HERALDIQUE : logiciels, bases, recherches, dessins

Art du Blason : Héraldique / logiciels bases de données dessins armes armoiries recherches et plus...

BOREL D'HAUTERIVE : Histoire des armoiries des Villes de France

Armoiries, armes, blason, écu: dessin réalisé avec Euralsuite.
Dernière pagePage suivantePage précédentePremière page

LODÈVE

ARMES: d'azur, à la croix d'or, cantonnée, au 1er d'une étoile, au 2e d'un croissant, au 3e d'un L, au 4e d'un D, le tout d'or.

Lodève, en latin Luteva, avait au moyen âge des évêques souverains qui possédaient le droit de battre monnaie, d'élever des fortifications et de connaître des causes civiles et criminelles, ce qui explique la présence du symbole religieux de la croix comme figure héraldique de son écu. L'étoile et le croissant qui chargent les deux premiers cantons, font allusion peut-être à la prospérité croissante de la ville. La lettre L a été naturellement adoptée comme l'initiale du nom de Lodève mais l'emploi du D, qui n'est que la troisième lettre du mot et qui ne commence que la seconde syllabe, est moins facile à justifier; et n'a de raison, d'être là que pour charger le quatrième canton et donner plus de régularité à l'ensemble de l'écu.

On prétend que le roi Louis VIII, en reconnaissance des services qu'il avait reçus de l'évêque Pierre VI voulut qu'à l'avenir la ville s'appelât Ludova, en mémoire de son propre nom Ludovicus. Ces armes ont été enregistrées dans l'Armorial général de 1696, mais le croissant y est indiqué d'argent, parce que sans doute cet émail a paru au juge d'armes devoir s'appliquer de préférence à la lune.

Armes - D'IZARNY-GARGAS

D'azur, à la croix d'or, cantonnée en chef d'une étoile de même, à dextre et d'un croissant d'argent, à senestre, et en pointe d'un L d'or à dextre et d'un D de même à senestre.

Histoire

Lodève (Luteva, plus tard Forum Néronis) fut dès le IVème siècle le siège d'un évêché dont la légende veut que saint Flour ait été le premier titulaire, et que saint Fulcran illustra au Xème siècle. L'évêché a été supprimé lors de la rédaction du Concordat.