Glossaire, dictionnaire héraldique: évolution de 1660 à 1905

A quel livre, traité ou dictionnaire, correspond chaque date ?
A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Façade d'eglise

Dessinée au gré de l'artiste.

Face

Face et Facer. Voy. Fascer et Fasce.

1798 Face et Facer. Voy. Fascer et Fasce.

Faiche

Divise.

Failli

Se dit, par ex. d'un pal qui partant du bord supérieur, n'atteint pas le bord opposé et s'en arrête à peu de distance. Un tel pal serait failli en pointe. On se sert aussi de ce terme par rapport à des lignes de partition qui n'atteignent pas le bord opposé de l'écu.

1780 Se dit des chevrons rompus en leurs montants. 1798 Se dit des chevrons rompus dans leurs montans. 1843 Se dit des branches d'un chevron quand elles sont rompues. 1864 Se dit des chevrons rompus en leurs montants. 1872 Se dit des chevrons rompus. 1885 Se dit des chevrons dont les branches sont rompues. 1887 Se dit, par ex. d'un pal qui partant du bord supérieur, n'atteint pas le bord opposé et s'en arrête à peu de distance. Un tel pal serait failli en pointe. On se sert aussi de ce terme par rapport à des lignes de partition qui n'atteignent pas le bord opposé de l'écu. 1899 S'emploie dans le même sens que rompu quand il s'agit, par exemple, d'un chevron dont les branches sont brisées. 1901 Terme désignant la solution de continuité des chevrons, des bandes, etc., dont les branches sont comme rompues.

Faîne

Fruit du hêtre.

1901 Fruit du hêtre. Formé de deux petites noix triangulaires.

Faisan

Oiseau gallinacé à plumage éclatant.

Faisceau

Se dit d'un ensemble de pièces longues, généralement des flèches réunies et maintenues par un lien croisé plusieurs fois sur la longueur. Le faisceau de flèches peut aussi comporter une hache dite hache consulaire sortant d'une extrémité et le manche de l'autre. C'est le faisceau consulaire.

1901 Composé de baguettes d'orme et de coudrier, nommées verges, au milieu desquelles s'élève une hache.

Faisceau consulaire

Trousseaux de verges liées ensemble avec une hache au milieu. Les faisceaux étaient la marque de la puissance des Magistrats. On portait douze faisceaux devant les Consuls.

Faisceau d'armes

Amas de certaines choses liées ensemble.

Faisceau de licteur

Licteur: officier qui servait à Rome auprès du Consul, et des autres grands Magistrats. Les Licteurs portaient des haches enveloppées de faisceaux.

Faix

Charge, fardeau, corps pesant qui porte sur une chose et qui la charge.

Falière

Peuplier.

Falot

Sorte de corbeille en fer, représentée soit avec un pied, soit avec un manche, et dans laquelle on plaçait des matières inflammables ; ces meubles servaient comme signaux de nuit.

1887 Corbeille de fer destinée à contenir des matières inflammables qu'on allumait afin de donner des signaux. On en avait avec un manche pour être portés à la main et sans manche pour être attachés aux créneaux d'une tour. 1899 Sorte de corbeille en fer, représentée soit avec un pied, soit avec un manche, et dans laquelle on plaçait des matières inflammables ; ces meubles servaient comme signaux de nuit. 1901 Le falot héraldique est le falot ordinaire de résine, posé verticalement et allumé. 1905 Meuble de l'écu, fait en forme de pot à feu dressé sur une hampe.

Fanal

Falot haussé sur un échafaudage.

1887 Falot haussé sur un échafaudage.

Fanion

Petit drapeau qu'on emploie à différents usages.

1899 Petit étendard attaché à une hampe qui est surmontée d'un fer de lance. 1905 Petit drapeau qu'on emploie à différents usages.

Fanon

Large bracelet, avec pendants, couvert d'ornements, ou d'armoiries brodées, qui se portait au poignet droit dans certaines cérémonies. Ce meuble admis comme ornement religieux est dit manipule.

1660 C'est la manipule que le prêtre voulant célébrer la sainte messe met en son bras gauche. 1780 C'est un ornement semblable à un manipule que les ministres de l'autel mettent au bras gauche. 1798 Fanon, signifie cet ornement de la largeur d'une Étole, que les Prêtres et les Diacres portent au bras, et qu'on appelle ordinairement un Manipule. Le Fanon doit étre de même étoffe que l'Étole. Fanon s'est conservé en style de Blason. On appelle aussi Fanons, les deux pendans de la mitre des Évêques, et ceux d'une bannière. 1885 Voir Manipule. 1887 Synonyme de Manipule. 1899 Large bracelet, avec pendants, couvert d'ornements, ou d'armoiries brodées, qui se portait au poignet droit dans certaines cérémonies. Ce meuble admis comme ornement religieux est dit manipule. Voir ce mot. 1901 Manche pendante du poignet droit, semblable au manipule des prêtres. 1905 Figure héraldique, à l'image du petit manipule ou fanon liturgique des prêtres et des diacres officiants. Le fanon héraldique diffère du fanon liturgique en ce que celui-ci pend au bras gauche de l'officiant, tandis que le premier est représenté comme pendant au bras droit.

Faon

Petit de la biche et du cerf.

1901 Petit de la biche.

Fasce

La fasce est une des pièces honorables de l'écu au milieu duquel elle est posée horizontalement, en séparant le chef d'avec la pointe ; sa largeur est de deux parties des huit de la hauteur de l'écu. Il peut y avoir quatre fasces sur un écu ; au-delà de ce nombre cette pièce prend le nom de burèle. Les fasces multiples se placent à égale distance les unes des autres, laissant sur le champ, entre elles, autant d'espaces libres que ceux qu'elles occupent. Le nombre des burèles n'est pas limité, mais la fasce réduite, dite Divise n'est employée que seule en armoiries. Il y a des fasces abaissées, accompagnées, chargées, alésées, bandées, bastillées, bordées, cannelées, ondées, etc..

1660 C'est l'une des pièces principales honorables. 1694 Sub. f. Terme de Blason. On appelle ainsi la piece qui traverse le milieu de l'escu d'un costé à l'autre, & qui est faite comme une espece de reigle. Il porte d'azur à la fasce d'or, d'argent, à la fasce de gueules. 1772 Piece honorable, qui occupe le tiers de l'écu horisontalement par le milieu, et qui sépare le chef de la pointe. 1780 Est une pièce honorable qui occupe le tiers de l'écu horizontalement et qui sépare le chef de la pointe. Cette pièce se met en nombre. 1798 On appelle ainsi une des pièces honorables de l'écu, qui en occupe le milieu d'un côté à l'autre, qui est fait comme une espèce de règle, et qui a de largeur le tiers de celle de l'écu. Porter d'azur à la fasce d'or, à la fasce d'argent. 1843 Pièce qui traverse horizontalement l'écu par le milieu et qui a près d'un tiers de sa largeur. 1864 Est une pièce honorable qui occupe horizontalement le tiers moyen de l'écu. 1872 Pièce dite honorable formée par deux traits horizontaux et dont la largeur occupe le tiers de l'écu. 1885 Sa dimension est du tiers de l'écu, et elle en occupe le milieu dans le sens horizontal. 1887 Pièce héraldique, consistant en l'espace compris entre deux lignes horizontales. 1899 La fasce est une des pièces honorables de l'écu au milieu duquel elle est posée horizontalement, en séparant le chef d'avec la pointe ; sa largeur est de deux parties des huit de la hauteur de l'écu. Il peut y avoir quatre fasces sur un écu ; au delà de ce nombre cette pièce prend le nom de burèle. Les fasces multiples se placent à égale distance les unes des autres, laissant sur le champ, entre elles, autant d'espaces libres que ceux qu'elle occupe. Le nombre des burèles n'est pas limité, mais la fasce réduite, dite Divise n'est employée que seule en armoiries. 1901 La fasce a deux parties de hauteur, des sept de la largeur de l'écu, quand elle est seule. La fasce peut être bastillée, denchée, engrêlée, ondée, nébulée, vivrée, etc. 1905 Pièce héraldique honorable, qui est une bande horizontale dont la longueur ne doit jamais excéder le tiers de l'écu et qui en occupe le milieu. La réunion du pal et de la fasce forme la croix. La fasce occupant le haut de l'écu devient le chef.

Fascé

L'écu partagé en fasces égales et espacées également en nombre pair de pièces couleur, métal, sera un écu fascé dont on indiquera le nombre de pièces. Si le nombre de pièces est impair on dira le nombre de fasces sur le champ, ce n'est plus un écu fascé. Sauf pour une composition de plusieurs fasces de trois couleurs différentes au moins, même en nombre impair. Le fascé ordinaire est de six pièces, ce qu'il n'est pas nécessaire de blasonner. S'il y en a plus ou moins il faut l'énoncer. Le fascé ne peut avoir plus de huit pièces (ou dix selon les auteurs), au-dessus de ce nombre c'est un burelé.

1660 Se dit lorsque l'écu est rempli de fasces également de métal et de couleur, soit au nombre de quatre, de six, de huit, s'il y en a dix ou douze on dit burelé. Voir Burelle. Bretessées, crénelées, échiquetées, ondées, frettées, maçonnées, losangées et autres. 1772 Se dit d'un écu couvert de fasces et de pieces, divisées par longues lisses. Fascé d'argent et d'azur. On dit, fascé, contrefascé, lorsque l'écu fascé est parti par un trait qui change l'émail des fasces, en sorte que le métal soit opposé à la couleur, et la couleur au métal. On dit aussi, fascé, denché, lorsque toutes les fasces sont dentées, de telle façon que l'écu en soit aussi plein que vuide. 1780 Se dit de l'écu couvert de fasces et des pièces divisées par longues listes. 1798 Se dit d'un écu chargé de fasces égales en largeur et en nombre. Fascé d'or et de gueules. 1843 Divisé en un nombre pair de fasces dont les émaux sont alternés ; si l'on n'exprime pas le nombre des fasces, c'est qu'il y en a six. 1864 Se dit de l'écu couvert de fasces. On peut en mettre jusqu'à six. 1885 Se dit de l'écu couvert de fasces. 1887 Couvert de fasces en nombre pair. Le fascé ordinaire est de six pièces, ce qui n'est pas nécessaire d'énoncer. S'il y en a plus ou moins, il faut l'indiquer. Le fascé ne peut avoir plus de huit pièces, au-dessus de ce nombre on l'appelle burelé. On trouve des fascés dont chaque fasce est d'un autre émail. 1899 On donne ce nom à un écu, lorsque le nombre des fasces qui le couvrent est égal en pièces de métal et de couleur ; pour blasonner un écu fascé, on commence par énoncer l'émail de la fasce qui se trouve en chef, puis celui de la seconde et l'on indique ensuite le nombre de pièces qui meublent l'écu. 1901 Se dit d'un écu, d'un chevron, etc., chargé de fasces en nombre pair. 1905 Se dit de l'écu divisé en quatre, six ou huit parties égales d'émaux alternés.

Fasce (En)

Se dit : 1° d'objets placés côte à côte dans la direction propre à la fasce ; 2° d'une pièce longue posée horizontalement.

1887 Se dit : 1° d'objets placés côte à côte dans la direction propre à la fasce ; 2° d'une pièce longue posée horizontalement.

Fascé denché

Qui est lorsque toutes les fasces sont denchées et de telles façon que l'écu en est autant plein que vide.

1660 Qui est lorsque toutes les fasces sont denchées et de telles façon que l'écu en est autant plein que vide.

Fasce en devise

Doit estre de pareille largeur, comme la bande en devise cy dessus mentionnee, & passe au travers de l'escu comme la face ou gemelle.

1679 Doit estre de pareille largeur, comme la bande en devise cy dessus mentionnee, & passe au travers de l'escu comme la face ou gemelle.1887 Voir Divise.

Fasce nouée

Lorsque dans sa partie du milieu une fasce, en rompant la continuité de sa ligne droite, affecte une forme arrondie, ou cerclée, vers le chef et vers la pointe, et reprend ensuite sa ligne régulière, on dit que cette pièce est une fasce-nouée.

1887 Fasce qui s'élargit que le milieu. On trouve des fasces doublement nouées. 1899 Lorsque dans sa partie du milieu une fasce, en rompant la continuité de sa ligne droite, affecte une forme arrondie, ou cerclée, vers le chef et vers la pointe, et reprend ensuite sa ligne régulière, on dit que cette pièce est une fasce-nouée.

Fasce vivrée

Représente un ouvrage de fortifications à angle sortants et rentrants.

