HERALDIQUE : logiciels, bases, recherches, dessins

Art du Blason : Héraldique / logiciels bases de données dessins armes armoiries recherches et plus...

BOREL D'HAUTERIVE : Histoire des armoiries des Villes de France

Armoiries, armes, blason, écu: dessin réalisé avec Euralsuite.
Dernière pagePage suivantePage précédentePremière page

ARLES

ARMES: d'argent, au lion accroupi d'or, tenant la patte dextre levée. - Devise: AB IRA LEONIS.

Cet emblème et cette devise se voyaient, dit-on, sur les enseignes de la sixième légion romaine, qui s'établit à Arles sous le commandement de Claude-Tibère Néron, père de l'empereur Tibère, 43 ans avant Jésus-Christ. Il ne faudrait pas en conclure que les armoiries d'Arles remontent jusqu'à cette époque.
Elles auront été prises en souvenir de ce fait historique, lorsqu'au moyen âge les villes ont adopté l'usage d'avoir des armes. On a chargé, en 1816, l'écu d'Arles d'un franc-quartier: d'azur, à une fleur de lis d'or, pour rappeler son dévouement aux Bourbons.

Histoire

Arles fut fondée au moins 2000 ans avant notre ère; son nom, en langue celtique, Ar-lait, veut dire "près des eaux". Colonisée au temps de Marius, Arles rivalisa bientôt avec Marseille: on la surnommait la Rome gauloise. Elle servit pendant un temps de résidence à Constantin et prit le nom de Constantina. En 412, après la prise de Trèves par les Francs, Arles devint la métropole de toutes les Gaules. Sous les Mérovingiens elle était capitale du comté de Provence ou comté d'Arles. En 879, elle devint sous Boson capitale du royaume de Bourgogne cisjurane; en 933, Rodolphe Welf, déjà roi de la Bourgogne transjurane, ayant réuni les deux Bourgognes, fit d'Arles la capitale de ses Etats, qui prirent alors le nom de Royaume d'Arles.
Ce royaume, qui dura peu, fut légué en 1032 par Rodolphe III, à l'empereur Conrad II. Erigée en république au XIIe siècle, Arles se soumit en 1251 à Charles d'Anjou, comte de Provence; elle a suivi depuis les destinées de la Provence. Plusieurs conciles ont été tenus à Arles; le 1er et le plus célèbre, convoqué en 314 par Constantin, condamna les Donatistes.