Glossaire, dictionnaire héraldique: évolution de 1660 à 1905

A quel livre, traité ou dictionnaire, correspond chaque date ?
A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Tabac

Plante annuelle ou vivace.

1901 Plante de l'Amérique du Sud.

Table d'attente

Non donné à l'écu d'une seule couleur et sur lequel aucune figure n'est représentée. On dit aussi Table rase.

1660 Ce sont écus d'un seul émail sans être remplis ni chargés d'aucune figure. 1772 Se dit des écus ou des écussons qui ne contiennent que la simple couleur du champ, et qui ne sont chargés d'aucune piece, figure, meuble, etc. On les appelle tables d'attente, ou tables rases. 1843 Écu qui n'est chargé d'aucun émail, d'aucune figure, et semble attendre des armoiries. 1885 On nomme ainsi un écu d'un seul émail qui n'est chargé d'aucune figure. 1899 On nomme ainsi un écu qui n'est chargé d'aucune pièce ni meuble, et qui semble préparé pour recevoir l'émail du champ et les figures des armes d'une famille, par suite d'une alliance ou d'une concession. 1905 Non donné à l'écu d'une seule couleur et sur lequel aucune figure n'est représentée. On dit aussi Table rase.

Table de diamant

Diamant en table, un diamant taillé de manière que la surface en est plate.

Tables de la loi

Table se dit aussi d'une lame ou plaque de cuivre, d'airain, d'argent ou d'autre métal, d'un morceau de pierre ou de marbre plat et uni, sur quoi on peut écrire, graver, peindre, etc. On dit dans ce sens: Les Tables de la Loi, ou les Tables de Moïse.

Tablette

Figure carrée posée sur un côté, contrairement au carreau posé sur un angle. Très peu utilisée, peut-être très anciennement.

Tacheté

Se dit de même que marqueté du corps, et non des ailes, des insectes qui paraissent chargés de mouchetures, ou de marques.

1660 Et coloré, se dit de la salamandre. 1885 Se dit de la Salamandre. 1899 Se dit de même que marqueté du corps, et non des ailes, des insectes qui paraissent chargés de mouchetures, ou de marques.

Taf

Voir Tau.

1872 (ou Tau) Pièce ressemblant à un T, on la nomme aussi béquille de saint Antoine. 1887 Voir Béquille de Saint-Antoine. 1899 Nom donné quelquefois à la croix de Saint-Antoine, mais cette croix ayant la forme d'un T est plus généralement appelé Tau.

Taillé

Se dit de l'écu divisé en deux parties égales par une ligne diagonale allant de l'angle senestre du chef à l'angle dextre de la pointe.

1660 Qui est l'un des quatre coups qui part de la main des combattants, se dit quand l'écu est divisé en barre, tirant du côté senestre au dextre. 1780 Se dit de l'écu divisé diagonalement de gauche à droit, en deux parties égales. 1798 Se dit d'un écu, lorsqu'il est partagé en deux parties égales, par une ligne tirée de la gauche du chef à la droite de la pointe. Il porte taillé d'argent et de gueules. 1843 Divisé en deux parties égales par une ligne diagonale dans le sens de la bande. 1864 Se dit de l'écu divisé diagonalement de gauche à droite en deux parties égales. 1885 Est une partition de l'écu faite au moyen d'une ligne diagonale de gauche à droite. 1887 Partition de l'écu au moyen d'une ligne diagonale, tirée de senestre à dextre. 1899 Se dit de l'écu divisé en deux parties par une ligne diagonale, allant de l'angle sénestre du chef à l'angle dextre de la pointe ; en blasonnant, on énonce d'abord l'émail de la partition en chef et à dextre. 1901 Partition de l'écu obtenue au moyen d'une ligne diagonale tirée de l'angle senestre en chef à l'angle dextre en pointe. 1905 Se dit de l'écu divisé en deux parties égales par une ligne diagonale allant de l'angle senestre du chef à l'angle dextre de la pointe.

Taillé-tranché

Quand au milieu de la taille il y a une tranche.

1660 Quand au milieu de la taille il y a une tranche.

Taisson

Ce petit animal, sorte de blaireau, se représente passant ; il est peu usité dans les armes françaises.

1899 Ce petit animal, sorte de blaireau, se représente passant ; il est peu usité dans les armes françaises. 1901 Variété du blaireau. Il paraît passant et de profil.

Talame

Livre.

Talbot

Dogue.

1901 Chien à queue retroussée.

Tamaris

Arbre que l'on trouve en armes.

1679 Arbre que l'on trouve en armes.

Tambour

Caisse cylindrique dont les fonds sont formés de peaux tendues.

Tambourin

Tambour provençal à deux peaux, à fût long et étroit.

Tanche

Poisson trapu et ovale.

1901 Poisson de couleur vert foncé doré. La Tanche est représentée posée en pal vue de dos.

Tanné

Email de même couleur que l'orangé ; usité principalement dans les armoiries anglaises et allemandes.

1899 Email de même couleur que l'orangé ; usité principalement dans les armoiries anglaises et allemandes.

Tanno

Autre nom donné à l'orangé. Voir Émail.

1885 Synonyme de Orangé.

Tanshière

Fer de faux.

Taon

Grosse mouche.

Tarain

Oiseau.

Taré

Lorsqu'il est nécessaire d'indiquer la position du heaume figuré au-dessus d'un écu, on dit le heaume taré de front, de trois quarts ou de profil, suivant l'allure donnée à cette pièce.

1660 Ou tourner, tarrer le heaume ou timbre de front, ou de côté en profil. Voir Heaume et Timbre. 1772 Ce verbe signifie donner un certain tour au heaume ou timbre de l'écu. On dit tarrer de front, de côté ou de profil. Ce terme employé pour les casques, vient de leurs grilles qui étoient autrefois représentées à la manière des tarots de cartes. 1780 (Tarrer) Veut dire tourner le heaume ou casque. On dit tarré de front, tarré de profil. 1798 Taré se dit de la position du heaume ou timbre de l'écu. Taré de front. Taré de côté ou de profil. 1843 Posé, se dit du casque placé sur l'écu. 1872 Synonyme de placé. 1885 Se dit du casque posé sur l'écu. 1887 Synonyme du mot posé ou placé, lorsqu'il s'agit d'un casque, par ex. taré de front, taré de profil, taré de trois-quarts. 1899 Lorsqu'il est nécessaire d'indiquer la position du heaume figuré au-dessus d'un écu, on dit le heaume taré de front, de trois quarts ou de profil, suivant l'allure donnée à cette pièce. 1901 Synonyme du mot posé ou placé, lorsqu'il s'agit d'un casque sur un écu. On le dit alors taré de front, taré de profil, taré de trois quarts.

Targe

Arme défensive comme le bouclier ; sa forme a quelquefois été employée comme celle de l'écu dans les armes des Pays-Bas.

1899 Arme défensive comme le bouclier ; sa forme a quelquefois été employée comme celle de l'écu dans les armes des Pays-Bas.

Targé

Armé d'un bouclier.

Targue

Voir Targe.

Tarière de charpentier

Outil de fer, dont les Charpentiers, les Charrons, les Menuisiers se servent pour faire des trous ronds dans une pièce de bois.

Tarin

Oiseau passereau à plumage jaune verdâtre rayé de noir.

Tarré

Voir Taré.

1798 Voir Taré.

Tassette

Ce meuble, employé quelquefois sur un écu, est la pièce de l'armure qui garnit le bas et le défaut de la cuirasse.

1899 Ce meuble, employé quelquefois sur un écu, est la pièce de l'armure qui garnit le bas et le défaut de la cuirasse.

Tasson

Voir Taisson.

1901 Voir Taisson.

Tau

Figure héraldique appelée aussi Croix de Saint-Antoine et Taf.