1901 Représente un ouvrage de fortifications à angle sortants et rentrants.

Fascé-contrefascé

Lorsque le fascé est parti c'est-à-dire que l'écu est divisé en deux parties par un trait vertical et que les émaux sont opposés entre eux d'une portion à l'autre, on dit l'écu fascé-contre-fascé. Voir Palé-contre-palé.

1660 Se dit lorsque l'écu fascé est parti par un trait par lequel l'émail est changé, de façon que le métal est opposé à la couleur, ou la couleur au métal. 1899 Lorsque le fascé est parti c'est-à-dire que l'écu est divisé en deux parties par un trait vertical et que les émaux sont opposés entre eux d'une portion à l'autre, on dit l'écu fascé-contrefascé ; en blasonnant, on nomme d'abord l'émail de la pièce du chef placée à dextre ; l'émail de la première pièce à sénestre est de même couleur que celui de la deuxième à dextre. 1901 Attribut de l'écu parti et fascé d'émaux opposés dans chaque division de l'écu.

Fasce-pal

On appelle ainsi la fasce quand de son milieu, une moitié de pal du même émail qu'elle monte vers le chef, ou descend vers la pointe de l'écu et en touche le bord.

1899 On appelle ainsi la fasce quand de son milieu, une moitié de pal du même émail qu'elle monte vers le chef, ou descend vers la pointe de l'écu et en touche le bord. 1901 Désigne une fasce soutenant un demi-pal avec lequel elle forme une seule pièce. 1905 On entend par fasce-pal la fasce réunie à une moitié de pal posée soit en chef, soit en pointe, et composée du même émail ou du même métal que celle-ci. La fasce-pal est une croix moins la partie supérieure ou inférieure. Il faut donc, pour qu'on sache quelle partie manque, dire fasce-pal en chef ou fasce-pal en pointe.

Fascine

Petit fagot fait de menus branchages, réunis par des harts en bois ou fil. Torche.

1905 Petit fagot fait de menus branchages, réunis par des harts en bois ou fil. Torche.

Fau

Voir Hêtre.

Faucheur

Sauterelle. Personne qui fauche les récoltes.

1905 Sauterelle. Personne qui fauche les récoltes.

Fauchon

Faux à lame courte, ou Badelaire (genre de yatagan).

1905 Coutelas de guerre, dont la lame très forte allait en s'élargissant vers l'extrémité, taillée obliquement. Les fauchons avaient leur lame toujours droite, ce en quoi ils diffèrent complètement des badelaires et cimeterres.

Faucille

Petit instrument aratoire, figuré dans sa forme ordinaire, quelquefois on la rencontre ayant le rangier denché au lieu d'être coupant.

1660 Petite faux servant à couper les blés en moisson. 1899 Petit instrument aratoire, figuré dans sa forme ordinaire, quelquefois on la rencontre ayant le rangier denché au lieu d'être coupant. 1901 Représentée posée verticalement, la pointe de la lame tournée à dextre.

Faucon

Oiseau de proie qui, comme l'épervier, le gerfaut et autres oiseaux de leurre, ou de poing, est dit : longé, grilleté, chaperonné, ou perché, suivant les pièces avec lesquelles il est figuré et qui le plus souvent sont d'un émail particulier.

1660 Oiseau de chasse servant au plaisir des souverains et grands seigneurs et le plus noble de la fauconnerie. 1679 (Faulcon) Oiseau que l'on trouve en armes. 1887 Communément il porte un chaperon qui lui couvre les yeux, des longes et des grillets aux pattes. 1899 Oiseau de proie qui, comme l'épervier, le gerfaut et autres oiseaux de leurre, ou de poing, est dit : longé, grilleté, chaperonné, ou perché, suivant les pièces avec lesquelles il est figuré et qui le plus souvent sont d'un émail particulier. 1901 Oiseau de vénerie royale, représenté au repos les ailes non éployées. 1905 La figure du faucon est souvent reproduite sur les écus ; quand elle est sans ornements ou accessoires, le faucon est dit au naturel. Autrement le faucon est représenté chaperonné quand il est coiffé du chaperon ; longé, s'il porte aux pattes ses vervelles ou liens ; perché, quand il est posé sur une branche ou un perchoir ; grilleté, quand il porte ses sonnettes soit aux pattes, soit au cou.

Fauconnier

Chasseur au faucon.

Fauconnière

Gibecière que portaient les fauconniers. Sac plié en deux et pendu à l'arçon de la selle, pour porter de menues hardes.

1905 Gibecière que portaient les fauconniers. Sac plié en deux et pendu à l'arçon de la selle, pour porter de menues hardes.

Faucre

Support fixé sur le côté droit d'une armure, qui servait à soutenir la lance du cavalier.

Faulcon

Voir Faucon.

1679 Voir Faucon.

Faulx

Instrument destiné à couper les foins. Il est représenté en position verticale la pointe en l'air.

1901 Instrument destiné à couper les foins. Il est représenté en position verticale la pointe en l'air.

Fauquet

Écureuil.

Fausses armes

Quand les armoiries dérogent à la règle qui interdit métal sur métal, ou couleur sur couleur, on les dit fausses, on doit, dans ce cas, s'enquérir de cette irrégularité comme cela a été expliqué au mot Enquerre.

1660 Sont celles ou les règles de l'art ne sont pas observées, comme quand il y a métal sur métal, ou couleur sur couleur. 1864 Se dit des armoiries qui ont couleur sur couleur ou métal sur métal. 1899 Quand les armoiries dérogent à la règle qui interdit métal sur métal, ou couleur sur couleur, on les dit fausses, on doit, dans ce cas, s'enquérir de cette irrégularité comme cela a été expliqué au mot Enquerre.

Fauteuil

Grande chaise à dos et à bras. Son aspect diffère selon l'époque où est décrit le blason.

Fauvette

Oiseau passereau au plumage fauve.

Faux

Lorsque l'on ne voit que le fer d'une faux représenté en armoiries, on le nomme rangier, mais lorsque ce fer est muni d'un manche, ce meuble s'appelle faux ; on doit indiquer si le manche est d'une émail spécial.

1660 Servant à couper les foins, avec ou sans manche. Voir Ranchier. 1780 Se dit des armoiries qui ont couleur sur couleur, ou métal sur métal. 1899 Lorsque l'on voit que le fer d'une faux représenté en armoiries, on le nomme rangier, mais lorsque ce fer est muni d'un manche, ce meuble s'appelle faux ; on doit indiquer si le manche est d'un émail spécial.

Faux écu

Voir Écu.

1887 Voir Écu.

Favard

Voir Hêtre.

Faverolle

Fève à petit grain, appelée aussi féverole.

Favier

Tige de fèves.

Fayard

Voir Hêtre.

Fayna

Fouine en patois du Sud-Est.

Félin

Qui tient du chat, qui en a la souplesse. Léopard, le plus souvent, mais aussi le Tigre, la Panthère, le Chat.

Femme

La représentation des figures humaines est admise en blason, mais le corps entier de la femme se rencontre plus rarement que celui de l'homme dans les écus ; la femme est généralement présentée en buste ; le corps entier de la femme semble réservé pour les tenants, comme ornement extérieur, où elle paraît vêtue à l'antique. En Allemagne ou Pologne elle peut paraître en pied et de profil.

1660 Souvent représentée dans les écus d'étrangers, particulièrement parmi les allemands. 1899 La représentation des figures humaines est admise en blason, mais le corps entier de la femme se rencontre plus rarement que celui de l'homme dans les écus ; la femme est généralement présentée en buste ; le corps entier de la femme semble réservé pour les tenants, comme ornement extérieur, où elle paraît vêtue à l'antique. 1901 Dans la plupart des écus, la femme est représentée en buste et de face. Mais en Allemagne et en Pologne, elle paraît debout et de face et quelquefois de profil. Voir Buste.

Fenderet de boucher

Outil de boucher.

Fendu en Pal

Il se dit d'une croix, et fait entendre qu'elle est fendue de haut en-bas, et que les parties sont placées à quelque distance l'une de l'autre.

1772 Il se dit d'une croix, et fait entendre qu'elle est fendue de haut en-bas, et que les parties sont placées à quelque distance l'une de l'autre.

Fenestrage

Toutes les fenêtres d'une maison. Il signifie aussi, L'ordre, la disposition pour les jours, pour les fenêtres d'une maison.

Fenestré

On rencontre ce terme pour indiquer l'émail des fenêtres.

Fenêtre à meneaux

Fenêtre des maisons de la Renaissance.

Fenoil

Voir Fenouil.

1679 Voir Fenouil.

Fenouil

Plante aromatique à feuilles divisées en fines lanières.

1679 (Fenoil) Plante que l'on trouve en armes.

Fer

Plusieurs sortes de fer figurent sur les écus, tels que les fers de lance, de javelot, de pique, de flèche, qui sont toujours posés la pointe dirigée vers le chef.

1660 Soit de cheval, de flèche, de javelot, de lance et de pique. 1885 Se dit des fers de lance ou des fers de chevaux. 1899 Les fers de lance, de dard, de flèche, de bocquet, etc ..., sont admis en armoiries, on les place la pointe en haut, si leur position est autre, il faut l'indiquer. Les fers de cheval se placent comme devant être cloués aux pieds de devant ; on ne les dit cloués que lorsque la place des clous est d'un émail spécial. 1905 Plusieurs sortes de fer figurent sur les écus, tels que les fers de lance, de javelot, de pique, de flèche, qui sont toujours posés la pointe dirigée vers le chef.

Fer (émail)

Métal rarement utilisé dans les armes françaises. Il est représenté en gravure par des diagonales dans les deux sens.

Fer à cheval

Fer qu'on met aux pieds des chevaux pour leur conserver et garantir la corne. Il paraît dans l'écu selon certains la pince en bas, selon d'autres en haut. Chaque fer a ordinairement six trous, on le dit cloué lorsque les trous ou clous sont d'un autre émail que le champ de l'écu ou que le fer lui-même. On rencontre aussi des fers de mulet.

1901 On le représente droit, les pinces tournées vers le bas de l'écu. Il a six trous que l'on spécifie par l'expression de cloué quand ils sont d'un autre émail que celui du champ. 1905 On y rencontre aussi des fers à cheval. Ceux-ci sont ordinairement représentés la pointe en haut, et lorsque les clous sont d'un émail différent, on les dit cloués.

Fer à repasser

Instrument pour repasser le linge.

Fer de flèche

Lame d'acier constituant la partie tranchante d'un outil. Dard, Phéon. Il paraît ordinairement en pal, la pointe vers le chef, si non il faut indiquer sa position en fasce, en bande, en barre ou pointe en bas dit aussi fer de flèche bas ou tombant.

Fer de fusil

Briquet.

Fer de lance

La forme commune et usitée est celle d'un fer aigu, mais dans quelques armoiries allemandes on en rencontre qui ont l'aspect de couronnes antiques à trois rayons. C'étaient les fers dont les lances de tournoi étaient munies dans les joutes quand il s'agissait d'abattre le cimier de l'adversaire. Leur forme les fit appeler petites couronnes.

1887 La forme commune et usitée est celle d'un fer aigu, mais dans quelques armoiries allemandes on en rencontre qui ont l'aspect de couronnes antiques à trois rayons. C'étaient les fers dont les lances de tournoi étaient munies dans les joutes quand il s'agissait d'abattre le cimier de l'adversaire. Leur forme les fit appeler petites couronnes. 1901 Est la partie supérieure ou aiguë de la lance, sans la hampe.

Fer de loup

Fer doublement cramponné.

Fer de moulin

Ce meuble est le fer qui est placé au milieu de la meule, formé de deux branches courbes réunies au milieu à une pièce carrée, ajourée pour recevoir le pivot ; cette pièce ressemble beaucoup, et est souvent confondue avec l'anille dont elle diffère par ses extrémités qui sont terminées en carré. Croix en fers de moulin.

1660 C'est ce fer qui se pose au milieu de la meule comme deux ancres adossées, qui sont jointe avec deux petites branches en telle distance qu'il se fait une ouverture carrée au milieu. 1679 Ancien en armes. 1780 V. Anille. 1872 V. Anille. 1885 Voir Anille. 1887 Anille d'une forme spéciale que l'on ne trouve que dans les armoiries des Pays-Bas. Dans les descriptions anciennes ils sont appelés fers de moulin en sautoir, alésés, pattés, ancrés et ouverts en losange. Voir Anille. 1899 Ce meuble est le fer qui est placé au milieu de la meule, formé de deux branches courbes réunies au milieu à une pièce carrée, ajourée pour recevoir le pivot ; cette pièce ressemble beaucoup, et est souvent confondue avec l'anille dont elle diffère par ses extrémités qui sont terminées carrément. 1901 Est synonyme d'anille. Voir ce terme. 1905 Le fer de moulin ou fer à moulin, ou croix de moulin, est une pièce héraldique en forme d'H à deux barres et à montants curvilignes, à convexité dirigée en dedans.

