inférieure du chef excede le reste du chef. Surmonté se dit aussi d'une piece de l'écu qui en a une autre au-dessus d'elle. Il porte de sable au chevron d'or surmonté d'un écusson, d'une fleur de lis, etc. Enfin surmonté se dit encore lorsqu'une fasce est accompagnée de quelques pieces qui sont mises au chef de l'écu; il porte d'argent à une fasce de gueules surmontée de trois roses de même. 1780 Est le même que sommé. 1798 On appelle Pièce surmontée, une pièce au-dessus de laquelle il y en a une autre qui la touche immédiatement. Au chevron d'or surmonté d'une étoile. 1843 Se dit d'une pièce qui en a une autre au-dessus d'elle. 1864 Est le même que sommé. 1885 Se dit d'une pièce qui en a une autre au-dessus d'elle. 1887 Se dit d'un meuble au-dessus duquel se trouve un autre meuble. 1899 De même que sommé, se dit de toute pièce qui en a une autre posée directement au-dessus d'elle. 1901 Se dit d'une fasce, d'un chevron ou d'une autre pièce au-dessous de sa position ordinaire, lorsqu'ils sont accompagnés en chef de quelque meuble. 1905 Se dit de toute pièce ou de tout meuble qui est accompagné en chef d'une ou plusieurs figures qui ne la touchent pas immédiatement. Voir Sommé.

Surtout

Écusson posé sur le point d'intersection d'un écu écartelé. On le dit posé sur le tout.

1887 Écusson posé sur le point d'intersection d'un écu écartelé. On le dit posé sur le tout.

Sycomore

Voir Érable. Arbre qui a les feuilles fort larges, et presque semblables aux feuilles de vigne.

1679 (Sicomore) Arbre que l'on trouve en armes.