1660 Ou T. Il y a une espèce de croix de cette forme que l'on appelle autrement potencée. Voir Croix potencée. 1772 C'est la figure d'un T qui est une espece de croix potencée, dont on a retranché la partie qui est au-dessus de la traverse. Cette espece de croix se trouve dans les blasons des commandeurs de l'ordre de saint Antoine; les évêques et les abbés du rit grec la portent encore à présent de cette manière, et quand on l'a mise sur l'habit de saint Antoine, c'étoit pour montrer seulement qu'il étoit abbé. 1798 Croix dont on a retranché la partie qui est au-dessus de la traverse; elle se trouve dans plusieurs armoiries. 1843 Figure qui ressemble à un T dont les trois extrémités s'évasent. 1872 V. Taf. 1887 Voir Taf. 1899 Meuble en forme de T, appelé quelquefois taf ; c'est une croix pattée qui n'a que trois branches, celles en traverse et celle du bas ; on la nomme tantôt croix, tantôt béquille de Saint-Antoine. 1901 Espèce de potence ayant la forme du T majuscule. 1905 Figure héraldique appelée aussi Croix de Saint-Antoine et Taf.

Taupe

Mammifère aux pattes antérieures larges et robustes.

1901 Animal carnassier et insectivore.

Taureau

Cet animal est généralement figuré passant ; il se dit effarouché, quand il paraît élevé sur ses pattes de derrière et la queue retroussée sur le dos ; il est toujours vilené. Il peut être aussi bouclé, ailé, accorné, ancorné, etc...

1660 Entre le taureau et le boeuf de blason, il n'y a point de différence. Le taureau se représente le museau gros et court, et un floquet de poil entre les cornes, là où la vache a le museau plus long et sans floquet. 1679 Combien qu'entre Beufle et Taureau y a peu de difference en armoiries, ne faut laisser d'y prendre garde, comme aussi du Boeuf. 1887 Il porte la queue levée au-dessus du dos. Lorsqu'il est rampant, on le dit furieux. 1899 Cet animal est généralement figuré passant ; il se dit effarouché, quand il paraît élevé sur ses pattes de derrière et la queue retroussée sur le dos ; il est toujours vilené. 1901 Animal qui paraît furieux dans l'écu, c'est-à-dire levé sur ses pieds de derrière ou rampant ; il est de profil, a sa queue retroussée sur le dos, le bout tourné à sénestre. Les héraldistes ont donné l'épithète de furieux au taureau ordinaire. Cette attitude est contraire aux moeurs du taureau domestique et convient naturellement au taureau sauvage ou Aurochs. Voir ce mot.

Tauzin

Chêne à feuilles cotonneuses.

Tavelé

Synonyme de moucheté.

1660 Voir Moucheté. 1843 Moucheté. 1885 Synonyme de moucheté.

Teigne

Petit papillon appelé aussi mite.

Teinté

Peut indiquer un émail qui colore partiellement un meuble ou une figure. Souvent teinté de gueules (de sang).

Temple

Édifice religieux.

Tenaille

Instrument de fer qui sert à tenir, ou à arracher quelque chose.

Tenant

Qualifie un dextrochère, un ange, un lion, etc., qui semble tenir quelque chose.

1901 Qualifie un dextrochère, un ange, un lion, etc., qui semble tenir quelque chose.

Tenants

En armoiries, le tenant est représenté par une figure humaine armée, parée, habillée ou nue, ayant une main appuyée sur l'écu ou paraissant le tenir ; il peut être au naturel ou émaillé aux couleurs héraldiques ; il peut porter un fanion, une arme ou toute autre pièce.

1660 Voir Support. Sont les figures humaines, qui avec leurs mains peuvent tenir l'écu, alors que les Supports sont des animaux et ne peuvent que supporter l'écu. 1772 Ce mot se dit de ce qui soutient les écus ou les armoiries, et est le plus souvent synonyme avec support. La différence que quelques-uns y mettent, c'est de dire que les tenans sont seuls, et que les supports sont doubles, et mis des deux côtés de l'écu; ou bien les supports sont des figures d'animaux, et les tenans des figures humaines. Il y en a de plusieurs figures, de même que les supports, comme les anges, les pucelles, les religieux, les sauvages, les mores, les lions, les léopards, licornes, aigles, griffons, etc. Les armes de Naples, par exemple, sont d'azur semé de fleurs-de-lis d'or au lambel de gueule en chef, et il a pour tenans deux syrenes ou femmes marines au naturel. Les premiers tenans ont été des troncs ou des branches d'arbres, auxquels les écussons étoient attachés avec des courroies et des boucles. Depuis on a représenté les chevaliers tenans eux-mêmes leur écu attaché à leur cou, ou sur lequel ils s'appuyoient, comme on voit Philippe de Valois sur les deniers d'or battus en 1336. L'origine de ces tenans vient de ce que dans les anciens tournois les chevaliers faisoient porter leur écu par des valets déguisés en ours, lions, monstres, etc. par des mores, des sauvages ou des dieux fabuleux de l'antiquité, lesquels tenoient aussi, et gardoient les écus que les chevaliers étoient obligés d'employer pendant quelque-tems, pour ouvrir les pas d'armes, afin que ceux qui les vouloient combattre les allassent toucher. Il y a eu aussi des tenans qui ont été tirés des corps des devises et des animaux du blason, comme le porc-épic de Louis XII. la salamandre de François I. etc. 1780 Se dit des figures humaines ou d'anges, qui soutiennent de chaque côté un écusson : ainsi les armes de France ont pour tenants deux anges. 1798 On appelle Tenans, les supports qui ont des mains, comme les Anges, les Sirènes, etc. 1843 Homme servant de support à l'écu. 1864 Support de l'écu. 1872 Figures humaines dont les mains s'appuient sur l'écu et semblent le tenir. 1885 Se dit des hommes qui sont placés aux côtés de l'écu pour le garder et le soutenir. 1887 Figures humaines qui tiennent l'écu des armes. Lorsque l'écu est tenu par une figure humaine et un animal, on les nomme ensemble tenants. 1899 En armoiries, le tenant est représenté par une figure humaine armée, parée, habillée ou nue, ayant une main appuyée sur l'écu ou paraissant le tenir ; il peut être au naturel ou émaillé aux couleurs héraldiques ; il peut porter un fanion, une arme ou toute autre pièce. 1901 Figures humaines qui tiennent l'écu des armes. C'est le contraire des Supports. Ce sont des hommes sauvages, des pucelles, des anges, des tritons, des sirènes, des néréides, des chevaliers, des sphinx, des centaures, etc., qui placés aux deux flancs de l'écu les tiennent soit de leurs mains, soit de leurs pattes. 1905 Figures d'hommes, d'animaux, d'objets inanimés ou d'êtres chimériques quelconques, placées aux flancs de l'écu et qui semblent le soutenir. En règle on appelle Tenants les figures humaines ou celles d'êtres chimériques à face humaine, réservant le nom de Supports aux figures d'animaux ou d'animaux chimériques, et celui de soutiens aux végétaux et objets inanimés.

Tenche

Voir Tanche.

1901 Voir Tanche.

Tenco

Poisson: tanche en provençal.

Tente

Sorte de petit pavillon carré, ouvert, surmonté d'un fanion ; on peut multiplier ce meuble sur un écu.

1899 Sorte de petit pavillon carré, ouvert, surmonté d'un fanion ; on peut multiplier ce meuble sur un écu.

Terrain

Synonyme de motte chez les anciens.

Terrasse

Sol figuré dans l'écu. La Terrasse diffère de la champagne par la ligne horizontale de démarcation qui au lieu d'être droite est sinueuse.