Fer de pertuisane

Sorte d'arme d'hast, espèce de hallebarde.

Fer de pique

Pointe de fer qui est au bout d'une pique, d'une lance. Fer dont est garnie la partie inférieure d'une hallebarde, d'une pique.

Fer de prisonnier

Barre de fer avec deux demi-anneaux pour contraindre les mains du prisonnier.

1887 Barre de fer avec deux demi-anneaux pour contraindre les mains du prisonnier.

Fer de relieur

Instrument pour marquer des dessins sur le cuire d'une reliure.

Ferlé

Relevé pli par pli sur la vergue (voile de navire).

1899 Se dit de toute pièce pliée ou troussée. 1905 Relevé pli par pli sur la vergue (voile de navire).

Fermail

Nom donné aux boucles des ceintures, baudriers, harnais, etc..., principalement lorsque leur forme n'est pas arrondie ; lorsque ce petit meuble est orné et grêlé de pierreries on le nomme fermaillet et aussi floc.

1660 C'est une boucle garnie de son ardillon qui se met aux baudriers et ceintures pour les attacher, elle est ordinairement représentée ronde et quelques fois en losanges, ce que alors il faut spécifier. 1772 Fermaux au pl. Ce vieux mot signifie les agrafes, crochets, boucles garnies de leurs ardillons, et autres fermoirs de ce genre, dont on s'est servi anciennement pour fermer des livres, et dont l'usage a été transporté aux manteaux, aux chapes, aux baudriers ou ceintures, pour les attacher. On les a aussi nommé fermalets ou fermaillets; et ils faisoient alors une espece de parure tant pour les hommes que pour les femmes. Les fermaux sont ordinairement représentés ronds et quelquefois en losange; ce qu'alors il faut spécifier en blasonnant. Quelques-uns appellent un écu fermaillé, quand il est chargé de plusieurs fermaux. 1780 (Fermaux) C'est ainsi qu'on appelle en blason de grandes boucles garnies de leurs ardillons, qui se mettent aux baudriers et ceintures militaires. 1843 Boucle dont l'ardillon est posé en fasce. 1864 Sont des agrafes pour fermes les livres, chapes et courroies. 1887 Les fermaux sont de diverses espèces, ronds, ovales, carrés ou en forme de losange. 1899 Non donné aux boucles des ceintures, baudriers, harnais, etc ..., principalement lorsque leur forme n'est pas arrondie ; lorsque ce petit meuble est orné et grêlé de pierreries on le nomme fermaillet et aussi floc. 1901 Boucle de ceinturon, munie de son ardillon. Sa forme ancienne est celle de la losange, plus tard elle devient ovale. C'était aussi une espèce de bijou ou d'agrafe dont on se servait pour attacher les robes, etc. 1904 Boucle avec son ardillon. 1905 Pièce héraldique en forme de boucle.

Fermaillé

Se disait autrefois d'un écu semé de fermaux.

1905 Qui porte des fermaux.

Fermaillet

Petit fermail.

1905 Petit fermail.

Fermé

Indique l'émail de la porte d'une tour ou d'un château. Voir Ouvert.

Fermoir

Attache, agrafe en métal, qui sert à tenir fermé un livre ou un autre objet.

1905 Attache, agrafe en métal, qui sert à tenir fermé un livre ou un autre objet.

Ferré

Indique l'émail de la partie en fer, d'une arme, du sabot d'un cheval, etc...

Ferret

Canne de fer armé, poignée de bois. Le verrier s'en servant pour prendre dans un pot un peu de matière.

Férule

Bâton permettant aux maîtres de corriger leurs élèves. Petite palette de bois ou de cuir.

Feston

Guirlande de feuillage ou de fleurs.

Feu

Représenté par un brasier flamboyant. Voir Flamme.

1899 Voir flamme.

Feuille

Les feuilles de fleurs, arbres, plantes de toutes sortes figurant en unité sur un écu se placent en pal ; lorsque des fleurs, ou autres pièces, en sont garnies, on les dit feuillées, en ayant le soin de spécifier si ces feuilles sont d'un émail particulier.

1660 Feuille d'arbre. 1899 Les feuilles de fleurs, arbres, plantes de toutes sortes figurant en unité sur un écu se placent en pal ; lorsque des fleurs, ou autres pièces, en sont garnies, on les dit feuillées, en ayant le soin de spécifier si ces feuilles sont d'un émail particulier.

Feuillé

Permet de désigner l'émail des feuilles de plantes ou de fruits. Ou se dit de meubles qui ont des feuilles contre l'ordinaire.

1660 Lorsque les fleurs sont soutenues de tiges et feuilles de leurs plantes. 1772 Se dit d'une plante qui a des feuilles. 1780 Se dit des fleurs ou fruits accompagnés de quelques feuilles. 1798 Il se dit aussi des feuilles des plantes, lorsqu'elles sont d'un émail différent de celui de la plante. D'argent aux trois tulipes tigées de sinople, et feuillées de gueules. 1843 Couvert de feuilles d'un autre émail que la tige ou le tronc. 1885 Se dit d'une plante qui a des feuilles d'un émail particulier. 1887 Indique l'émail des feuilles d'un arbre ou d'une plante. 1901 Se dit d'un végétal quelconque sont les feuilles sont d'un émail différent de celui de l'arbre ou de la plante. C'est aussi l'attribut des fleurs et des fruits qui ont des feuilles contre l'ordinaire. 1905 Se dit des plantes dont les feuilles sont d'un émail particulier, des fleurs et des fruits qui ont des feuilles contre leur ordinaire.

Feuille d'Acanthe

Plante ornementale.

1905 Ornement en forme de feuilles d'acanthe.

Feuille de chêne

Végétal.

Feuille de nénuphar

Voir Nénuphar.

1887 Voir Nénuphar.

Feuille de scie

Se dit de bande, barre, fasce ou pal dentelé d'un seul côté, ordinairement par le bas. Pour le pal, indiquer de quel côté sont les dents. Elle peut également être prise comme meuble et par là posée en sautoir, en chevron ou en croix.

1660 Ainsi sont appelées les fasces et bandes qui sont denchées seulement d'un côté à la façon des fers de scie. 1780 Fasce ou bande denchée d'un seul côté. 1901 Bande, barre, fasce ou pal dentelé d'un seul côté. 1905 Meuble d'armoiries qui représente une bande, un pal ou une fasce qui n'est dentelé que d'un côté.

Fève

Légumineuse annuelle cultivée pour sa graine. Représentée au naturel.

1679 Plante que l'on trouve en armes. 1899 Lorsque ce légume figure dans des armoiries, il est représenté le plus souvent au naturel. 1901 Genre de la famille des légumineuses. Elle est représentée posée verticalement. Son émail est l'argent.

Fez

Calotte tronconique en laine.

Fialère

Peuplier en patois du Sud-Est.

Fiasco

Flacon, Flasque ou Bouteille.

Fiasque

Flacon long et étroit, en usage en Italie.

1905 Flacon long et étroit, en usage en Italie.

Fiche

Pointe.

Fiché

Lorsque le pied d'une croix à une forme pointue ou aiguisée, on le dit fiché. Normalement seules la croix et la croisette peuvent être dites au pied fiché ; les pièces de longueur, comme le pal et d'autres dont la partie inférieure est amincie, devraient être énoncées : aiguisées. L'épée basse en pal, (pointe en bas) se dit aussi parfois épée fichée. On rencontre encore une figure fichée dans une autre en ce sens qu'elle est considérée plantée dedans (arme fichée dans un coeur).

1660 Qui a une pointe ou fiche propre pour être fiché en quelque chose, comme une croix fichée est un peu plus haute que large, et sa branche du bas pointue. 1780 Se dit des croisettes qui ont le pied aiguisé. 1798 Se dit des croix et des croisettes qui ont le pied aiguisé. 1843 Planté sur une terrasse, une montagne ; le pied d'une croix, d'un pal, est fiché quand il est aiguisé en pointe. 1864 Se dit des croisettes qui ont le pied aiguisé. 1872 Se dit des croix ou croisettes qui ont le pied terminé en pointe aiguisé. 1885 Se dit des croix ou autres figures héraldiques qui ont le pied aiguisé. 1887 Se dit de meubles tels que croix, pals, etc., dont le pied est aiguisé, et principalement de petites croix dont le pied est effilé. 1899 Lorsque le pied d'une croix à une forme pointue ou aiguisée, on le dit fiché. La croix seule peut être dite au pied fiché ; les pièces de longueur, comme le pal et d'autres dont la partie inférieure est amincie, doivent être énoncées : aiguisées. 1901 Indique qu'un meuble quelconque se termine en pointe. La pièce ainsi taillée est propre à être enfoncée en terre. C'est l'attribut particulier de la croix et des croisettes dont l'extrémité inférieure est taillée en pointe aiguë. 1905 Se dit de la croix et de toute pièce de longueur dont l'extrémité inférieure est taillée en pointe, comme pour être plantée en pointe.

Fier

Lorsque le lion est représenté avec le poil hérissé, on le dit fier. Le tigre héraldique est toujours fier.

1780 Se dit du lion hérissé. 1798 Il se dit d'un lion hérissé. 1885 C'est le lion dont le poil est hérissé. 1899 Lorsque le lion est représenté avec le poil hérissé, on le dit fier. Le tigre héraldique est toujours fier. 1901 Se dit du lion dont le poil est hérissé.

Fierté

Se dit d'un poisson, ou baleine, dont on voit les dents, lors même qu'elles ne seraient pas d'un émail spécial.

1660 Se dit de la baleine lorsqu'elle a les dents, les ailerons et la queue de gueules 1772 Qui se dit des baleines dont on voit les dents. 1780 Se dit des baleines dont on voit les dents. 1798 Il se dit des poissons dont on voit les dents. 1843 La baleine, qui a les dents d'un autre émail que la tête, se blasonne fierté. 1885 Dents des baleines. 1899 Se dit d'un poisson dont on voit les dents, lors même qu'elles ne seraient pas d'un émail spécial. 1901 Dents de la baleine ou de tout autre poisson, quand elles sont d'un émail particulier. 1905 Se dit de la baleine lorsqu'elle a les fanons, les ailerons et la queue de gueules.

Fifre

Petite flûte traversière en bois.

Fifure

Lentille d'or.

Figue

Fruit comestible du figuier.

Figuier

Arbre originaire du Proche-Orient.

1901 Arbrisseau originaire de l'Orient. Généralement on voit les feuilles de cet arbrisseau dans les écus de l'Espagne.

Figure

Figures, pièces, meubles héraldiques.

1660 Se dit pour une face humaine. 1864 On donne en armoiries ce nom à toutes les pièces qui servent à blasonner l'écu. 1905 Meuble de l'écu représentant la figure humaine.

Figuré

Se dit des lunes, des soleils, des croissants, des besants, des miroirs et généralement de toute pièce ou meuble sur lequel est représenté un visage humain.

1772 Se dit non-seulement du soleil sur lequel on exprime l'image du visage humain, mais encore des tourteaux, besans, et autres choses, sur lesquelles paroît la même figure. 1780 Se dit du soleil sur lequel on exprime l'image du visage humain, de même des tourteaux, besants et autres choses sur lesquelles la même figure paraît , comme ferait un miroir. 1798 Se dit des pièces sur lesquelles on exprime la figure du visage humain. 1843 Se dit d'un croissant, d'un besant, etc., sur lequel est tracée une figure humaine. 1864 Se dit du soleil ou des monnaies ornées du visage humain. 1885 Se dit de toutes les pièces sur lesquelles on représente le visage humain. 1887 Se dit des lunes et croissants qui portent les traits d'un visage humain et des besants qui en montrent l'empreinte. 1899 Se dit de tout meuble sur lequel paraît une face humaine. 1901 Attribut de toute pièce sur laquelle est représentée l'image d'une figure humaine de face. 1905 Se dit de toute pièce qui porte une figure humaine. C'est ainsi que le soleil est figuré ; c'est-à-dire représenté d'or avec un visage humain, tandis que l'ombre de soleil n'est jamais représentée avec ces attributs, comme aussi elle n'est jamais d'or.

