HERALDIQUE : logiciels, bases, recherches, dessins

Art du Blason : Héraldique / logiciels bases de données dessins armes armoiries recherches et plus...

BOREL D'HAUTERIVE : Histoire des armoiries des Villes de France

Armoiries, armes, blason, écu: dessin réalisé avec Euralsuite.
Dernière pagePage suivantePage précédentePremière page

NIMES

ARMES: de gueules, au crocodile de sinople enchaîné et colleté d'or, attaché à un palmier, terrassé et soutenant une couronne de lauriers de sinople, et placé entre les lettres COL et NEM d'or.

Nîmes avait adopté pour emblème, au temps d'Auguste, un crocodile enchaîné à un palmier, dont on voit l'empreinte sur ses monnaies: c'était pour rappeler la part qu'Auguste et Agrippa avaient prise, après la bataille d'Actium, à la fondation de la colonie de Nîmes par des vétérans de l'armée d'Afrique. Elle perdit entièrement, au moyen âge, le souvenir de son ancien symbole, car les sceaux de cette ville, apposés à des actes de 1226 et de 1303, par lesquels elle adhérait aux persécutions des Albigeois et au procès de Boniface VIII, représentent tantôt quatre personnages (consuls) debout, en habits civils, tantôt les Arènes figurées par quatre arcades sous chacune desquelles il y a un chevalier armé de toutes pièces.

Le blason de Nîmes, vers la même époque, était, dit-on, de gueules plein, armes qui appartenaient à la maison des vicomtes de Narbonne. En 1516, les consuls de cette vieille cité voulurent orner ce champ vide d'emblème en y plaçant un taureau d'or, pour rappeler sans doute les courses de son amphithéâtre. François 1er l'y autorisa par lettres patentes. Mais quelques antiquaires du pays se ravisèrent et demandèrent que la ville reprît l'ancien emblème de ses monnaies. De nouvelles lettres patentes furent accordées à ce sujet, par le roi, au mois de juin 1535. M. Duchalais en a publié le texte dans la Revue numismatique, tome XIII, page 335, et y a joint une savante dissertation.
Les mots COL NEM, qui signifiaient, sur les monnaies romaines, colonia nemausensis, colonie de Nîmes, ont été diversement interprétés par l'ignorance. Dans les lettres patentes de 1536, on les complète ainsi: Coluber nemausensis, et quelques auteurs se sont trompés non moins grossièrement en leur donnant pour signification: NEMO COLLIGAVIT, personne ne m'a enchaîné. Le crocodile y est appelé couleuvre à quatre pieds et sans ailes, car le mot couleuvre, coluber, était alors un terme générique qui s'appliquait à tous les reptiles isaurieus.

Armes - D'IZARNY-GARGAS - D'HOZIER

De gueules, à un palmier de sinople au tronc duquel est attaché avec une chaîne d'or un crocodile passant de sinople et une couronne de laurier d'or, liée d'un ruban de même posée au premier canton du chef.

Histoire

Nîmes était la capitale des Volsques Arécomiques quand elle se soumit à Rome, en 121. Elle dut beaucoup à Auguste, à Agrippa, à Adrien. Les barbares se disputèrent et ravagèrent cette ville florissante. Charles-Martel la délivra des Sarrasins (737) ; les comtes de Toulouse la développèrent. Elle fut cédée à la France, à la suite de la guerres des albigeois (1229). La Réforme y fut accueillie avec beaucoup de faveur. En 1567, les protestants se soulevèrent et beaucoup de catholiques périrent. Le massacre de la Saint-Barthélemy épargna la ville de Nîmes, qui fit sa soumission au roi, après la prise de la Rochelle. Des troubles s'y produisirent à l'époque de la guerre des camisards et au commencement de la révolution de 1789.