1843 Sol qui est mouvant du bas de l'écu, et se distingue de la plaine et de la champagne, parce qu'il offre des sinuosités ou inégalités de terrain. 1864 Lieu plein d'herbes. 1885 Sol qui supporte souvent une pièce dans l'écu. 1887 Nom du sol qui en général se trouve à la pointe de l'écu. Lorsque la terrasse semble détachée et ne s'élève pas immédiatement de la base de l'écu, mais qu'il y a un espace vide, on dit terrasse isolée. 1899 Pièce mouvante du bas de l'écu, le remplissant dans toute sa largeur mais ne devant en occuper qu'un quart en hauteur ; la ligne supérieure de la terrasse a une forme sinueuse, c'est en cela qu'elle diffère de la champagne qui est tracée vers le haut en ligne régulièrement droite. 1901 Nom du sol qui, en général se trouve à la pointe de l'écu. Lorsque la terrasse est détachée de la base de l'écu, en laissant un espace vide, on la dit isolée. 1905 Sol figuré dans l'écu. La Terrasse diffère de la champagne par la ligne horizontale de démarcation qui au lieu d'être droite est sinueuse.

Terrassé

Attribut de l'écu chargé d'une bande de terre, une terrasse, à sa pointe. Se dit aussi d'un arbre, d'une plante ou de toute figure ou meuble posé sur une terrasse. Désigne encore d'un animal abattu et renversé. Parfois employé pour signifier un tertre.

1660 Arbre ou plante qui a sa racine dans la terre. 1772 Se dit de la pointe de l'écu faite en forme de champ plein d'herbes. 1780 Se dit de la pointe de l'écu faite en forme de champ plein d'herbes. 1798 On dit qu'un arbre est terrassé, pour, qu'on voit autour de l'arbre la motte de terre dans laquelle sont ses racines. Un tel porte d'argent à l'arbre de sinople terrassé de même. On dit aussi simplement Terrassé, pour la pointe de l'écu est occupée par de la terre couverte d'herbe. Un tel porte d'argent terrassé de sinople. 1885 L'écu est terrassé lorsque la pointe est remplie d'une espèce de terrain ou champ d'herbes. 1887 Se dit d'un arbre ou d'une plante posée sur une terrasse. 1901 Se dit d'un arbre ou d'une plante mise dans une terrasse. 1905 Attribut des plantes qui croissent sur une terrasse.

Terre

Mot parfois employé improprement pour l'émail sable. L'étymologie du mot sable en héraldique n'ayant rien à voir avec de la terre.

Tertre

Petite terrasse peu large et quelque peu élevée, moins élevée cependant qu'une colline.

1885 Petite terrasse. 1887 Petite terrasse, peu large et quelque peu élevée, moins élevée cependant qu'une colline. Dans les armoiries allemandes, autrichiennes, suisses, italiennes on donne au tertre, presque sans exception, trois coupeaux arrondis, d'un contour fortement accusé. 1899 Employé comme terrasse. 1901 Petite terrasse, peu large et un peu élevée, moins élevée cependant qu'une colline. Dans l'héraldique germanique et italienne, presque sans exception, on donne au tertre trois coupeaux arrondis, d'un contour fortement accusé. 1905 Terrasse diminuée de hauteur.

Têtard

Larve d'amphibien aquatique.

Tête

Voir Tête humaine, Tête de Maure et Tête d'animal.

1660 Elle se représente en armoiries ordinairement de front, la beauté du visage paraissant davantage en cette assiette, qu'il n'est pas nécessaire d'exprimer, mais bien si elle est de deux tiers ou de profil.

Tête arrachée

Celle dans laquelle on voit des parties pendantes et inégales.

1901 Celle dans laquelle on voit des parties pendantes et inégales.

Tête coupée

Celle dont la partie inférieure est horizontale, sans aucun filament.

1901 Celle dont la partie inférieure est horizontale, sans aucun filament.

Tête d'animal

Les têtes d'animaux séparées du corps sont admises comme meuble de l'écu et elles sont figurées de profil ; lorsqu'elles paraissent arrachées, il faut les spécifier ; lorsqu'elles sont figurées de face (exemple celles des léopards) on les nomme rencontres.

1660 Représentée soit arrachée, oiseaux et insectes, soit coupée pour les animaux plus forts et puissants, sans y ajouter nécessairement coupée. 1899 Les têtes d'animaux séparées du corps sont admises comme meuble de l'écu et elles sont figurées de profil ; lorsqu'elles paraissent arrachées, il faut les spécifier ; lorsqu'elles sont figurées de face (exemple celles des léopards) on les nomme rencontres.

Tête d'Argus

Personnage fort vigilant, qu'il observe toutes choses, et que rien n'échappe à son attention. Yeux d'Argus, Prince argien aux cents yeux.

1887 Représenté sous la forme d'une tête d'homme couverte d'yeux humains et posée de front. 1901 Tête humaine de carnation, couverte d'yeux et posée de front.

Tête de buffle

Et Toreaux. Doyvent avoir le meufle gros & court, & entre les cornes un gros flocquet de poil.

1679 Et Toreaux. Doyvent avoir le meufle gros & court, & entre les cornes un gros flocquet de poil.

Tête de cerf

Monstre aussi les deux yeux & les deux oreilles (des autres s'en voit peu ainsi) les cornes des Cerfs qu'on dit Rames, qui quelques fois sont d'autre metal ou couleur, que n'est la teste, ce qu'il faut observer en blasonnant, & dire, ou nommer la quantité des cors, si besoin est, c'est à dire, des petites cornes, qui issent de la grosse tige, ce qu'aucuns des Anciens, comme encores en d'autres endroits on dit, sommé de unze, treze, ou plusieurs cors, ou sans nombre, au naturel, de ce que doit estre.

1679 Monstre aussi les deux yeux & les deux oreilles (des autres s'en voit peu ainsi) les cornes des Cerfs qu'on dit Rames, qui quelques fois sont d'autre metal ou couleur, que n'est la teste, ce qu'il faut observer en blasonnant, & dire, ou nommer la quantité des cors, si besoin est, c'est à dire, des petites cornes, qui issent de la grosse tige, ce qu'aucuns des Anciens, comme encores en d'autres endroits on dit, sommé de unze, treze, ou plusieurs cors, ou sans nombre, au naturel, de ce que doit estre.

Tête de Gérion

Tête humaine monstrueuse, composée de trois visages, le premier posé de face et les deux autres regardant vers dextre et senestre.

1887 Tête humaine monstrueuse, composée de trois visages, le premier posé de face et les deux autres regardant vers dextre et senestre. 1901 Tête d'homme monstrueuse, composée de trois visages, le premier posé de face et les deux autres regardant vers dextre et vers senestre.

Tête de janus

Dieu à deux visages.

1887 Tête humaine composée de deux visages, dont l'un regarde vers dextre et l'autre vers senestre. 1901 Tête humaine formée de deux visages dont l'un regarde vers dextre et l'autre vers senestre.

Tête de léopard

Est toute de front, monstrant les deux yeux & les deux oreilles.

1679 Est toute de front, monstrant les deux yeux & les deux oreilles. 1901 La tête de léopard est toujours vue de face.

Tête de léopard et tête de lion

Sous ces deux dénominations on comprend des têtes de lions mais on appelle exclusivement têtes de lion celles qui sont vues de profil, et têtes de léopard celles qu'on voit de face.

1887 Sous ces deux dénominations on comprend des têtes de lions mais on appelle exclusivement têtes de lion celles qui sont vues de profil, et têtes de léopard celles qu'on voit de face.

Tête de Lion

Ne montre qu'un oeil & une oreille.

1679 Ne montre qu'un oeil & une oreille. 1901 La tête de lion est toujours de profil.

Tête de Maure

Figure héraldique représentant une tête de nègre. La tête de Maure est ordinairement figurée de profil, avec une torsade ou tortil, d'argent, qui la ceint à hauteur des tempes. Elle est toujours de sable.

1772 On appelle têtes de maure des têtes représentées de profil, bandées, liées et tortillées. 1899 La tête de nègre paraît ordinairement de profil, toujours de sable, et garnie d'un ruban avec bouts pendants ; cette sorte de couronne se nomme tortil, et la tête qui en est ornée se dit tortillée de ..., selon l'émail donné au tortil. 1905 Figure héraldique représentant une tête de nègre. La tête de Maure est ordinairement figurée de profil, avec une torsade ou tortil, d'argent, qui la ceint à hauteur des tempes. Elle est toujours de sable.