Fil

Nom donné au lambel par quelques auteurs, et seulement à la traverse de cette pièce par quelques autres.

1885 C'est la traverse du lambel. 1887 Voir Lambel. 1899 Nom de la traverse du lambel. 1901 Traverse du lambel. 1905 Nom donné au lambel par quelques auteurs, et seulement à la traverse de cette pièce par quelques autres.

Fil à plomb

Instrument du maçon.

Filasse

Amas de filaments grossiers de chanvre, de lin, à l'aide desquels on fabrique le fil. Voir Poupée.

1905 Amas de filaments grossiers de chanvre, de lin, à l'aide desquels on fabrique le fil. Voir Poupée.

Filet

On appelle ainsi une pièce honorable réduite à sa plus simple épaisseur, qui ne doit avoir que le tiers de la cotice ; placé en croix, il sépare les quartiers d'un écartelé ; en pal, il sépare un parti ; en fasce, il sépare un coupé, etc..., mais lorsque le filet est posé en bordure, on l'appelle filière. Par exemple un sautoir en filets.

1660 Se prend de deux sortes, tantôt pour une espèce d'orle qui se tire au-dedans de l'écu, de la même façon que ledit écu, mais avec cette différence de l'orle, qu'il ne contient en sa largeur sinon le tiers ou le quart, aussi n'est-ce vraiment qu'un gros trait de plume ou de pinceau, qui fait que l'on appelle filet. Entre le filet et les bords de l'écu il y a de l'espace du même émail que le champ. 1679 Sont une quarte partie de l'orle, & se mettent en armes comme iceluy: & s'en trouve en un escu, quelques fois plusieurs. 1843 Cotice réduite au tiers de sa largeur. 1864 Diminutif de la bande dont il est le quart. 1887 Nom qui s'applique aux bandes, barres ou croix réduites à leur moindre épaisseur. Alors on dit filet en bande, filet en croix, etc. 1899 On appelle ainsi une pièce honorable réduite à sa plus simple épaisseur, qui ne doit avoir que le tiers de la cotice ; placé en croix, il sépare les quartiers d'un écartelé ; en pal, il sépare un parti ; en fasce, il sépare un coupé, etc ..., mais lorsque le filet est posé en bordure, on l'appelle filière. 1901 Trait mince traversant l'écu, diagonalement, horizontalement ou verticalement. Le filet a la troisième partie d'une des sept de la largeur de l'écu. 1905 Pièce qui n'a que le tiers de la cotice, et qui prend les mêmes positions : en bande, en barre, en sautoir, en pal, etc.

Filet en croix

Croix diminuée de plus de la moitié de sa largeur, mais cette expression n'est plus guère usitée. Le filet en croix peut aussi charger une croix, s'il est de l'émail du champ la croix peut avoir été blasonnée fendue.

Fileté

Orné de traits fins.

1905 Orné de traits fins.

Filière

Bordure réduite à la largeur d'un filet.

1660 C'est le diminutif de la bordure, elle ne contient que la tierce partie de la largeur de ladite bordure. 1772 Qui se dit quelquefois du diminutif de la bordure, lorsqu'elle ne contient que la troisieme partie de la longueur de la bordure ordinaire. 1864 Diminutif de la bordure dont elle n'est que le quart. 1885 Diminutif de la bordure. 1887 Diminutif de la bordure, dont elle n'a que le quart. 1901 Petite bordure de l'écu, qui n'a qu'un tiers de partie, d'une des sept de la largeur de l'écu. 1905 Bordure réduite à la largeur d'un filet.

Fiole

Petit flacon à col étroit.

1905 Petit flacon à col étroit.

Firmament

Autrefois certains écus pouvaient être blasonnés directement pour la signification qu'ils avaient, dans un langage que l'on dirait aujourd'hui peu héraldique. Le firmament est d'azur semé d'étoiles d'or. Voir Mer.

Fizelé

Voir Fuselé.

1660 Voir Fuselé.

Flacon

Petite bouteille en verre, cristal ou porcelaine qu'on rencontre dans les armes des bouteillers de France. Doré aux armes de France il représente le Grand Bouteiller de la cour.

1901 Petite bouteille de verre, de cristal ou de porcelaine, avec un bouchon de la même matière ou de métal.

Flageolet

Petit haricot d'un goût fin. Désigne aussi une flûte à bec en bois.

Flajolet

Voir Flageolet.

Flamant

Oiseau de grande taille au plumage rose. Échassier, Cigogne, Grue.

Flambant

Se dit des pals ondés et aiguisés en forme de flammes.

1780 Se dit des pals ondés et aiguisés en forme de flammes. 1798 Qui flambe. Flambant, se dit des pals ou paux ondés et aiguisés en forme de flamme. D'argent à trois paux flambans de gueules. 1843 Embrasé, qui paraît en feu. 1864 Se dit du pal ondé et aiguisé en flamme. 1885 Se dit des pals ondés et aiguisés en forme de flammes. 1899 Signifie : qui est allumé. Ce nom se donne aussi aux pals aiguisés par le haut et ondés, mouvants du bas de l'écu, les ondulations s'élevant vers le chef. 1901 Indique qu'un pal ondé, mouvant du bas de l'écu, se termine en pointe aiguë, comme la flamme. Ce terme s'applique aux sautoirs et aux troncs d'arbres.

Flambeau

Ce meuble se représente dans sa forme ordinaire, et l'émail du feu doit toujours être indiqué.

1660 Torche à éclairer. 1899 Ce meuble se représente dans sa forme ordinaire, et l'émail du feu doit toujours être indiqué. 1901 Est représenté tel que le falot ordinaire, posé verticalement et allumé en sa partie supérieure. 1905 Chandelier destiné à porter des bougies ou d'autres corps solides qu'on brûle pour éclairer. Il est dit allumé quand la flamme est d'un émail différent.

Flamboyant

En forme de flamme ou environné de flammes. Se dit des pièces qui ont des rayons ondoyants et mouvants de la pointe de l'écu. Voir Comété.

1843 Se dit du pal qui est ondé et s'élève en pointe comme une flamme. 1885 Se dit des yeux du sanglier. 1901 Se dit des yeux du sanglier, lançant des flammes. 1905 Se dit des pièces ou des figures ondées et terminées en pointe à la façon d'une flamme. Se dit aussi du sanglier quand il est représenté avec des flammes sortant des yeux.

Flamme

Meuble arrondi à la base et terminé en haut par trois pointes ondoyantes.

1660 Elément du feu. 1843 Elle se représente arrondie par le bas et s'élevant en trois pointes ondées. 1899 Ce meuble souvent figuré en armoiries est représenté en forme arrondie dans sa partie inférieure, celle du haut se termine par des jets à pointes ondoyantes ; son émail particulier est le gueule. 1901 Dans l'art héraldique, elle est représentée arrondie par le bout et terminée à son sommet par trois pointes ondoyantes. 1905 Meuble arrondi à la base et terminé en haut par trois pointes ondoyantes.

Flammé

Un coeur flammé est un coeur d'où sortent des flammes.

Flanc

Ce sont les bords de l'écu, à dextre et à senestre.

1864 Dextre ou senestre, se dit du côté droit ou gauche de l'écu. 1887 Ce sont les bords de l'écu, à dextre et à senestre. 1899 Côté dextre ou sénestre de l'écu.

Flanché

Employé comme flanqué.

1899 Employé comme flanqué.

Flanchis

Cette pièce est un petit sautoir alaisé ; l'écu et les pièces honorables peuvent en être chargés, et dans ce cas, on en indique le nombre. Le rapport proportionnel du flanchis avec le sautoir est le même que celui de la croisette avec la croix.

1843 Petit sautoir alaisé, ou croisette posée en sautoir. 1864 Diminutif du sautoir qui en a le tiers. 1872 Sautoir alaisé. 1885 Petit sautoir alésé. 1887 Petit sautoir. 1899 Cette pièce est un petit sautoir alaisé ; l'écu et les pièces honorables peuvent en être chargés, et dans ce cas, on en indique le nombre. Le rapport proportionnel du flanchis avec le sautoir est le même que celui de la croisette avec la croix. 1901 C'est la croix de Saint-André, dont la forme est semblable à celle d'un sautoir alésé de petite dimension. Le flanchis se voit souvent dans les écus de l'Europe occidentale. 1905 Petit sautoir alésé qui ressemble à la lettre X. Petit écu qui porte un sautoir. Syn. de Flanquis.

Flanque

Nom donné quelquefois à la tige du milieu d'une ancre et que l'on indique en blasonnant lorsque cette partie est d'un émail spécial ; le nom strangue doit être employé de préférence.

1772 Se dit d'une piece de blason formée par une ligne en voûte qui part des angles du chef, et se termîne à la base de l'écusson. Il porte d'hermine aux deux flanques vertes. Les flanques se portent toûjours par paires ou par couples. Leigh fait deux différentes pieces de la flanque et de la flaque, la premiere est plus courbée que la seconde, mais Gibbon n'en fait qu'une, qu'il appelle flanque. 1899 Nom donné quelquefois à la tige du milieu d'une ancre et que l'on indique en blasonnant lorsque cette partie est d'un émail spécial ; le nom strangue doit être employé de préférence.

Flanqué

Se dit de l'écu lorsqu'il est parti de deux traits, par deux demi-ovales à courbure opposée et qui donnent à la partie du milieu la forme d'un pal très élargie à ses extrémités. Très rare en France. Dans un écu écartelé en sautoir, si l'on considère le 1er et le 4e quartiers comme un tout complet, on peut le dire flanqué. Se dit quelquefois pour accosté.

1660 C'est une figure partisante l'écu du côté des flancs, tant par deux demies ovales ou quart de rond, ou par deux demies losanges qui prennent leurs racines és angles supérieures, et finissent au bas de l'écu à l'endroit où il commence à se courber pour faire la pointe. 1772 Qui se dit des paux, arbres et autres figures qui en ont d'autres à leurs côtés. Aux armoiries de Sieile, les paux d'Arragon sont flanqués de deux aigles. 1780 Des pals, arbres et autres figures qui en ont d'autres à leurs côtés, aux armoiries de Sicile, les pals d'Aragon sont flanqués de deux aigles. 1798 Se dit des pals, arbres, et autres figures qui en ont d'autres à leur côté. 1843 Se dit de l'écu chargé de deux arcs de cercle ayant pour cordes les flancs de l'écu ; on appelle aussi flanqué l'écartelé en sautoir. 1864 Se dit des pièces qui en ont d'autres noms nobles à leur côté. 1872 Se dit des meubles ayant d'autres pièces à leurs flancs. 1899 On dit qu'un écu est flanqué, lorsqu'il est divisé par deux traits adossés, de forme demi-ovale, qui, partant de chacun des angles du haut, et se terminant aux angles du bas, laissent entre eux un espace libre figurant un pal patté à ses extrémités. Bien que quelques-uns aient donné cette qualification de flanqué à des pièces qui en ont d'autres à leurs flancs, ou côtés, nous pensons que le nom accosté doit être dans ce cas plus héraldiquement employé. 1901 Se dit de l'écu dont les flancs sont divisés en deux segments de cercle, qui saillent chacun d'une partie, des sept de sa largeur et se terminent à dextre et à senestre aux angles du haut et de bas de l'écu. 1905 Se dit de l'écu lorsqu'il est parti de deux traits, par deux demi-ovales à courbure opposée et qui donnent à la partie du milieu la forme d'un pal très élargie à ses extrémités. Très rare en France. Dans un écu écartelé en sautoir, si l'on considère le 1er et le 4e quartiers comme un tout complet, on peut le dire flanqué. Se dit quelquefois pour accosté.

Flanqué en rond

Cette partition est produite par l'écartelé en sautoir dont les deux flancs sont arrondis et séparés, au lieu de finir en pointes qui s'entretouchent au coeur de l'écu.

1887 Cette partition est produite par l'écartelé en sautoir dont les deux flancs sont arrondis et séparés, au lieu de finir en pointes qui s'entretouchent au coeur de l'écu.

Flanqui

Voir Flanchis.

1798 Voir Flanchis.

Flanquis

Voir Flanchis.

1905 Voir Flanchis.

Flasque

C'est une piece de Blason, que l'on appelle plus proprement flanque. Voy. Flanque.

1772 C'est une piece de Blason, que l'on appelle plus proprement flanque. Voy. Flanque.

Fléau

Outil agricole utilisé pour battre le grain.

