HERALDIQUE : logiciels, bases, recherches, dessins

Art du Blason : Héraldique / logiciels bases de données dessins armes armoiries recherches et plus...

BOREL D'HAUTERIVE : Histoire des armoiries des Villes de France

Armoiries, armes, blason, écu: dessin réalisé avec Euralsuite.
Dernière pagePage suivantePage précédentePremière page

NARBONNE

ARMES: parti, au 1er de gueules, à la clef d'or en pal, au 2e de gueules, à la croix patriarcale (ou croix de Lorraine) d'or.

Narbonne, dont la fondation, antérieure d'un siècle à l'ère chrétienne, a été attribuée à une colonie des Romains, fut leur principale place d'armes dans les Gaules jusqu'au règne de l'empereur Auguste.
Elle s'appelait aussi en latin Colonia Decumanorum. Au moyen âge, elle eut pour seigneurs les vicomtes de Narbonne, qui relevaient du comté de Toulouse. Leurs armes étaient de gueules plein, couleur qui est restée celle du champ des deux partis de l'écu de la ville. La clef d'or est sans doute le symbole du pouvoir municipal, et la croix patriarcale qui charge le second parti, est le souvenir religieux de l'antique archevêché de Narbonne.

L'Armorial général de France de 1697 et la Science des armoiries de Paillot n'indiquent pas que l'écu soit parti; le premier blasonne ainsi les armes de Narbonne: de gueules, à la clef d'or en pal, sénestree d'une croix patriarchale d'argent, et au chef de France; le second dit: de gueules, à la croix patriarcale d'or, sénestrée d'une clef d'argent. Enfin Girault de Saint-Fargeau, Traversier et l'Armorial général de 1697 donnent à l'écu un chef de France, quoique Narbonne ne fût pas comprise au nombre des bonnes villes représentées au sacre de nos rois.

Armes - D'IZARNY-GARGAS - D'HOZIER

De gueules, à une clef d'or posée en pal, senestrée d'une croix archiépiscopale d'argent, au chef d'azur, chargé de trois fleurdelys d'or.

Histoire

Narbo ou Narbo-Martius, capitale des Volsques Tectosages qui devait donner son nom à toute une région de la Gaule (Narbonnais), était aux époques gauloise et romaine, située au fond d'un golfe de la Méditerranée. Pour éviter l'ensablement de ce golfe, les Romains détournèrent le cours de l'Aude, et, jusqu'au moyen âge (1320) Narbonne resta une cité maritime. Depuis la bataille de Vouillé jusqu'aux invasions sarrasines, Narbonne fut la capitale des Wisigoths qui la fortifièrent. Pépin le Bref s'en empara après sept ans de siège. Charlemagne érigea Narbonne en capitale du duché de Gothie et la divisa en trois seigneuries dont l'une, la cité, resta aux mains de l'archevêque ; la seconde, le Bourg, fut donnée à des vicomtes bénéficiaires vassaux, tantôt des comtes de Toulouse, tantôt des comtes de Barcelonne ; la troisième, enfin, la Ville-Neuve, fut abandonnée aux juifs. Narbonne échappa au désastre de la croisade contre les albigeois. En 1216, Simon de Montfort, ayant attaqué l'archevêque de Narbonne, reçut l'investiture de la vicomté, en même temps que le comté de Toulouse. En 1447, cette vicomté fut vendue au comté de Foix, dont l'un des titulaires, Gaston, l'échangea en 1507, contre le duché de Nemours. Depuis lors elle resta unie à la couronne de France. Dans ses murs de dénoua (1642) la conspiration de Cinq-Mars