Tête de Méduse

Tête de femme posée de face, les cheveux remplacés par des serpents tortillants.

1887 Tête de femme posée de face, les cheveux remplacés par des serpents tortillants. 1901 Tête de femme au naturel, posée de face, les cheveux remplacés par des serpents tortillants.

Tête de Midas

Dieu puni par Apollon, celui-ci lui fit pousser des oreilles d'âne.

1887 Tête d'homme ayant des oreilles d'âne. 1901 Tête d'homme ayant des oreilles d'âne.

Tête de More

Tête d'Africain, toujours posée de profil. La couleur noire lui étant propre, il est inutile de l'exprimer en blasonnant.

1660 Elle se représente ordinairement de profil, et coutumièrement bandée, liée ou tortillée. 1872 Tête de nègre toujours mise de profil et coiffée d'un bourlet appelé tortil. 1885 C'est une tête de nègre ordinairement posée de profil et entourée d'un bandeau noué par derrière. 1887 Ce sont des têtes de nègre, toujours posées de profil. La couleur noire leur est tellement propre, qu'il n'est pas nécessaire de l'exprimer. 1901 Tête d'Africain, toujours posée de profil. La couleur noire lui étant propre, il est inutile de l'exprimer en blasonnant.

Tête de mort

Toujours représentée de face dans l'écu, et souvent accompagné de deux os longs (tibias) croisés en sautoir en dessous ; son émail particulier est l'argent. Surmontée d'un soleil elle signifie la résurrection.

1901 Toujours représentée de face dans l'écu. Son émail est l'argent.

Tête de vache

Ayans le museau plus long & deslié, sans aucune forme de poil entre les deux cornes, enquoy elles different de celle du Toreau.

1679 Ayans le museau plus long & deslié, sans aucune forme de poil entre les deux cornes, enquoy elles different de celle du Toreau.

Tête d'homme

Représentation d'une tête humaine d'or, d'argent ou d'un autre émail. Si elle est de couleur naturelle, elle est dite de carnation.

1901 Représentation d'une tête humaine d'or, d'argent ou d'un autre émail. Si elle est de couleur naturelle, elle est dite de carnation.

Tête humaine

Elle est représentée de face.

1901 Elle est représentée de face.

Têtes d'animaux

Celles du lion, du lévrier, de l'aigle, de la licorne et d'autres animaux, séparées de leurs corps, sont ordinairement de profil, excepté celle du léopard. Les têtes du cerf, du boeuf, etc., vues de face, sont nommées rencontres. Si parmi plusieurs têtes, il s'en trouve d'affrontées, on l'exprime en blasonnant. Les têtes de sangliers, saumons et brochets sont nommées hures.

1901 Celles du lion, du lévrier, de l'aigle, de la licorne et d'autres animaux, séparées de leurs corps, sont ordinairement de profil, excepté celle du léopard. Les têtes du cerf, du boeuf, etc., vues de face, sont nommées rencontres. Si parmi plusieurs têtes, il s'en trouve d'affrontées, on l'exprime en blasonnant. Les têtes de sangliers, saumons et brochets sont nommées hures.

Têtière

Ensemble des pièces garnissant la tête d'un animal harnaché.

1905 Ensemble des pièces garnissant la tête d'un animal harnaché.

Thaler

Monnaie allemande d'argent.

1905 Monnaie allemande d'argent.

Thé

Feuilles de théier torréfiées.

Theil

Tilleul.

Thibaud

Rouleau.

Thil

Tilleul.

Thon

Poisson marin plat.

Thon de mer

Gros poisson de mer, qui se prend en certaines saisons sur les côtes de Provence, d'Espagne, d'Italie, et en divers autres lieux de la mer Méditerranée.

Thym

Plante vivace rampante.

Thyrse

Baguette de prêtre de Dionysos (avec au bout une pomme de pin).

Tiare

Coiffure du Pape, haute toque chargée de trois couronnes superposées et sommées d'une croisette : ce meuble est aussi appelé triregnum.

1864 Coiffure pontificale. 1899 Coiffure du Pape, haute toque chargée de trois couronnes superposées et sommées d'une croisette : ce meuble est aussi appelé triregnum. 1901 Triple couronne du Pape. Elle est composée d'un haut bonnet conique blanc, environné de trois couronnes à fleurons d'or, enrichies de pierres précieuses, terminé par un petit globe, surmonté d'une croisette également d'or.

Tibli

Semble qualifier un pigeon.

Tierce

On donne ce nom à des fasces réduites, ou trangles, qui se placent trois à trois sur un écu ; les tierces sont soumises aux mêmes règles que les jumelles, quoique ces dernières soient posées deux à deux.

1660 Ou Tierche. Fasce en devise qui se mettent trois à trois, comme les jumelles deux à deux, les trois fasces n'étant comptées que pour une. 1772 Ou Tierches. Ce sont fasces en devise qui se mettent trois à trois, comme les jumelles deux à deux, les trois fasces n'étant comptées que pour une, et toutes les trois n'occupant que la largeur de la fasce ordinaire, ou de la bande, si elles y sont posées, pourvu qu'il n'y en ait qu'une dans un écu. 1780 Sont trois filets qui se mettent de trois en trois, comme les jumelles se mettent de deux en deux. Les tierces se posent en fasce, en bande, en croix, en sautoir. 1843 Figure composée de trois trangles posées près les unes des autres. 1887 Fasces très rétrécies toujours employées au nombre de trois. La position horizontale leur est propre ; toute autre position doit être indiquée. 1899 On donne ce nom à des fraises réduites, ou filets, qui se placent trois à trois sur un écu ; les tierces sont soumises aux mêmes règles que les jumelles, quoique ces dernières soient posées deux à deux. 1901 Fasce formée de trois trangles. La position horizontale lui est propre ; toute autre position doit être énoncée. La tierce est placée au milieu de l'écu ; elle occupe en hauteur deux parties des sept de la largeur du même écu ; ces deux parties sont divisées en cinq espaces égaux horizontalement, trois pour les pleins, deux pour les vides ; ainsi chaque plein à un cinquième des cinq espaces et les deux vides un cinquième chacun. Deux tierces dans l'écu, se posent comme deux fasces, etc. La tierce est quelquefois posée en bande ; deux se mettent quelquefois en sautoir. 1905 Filets posés trois par trois sur l'écu, en fasce, barre, bande ou pal, et dont la largeur totale (y compris les deux intervalles) est égale à celle de ces pièces honorables.

Tiercé

Qui est divisé en trois parties qui sont d'émail différent., en parlant d'un écu. Un écu peut être tiercé en fasce, en bande ou en pal.

1660 Quand l'écu est divisé en trois parties, soit en bande, soit en fasce, en pal. 1772 Ce mot se dit d'un écu qui est divisé en trois parties, soit en pal, soit en bande, soit en fasce, par deux lignes parallèles qui ne se coupent point. Tiercé en bande, est lorsque l'écu est divisé en trois parties égales, comme en trois bandes faites de trois émaux différens, sans autre champ ni figure. On dit aussi tiercé en pal et en fasce. 1780 Se dit de l'écu divisé en trois parties en long, en large, diagonalement ou en mantel. 1798 Il se dit de l'écu divisé en trois parties, en long, en large, diagonalement, ou en mantel. 1843 Divisé en trois parties égales. 1864 Se dit de l'écu divisé en trois parties. 1872 Divisé en trois parties égales. 1885 Ecu divisé en trois parties en long, en large, diagonalement ou en mantel. 1887 Divisé en trois parties égales au moyen de lignes droites. De cette manière on obtient le tiercé en bande, en barre, en chevron, en écusson, en fasce, en pairle, en pairle renversé et en pal. 1899 Se dit de l'écu divisé en trois parties égales, en fasce, en pal, en bande, ou en barre, ce qui équivaut à coupé, parti, tranché ou taillé, de deux traits ; chacune de ces divisions est généralement d'un émail spécial. Le tiercé en mantel épouse la même forme que le mantelé, il est peu usité dans les armes françaises. 1901 Division de l'écu en trois parties égales, au moyen de deux lignes droites. On obtient aussi le tiercé en fasce, en bande, en barre, en chevron, en pal, en écusson. 1904 Se dit de l'écu divisé en trois parties. 1905 Qui est divisé en trois parties qui sont d'émail différent., en parlant d'un écu. Un écu peut être tiercé en fasce, en bande ou en pal.