1905 Instrument à battre le blé, formé d'un manche et d'un battoir en bois, reliés l'un à l'autre par des courroies.

Fléau d'armes

Arme formée à peu près sur le modèle du fléau agricole, comportant toujours un manche. Le battant peut être : soit une masse longue reliée au manche par un anneau, soit masse courte de métal relié au manche par une courte chaîne, soit plusieurs chaînes très courtes retenant chacune une masse, soit des chaînes longues sans masse.

1905 Arme formée à peu près sur le modèle du fléau agricole, comportant toujours un manche. Le battant peut être : soit une masse longue reliée au manche par un anneau, soit masse courte de métal relié au manche par une courte chaîne, soit plusieurs chaînes très courtes retenant chacune une masse, soit des chaînes longues sans masse.

Fléau de balance

Axe équilibré supportant les plateaux d'une balance.

1905 Nom de la tige horizontale d'une balance à plateaux et à laquelle ils sont suspendus.

Fléau de courroies

Instrument qui est composé de deux bâtons d'inégale longueur, attachés l'un au bout de l'autre avec des courroies, et qui sert à battre le blé.

Flèche

Pièce de l'écu représentant une flèche et placée la pointe dirigée vers le chef de l'écu ; dans le cas contraire elle est versée. La flèche est dite empennée quand ses ailerons sont d'un émail particulier, futée ou vergettée lorsque c'est la tige qui est dans le même cas. Elle est dite encochée, quand elle est placée sur l'arc tendu ; émoussée quand son fer est rompu. En nombre et réuni en faisceau, les flèches sont dites empoignées.

1660 Trait empenné garni de petits ailerons. 1899 La position ordinaire de la flèche, qui figure dans de nombreuses armoiries, est d'avoir la pointe vers le chef ; lorsque la pointe est dirigée vers le bas de l'écu on la dit renversée ; si les plumes, dont son fût est garni dans la partie basse, sont d'un émail spécial, on la dit empennée, et lorsqu'elle paraît posée sur la corde d'un arc on doit l'énoncer encochée. 1901 Est représentée telle que la flèche ordinaire, c'est-à-dire armée d'une pointe en forme de carreau et garnie d'ailerons de plumes. Sa position habituelle est en pal, la pointe en haut. 1905 Pièce de l'écu représentant une flèche et placée la pointe dirigée vers le chef de l'écu ; dans le cas contraire elle est versée. La flèche est dite empennée quand ses ailerons sont d'un émail particulier, futée ou vergettée lorsque c'est la tige qui est dans le même cas. Elle est dite encochée, quand elle est placée sur l'arc tendu ; émoussée quand son fer est rompu. En nombre et réuni en faisceau, les flèches sont dites empoignées.

Fleur

Les fleurs se représentent d'ordinaire sans tige, ni feuilles ; on les dit au naturel, quand elles sont de la couleur que la nature leur a donnée ; tigées ou feuillées, lorsqu'elles sont garnies de branches ou de feuilles ; lorsque ces parties sont d'un autre émail que celui de la fleur, on ne doit pas manquer de l'indiquer.

1660 Diverses : ancolie, fleur-de-lys, pensée, violette, etc. 1899 Les fleurs se représentent d'ordinaire sans tige, ni feuilles ; on les dit au naturel, quand elles sont de la couleur que la nature leur a donnée ; tigées ou feuillées, lorsqu'elles sont garnies de branches ou de feuilles ; lorsque ces parties sont d'un autre émail que celui de la fleur, on ne doit pas manquer de l'indiquer. 1901 Rose, lis, etc.

Fleur de lis

Voir Fleur-de-lis.

1885 Voir Fleur de lys 1901 Voir Fleur-de-lys. 1905 La fleur de lis héraldique n'apparaît sur les écus qu'au XIIe siècle ; mais comme élément décoratif, elle est beaucoup plus ancienne.

Fleur de lys

Voir Fleur-de-lis.

1660 Se 1679 Sont le plus souvent entieres, aucunes sans le bout de dessous, qui lors sont dittes sans queue, & par quelques uns, au pied nourri ou couppe, d'icelles on en voit aussi quelques moitiez en quelques anciennes armes.

Fleur de néflier

Fleurs blanchâtres formées de cinq pétales. Les fleurs de néflier paraissent dans les écus français, belges et allemands.

1901 Fleurs blanchâtres formées de cinq pétales. Les fleurs de néflier paraissent dans les écus français, belges et allemands.

Fleur de pipe

Sorte de tulipe.

Fleur-de-lis

(ou Fleurdelys) - Il en existe une grande diversité: archaïque, byzantine, en hallebarde, en lotus, à la vierge, en calvaire, gothique, type du XIIe, XIVe, XVe, XVIe, XVIIe, ou du XVIIIe siècle, etc.. Lorsque sa partie inférieure n'est pas apparente, elle est dite à pied nourri. Elle est dite boutonnée lorsque de chaque côté de la lance il existe un rinceau, florencée si elle est épanouie et boutonnée. Certains auteurs déclarent que la décomposition de la fleur-de-lis a donné l'otelle et le roc d'échiquier. L 'adjectif fleurdelysé (ou fleuré) qualifie toute pièce dont les extrémités se terminent en fleur-de-lys.

1772 Armes des rois de France: personne n'ignore qu'ils portent d'azur à trois fleurs-de-lis d'or. Les fleurs-de-lis étoient déjà employées pour ornement à la couronne des rois de France, du tems de la seconde race, et même de la premiere: on en voit la preuve dans l'abbaye de S. Germain des Prés, au tombeau de la reine Frédegonde, dont la couronne est terminée par de véritables fleurs-de-lis, et le sceptre par un lys champêtre. 1843 Fleur imaginaire ; composée de trois fleurons liés ensemble vers le bas. 1885 Il serait peut-être plus rationnel de les ranger parmi les figures artificielles; mais l'usage les fait toujours considérer comme fleurs naturelles. 1887 Les fleurs-de-lis sont représentées de diverses manières, en conservant toujours leurs caractères principaux : une feuille érigée, accostée de deux feuilles recourbées, le tout réuni par une bandelette horizontale, qui laisse visible les pieds des trois feuilles. Dans les fleurs-de-lis au pied coupé ou au pied nourri ces pieds manquent aux dites feuilles. Pour la fleur-de-lis épanouie :voir Épanouie. La fleur-de-lis est dite fleur-de-lis héraldique lorsqu'il est nécessaire de la distinguer du lis naturel ou lis de jardin. Dans les armoiries allemandes et anglaises on trouve des exemples de fleurs-de-lis héraldiques tigées et feuillées, et quelquefois même la tige montre des racines, comme si elle était arrachée de terre. Voir Bâton fleurdelisé. 1899 Les fleurs de lys sont, en blason, les meubles les plus honorables, celles d'or sur azur ont été admises pour les armes de la royauté française. Au point de vue héraldique, la fleur de lys doit plutôt être considérée comme fleur artificielle que comme fleur naturelle ; lorsque la partie inférieure n'est pas apparente, on la dit au pied nourri, c'est-à-dire coupé. Au temps de Louis de Jeune, on nommait la fleur de lys, fleurs de Loys. Le Lys qui représente la fleur des jardins (voir lis) se blasonne comme les autres fleurs, il est ordinairement tigé et feuillé.

Fleurdelisé

Se dit d'une pièce ou d'un meuble des extrémités desquels sortent une fleurdelys ou un fleuron en forme de fleurdelys au pied nourri. On dit contre-fleurdelysé quand la pièce a des fleurdelys de deux côtés et opposées. Une croix, un trescheur ou toute autre pièce peut être fleurdelysée, on dit aussi florencée. Voir Fleuronné.

1660 Se 1780 V. Florencé. 1843 Terminé en fleur-de-lis. 1885 Voir Fleurdelysé 1887 Se dit d'une pièce des extrémités de laquelle semble sortir une fleur-de-lis. 1901 Expression indiquant que les extrémités d'une croix ou de toute autre pièce sont terminées par des fleurs de lis. On dit qu'un écu est fleurdelisé, lorsque le champ est couvert de fleurs-de-lys sans nombre déterminé. 1905 Se dit des croix ou de toute autre pièce dont les extrémités se terminent par une fleur de lis. Se dit encore de l'écu ou d'une pièce semée de fleurs de lis.

Fleurdelys

Voir Fleur-de-lis.

Fleur-de-lys

Voir Fleur-de-lis.

1660 Voir Lys. 1901 C'est la fleur du lis blanc dit royal. Sa forme naturelle a subi quelques modifications en entrant dans l'art héraldique.

Fleurdelysé

Se dit de toutes les pièces dont les extrémités se terminent en fleur de lys.

1660 Qui est bordé ou terminé en fleurs comme une croix, un bâton, un trescheur. Fleuronné pour les fleurs autres que la fleur-de-lys. Les autres mots sont utilisés sans qu'une distinction soit possible. 1864 Voir Florencé. 1885 Se dit d'une pièce dont les extrémités se terminent par des fleurs de lis. 1899 Se dit de toutes les pièces dont les extrémités se terminent en fleur de lys.

Fleur-de-narcisse

Fleur.

Fleur-de-néflier

Fleur en forme d'étoile à cinq feuilles ondoyantes. Voir Quintefeuille.

1887 Fleur en forme d'étoile, à cinq feuilles ondoyantes.

Fleuré

Se dit de toute pièce dont les bords ou pointes sont terminés en fleurs.

1780 Se dit des bandes, bordures, orles, trécheurs et autres pièces dont les bords sont en façon de fleurs ou de trèfles. 1798 Se disent des pièces qui sont terminées en fleurs, ou bordées de fleurs. 1864 Se dit des bandes, bordures, trescheurs et autres pièces dont les bords sont en façons de fleurs. 1872 V. Fleuronné. 1885 Se dit ordinairement des bordures ou des trescheurs dont les bords sont ornés de trèfles ou fleurons. 1899 Se dit de toutes les pièces dont les bords ou pointes sont terminés en fleurs. 1901 Voir Fleuronné. 1905 Se dit des bandes, fasces, trescheurs et autres pièces dont les bords sont terminés par des fleurs. On dit aussi Fleuronné et Fleureté. Quand les fleurs et les fleurons sont opposés ou alternés, la pièce est dite contre-fleuronnée.

Fleuret

Épée fine très légère sans tranchant.

Fleureté

Se dit de pièces qui sont terminées en fleurs, ou bordées de fleurs.

1798 Voir Fleuré. 1905 Synonyme de Fleuré.

Fleurette

Petite fleur.

Fleuri

Se dit des plantes dont la fleur est d'un émail particulier.

1772 Voyez Fleuré. 1780 Se dit des rosiers et autres plantes chargées de fleurs. 1864 Se dit des rosiers et autres plantes chargées de fleurs. 1885 Indique que les arbres ou plantes ont leurs fleurs. 1887 Se dit des plantes dont les fleurs sont d'un autre émail que le feuillage. 1899 Se dit des plantes dont la fleur est d'un émail particulier, et des arbres chargés de fleurs quoique leur figuration naturelle soit de n'en pas avoir. 1901 Attribut des plantes et des arbres dont les boutons sont épanouis. 1905 Se dit des plantes qui sont chargées de fleurs.

Fleuron

Nom des feuilles qui se trouvent placées comme ornements sur le cercle des couronnes.

1899 Nom des feuilles qui se trouvent placées comme ornements sur le cercle des couronnes. 1905 Ornement représentant une feuille ou une fleur.

Fleuroné

Voir Fleuroné.

Fleuronné

Se dit des croix dont les extrémités se terminent en forme de fleurdelis, (parfois de trèfles ou de feuilles d'ache) et des fasces et trécheurs ornés de fleurdelis ou autre fleurons, alternativement debout et renversées. S'emploie quelquefois pour fleuri et fleurdelysé. Peut orner une fasce ou toute autre pièce, ordinairement par l'extérieur de cette pièce. Lorsque les fleurons s'opposent de chaque côté de la pièce on la dit fleuronnée contre-fleuronnée.

1798 Voir Fleuré. 1843 Orné le long de ses côtés de fleurons ou de trèfles. 1872 Se dit de toute bordure affectant la forme d'une fleur. 1885 Voir Fleuré 1887 Se dit des croix dont les extrémités se terminent en forme de fleur-de-lis et des fasces et trêcheurs ornés à l'entour de fleurs-de-lis alternativement debout et renversées. 1901 Se dit des pièces dont les extrémités sont ornées de trèfles ou de fleurons. 1905 Synonyme de Fleuré.

Floc

Petite houppe de laine de soie.

