HERALDIQUE : logiciels, bases, recherches, dessins

Art du Blason : Héraldique / logiciels bases de données dessins armes armoiries recherches et plus...

BOREL D'HAUTERIVE : Histoire des armoiries des Villes de France

Armoiries, armes, blason, écu: dessin réalisé avec Euralsuite.
Dernière pagePage suivantePage précédentePremière page

TROYES

ARMES: d'azur, à la bande d'argent, accompagnée de deux doubles cotices potencées et contre-potencées d'or.

La ville de Troyes semble n'avoir jamais eu d'autres armes que celles que nous venons de décrire, et qui étaient le blason des comtes de Champagne. On les retrouve en effet dès l'an 1232, sur le contre-sceau d'un acte conservé aux Archives nationales, et relatif à la garantie donnée par le comte Thibaut, roi de Navarre, pour des dettes que la ville de Troyes avait contractées envers les bourgeois d'Arras et de Péronne. Légende: S. COMMUNIE TRECENSIS.
Quelle est l'origine de ces armoiries? Primitivement le champ des écus était souvent diapré, c'est-à-dire chargé de feuillages; la science du blason voulut plus tard aux dessins de fantaisie des diaprures substituer des figures héraldiques plus régulières.

De là vinrent, dit-on, les rinceaux que l'on retrouve en beaucoup d'armoiries.
Les deux cotices de l'écu de Champagne doivent sans doute être aussi attribuées à la même provenance, car sur les anciens sceaux, au lieu d'être potencées et contre-potencées, elles sont figurées seulement par deux rinceaux ou bandes diaprées.
Dans les verrières de Notre-Dame de Chartres, le comte de Champagne est représenté avec un écu d'azur, semé de croisettes d'or, à la bande d'argent. Les petites croix du champ sont évidemment un premier essai de la transformation des diaprures.
Sous l'empire, l'écu de Troyes fut surmonté d'un comble d'azur, chargé de trois châteaux d'or, flanqués de deux tours crénelées, sommées d'un drapeau, le tout d'or (Armorial de l'empire français de Simon).
Au bas de lettres patentes, données en faveur du prieuré de Saint-Martin-des-Champs, au mois de mars 1276, on retrouve un contre-sceau chargé d'un écu pareil à celui des verrières de Chartres. André Duchesne, qui en reproduit l'empreinte, dit: "Le contre-scel de Jean de Châtillon semble contenir les armes des anciens comtes de Blois de la maison de Champagne, car Thibaut, dernier de ce nom, comte de Blois, les portait ainsi." (Histoire de la maison de Chastillon, preuves, page 66.)

Histoire

Ancienne capitale de la tribu gauloise des Tricasses, Troyes reçut, au temps de la domination romaine, le nom d'Augustobona Tricassium, qui fut abrégée en Tricasses, puis Trecae, d'où le nom actuel. Au Vème siècle, Troyes était une ville épiscopale, et, d'après la légende c'est à son évêque, saint Loup, qu'elle dut être épargnée par les hordes d'Attila ; par contre, au IXème siècle, elle était devenue la résidence d'une famille de comtes puissants, qui constitua peu à peu le comté de Champagne. Les comtes accrurent la prospérité de leur capitale par l'institution des célèbres foires de Champagne, dont deux se tenaient annuellement à Troyes. Philippe le Bel y convoqua pour la première fois, en 1288, l'assemblée judiciaire connue sous le nom de Grands Jours de Troyes. Dans l'église Saint-Jean fut signé le traité honteux qui livrait la France à Henri V d'Angleterre (1420). En 1524, elle fut à moitié détruite par un incendie ; elle souffrit plus tard des troubles de la Ligue.