Tiercefeuille

Figure employée dans l'ornementation, représentant une feuille à trois pétales et sans queue. La tiercefeuille est une figure héraldique semblable au trèfle, mais qui n'a point de queue, l'espace compris entre les feuilles s'appelle refente.

1660 Comme un trèfle, sauf que la tiercefeuille n'a pas de queue. 1772 Figure dont on charge les écus des armoiries; elle a une queue par laquelle elle est distinguée des trèfles qui n'en ont point. 1798 Qui se dit d'un trèfle avec une queue. 1843 Fleur à trois fleurons, qui diffèrent du trèfle par l'absence de queue. 1864 Feuille de trèfle à trois lobes. 1872 Fleur à trois feuilles pointues. 1885 Trèfles sans queue. On nomme refentes l'espace compris entre les feuilles. 1887 Fleur à trois feuilles pointues. 1899 Ce meuble est semblable au trèfle quant à la disposition des feuilles, mais il est toujours figuré sans queue. 1901 Fleur, sans queue, à trois feuilles pointues. 1905 Figure employée dans l'ornementation, représentant une feuille à trois pétales et sans queue. La tiercefeuille est une figure héraldique semblable au trèfle, mais qui n'a point de queue, l'espace compris entre les feuilles s'appelle refente.

Tierce-feuille

Voir Tiercefeuille.

1798 Voir Tiercefeuille.

Tiercelet

Mâle de plusieurs espèces d'oiseaux de proie. Épervier.

1905 Faucon mâle. Autrefois, mâle de tout oiseau, excepté pourtant du lanier, dont le mâle était le laneret, et du sacre, dont le mâle était le sacret.

Tiercelin

Tiercelet (Oiseau de chasse) ou le tiers de l'écu.

Tigé

Plante, arbre ou fleur ayant une tige ou des branches d'un émail particulier. Se dit aussi d'une fleur héraldique ayant une tige alors qu'elle ne devrait point en avoir.

1772 Qui se dit des plantes et des fleurs représentées sur leurs tiges. 1780 Se dit des palmes et fleurs. 1798 Il se dit des arbres et plantes dont la tige est d'un émail différent. 1843 Représenté avec sa tige du même émail ou d'un émail différent. 1864 Se dit des palmes et fleurs qui ont une tige. 1872 Se dit de l'émail de la tige d'une plante. 1885 Se dit des palmes et fleurs. 1887 Se dit de l'émail de la tige des plantes et des fleurs. 1899 Se dit d'une fleur ou d'un fruit lorsqu'il est nécessaire d'indiquer que la tige qui tient à ce meuble est d'un émail particulier. 1901 Se dit de l'émail de la tige des plantes et des fleurs. 1905 Qui est muni de sa tige en parlant des fleurs et des plantes.

Tigre

Mammifère carnivore, du genre chat. Dessiné généralement passant, au naturel.

1887 Les tigres sont très rares en armoiries et servent communément de supports. On les représente sous leur couleur naturelle. 1901 Mammifère du genre Chat. Le tigre royal ou tigre ordinaire, usité en armoiries, a le pelage jaune-fauve en dessus, blanc en dessous, tigré, c'est-à-dire marque de bandes irrégulières et transversales, qui sont noires. Le poil est ras ; la queue est couverte d'anneaux alternativement noirs et jaunes, avec le bout noir. Il parait posé debout dans l'écu ou comme support d'un écu.

Tigré

Qui est couvert d'émaux alternativement sable et or dans la forme du pelage du tigre. Si ce sont d'autres émaux, il faut l'indiquer.

Tigre héraldique

Cet animal symbolique, qui ne se voit que dans les armoiries britanniques, est toujours représenté passant. Il a la tête d'un crocodile et le corps d'un lion ; la queue relevée sur le dos. En outre il se distingue par une touffe de poils à chaque côté du cou.

1887 Cet animal chimérique qui ne se trouve que dans des armoiries anglaises est toujours passant. Il a la tête d'un crocodile et le corps d'un lion, la queue relevée sur le dos. En outre, il se distingue par deux touffes de poils des deux côtés du cou. 1899 Cet animal chimérique est représenté en armoiries sous la forme d'un monstre moitié chien et moitié lion, ayant la gueule ouverte ; si les pointes hérissées du corps sont d'un émail particulier, on dit le tigre hérissonné de ... 1901 Cet animal symbolique, qui ne se voit que dans les armoiries britanniques, est toujours représenté passant. Il a la tête d'un crocodile et le corps d'un lion ; la queue relevée sur le dos. En outre il se distingue par une touffe de poils à chaque côté du cou.

Tillet

Écorce de la tige du chanvre, appelé aussi teille ou tille.

Tilleul

Arbre aux fleurs odorantes.

1901 Arbre de moyenne grandeur, à feuilles alternes simples, en forme de coeur, à petites fleurs blanches ou jaunâtres.

Tillot

Tilleul.

Timbre

Casque ou couronne surmontant l'écu.

1660 C'est ce qui se met sur l'écu, soit heaume, soit cimier, soit couronne, soit bourlet, soit pennaches, en un mot tout ce qui sert d'ornement aux armoiries. 1772 Ce mot se dit de tout ce qui se met sur l'écu qui distingue les degrés de noblesse ou de dignité, soit ecclésiastique, soit séculière, comme la tiare papale, le chapeau des cardinaux, évêques et protonotaires, les croix, les mitres, les couronnes, bonnets, mortiers, et surtout les casques, que les anciens ont appellés particulièrement timbres, parce qu'ils approchoient de la figure des timbres d'horloges, ou parce qu'ils résonnoient comme les timbres quand on les frappoit. C'est l'opinion de Loyseau qui prétend que ce mot vient de tintinnabulum. Les armoiries des cardinaux sont ornées d'un chapeau rouge qui leur sert de timbre. Les rois et les princes portent le timbre ouvert; les ducs, les marquis et les comtes le portent grillé et mis de front; les vicomtes, les barons et les chevaliers le portent un peu tourné, et on le nomme alors de trois quartiers. 1864 Couronnement de l'écu destiné à marquer le rang de la noblesse. 1887 Nom collectif de tout ce qui se place au-dessus de l'écu : casque, cimier, lambrequins. L'écu, ainsi orné, est dit timbré. 1899 Se dit de toute coiffure qui se met au-dessus de l'écu, le heaume, la couronne, la mitre, le chapeau, la toque, etc ..., qui paraît surmonté de ces attributs et marques de dignité se dit timbré de ... 1901 Nom collectif de tout ce qui se place au-dessus de l'écu : casque, cimier, lambrequins. L'écu ainsi orné est dit timbré. 1905 Casque ou couronne surmontant l'écu.

Timbré

Nom collectif de tout couvre-chef, qui se place au-dessus de l'écu, casque, couronne, toques, mortiers, mitre, tiare, etc... L'écu ainsi orné est dit timbré. Selon certains auteurs, on dit surmonté pour un casque et sommé pour une couronne. Attribut réservé aux nobles et aux bourgeois de Paris.