1899 Boucle de ceinture grelée de pierreries. 1905 Petite houppe de laine de soie.

Floquet

Touffe de poils que l'on trouve au bout de la queue de certains animaux ou sur la tête du buffle ou du taureau. Employé anciennement parfois pour les mouchetures d'hermine.

Floré

Voir Fleuronné.

1901 Voir Fleuronné.

Florencé

Se dit d'une fleurdelys très travaillée, dont la pointe est ouverte et les côtés garnis de boutons. Se dit d'une pièce terminée en fleur-de-lis. S'emploie aussi comme fleuronné pour les croix. Parfois synonyme de épanoui.

1772 Il se dit de la croix dont les quatre extrémités se terminent en fleurs-de-lis. 1780 Se dit de la croix sont les extrémités se terminent en fleurs-de-lis. 1798 Il se dit d'une pièce terminée en fleur-de-lis. 1843 Se dit de la fleur-de-lis qui a des boutons entre ses feuilles ; c'est aussi pris souvent comme synonyme de fleurdelisé. 1864 Terminé en fleur de lis comme les branches de certaines croix. 1872 État d'un meuble dont les extrémités se terminent en fleurs de lis. 1885 S'applique à la croix dont les extrémités se terminent en fleur de lis. 1887 Voir Fleuronné. 1899 De même que fleur de lysé : s'emploie aussi pour la fleur de lys dite épanouie. 1901 Attribut d'une fleur de lis garnie de boutons s'élevant entre les pétales. On la nomme lis de Florence, parce qu'elle est l'emblème héraldique de cette ville d'Italie.

Floretté

Voir Florencé.

1901 Voir Florencé.

Flottant

Se dit des navires qui semble flotter sur les ondes. On dit aussi voguant. Se dit aussi du nid de l'alcyon, quand la mer qui le supporte est d'un autre émail. Se dit, chez quelques auteurs, des oiseaux aquatiques et des poissons, mais on dit plutôt nageant dans ce cas.

1772 Qui se dit des vaisseaux et des poissons sur les eaux. 1780 Se dit des vaisseaux et des poissons sur les eaux. 1798 Il se dit des navires et des poissons qui sont sur l'eau. De gueules au navire équipé d'argent, flottant et voguant sur des ondes de même. 1864 Se dit des vaisseaux, et des poissons sur les eaux. 1899 Se dit des vaisseaux, poissons, cygnes et autres oiseaux aquatiques, qui semblent flotter sur des ondes. 1901 Se dit d'un vaisseau et de tout animal aquatique voguant sur une mer ou sur des ondes. 1905 Se dit des navires qui semble flotter sur les ondes. On dit aussi voguant. Se dit aussi du nid de l'alcyon, quand la mer qui le supporte est d'un autre émail. Se dit, chez quelques auteurs, des oiseaux aquatiques et des poissons, mais on dit plutôt nageant dans ce cas.

Flotté

Se dit des rivières dont la surface est ridée.

1899 Se dit des rivières dont la surface est ridée.

Flûte

Instrument de musique à vent et à embouchure.

Flûte traversière

Instrument de musique en bois ou en métal dont l'embouchure est percée sur le côté.

Foi

On appelle ainsi deux mains dextres jointes ensemble et posées en fasce ; on dit que la foi est parée lorsque les poignets sont couverts de bracelets ou d'étoffes d'un émail spécial.

1772 On appelle ainsi, deux mains jointes ensemble pour marque d'alliance, d'amitié et de fidélité: de gueules à la foi d'argent. 1843 Deux mains s'empoignant ou jointes ensemble et posées dans le sens de la fasce. 1864 Sont deux mains jointes comme dans les monnaies romaines. 1872 Deux mains mouvant chacune des flancs de l'écu et se rejoignant en fasce. 1885 Ce sont deux mains jointes posées en fasce. 1887 Nom héraldique qu'on donne à deux mains jointes. 1899 On appelle ainsi deux mains dextres jointes ensemble et posées en fasce ; on dit que la foi est parée lorsque les poignets sont couverts de bracelets ou d'étoffes d'un émail spécial. 1901 Ou Foy. On donne ce nom à deux mains jointes ensemble et posées horizontalement. La Foi parée est celle dont les poignets paraissent couverts d'une étoffe d'émail particulier. 1905 Meuble d'armoiries qui se compose de deux mains jointes ensemble, en signe d'alliance et d'amitié et ordinairement posé en fasce. Foi parée est celle dont les poignets sont couverts d'une étoffe d'un émail particulier.

Foliolé

Qui est composé ou muni de folioles, c'est-à-dire de pétales ou sépales.

1905 Qui est composé ou muni de folioles, c'est-à-dire de pétales ou sépales.

Fondre

Attitude d'un oiseau qui descend en vol vers un meuble, une figure ou au travers de l'écu.

Fonette

Attribut du faucon.

Fontaine

Est représentée telle qu'une fontaine ordinaire. On nomme fontaine jaillissante celle qui a une ou plusieurs chutes d'eau.

1899 Meuble admis en blason ; on dit qu'une fontaine est jaillissante lorsque les gerbes et chutes d'eau sont d'un autre émail que celui de la pièce principale. 1901 Est représentée telle qu'une fontaine ordinaire. On nomme fontaine jaillissante celle qui a une ou plusieurs chutes d'eau.

Fonte

Pour un cavalier: étui pour placer les pistolets.

Forcené

Se dit d'un cheval qui paraît emporté est furieux. Cette figure se rencontre peu dans les armes françaises.

1798 Se dit d'un cheval effaré. 1899 Se dit d'un cheval qui paraît emporté est furieux. Cette figure se rencontre peu dans les armes françaises.

Forces

Grands ciseaux dont les deux branches sont unies par un demi-cercle d'acier et qui servent à tondre les moutons, à couper des étoffes ou des métaux. Ce meuble paraît ordinairement en pal et les pointes vers le chef.

1660 Il y en a de deux façons, les unes servent pour couper les cuirs à bouts carrés et les autres pour tondre les draps à bouts pointus, elles se représentent le taillant en haut. 1780 Il y en a de deux façons ; les unes pour couper les cuirs, et les autres pour tondre les draps ; les premières se terminent en pointe, les secondes sont quarrées par le bout. 1843 Espèce de tenailles ou de ciseaux arrondis. 1872 Instrument dont se servent les tondeurs. 1885 Tenailles. 1887 Ciseaux dont se servent les tondeurs de drap et les tondeurs de moutons. Pour ces derniers les forces ont des bouts carrés, tandis que pour les premiers ils ont des pointes. Ce sont presque exclusivement les forces aux bots carrés qu'on voit dans les armoiries. 1899 Sorte de ciseaux servant à tondre les draps et les animaux ; les lames sont carrées par les bouts ; on les place généralement en pal sur un écu. 1901 Ou Ciseau de tondeurs de moutons et de draps. Ne diffèrent que par la forme et l'usage. Ils sont posés en pal dans l'écu, les lames en l'air. Les forces à coupoir arrondi servent à débiter les cuirs et les toisons ; les forces à coupoir carré sont destinés à tondre les draps et autres tissus de laine. 1905 Grands ciseaux dont les deux branches sont unies par un demi-cercle d'acier et qui servent à tondre les moutons, à couper des étoffes ou des métaux. Ce meuble paraît ordinairement en pal et les pointes vers le chef.

Forcet

Fouet.

Forêt

Ensemble d'arbres.

Forme

Gîte du lièvre dans un sillon au milieu d'un champ ou au pied d'un arbre. Le lièvre ainsi placé est dit en forme.

1901 Gîte du lièvre dans un sillon au milieu d'un champ ou au pied d'un arbre. Le lièvre ainsi placé est dit en forme.

Formé

Une croix formée est une croix étroite au centre et large aux extrémités; c'est ainsi que l'appellent Leigh et Morgan, quoique la plupart des auteurs la nomment patée. Voyez Patée.

1772 Une croix formée est une croix étroite au centre et large aux extrémités; c'est ainsi que l'appellent Leigh et Morgan, quoique la plupart des auteurs la nomment patée. Voyez Patée.

Fort

Ouvrage de fortification.

1679 Seuls, ou garnis. 1905 Ouvrage de fortification.

Forteresse

Lieu fortifié. Voir Fort.

1901 Indique ordinairement une seigneurie. Voir Château.

Fortification

Ouvrage de défense.

Fortin

Petit fort.

Fortune

Figure allégorique.

Foudre

Du genre masculin en langage héraldique. Le foudre est représenté en forme de faisceau de flammes montantes et descendantes, avec quatre dents en sautoirs, dont les branches sont à angles rentrants et saillants. Dans les armes de l'Empire français le foudre, sur lequel l'aigle est perchée, avait la forme d'un tortil posé en fasce, entouré de deux ou trois anneaux sur le milieu.

1887 Du genre masculin en langage héraldique. Le foudre est représenté en forme de faisceau de flammes montantes et descendantes, avec quatre dents en sautoirs, dont les branches sont à angles rentrants et saillants. Dans les armes de l'Empire français le foudre, sur lequel l'aigle est perchée, avait la forme d'un tortil posé en fasce, entouré de deux ou trois anneaux sur le milieu. 1899 Gerbe de flammes montantes et descendantes, dont quelques jets, en ligne vivrée, sont terminés en pointe de dard, le tout mouvant d'un centre formé par un pal, une fasce, une griffe, un lien ou toute autre pièce et meuble. 1905 Meuble d'écu en forme de deux faisceaux de flammes opposés, avec trois ou quatre dards en sautoir.

Foudre ailé

Attribut de Jupiter. On le représente par un faisceau de flammes montantes et descendantes avec quatre dards en sautoir, le tout posé en pal. Le foudre d'argent qu'empiète l'aigle d'or de l'Empire français est posé horizontalement.

1901 Attribut de Jupiter. On le représente par un faisceau de flammes montantes et descendantes avec quatre dards en sautoir, le tout posé en pal. Le foudre d'argent qu'empiète l'aigle d'or de l'Empire français est posé horizontalement. 1905 Le foudre est ailé quand il est muni sur les côtés d'ailes étendues en fasce.

Fouet

De cocher ou de postillon.

Fougasse

Espèce de gâteau particulier au Comtat et ressemblant à une rose d'armoiries.

Fougère

Plante sans fleurs ni graines.

1901 Se présente sous la forme d'une branche.

Fouine

Petit mammifère carnivore au pelage gris-brun, sorte de martre. Habituellement présentée au naturel et placée en fasce.

1899 Animal carnassier : sorte de martre, que l'on rencontre dans plusieurs armoiries. 1901 Mammifère du genre Marte.

Fouleau

Voir Hêtre.

Fouloir

Appareil pour fouler le raisin.

Foulque

Oiseau échassier à plumage sombre, voisin de la poule d'eau, appelé aussi judelle.

Fouquet

Écureuil.

Fourche

Outil agraire ; on rencontre aussi la fourche de brasseur et le trident.

1901 Instrument d'agriculture qu'on voit ordinairement dans les blasons des Pays-Bas et de l'Allemagne.

Fourché

Se dit d'un meuble, ou d'une croix, dont les branches sont terminées par deux pointes formant un angle rentrant. La croix fourchée diffère de la croix enhendée en ce que celle-ci est refendue à trois pointes.

1660 Ou Fourchu. Divisé en deux, se dit de la queue du lion. 1772 Se dit de ce qui est divisé en deux, et particulierement de la queue du lion renversée de cette maniere dans quelques écus. On appelle croix fourchée, celle dont les branches se terminent par trois pointes, qui forment deux angles rentrans. 1798 On appelle croix fourchée, celle dont les branches sont terminées par trois pointes qui font deux angles rentrans. 1872 État de la queue du lion fendue en deux bouts. 1887 Se dit de la queue du lion lorsqu'elle est fendue en deux bouts, ce qui n'est pas essentiel et n'est autre chose, en effet, qu'une manière d'ornementation des anciens peintres héraldistes. Les lions à une seule queue ou à la queue fourchée ont la même valeur, et peuvent être représentés indifféremment de l'une ou de l'autre manière. 1899 Se dit d'un meuble, ou d'une croix, dont les branches sont terminées par deux pointes formant un angle rentrant. La croix fourchée diffère de la croix enhendée en ce que celle-ci est refendue à trois pointes. 1905 Se dit de la croix et du sautoir dont les branches se terminent par deux pointes qui leur donne l'aspect d'une fourche. Se dit aussi de la queue de tout animal, quand elle est divisée en deux parties.

Fourchefière

Voir Trident.

