HERALDIQUE : logiciels, bases, recherches, dessins

Art du Blason : Héraldique / logiciels bases de données dessins armes armoiries recherches et plus...

BOREL D'HAUTERIVE : Histoire des armoiries des Villes de France

Armoiries, armes, blason, écu: dessin réalisé avec Euralsuite.
Dernière pagePage suivantePage précédentePremière page

BAYONNE

ARMES: de sable, au poignard d'argent, la garde d'or et la pointe en bas.

Cette ville, appelée en latin Lapurdum, s'honore d'avoir été assiégée quatorze fois et toujours inutilement, depuis que Charles VIII l'enleva aux Anglais, c'est ce qui lui a valu le surnom de la Vierge ou la Pucelle. Un autre titre de gloire qu'elle revendique, c'est d'avoir vu fabriquer dans ses murs les premières baïonnettes et de leur avoir donné son nom. On n'est pas d'accord sur l'époque de cette invention, que l'on place quelquefois au commencement du siècle dernier. Le poignard que Bayonne porte dans son écu est évidemment une arme parlante faisant allusion à la baïonnette, espèce de dague ou de courte épée. Or elle le portait déjà en 1696, puisque d'Hozier enregistra alors ses armes telles que nous les avons données. La fabrication de cet instrument est donc encore plus ancienne. On la retrouve mentionnée d'ailleurs dans un édit de 1666.

Paillot donne pour armes à la ville de Bayonne: d'argent, à une bande de gueules, chargé de trois alérions d'or. C'était sans doute l'écu qu'elle portait avant l'invention de la baïonnette.

Armes - LAMANT-DUHART

De gueules, à la tour crénelée soutenue d'ondes au naturel, au chef d'azur, chargé d'une fleur-de-lis d'or (alias: de gueules au donjon crénelé, sous un chef d'azur, chargé d'une fleur-de-lis) (alias encore sous l'Empire: d'azur, à la tour crénelée de quatre pièces d'argent, ouverte, ajourée et maçonnée de sable, acc. de deux pins arrachés d'or, l'un à dextre, l'autre à senestre, et de deux lions contre-rampants d'argent, au franc-quartier des villes du second ordre brochant au neuvième de l'écu (d'azur, chargé d'un N d'or surm. d'une étoile rayonnant de même), (alias enfin: de gueules, à la tour crénelée d'or, ouverte, ajourée et maçonnée de sable, accostée de deux chênes de sinople, et de deux lions affrontés d'or, brochant sur les fûts des arbre, au chef d'azur, chargé d'une fleur-de-lis d'or).

Armes - DE CAUNA

De gueules, au château d'or, deux léopards couronnés au pied du château, derrière lesquels deux arbres de sinople, chargés de sept fruits d'or, posés en pal. Alias: de gueules, à la tour d'or crénelée, ondée au naturel, sous le pied et le chef d'azur, chargé d'une fleurdelys d'or, l'écu soutenu de deux lions et deux arbres de sinople, chargés de sept fruits d'or, posés en pal, derrière les lions.

Histoire

Bayonne dépendit longtemps du duché d'Aquitaine; elle passa avec ce duché sous la domination des Anglais, auxquels Charles VII l'enleva en 1451. Depuis elle a été 14 fois assiégée, mais toujours inutilement. Aussi se glorifie-t-elle d'être une ville vierge.
C'est à Bayonne que Napoléon fit renoncer Charles IV à la couronne d'Espagne.