1694 (Timbre) - v. act. Terme de blason, Accompagner d'un timbre. Timbrer une armoirie. 1772 Armes qui sont chargées d'un timbre, et qui n'appartiennent qu'aux nobles, suivant les règles du blason. Voyez Timbre. 1780 Se dit de l'écu couvert du casque ou timbre. 1798 Accompagner d'un timbre ou de quelque autre marque d'honneur, de dignité. Timbrer une armoirie. Les armes du Pape sont timbrées d'une tiare. Il se dit de l'écu couvert du casque ou timbre. 1843 Surmonté d'un casque. 1872 Se dit de toutes pièces mises au-dessus de l'écu. 1885 Se dit de l'écu couvert du casque ou timbre. 1901 Se dit d'un écu surmonté d'un casque ; de même que l'on dit sommé celui sur lequel il y a une couronne. 1905 Se dit de l'écu surmonté d'un timbre.

Timon

Longue pièce de bois placée à l'avant-train d'une voiture, d'une charrue, et de chaque côté de laquelle on attelle une bête de trait pour tirer, retenir ou faire reculer cette voiture, cette charrue. Barre de gouvernail, le gouvernail lui-même.

1905 Longue pièce de bois placée à l'avant-train d'une voiture, d'une charrue, et de chaque côté de laquelle on attelle une bête de trait pour tirer, retenir ou faire reculer cette voiture, cette charrue. Barre de gouvernail, le gouvernail lui-même.

Tinette

Petite cuve, vaisseau (récipient) de bois qui n'est point couvert, et qui est ordinairement plus large par en haut que par en bas.

Tire

Chacune des rangées horizontales de points du vair et de l'échiqueté.

1660 Se dit des traits ou rangées de vair, dont on se sert pour distinguer le beffroy (trois tires), le vair (quatre tires) et le menu-vair (six tires). Si les nombres diffèrent, il nommer le nombre de tires, de même lorsqu'une fasce ou un chef sont vairés il faut dire de combien de tires. 1772 Ce mot se dit des traits ou rangées de vair, dont on se sert pour distinguer le beffroi, le vair, et le menu vair. Le beffroi est composé de trois tires, le vair de quatre, et le menu vair de six. Quand un chef ou une face sont vairés, il faut spécifier de combien de tires ou de rangs. 1843 Rang de carreaux dans une pièce échiquetée ; rang de cloches dans le vair. 1864 Figure du blason qui représente une ligne. 1872 Rang de carreaux d'un échiquier. 1885 Traits de l'échiqueté ou du vairé. 1887 Nom d'un rang de points dans l'échiqueté. 1899 Nom que l'on donne aux traits ou rangées formés et parés d'une fourrure, d'un échiqueté, etc ... 1901 Nom d'un rang de carreaux sur un chef, une fasce, une bande, un chevron ou autre pièce échiquetée. On nomme en blasonnant le nombre de tires. 1905 Chacune des rangées horizontales de points du vair et de l'échiqueté.

Tire-bourre

Outil pour enlever le reste de bourre après usage, dans le canon d'un fusil.

Tirefond

Anneau de fer dont les tonneliers se servent pour élever la dernière douve du fond d'un tonneau et la faire entrer dans la rainure.

1905 Anneau de fer dont les tonneliers se servent pour élever la dernière douve du fond d'un tonneau et la faire entrer dans la rainure.

Tiret

Voir Tire.

1798 Voir Tire.

Tison

Reste d'une bûche, d'un morceau de bois, dont une partie a été brûlée.

Toise

Règle de menuisier qui est creuse et contient une autre règle mobile.

1905 Règle de menuisier qui est creuse et contient une autre règle mobile.

Toison

Peau de mouton garnie de laine, et quelquefois le mouton entier.

1660 Peau du mouton garnie de laine. 1885 Dépouille d'agneau ou de mouton. 1887 Dépouille d'agneau ou de mouton. Le collier de la Toison d'Or est de la dernière rareté en armoiries, mais assez souvent on rencontre une des parties intégrantes du collier, savoir le fusil. 1901 Dépouille d'agneau ou de mouton. Le collier de la Toison d'Or est très rare en armoiries, mais assez souvent on y voit une des parties intégrantes du collier : le fusil. 1905 Peau de mouton garnie de laine, et quelquefois le mouton entier.

Toison d'or

Ordre de Chevalerie.

Toit

Peut être pointu, en dôme, girouetté, etc...

Tomate

Plante herbacée annuelle.

Tondeur

Tondeur de mouton ou Tondeur de drap.

1905 Tondeur de mouton ou Tondeur de drap.

Tonnant

Se dit de canon ou de toute autre arme à feu de guerre ou de chasse duquel sort du feu et de la fumée par le canon. Dit aussi foudroyant.

1885 Se dit d'un écusson représenté avec des jets de flammes et des tourbillons de fumée. 1905 Se dit des canons et armes de guerre représentés avec des flammes ou de la fumée sortant de la bouche, c'est-à-dire au moment de la détonation.

Tonne

Sorte de grand tonneau, plus renflé par le milieu que le tonneau lui-même.

1905 Sorte de grand tonneau, plus renflé par le milieu que le tonneau lui-même.

Tonneau

Parfois barrique, contenant généralement du vin. On le dit cerclé ou lié des bandes qui maintiennent les douelles et bondé de sa bonde lorsque ces attributs sont d'un émail particulier. Le terme tonneau est plutôt réservé pour le vin et celui de baril pour la poudre à canon, mais ce n'est pas absolu.

Tons

(ou Taons) - Insectes.

Toque

Sorte de chapeau à petits bords, couvert de velours, de satin, etc. plat par-dessus, et plissé tout autour. Toque de velours. Coiffure des titrés du premier Empire.

1899 Cet ornement extérieur ne figure guère que dans les armoiries de la noblesse impériale, il sera expliqué et représenté dans la partie de cet ouvrage qui est consacrée au code héraldique créé par l'empereur Napoléon 1er pour les annoblis et les dignitaires de l'empire français.

Tor

Poisson.

Torgan

Poisson.

Toron

Fil servant à la confection des câbles.

1905 Fil servant à la confection des câbles.

Torque

Se dit d'un bourlet qui se pose sur le heaume, et qui est des deux principaux émaux du corps des armoiries.

1660 Bourlet de figure ronde composé d'étoffe tortillée. 1772 Se dit d'un bourrelet de figure ronde, tant dans sa circonférence, que dans son tortil, étant composé d'étoffe tortillée, comme le bandeau dont on charge la tête de more qui se pose sur les écus. La torque est toujours de deux principaux émaux, qui sont le gros des armoiries, aussi-bien que les lambrequins; mais c'est le moins noble des enrichissemens qui se posent sur le heaume pour cimier. 1780 Est un bourlet de différentes couleurs qui se met sur le casque. On le nomme aussi tortil ou bourlet. Il était ordinairement composé des couleurs du Chevalier. 1798 Se dit d'un bourlet qui se pose sur le heaume, et qui est des deux principaux émaux du corps des armoiries. 1905 Bourrelet d'étoffe tortillée, des deux principaux émaux de l'écu, posé sur un casque en guise de cimier. Elle est semblable en tout au tortil qui entoure la tête de Maure. Elle disparaît du casque héraldique vers la fin du XVIIe siècle.

Torteau

Voir Tourteau.

1679 Voir Tourteau.

Tortil

Le tortil est une sorte de bourrelet en forme de torsade, d'enroulements d'étoffes, aux couleurs des armes du chevalier ; il se place sur le heaume en manière de couronne ; cet ornement est quelquefois appelé torque.

