HERALDIQUE : logiciels, bases, recherches, dessins

Art du Blason : Héraldique / logiciels bases de données dessins armes armoiries recherches et plus...

BOREL D'HAUTERIVE : Histoire des armoiries des Villes de France

Armoiries, armes, blason, écu: dessin réalisé avec Euralsuite.
Dernière pagePage suivantePage précédentePremière page

BAR-LE-DUC

ARMES: d'azur, semé de croix (alias recroisettées) au pied fiché d'or, à deux bars (ou barbeaux) adossés du même, brochant sur le tout.

Le comté de Barrois, dont Bar-le-Duc ou Bar-sur-Ornain était la capitale, fut gouverné par des seigneurs indépendants jusqu'en 1302. A cette époque Henri III, comte de Bar, s'étant allié aux Anglais contre la France, fut battu et fait prisonnier. Il n'obtint du roi Philippe le Bel sa liberté qu'à la condition de lui rendre hommage pour tout ce qu'il possédait sur la rive gauche de la Meuse. Le Barrois fut annexé, en 1419, au duché de Lorraine, dont il suivit désormais les destinées, et il forma avec lui, en 1766, le gouvernement de Lorraine-et-Barrois par leur réunion à la couronne.
La ville de Bar-le-Duc, placée immédiatement sous l'autorité de ses comtes, leur emprunta ses armes quand elle commença à avoir son existence particulière, sa communauté distincte.

Dès le XIIIe siècle, les comtes de Bar portaient déjà l'écu: semé de croisettes au pied fiché, et à deux bars adossés, comme on le voit par divers sceaux de Thibaut II et de Henri III, son fils, des années 1372 et 1301, conservés aux Archives de l'empire.
Paillot blasonne les deux bars dentés et allumés; il ajoute que ces animaux héraldiques chargeaient seuls, dans l'origine, le champ d'azur des armes de Thierri Ier, comte de Bar, de Mousson et de Montbéliard; les croix recroisettées dont l'écu est semé furent prises plus tard comme brisures de cadet, dit-il, par Renaud, comte de Bar et de Mousson, auteur de la maison de Bar.

Histoire

La ville s'est formée autour d'un fort construit au Xe siècle.