HERALDIQUE : logiciels, bases, recherches, dessins

Art du Blason : Héraldique / logiciels bases de données dessins armes armoiries recherches et plus...

BOREL D'HAUTERIVE : Histoire des armoiries des Villes de France

Armoiries, armes, blason, écu: dessin réalisé avec Euralsuite.
Dernière pagePage suivantePage précédentePremière page

CHERBOURG

ARMES: d'azur, à une fasce d'argent, accompagnée de trois besants de même; au franc-quartier à dextre des villes du 2e ordre: d'azur, à une N d'or, surmonté d'une étoile rayonnante du même.

La ville de Cherbourg, quoiqu'elle n'ait commencé à figurer dans l'histoire qu'au Xe siècle, devint bientôt une des cités les plus importantes de Normandie. Les recherches récentes de MM Canel et Victor le Sens sur l'origine des armoiries de cette ville n'ont amené aucun résultat précis. La première mention du blason de Cherbourg se trouve dans un passage du Journal historique, où il est dit qu'en 1532, François 1er étant venu visiter la Normandie, il " trouva entre les deux portes de la ville (de Cherbourg) quatre des principaux bourgeois portant un dais de satin violet brodé d'or et semé des armes du roi, de M. le Dauphin, de la ville et de la province ".

On n'est pas d'accord sur la distribution des émaux et des pièces héraldiques de l'écu de Cherbourg.
En 1696, d'Hozier, juge d'armes de France, le blasonna dans son armorial officiel: d'azur, à la fasce d'argent, accompagnée de trois besants du méme. C'est ainsi qu'on le retrouve décrit au siècle dernier dans plusieurs circonstances. Le 14 novembre 1811, des lettres patentes de l'empereur modifièrent l'écu de Cherbourg, qui devint: d'azur, à une fasce d'argent, chargée de trois étoiles de sable et accompagnée de trois besants d'or, au franc-quartier des villes du second ordre. Des lettres patentes de Louis XVIII confirmèrent à Cherbourg ce blason, sans le franc quartier. Nous avons reproduit ici l'ancien écu en y ajoutant seulement le franc quartier de l'Empire.
Traversier blasonne les armes de Cherbourg: d'azur, à la fasce d'argent, chargée de trois étoiles d'or et accompagnée de trois besants du même. Cette description, que n'appuie aucune autorité, est contraire aux règles du blason.
Nous regrettons que des auteurs sérieux, voulant donner une traduction littérale de ces armoiries, aient cru voir dans l'azur du champ et l'argent de la fasce les couleurs de la mère de Dieu; dans les étoiles, le symbole de la Vierge, stella maris, étoile de la mer; dans les besants, une allusion au mot Cherbourg; et dans le nombre trois de ces figures, un hommage à la sainte Trinité.

Armes - PRÉVOST

D'azur, à la fasce d'argent, acc. de trois besants d'or, 2 et 1.

Histoire

Cherbourg (Coriallum à l'époque gallo-romaine) est déjà une position stratégique importante pendant la guerre de Cent ans. Plusieurs fois incendiée ou occupée par les Anglais, cette ville manifeste pour la France un dévouement qui lui attire des privilèges royaux. Sous louis XIV, Vauban séduit par la "position audacieuse" de Cherbourg allait dès 1686, élever ce port au rang qu'il a aujourd'hui, si le manque d'argent n'avait pas interrompu les travaux presque à leur début. Une descente des Anglais pendant la guerre de Sept ans (1758) détruisit les fortifications élevées sous Louis XIV. Cherbourg doit au moins à Vauban le dessèchement des marais sur l'emplacement desquels s'élèvent les quartiers neufs.