1772 Voir Tortis 1780 Est la bande qui entoure les têtes des mores. Ces têtes de mores ainsi ornées, sont dites tortillées de tel émail. 1798 Sorte de diadème dont est ceinte une tête de more représentée sur un écu. 1843 Espèce de bandeau qui ceint une tête humaine. 1864 Est le diadème qui ceint la tête des barons. Il est formé d'un cercle avec des perles entortillées. 1872 Sorte de bourlet entourant les têtes de more. 1885 Espèce de turban des têtes de More. On le nomme aussi Torque 1887 Nom du bourlet qui entoure les têtes de More, qui alors sont tortillées. Quelquefois c'est un simple ruban ; d'autres fois on voit deux rubans enroulés d'émaux différents. 1899 Le tortil est une sorte de bourrelet en forme de torsade, d'enroulements d'étoffes, aux couleurs des armes du chevalier ; il se place sur le heaume en manière de couronne ; cet ornement est quelquefois appelé torque. 1901 Bandeau qui entoure les têtes de Mores, qui sont alors dites tortillées. Assez large sur le front, il se rétrécit sur le derrière de la tête ; ses deux bouts ondoyants et noués finissent en pointes. Quelquefois c'est un simple ruban noué et terminé en deux pointes. C'est aussi un rang de petites perles entourant le bandeau de la couronne de baron, en façon de chapelet et montrant trois petites bandes, chacune de trois perles, à égales distances. 1905 Bourrelet en torsade qui ceint le front de la tête de Maure et qui est toujours figuré avec ses bouts pendants par derrière. Voir Maure (tête de).

Tortil de baron

Cordon qui se tortille autour des couronnes des barons.

1905 Ou Couronne de baron : cercle d'or gemmé, rebordé plus fortement en haut qu'en bas, et autour duquel est passé en spirale un collier de perles.

Tortillant

Qui est enroulé autour d'un objet, en parlant du serpent ou de la guivre.

1772 Se dit du serpent ou de la guivre qui entourent quelque chose. De gueules au basilic tortillant d'argent en pal, couronne d'or. 1780 Se dit de la guivre ou serpent. 1798 Se dit du serpent et de la givre. 1899 Se dit de la bisse et de la givre représentées entourant quelque meuble ; le serpent figuré ainsi est souvent désigné par : serpent arrondi. 1905 Qui est enroulé autour d'un objet, en parlant du serpent ou de la guivre.

Tortillé

Se dit de la tête de Maure, pour désigner l'émail ou le métal de son tortil, quand ce tortil n'est pas d'argent. C'est surtout comme attribut de la tête de Maure qu'on emploie le mot tortillé, mais on l'accole aussi au noms de certains reptiles, guivre, bisse, couleuvre, lézard, etc., qui ne sont enroulé autour d'aucun soutien, et seulement pour indiquer que leur corps n'est pas rectiligne. Voir Guivre.

1660 Indique l'émail du tortil qui se met sur les têtes des Mores. 1772 Ce mot se dit en blasonnant, de la tête qui porte le tortil, comme est celle du maure, qui est toute semblable au bourrelet, et qui sert quelquefois de timbre. 1843 Qui a un tortil. 1864 Se dit d'une figure disposée en tortil. 1885 Se dit de la tête qui porte un tortil. 1899 Se dit au sujet de la tête de maure lorsqu'il est nécessaire d'indiquer l'émail donné au ruban ou à la torsade dont cette tête est ornée. 1901 Se dit du bandeau ou tortil d'une tête d'homme. 1905 Se dit de la tête de Maure, pour désigner l'émail ou le métal de son tortil, quand ce tortil n'est pas d'argent. C'est surtout comme attribut de la tête de Maure qu'on emploie le mot tortillé, mais on l'accole aussi au noms de certains reptiles, guivre, bisse, couleuvre, lézard, etc., qui ne sont enroulé autour d'aucun soutien, et seulement pour indiquer que leur corps n'est pas rectiligne. Voir Guivre.

Tortis

Fil de perles qui entoure la couronne des Barons.

1772 C'est un cordon qui se tortille autour des couronnes des barons; ce mot se dit aussi du bandeau qui ceint les têtes de more sur les écus. 1798 Assemblage de plusieurs fils de chanvré, de laine, de soie, etc. tordus ensemble. Espèce de couronne ou de guirlande de fleurs. Un tortis de fleurs. Un tortis de myrte. Il est vieux. on appelle Tortis, le fil de perles qui entoure la couronne des Barons.

Tortue

Cet animal se représente vu de dos, la tête vers le chef, et n'a pas d'émail particulier.

1899 Cet animal se représente vu de dos, la tête vers le chef, et n'a pas d'émail particulier. 1901 Reptile dont le corps est enfermé dans une cuirasse osseuse dite carapace qui ne laisse passer que la tête, la queue et les quatre pattes.

Touaille

Parure pour la tête, faisait partie de la toilette ; étoffe de lin, toujours blanche.

Toulouse

L'importance donnée à la croix dite de Toulouse, qui est une croix alésée, vidée, cléchée et pommetée fait qu'en blasonnant on peut se dispenser de dire croix de Toulouse, et simplement énoncer de Toulouse.

1899 L'importance donnée à la croix dite de Toulouse, qui est une croix alésée, vidée, cléchée et pommetée fait qu'en blasonnant on peut se dispenser de dire croix de Toulouse, et simplement énoncer de Toulouse.

Toupie

Jeu d'enfant.

Toupin

Petit récipient ou Cafetière en terre ou encore Sabot.

Tour

Tour d'ancien château, généralement de forme ronde, mais on trouve aussi des tours carrées. Sa porte a des bossages ou pierres de refends ; au-dessus est une ouverture circulaire, et plus haut deux fenêtres carrées longues. Son sommet est garni de trois créneaux. Il y a des tours donjonnées d'un, deux ou trois donjons, l'un à côté de l'autre. On en voit qui sont doublement donjonnées. On dit d'une tour : ouverte, pour la porte, ajourée, pour les fenêtres ; maçonnée, pour les joints des pierres, lorsqu'ils sont d'un émail différent. Couverte, pour le toit, lorsqu'il y en a un ; essorée, s'il est d'un émail différent ; girouettée, s'il y a une girouette. En héraldique, la tour désigne un château-fort servant d'asile aux seigneurs et à leurs vassaux, en temps de guerre. La tour donjonnée, plus fréquente que la tour ordinaire, marque un château ou une forteresse défendue avec valeur par celui auquel le Souverain en a confié le commandement.

1660 Les tours se figurent de diverses sortes, les unes rondes, les autres carrées, ordinairement crénelées, carnelées, ou cranelées, dont les unes le sont avec un nombre arrêté, d'autres sont sans porte, et aucunes ont la porte grillée, celles-là sont maçonnées, et d'autres couvertes, sommées de girouettes ou autres pièces. 1679 Ont quelques unes la porte gryllee, autres non. 1772 Il y a en blason différentes espèces de tours; on les appelle rondes, quarrées, crevées, carnelées ou crénelées. Les unes sont sans portes, les autres avec la porte grillée, les unes sont maçonnées, quelques autres sont couvertes; et il y en a de sommées de girouettes, ou d'autres pieces. 1885 On doit indiquer l'émail des ouvertures lorsqu'il est différent. 1887 Sa forme ordinaire est celle d'un édifice rond ; mais on trouve des tours carrées et autres. On dit ajouré des fenêtres et ouvert de la porte. La tour est toujours crénelée ; s'il en était autrement, il faudrait l'indiquer. 1899 En armoiries, la tour paraît ronde : si elle est figurée carrée c'est un donjon. On dit la tour ouverte pour en désigner la porte ; ajourée, s'il s'agit des fenêtres, et maçonnée, en parlant des joints des pierres paraissant d'un émail spécial. La tour se dit hersée, lorsqu'elle semble fermée par une herse-sarrasine ; girouettée si elle porte une girouette, et donjonnée, lorsqu'elle est surmontée de tourelles et de donjon, il faut alors spécifier le nombre des ces pièces, et aussi celui des émaux d'une tour crénelée, lorsque le nombre de ces pièces est déterminé. 1901 Tour d'ancien château, généralement de forme ronde, mais on trouve aussi des tours carrées. Sa porte a des bossages ou pierres de refends ; au-dessus est une ouverture circulaire, et plus haut deux fenêtres carrées longues. Son sommet est garni de trois créneaux. Il y a des tours donjonnées d'un, deux ou trois donjons, l'un à côté de l'autre. On en voit qui sont doublement donjonnées. On dit d'une tour : ouverte, pour la porte, ajourée, pour les fenêtres ; maçonnée, pour les joints des pierres, lorsqu'ils sont d'un émail différent. Couverte, pour le toit, lorsqu'il y en a un ; essorée, s'il est d'un émail différent ; girouettée, s'il y a une girouette. En héraldique, la tour désigne un château-fort servant d'asile aux seigneurs et à leurs vassaux, en temps de guerre. La tour donjonnée, plus fréquente que la tour ordinaire, marque un château ou une forteresse défendue avec valeur par celui auquel le Souverain en a confié le commandement.