Fourcheté

Se dit de la croix dont les branches sont terminées en fourchettes, comme les petites fourches dont on se servait pour supporter le mousquet.

1772 On appelle croix fourchetée, celle qui a ses branches terminées en ces sortes de fourchettes dont on se servoit pour porter les mousquets. 1887 Se dit d'une croix dont les bras se terminent en fourche. 1899 Se dit de la croix dont les branches sont terminées en fourchettes, comme les petites fourches dont on se servait pour supporter le mousquet. 1901 Attribut d'une croix dont chaque branche est terminée par deux pointes recourbées imitant les fourchettes à soutenir les mousquets.

Fourchette

Ustensile de table à plusieurs dents

Fourchette de fantassin

Instrument dont les soldats se servaient autrefois pour appuyer leur mousquet en tirant.

Fourchon

Pointe de la fourche.

Fourchon de guerre

Fourche du guerrier.

Fourchu

Lorsque la queue du lion est divisée en deux, ou double à son extrémité, on la dit fourchue ; cette forme de la queue est souvent employée comme brisure.

1772 Voir Fourché. 1843 Divisé en deux, se dit de la queue d'un animal quand elle est double à son extrémité. 1885 Se dit de la queue du lion quand elle est double. 1899 Lorsque la queue du lion est divisée en deux, on double à son extrémité, on la dit fourchue ; cette forme de la queue est souvent employée comme brisure. 1901 Se dit de la queue du lion divisée en deux parties, ainsi que de la croix alésée dont chaque branche est terminée par trois pointes.

Fourmi

La fourmi est représentée posée verticalement. Quand elle paraît passante, on doit le spécifier.

1660 Animal insecte. 1899 Ce petit insecte figure dans quelques armoiries ayant sa forme naturelle. 1901 La fourmi est représentée posée verticalement. Quand elle paraît passante, on doit le spécifier.

Fournier

Oiseau d'Amérique du Sud, voisin des passereaux.

Fourré

Se dit de la garniture intérieure d'un casque ou d'un vêtement dont on voit apparaître l'émail sur le bord intérieur.

Fourrure

Les fourrures sont admises très honorablement en armoiries, elles prennent quelquefois le nom de pannes et sont au nombre de deux ; l'hermine et le vair.

1660 Panne ou peau velue et figurée. Il y en a de deux sortes en armoiries, l'hermines et le vair, chacune d'un métal, l'argent, et d'une couleur, sable pour l'hermines et l'azur pour le vair. Voir Vair. 1798 Fourrure, signifie un fond de fourrure qui est ou d'hermine ou de vair. En Blason on ne met point fourrure sur fourrure. 1843 Émail composé d'un métal et d'une couleur ; il y a deux fourrures, l'hermine et le vair. 1872 Hermine ou vair. 1885 Émaux des armoiries. 1887 Dans quelques armoiries, spécialement allemandes, on trouve des pièces héraldiques ou des objets de fourrures qui ne sont pas des fourrures héraldiques (hermine et vair), mais qui ont la forme naturelle. Dans ce cas, il faut en spécifier la couleur. 1899 Les fourrures sont admises très honorablement en armoiries, elles prennent quelquefois le nom de pannes et sont au nombre de deux ; l'hermine et le vair ; il en est parlé spécialement à l'article de chacun de ces noms. 1901 On donne ce nom à l'hermine et au vair.

Fouteau

Grand arbre croissant dans les forêts. On l'appelle ordinairement Hêtre. Voir Aulne.

Foy

Voir Foi.

1780 Sont deux mains jointes en ligne d'alliance ; on la met ordinairement an fasce, quelquefois en bande. 1901 Voir Foi.

Foyard

Voir Hêtre.

Foyne

Animal rencontré en armes.

1679 Animal rencontré en armes.

Fraise

Meuble de l'écu représentant ce fruit.

1899 Meuble de l'écu représentant ce fruit.

Fraisé

Plissé en forme de fraise.

1905 Plissé en forme de fraise.

Fraisier

Plante rampante vivace.

Fraisse

Frêne.

Framboise

Fruit du framboisier.

Framboisier

Arbrisseau cultivé voisin de la ronce.

Franc-canton

Le franc-canton à l'importance de l'espace laissé libre entre les bras de la croix, il est donc plus grand que le canton et moins grand que le franc-quartier ; il reçoit l'épithète de franc, parce qu'il figure seul de son espèce sur un écu. Il s'emploie comme brisure, et se place à l'angle dextre du chef ; s'il est placé autrement on doit le spécifier en le blasonnant.

1843 Voir Franc-quartier. 1899 Le franc-canton à l'importance de l'espace laissé libre entre les bras de la croix, il est donc plus grand que le canton et moins grand que le franc-quartier ; il reçoit l'épithète de franc, parce qu'il figure seul de son espèce sur un écu. Il s'emploie comme brisure, et se place à l'angle dextre du chef ; s'il est placé autrement on doit le spécifier en le blasonnant. 1901 On donne actuellement ce nom à une pièce carrée à dextre, en chef de l'écu. Elle a la moitié du canton ou quartier du bouclier. Nous croyons que le franc-canton est simplement le quartier ancien dont les dimensions ont été réduites pour le placement de certaines figures dans le champ. Le terme franc-canton n'existe pas dans les auteurs du moyen-âge. 1905 Pièce héraldique qui est un canton occupant la cinquième partie de l'écu et qui se place toujours à dextre.

France

Voir Chef de France et Semé de France.

1887 Voir Chef de France et Semé de France.

France (de)

L'expression France désigne toute composition d'azur à trois fleurdelys d'or posées 2 et 1 pour le France moderne et semé de fleurdelys d'or pour le France ancien.

Francisque

Hache à deux tranchants

Francolin

Oiseau gallinacé, voisin de la perdrix.

Francoulis

Francourlis : ancien nom du grand courlis.

1905 Francourlis : ancien nom du grand courlis.

Franc-quartier

Le franc-quartier est placé comme le franc-canton, son émail doit être autre que celui du champ, et il peut être employé comme brisure. Il occupe pour certains le quart de l'écu, pour d'autres est moins grand qu'un vrai quartier d'écartelage, enfin d'autres lui donnent une dimension bien précise: en largeur de trois parties des sept de l'écu et en hauteur trois parties et demi.

1660 Ou canton d'honneur. C'est le premier quartier de l'écu ou le canton dextre de l'écu du côté du chef, un peu moindre qu'un vrai quartier d'écartelage. L'on se sert de ces termes lorsque l'on met sur ce quartier quelques armes autres que celle qui sont au reste de l'écu sans écartelage, on l'appelle autrement Levure de quartier. Il sert comme le canton de brisure dans un écu, rempli ou chargé des avantageuses alliances des familles. 1772 Le premier quartier de l'écu, qui est à la droite du côte du chef, ou l'on a coûtume de mettre quelques autres armes que celles du reste de l'écu. Il est un peu moindre qu'un vrai quartier d'écartelage. 1780 C'est le premier quartier de l'écu. 1798 On nomme ainsi le premier quartier de l'écu qui est à la droite du côté du chef, et qui est moins grand qu'un vrai quartier d'écartelage, et d'un émail différent du reste de l'écu. D'azur à deux mains d'or, au franc-quartier échiqueté d'argent et d'azur. 1843 C'est le premier quartier de l'écu ou le canton dextre du chef ; sa surface est un peu moindre que celle d'une écartelure. 1872 Carré occupant le quart de l'écu mis à l'angle supérieur dextre. 1885 Il occupe un peu moins du quart de l'écu, et se place à l'angle supérieur à dextre. Souvent il sert de brisure. 1887 Pièce carrée qui occupe l'un des angles supérieurs de l'écu, généralement celui à dextre et qui a trois parties de largeur et trois parties et demie de hauteur, des sept parties de la largeur de l'écu. Presque sans exception le franc-quartier est chargé d'une ou plusieurs figures. 1899 Le franc-quartier est placé comme le franc-canton, il occupe le quart de l'écu, son émail doit être autre que celui du champ, et il peut être employé comme brisure. 1901 Est synonyme de quartier. On ne sait pour quel motif les auteurs modernes ont créé des termes nouveaux et compliqué la science héraldique. 1904 Espace carré uni situé à dextre en chef (ou sous le chef). 1905 Pièce héraldique honorable, occupant le quart de l'écu, et qui a la forme d'un carré parfait. Le franc quartier diminué de largeur prend le nom de franc-canton.

Frange

En termes de Blason, il se dit des gonfanons qui ont des franges d'un autre émail. D'or au gonfanon de gueules, frangé de sinople.

Frangé

Se dit des gonfanons qui ont des franges dont il faut spécifier l'émail.

1772 Se dit des gonfanons qui ont des franges, dont on doit spécifier l'émail. 1780 Se dit des gonfanons qui ont des franges, dont il faut spécifier l'émail. 1798 Se dit des gonfanons qui ont des franges d'un autre émail. D'or au gonfanon de gueules, frangé de sinople. 1864 Se dit des gonfanons qui ont des franges dont il faut spécifier l'émail. 1885 Gonfanons qui ont des franges dont il faut spécifier l'émail. 1899 Se dit du gonfanon, des bannières, etc ..., qui sont représentés avec des franges dont on doit toujours spécifier l'émail. 1901 Attribut du gonfanon et de la bannière, qui ont des franges d'émail différent.

Frégate

Bâtiment de guerre moins lourd et plus rapide que le vaisseau. Equipée lorsqu'elle montre ses voiles.

Frelon

Grosse guêpe dont la piqûre est très douloureuse.

Frêne

Arbre à bois clair.

1679 (Fresne) Arbre que l'on trouve en armes. 1901 Arbre bien connu.

Frêne arraché

Frêne avec les racines apparentes.

Fresgon

Petit houx.

Fresne

Voir Frêne.

1679 Voir Frêne.

Frétillet

Arbre ou buisson.

Frette

Meuble d'armoiries fait de six cotices entravaillées, c'est-à-dire entrelacées, moitié dans le sens de la bande, moitié dans le sens de la barre.

1679 Est cotice & recotice l'un contre ou à l'opposite de l'autre, toutesfois un peu plus estroitte. 1843 Treillage formé de quatre bâtons entrelacés, posés deux en bande et deux en barre. 1864 Se dit de l'écu ou d'une pièce, couverte de bâtons croisés en sautoir, qui laissent des espaces vides en forme de losanges. 1885 Meuble fait de quatre petits bâtons entrelacés, deux en bande et deux en barre. 1887 Ce meuble que l'on ne rencontre guères que dans les armoiries anglaises, est formé d'une bande et d'une barre, en sautoir, passées dans une grande mâcle posée au centre de l'écu, toutes ces pièces de moindre largeur que d'ordinaire. 1901 Sorte de treillis composé pour certains savants de flèches. 1905 Meuble d'armoiries fait de six cotices entravaillées, c'est-à-dire entrelacées, moitié dans le sens de la bande, moitié dans le sens de la barre.

Fretté

Se dit de l'écu et des pièces dont la surface est chargée de frettes.

1660 C'est tout autant que qui dirait coticé et recoticé quand des cotices au nombre de six sont mises en bande et en barre, et qu'elles sont rompues, brisées et traversées par d'autres qui turent à l'opposite. 1780 Se dit de l'écu et des pièces principales couvertes de bâtons croisés en sautoirs, qui laissent des espaces vuides et égaux en forme de losanges. 1798 Il se dit des pièces couvertes de bâtons en sautoirs, qui forment des lozanges. 1843 Divisé en frettes ; l'écu fretté se compose ordinairement de six pièces ou bâtons entrelacés. 1864 Est le comble d'un toit qui se fait le plus souvent de perches croisées et entrelacées. Cette figure est souvent employée en blason. 1872 État de l'écu couvert de bandes et de barres croisées en sautoir laissant des espaces vides et égaux en forme de losanges. 1885 Se dit de l'écu et des pièces principales, couverts de bâtons croisés en sautoir, laissant entre eux des espaces en forme de losanges. 1887 Le fretté se compose de trois bandes et de trois barres passantes les unes au-dessus et au-dessous des autres en forme de treillage, de manière à laisser des espaces vides qu'on appelle clairevoies. Des pièces longues, par ex. des lances, peuvent également être frettées, c'est-à-dire entrelacées à la manière d'un fretté. 1899 Le fretté est un composé de cotices entrelacées, mises en diagonale, ordinairement par trois, en bande et en barre. Le fretté est presque toujours de six pièces, mais, s'il n'en a quelquefois que quatre, il ne doit jamais en avoir plus de huit ; composé de deux cotices il prend le nom de treillisé. On donne quelquefois le nom de frête, ou frette, à un meuble fait de quatre petits bâtons entrelacés, mis deux en bande et deux en barre ; ce meuble se rencontre rarement dans les armoiries françaises. 1901 Ce terme s'applique à un écu couvert de perches ou lattes posées diagonalement. C'est la figure d'un cloisonné dont les claire-voies sont en forme de losanges. 1905 Se dit de l'écu et des pièces dont la surface est chargée de frettes.

