HERALDIQUE : logiciels, bases, recherches, dessins

Art du Blason : Héraldique / logiciels bases de données dessins armes armoiries recherches et plus...

BOREL D'HAUTERIVE : Histoire des armoiries des Villes de France

Armoiries, armes, blason, écu: dessin réalisé avec Euralsuite.
Dernière pagePage suivantePage précédentePremière page

DIEPPE

ARMES: parti d'azur et de gueules, au navire d'or ancré, les voiles ferlées, brochant sur le tout.

Dieppe, port de mer fondé par des pêcheurs au XIIe siècle, dut adopter de bonne heure un vaisseau pour pièce héraldique. Une ballade sur le blason et devis des armoiries de cette ville, pièce de vers qui a été couronnée par le palinod de Dieppe, se trouve citée en entier dans l'armorial des villes de Normandie par M. Canel. Le refrain: "elle a bon mast, et ancre et quille", ne laisse pas le moindre doute sur la figure principale de l'écu. Mais on ne retrouve dans ce morceau de poésie aucun autre détail héraldique.
Le chroniqueur Asseline, dans ses Antiquités de Dieppe, manuscrit de 1682, et Pierre Delaplanche, dans sa Description des villes de France, décrivent les armes de Dieppe comme nous les avons données.

Une des notices de M. d'Avannes, sur les armoiries des villes de Normandie, blasonne le navire d'argent; Traversier indique le même métal et intervertit l'ordre des émaux, en mettant le fond de gueules au 1er parti et l'azur au 2e.
On donne pour supports à l'écu de Dieppe: deux sirènes.

Histoire

L'importance du port de Dieppe date de la conquête de l'Angleterre par les Normands. Après la réunion de la Normandie à la France, par le roi Philippe-Auguste (1202), des marins dieppois entrèrent souvent en conflit avec les marins anglais. Pendant la guerre de Cent ans, Dieppe lutta courageusement pour rester française ; elle soutint même un siège contre Talbot ; qu'elle força à se retirer (1442). En même temps, les Dieppois équipaient des navires pour les voyages lointains, et découvraient les premiers le littoral de l'Afrique, depuis les îles Canaries jusqu'à la Côte d'Ivoire. Au XVIIème siècle, cependant Dieppe avait cessé d'être un grand port ; la révocation de l'Edit de Nantes dispersa les protestants dieppois, qui étaient nombreux, puis la ville fut bombardée et en grande partie incendiée par une flotte anglaise (1694).