HERALDIQUE : logiciels, bases, recherches, dessins

Art du Blason : Héraldique / logiciels bases de données dessins armes armoiries recherches et plus...

BOREL D'HAUTERIVE : Histoire des armoiries des Villes de France

Armoiries, armes, blason, écu: dessin réalisé avec Euralsuite.
Dernière pagePage suivantePage précédentePremière page

MONTAUBAN

ARMES: de gueules, au saule étêté et terrassé d'or, ayant six branches sans feuilles, trois à dextre et trois à sénestre.

Cette ville fut fondée en 1144 par les vassaux de l'abbaye de Montauriol, qui, fuyant la tyrannie des moines, vinrent s'établir sur le territoire des comtes de Toulouse.
Elle embrassa avec ardeur la religion réformée dès sa première apparition, et devint un asile et une place forte des huguenots. Ses armes semblent rappeler les malheurs et les persécutions auxquels elle doit son origine, dont elle fut souvent le théâtre.
Au moyen âge, pour marquer la proscription d'un seigneur, on étêtait les arbres de ses domaines.

Armes - ESQUIEU

De gueules, au saule arraché d'or, écimé, jetant six branches de même, effeuillées, trois de chaque côté, au chef cousu d'azur, chargé de trois fleurs-de-lis rangées d'or.

Histoire

Montauban (lat. Mons Albanus) est une ancienne bastide créée au milieu du XIIème siècle, par le comte de Toulouse Alphonse-Jourdain, autour et au détriment d'une abbaye de Saint-Théodard. Ville neuve qui prospéra rapidement au cours du XIVème siècle, elle devint siège d'évêché en 1317, mais, lors de la Réforme, passa presque toute entière, en même temps qu'une partie du Languedoc, au protestantisme, et fut assiégée plusieurs fois par les armées royales. Le plus fameux des sièges est celui de 1621, fait par Louis XIII et le connétable de Luynes qui y mourut ; il se termina par l'échec de l'armée royale. En 1629, Richelieu fit son entrée dans la ville, qui avait demandé la paix, et dont les fortifications furent rasées. La prospérité de Montauban, très fortement entamée fut presque complètement arrêtée, un demi-siècle plus tard, par la révocation de l'Edit de Nantes (1685). Au XVIIIème siècle, la généralité de Montauban comprenait le Quercy et le Rouergue.