HERALDIQUE : logiciels, bases, recherches, dessins

Art du Blason : Héraldique / logiciels bases de données dessins armes armoiries recherches et plus...

BOREL D'HAUTERIVE : Histoire des armoiries des Villes de France

Armoiries, armes, blason, écu: dessin réalisé avec Euralsuite.
Dernière pagePage suivantePage précédentePremière page

SAINT-QUENTIN

ARMES: d'azur, à un buste de Saint-Quentin d'argent, chargé sur les épaules de deux clous à la croix d'argent, accompagné de trois fleurs de lis d'or.

La ville de Saint-Quentin est fort ancienne. Au temps des Romains, elle s'appelait Augusta-Viromanduorum, et formait le chef-lieu d'un petit pays qui devint plus tard le comté de Vermandois, et qui, apporté en dot par Adélaïde à Hugues le Grand, frère puîné du roi Philippe le Gros, fut réuni à la couronne par Philippe-Auguste. Les comtes de Vermandois, dont elle était la capitale, portaient: échiqueté d'or et d'azur, au chef de France.
La ville de Saint-Quentin a pris son nom du saint qui y souffrit le martyre vers l'an 303, et dont les reliques furent apportées dans ses murs en 825. C'est le buste de ce confesseur de la foi qu'elle a adopté dans ses armoiries en y joignant trois fleurs de lis, comme ville du domaine royal.

Un sceau de cette ville au bas d'un acte 1228, conservé aux Archives impériales, représente un champ fleurdelisé, rappelant l'autorité royale, et un cavalier, symbole du pouvoir municipal. Dans un autre de 1308, le cavalier est suivi de trois fantassins armés de bâtons fleurdelisés.

Histoire

Ancienne capitale des Veromanduens (Augusta Veromanduorum), sous l'empire romain (martyre de Saint Quentin en 287), Saint-Quentin fut ruiné par les invasions. La ville moderne doit son origine à Saint-Eloi. En 1557, assiégée par une armée espagnole aux ordres du duc Philibert-Emmanuel de Savoie, Saint-Quentin fit une énergique défense, dirigée par Coligny. Mais le connétable de Montmorency ne put réussir à débloquer la ville et subit sous ses murs une sanglante défaite. Le 27 août, Saint-Quentin était pris d'assaut sans que d'ailleurs les Espagnols osassent pousser plus loin leurs avantages.