HERALDIQUE : logiciels, bases, recherches, dessins

Art du Blason : Héraldique / logiciels bases de données dessins armes armoiries recherches et plus...

BOREL D'HAUTERIVE : Histoire des armoiries des Villes de France

Armoiries, armes, blason, écu: dessin réalisé avec Euralsuite.
Dernière pagePage suivantePage précédentePremière page

LIMOGES

ARMES: de gueules, au buste de saint Martial d'argent, entre deux lettres gothiques d'or, S et M, au chef de France.

Limoges, dès le sixième siècle, plaçait saint Martial, son premier évêque et son patron, sur ses monnaies. On les appelait barbarini, parce que la tête du saint y était représentée barbue. Mais un sceau apposé au bas d'un acte par lequel la ville adhérait au procès de Boniface VIII, le 23 août 1303, offre un château crénelé et donjonné. La légende, il est vrai, semble indiquer que ce n'est pas le scel de Limoges, car elle porte: SIGILLUM CIVITATIS ARVOR. Le contre-sceau représente un lion couronné et une orle de besants. Quoi qu'il en soit, les armoiries de Limoges n'ont pas subi de modification depuis le quatorzième siècle. Le buste et les initiales de saint Martin en forment les meubles héraldiques.

Armes - NADAUD

De gueules, au buste de Saint-Michel de carnation, vêtu et diadémé d'or, acc. de trois fleurs-de-lis de même 2 et 1.

Histoire

Limoges fut à l'époque gauloise, la capitale des Lemovices, qui envoyèrent à Vercingétorix, assiégé dans Alésia, de puissants renforts. Elle reçut des Romains le nom de Augustoritum. Redevenue une des grandes cités de l'Aquitaine septentrionale sous les Mérovingiens et les Carolingiens, elle fut deux fois pillée par les Normands, et forma au XIIème siècle une puissante vicomté. Au cours de la guerre de Cent ans, restée fidèle à Charles V, elle fut mise à feu et à sang par le prince Noir (1370). A partir du XIVème siècle, la vicomté resta aux mains de la famille d'Albret et la ville même à celles des évêques, qui partageaient leur juridiction avec la royauté. L'union fut rétablie par l'avènement d'Henri IV.