Frézé

Paré.

1905 Voir Fraisé.

Friquet

Moineau des campagnes de la plus petite espèce.

Froc

Partie de l'habit monacal qui recouvre la tête et tombe sur l'estomac et les épaules. Vêtement de moine en général.

1905 Partie de l'habit monacal qui recouvre la tête et tombe sur l'estomac et les épaules. Vêtement de moine en général.

Froment

Blé tendre.

1679 Semence que l'on trouve en armes.

Fronde

Pièce de cuir maintenue par un ou deux lacets qui servait à lancer des pierres et plus tard des grenades.

1901 Instrument léger formé d'une petite bande de cuir, à laquelle sont attachées deux cordes, chacune d'un côté.

Frontal

Ou têtière. Bandeau qu'on met sur le front.

1905 Pièce de renfort placée au droit du front de l'armet, au-dessus de la vue.

Frontispice

Face principale d'un grand bâtiment.

Froqué

Revêtu d'un froc.

1905 Revêtu d'un froc.

Fruit

Organe contenant des graines. Se présentent la pointe en bas. S'ils pendent à une branche, on les dit soutenus. Ils peuvent être versés (ou renversés) et feuillés, de différents émaux ou au naturel.

1660 Fruits et légumes, poire, fraise, pommes, melon, banane, etc. 1899 Tous les fruits sont admis en armoiries, on doit indiquer s'ils sont feuillés au naturel, ou renversés ; s'ils pendent à une branche, on les dit soutenus.

Fruité

Se dit d'un arbre chargé de fruits d'autre émail que l'arbre.

1772 Se dit d'un arbre chargé de fruits. 1780 Se dit d'un d'arbre chargé de fruits. 1798 Il se dit des arbres chargés de fruits d'un émail différent. D'argent à l'oranger de sinople fruité d'or. 1843 Se dit d'un arbre chargé de fruits d'un autre émail que le sien. 1864 Se dit d'un arbre chargé de fruits. 1885 Arbre chargé de fruits. 1887 Se dit d'un arbre chargé de fruits d'un autre émail que le feuillage. 1899 Se dit des arbres représentés avec leurs fruits, dont on énonce l'émail lorsqu'il est particulier. 1901 Terme indiquant qu'un arbre est chargé de fruits. 1904 Se dit d'un arbre chargé de fruits d'autre émail que l'arbre.

Fuie

Petit colombier.

Fumée

Petit tourbillon de forme nuageuse et en volutes qui paraît sortir d'un foyer ; son émail doit toujours différer de celui du meuble duquel il s'échappe.

1899 Petit tourbillon de forme nuageuse et en volutes qui paraît sortir d'un foyer ; son émail doit toujours différer de celui du meuble duquel il s'échappe.

Furet

Putois albinos. Dessiné et coloré soit au naturel, soit émaillé. Voir Fouine.

1899 Les services rendus à la chasse par ce petit animal sont sans doute la raison pour laquelle il a été admis comme meuble dans les armoiries, où il se voit figuré soit au naturel, soit émaillé. 1901 Animal domestique originaire des climats chauds. On se sert du furet pour la chasse au lapin sauvage. Il s'apprivoise aisément.

Furieux

Se dit du taureau quand il est levé sur ses pieds de derrière. Synonyme de Effarouché.

1660 Qui est en furie, passion qui ne se rencontre pas seulement aux animaux comme aux lions auxquels elle est familière et indomptée, ainsi qu'elle est implacable aux serpents, mais encore aux hommes qui transportés de leur fureur et colère, s'abandonnent à leur passion, laquelle ne pouvant exécuter dans leurs excès, sont souvent comme le crocodile, ils l'exercent contre eux-mêmes. On use de ce mot pour exprimer l'action rampante du boeuf et du taureau. 1772 Qui se dit d'un taureau élevé sur ses piés. 1780 D'un taureau élevé sur ses pieds. 1798 Se dit d'un taureau élevé sur ses pieds. D'azur au taureau furieux et levé en pieds d'or. 1843 Le taureau qui se cabre ou se dresse sur ses pattes de derrière, se blasonne furieux. 1864 Se dit d'un taureau élevé sur ses pieds. 1885 Se dit du taureau levé sur les pieds de derrière. 1887 Terme pour le taureau et la licorne, dressés sur leurs pieds. On peut tout aussi bien dire rampant. 1899 Se dit du taureau levé sur ses pieds de derrière. 1901 Attribut du taureau levé sur les pieds de derrière. 1905 Se dit du taureau quand il est levé sur ses pieds de derrière. Synonyme de Effarouché.

Fuseau

Pièce longue, arrondie, effilée aux deux bouts et renflée au milieu, qui figure le fuseau à filer.

1899 Meuble représentant le fuseau des fileuses, se place généralement en pal. 1901 Petit instrument de bois, pointu par un bout, arrondi par l'autre, avec lequel les femmes filent à la quenouille. Il est représenté en position verticale. 1905 Pièce longue, arrondie, effilée aux deux bouts et renflée au milieu, qui figure le fuseau à filer.

Fusée

Meuble de l'écu représenté plein, en forme de losange allongée ; les côtés paraissent quelquefois un peu arrondis ; les losanges se mettent isolées, tandis que les fusées sont presque toujours accolées.

1660 Les fusées en armoiries prennent leur domination des fuseaux dont les femmes se servent à filer, elles sont longues et pointues haut et bas, drosses par le milieu ou elles sont un peu arrondies. Les écus des femmes sont aussi en fuseaux et approchent de la losange. L'on en met avec un nombre arrêté, que l'on spécifie soit en fasce soit en bande, et en l'une et l'autre de ces assiettes, elles sont toujours côtes à côtes, c'est-à-dire flanc contre flanc. 1679 Sont pointues par haut & par bas, & grosses par le milieu. 1772 Qui dénote une figure rhomboïde, plus alongée que la losange; ses angles supérieurs et inférieurs sont plus aigus que ceux du milieu. On regarde la fusée comme la marque de la droiture et de l'équité. Quelques-uns veulent cependant que les fusées en Blason soient des marques de flétrissure pour ceux qui les portens. Ils en donnent pour raison qu'après que les croisades eurent été publiées, nos rois condamnerent les gentilhommes qui se dispenserent d'aller à la guerre contre les infideles, à changer leurs armes, et à charger leurs écus de fusées, comme reconnoissant qu'ils méritoient d'être mis au nombre des femmes. 1780 Est une figure qui représente une losange allongée. 1843 Losange allongée, qui se rapproche de la forme du fuseau. 1864 Pièce du blason qui se représente par des losanges allongés. 1872 Losange en forme de fuseau. 1887 Losange allongée et effilée. 1899 Meuble de l'écu représenté plein, en forme de losange allongée ; les côtés paraissent quelquefois un peu arrondis ; les losanges se mettent isolées, tandis que les fusées sont presque toujours accolées. 1901 D'après plusieurs auteurs, elle dérive du fuseau à filer employé par les femmes. La fusée est représentée en forme de losange très allongée, posée verticalement dans l'écu. 1905 Meuble qui a la forme d'un losange allongé.

Fusée d'artifice

Fusée pyrotechnique

1905 Pièce d'artifice qui brûle en fusant.

Fuselé

Se dit du champ d'un écu lorsqu'il est rempli de fusées sans nombre, alternativement de métal et de couleur ; les bandes, barres, fasces, etc..., composées de fusées, dont le nombre est le plus souvent déterminé, se disent fuselées de... tant de pièces.

1660 Ou Fizelé. Division de l'écu en forme de fusées. 1780 Se dit d'une pièce chargée de fusées. 1798 Il se dit aussi d'un écu chargé de fusées. Fuselé d'or et de sinople. 1843 Divisé en fusées de deux émaux alternés comme dans le losangé. 1864 Se dit d'une pièce chargée de fusées. 1872 Écu chargé de fusées. 1885 Chargé de fusées. 1887 Se dit lorsque l'écu ou une pièce est entièrement couverte de fusées entre lesquelles il ne reste pas d'espace. D'ordinaire la direction du fuselé est verticale, mais il y a des fuselés en bande et en barre. 1899 Se dit du champ d'un écu lorsqu'il est rempli de fusées sans nombre, alternativement de métal et de couleur ; les bandes, barres, fasces, etc ..., composées de fusées, dont le nombre est le plus souvent déterminé, se disent fuselées de... tant de pièces. 1901 On donne ce nom à un écu couvert de fusées, à émaux alternés. Il est formé de traits diagonaux qui s'entrecroisent. 1905 Se dit de l'écu et des pièces honorables, quand leur surface est couverte de fusées de deux émaux alternés.

Fusil

Arme à feu, avec briquet et ressort ; lorsque ce meuble figure sur un écu ayant un rouet et une fourchette on le nomme mousquet. Désigne à l'origine un instrument d'acier avec lequel on frappe un silex pour en tirer du feu. Représenté parfois avec du feu sortant de dessous. Il désigne aussi la couleuvrine à main qui se transforma petit à petit en fusil à pierre puis à percussion qu'on rencontre en blason. Désigne encore une toison.

1887 Voir Toison. 1899 Arme à feu, avec briquet et ressort ; lorsque ce meuble figure sur un écu ayant un rouet et une fourchette on le nomme mousquet. 1901 Il a pour origine la couleuvrine à main, en usage dès la fin du XIVe siècle. On appela d'abord les fusils sclopos, d'où plus tard sclopette et escopette, à l'étranger muschite, qui a formé le mot mousquet. Ce fut au commencement de ce siècle que le fusil à percussion remplaça le fusil à pierre.

Fusil (ou Briquet)

Instrument formé d'une petite pièce d'acier dont on frappe un silex pour en tirer du feu ou des étincelles.

1901 Instrument formé d'une petite pièce d'acier dont on frappe un silex pour en tirer du feu ou des étincelles.

Fusil à effiler

Instrument pour aiguiser les lames.

Fusté

Voit Fûté.

1780 Voit Fûté. 1798 Voir Fûté.

Futé

Voir Fûté.

1798 Voir Fûté.

Fûté

Se dit des armes de trait ou d'hast, quand elles sont figurées avec le fût ou la hampe d'un émail différent de celui du fer. Se dit aussi des arbres donc le tronc est d'un émail particulier, et dans ce cas est synonyme de tigé.

1660 Indique l'émail du tronc d'un arbre. 1772 Qui se dit d'un arbre dont le tronc est de différente couleur; et d'une lance ou pique, dont le bois est d'autre émail que le fer. Voyez Email. 1780 D'un arbre dont le tronc est de différente couleur, et d'une lance ou pique dont le bois est d'autre émail que le fer. 1798 Il se dit d'une javeline ou autre arme, dont le fer et le bois sont de deux émaux différens. D'or à trois javelines de gueules, futées de sable. 1843 Se dit d'une flèche, d'une lance, dont le manche est d'un autre émail que le fer ; on appelle aussi fûté un arbre dont l'émail du tronc diffère de celui des feuilles, comme un arbre : de sinople fûté d'argent ; mais il vaut mieux retourner la phrase et dire : d'argent, ombragé de sinople, car le tronc est le principal, et les feuilles ne sont que l'accessoire. 1864 Se dit d'une pique dont le bois et le fer sont d'émaux différents. 1872 Se dit d'un arbre dont le tronc est de couleur différente. 1885 S'emploie pour indiquer une lance dont le bois est différent du fer, ou un arbre dont le tronc n'est pas de même émail que le feuillage. 1887 Indique l'émail du fût d'un arbre ou du bois d'une flèche. 1899 Se dit d'une flèche, d'une lance, de tout meuble, dont le manche est d'un émail autre que celui du fer, et aussi d'un arbre dont le tronc est d'un émail différent de celui des feuilles. 1901 Terme indiquant que le bois d'une lance ou que le tronc d'un arbre est d'un émail particulier. 1905 Se dit des armes de trait ou d'hast, quand elles sont figurées avec le fût ou la hampe d'un émail différent de celui du fer. Se dit aussi des arbres donc le tronc est d'un émail particulier, et dans ce cas est synonyme de tigé.