HERALDIQUE : logiciels, bases, recherches, dessins

Art du Blason : Héraldique / logiciels bases de données dessins armes armoiries recherches et plus...

BOREL D'HAUTERIVE : Histoire des armoiries des Villes de France

Armoiries, armes, blason, écu: dessin réalisé avec Euralsuite.
Dernière pagePage suivantePage précédentePremière page

DUNKERQUE

ARMES: coupé au 1er d'or, au lion passant de sable, au 2e d'argent, au dauphin d'azur, crêté et oreillé de gueules.

Dunkerque, dont la pêche est la principale source de richesse, eut de toute ancienneté un poisson dans ses armes.
Il figure déjà en 1244 comme unique pièce sur un sceau de cette ville conservé aux Archives nationales.
On le retrouve sur un autre apposé au bas d'une procuration donnée par les échevins pour se faire représenter aux états de 1328. Cette fois l'empreinte porte un personnage tenant de la droite un marteau, de la gauche un livre, et accosté de deux poissons; le contre-sceau est chargé d'un lion, emblême qui est resté dans la première partition de l'écu.
Dans l'origine, c'était un hareng ou un maquereau qui figurait dans les armes de Dunkerque.

La science héraldique, indignée de la bassesse d'un pareil poisson, l'a transformé en un dauphin couché ou posé en fasce, que les graveurs ont souvent représenté dans la position ordinaire du dauphin, comme le nôtre.

Histoire

Dunkerque doit son nom et son origine (Düne Kerke "église des Dunes") à une église que, vers le VIIème siècle, Saint-Eloi aurait fait bâtir dans une bourgade de pêcheurs située au milieu des dunes Saint-Gilles. Cette bourgade passa successivement sous la domination des comtes de Flandre, des ducs de Bourgogne, des maisons d'Autriche et d'Espagne, en prenant de l'importance, et devint de bonne heure une place forte. Dunkerque fut prise pour la première fois par les Français en 1646, puis rendue aux Espagnols en 1653, reprise par Turenne en 1658, livrée à l'Angleterre, rachetée en 1662 par Louis XIV qui chargea Vauban de la fortifier. L'héroïsme du célèbre corsaire Jean Bart lui valut, au XVIIIème siècle, la ruine de son port et de ses fortifications, qu'elle releva à deux reprises différentes, la seconde fois avec succès ce qui lui permit de résister victorieusement aux Anglais lors du siège de 1793.