Tour à poivrière

Petite tour d'angle

Tour de castille

Les armes du Royaume de Castille, sont un Château.

Tour de guet

Tour ou clocher qui sert à faire le guet.

Tourelé

Qui porte des tours. Se dit surtout de la couronne chargée de tours que portent certaines déesses. Syn. de Bastillé.

1905 Qui porte des tours. Se dit surtout de la couronne chargée de tours que portent certaines déesses. Syn. de Bastillé.

Tourelle

Tour de faible section.

1679 Les unes sont le plus souvent rondes & crenellees par le haut, les autres quarrees, ayant quelques fenestres & sans porte, ou bien à six ou plusieurs pans, aucunes estans couvertes de gyrouettes. A toutes lesquelles choses faut prendre garde, car quelques fois ce qui ne semble rien ou pas grand cas, met difference entre les armoiries d'un seigneur, & celles d'un autre.

Tourné

Se dit d'un croissant, d'un chevron ou d'un fer à cheval dont l'ouverture regarde le flanc dextre de l'écu.

1660 Si dit quand les pièces qui remplissent l'écu sont penchantes, soit en bande ou en barre. 1772 Ne se dit proprement que d'un croissant dont les cornes regardent le flanc dextre de l'écu, parce que ce n'est pas la situation naturelle du croissant, dont les cornes doivent regarder en haut; et si elles regardoient le flanc sénestre, on le diroit contourné. 1780 Du croissant et autres pièces tournées. 1798 On appelle un croissant mal tourné, celui dont les cornes regardent un côté de l'écu, au lieu de regarder le chef; ce qui est sa position naturelle. 1843 Se dit d'un croissant dont les pointes regardent le côté droit de l'écu. 1885 Se dit du croissant dont les cornes sont tournées vers le flanc dextre de l'écu. 1887 Voir Croissant. 1899 Se dit du chevron et du croissant dont les pointes sont dirigées vers le flanc de l'écu. 1901 Position du croissant dont les deux pointes se trouvent vis-à-vis le flanc dextre. Contourné indique le croissant dans une position opposée, c'est-à-dire dont les pointes sont vis-à-vis le flanc senestre. 1905 Se dit d'un croissant, d'un chevron ou d'un fer à cheval dont l'ouverture regarde le flanc dextre de l'écu.

Tournelle

Petite tour.

1905 Petite tour.

Tournesol

Plante annuelle de grande taille.

1901 Grande et belle plante, vulgairement appelée soleil.

Touron

Petite tour.

Tourte

Sorte de gâteau. Tarte.

1905 Sorte de gâteau. Tarte.

Tourteau

Meuble d'armoiries en forme de pièce ronde et plate, toujours de couleur ou de fourrure, c'est en cela qu'il diffère du besant, qui lui, est de même forme, mais toujours de métal. Le tourteau avait autrefois un nom particulier suivant l'émail dont il était formé : le tourteau de gueules se nommait : guse ; celui d'azur : heurte ; celui de sable : ogoesse ; celui de sinople : volet ou pomme ; celui de pourpre : gulpe, enfin celui de sable chargé d'un gros point d'argent : oeil de faucon.

1660 Plein comme le besant, est toujours de couleur. 1679 (Torteau) Ronds & entiers, mais de couleurs, en quoy est seulement la difference des deux (Besan), car tous besans sont de metal, & tous torteaux de couleurs. 1772 Ce mot ne se dit maintenant en blason que de ces représentations de gâteaux qui sont de couleur, à la différence des besans qui sont de métal. Le tourteau est plein comme le besan, sans aucune ouverture, autrement ce seroit un cercle ou un anneau. Il est ainsi nommé, à cause de sa rondeur. Quelques-uns lui donnent différens noms, selon sa différente couleur, et appellent ogoeses ceux de sable; gulpes, ceux de pourpre; guses, ceux de gueules; heurtes, ceux d'azur; et pommes ou volets, ceux de sinople. Tourteau-besan, est une piece ronde d'armoiries, qui est moitié de couleur, et moitié de métal, soit qu'elle soit partie, tranchée ou coupée de l'un en l'autre. On commence à nommer la couleur la premiere. Ce mot vient du latin torta, qui se disoit d'une espece de pains tortillés, qui sont représentés par des tourteaux. 1780 Est une figure ronde, semblable au besant, mais qui est toujours de couleur. 1798 Signifie une pièce d'armoirie ronde, pleine et de couleur; en quoi il diffère du besant, qui est de même figure, aussi plein, mais de métal. Il porte d'or à trois tourteaux de gueules. 1843 Disque, figure ronde et plate comme le besant, dont il ne diffère que parce qu'il est de couleur et que le besant est de métal. 1864 Figures du blason qui représentent un pain rond. 1872 Disque de couleur. 1887 Petit disque de couleur dans un champ de métal. Dans les armoiries allemandes ils ont presque toujours l'apparence de boules. 1899 Meuble d'armoiries en forme de pièce ronde et plate, toujours de couleur ou de fourrure, c'est en cela qu'il diffère du besant, qui lui, est de même forme, mais toujours de métal. Le tourteau avait autrefois un nom particulier suivant l'émail dont il était formé : le tourteau de gueules se nommait : guse ; celui d'azur : heurte ; celui de sable : ogoesse ; celui de sinople : volet ou pomme ; celui de pourpre : gulpe, enfin celui de sable chargé d'un gros point d'argent : oeil de faucon. 1901 Petit disque de couleur dans un champ de métal, ce qui le distingue du besant qui est toujours de métal sur un champ de couleur. 1904 Disque rond toujours de couleur. 1905 Figure de forme circulaire et toujours en émail, à l'inverse du besant, qui a la même forme, mais est toujours de métal.

Tourteau-Besant

Ce meuble se représente moitié couleur moitié métal, parti ou coupé ; dans le parti, c'est la couleur qui paraît à dextre, et dans le coupé la couleur couvre la partie du haut ; le tourteau-besant se met toujours sur un champ ou sur une pièce de métal.

1660 Est de couleur et de métal, s'il est parti, coupé, tranché ou taillé si le couleur est la première. 1872 Disque composé d'une couleur et d'un métal. 1887 Petit disque composé d'un métal et d'une couleur, et toujours posé dans un champ de métal. Voir Besant-tourteau. 1899 Ce meuble se représente moitié couleur moitié métal, parti ou coupé ; dans le parti, c'est la couleur qui paraît à dextre, et dans le coupé la couleur couvre la partie du haut ; le tourteau-besant se met toujours sur un champ ou sur une pièce de métal. 1901 Petit disque coupé par un trait horizontal et composé d'un métal et d'une couleur. Il est toujours posé dans un champ de métal : or ou argent. 1905 Pièce héraldique qui est un disque coupé ou parti moitié émail, moitié métal, à condition que la moitié d'émail occupe la partie dextre ou la partie en chef. Voir Besant.

Tourtelé

Se dit de l'écu ou de pièces semées de tourteaux.

1885 S'applique aux pièces chargées de tourteaux. 1899 Se dit du champ, des pièces et des meubles qui sont chargés de tourteaux en semé. 1905 Se dit de l'écu ou d'une pièce héraldique quelconque semée de tourteaux. Quand les tourteaux sont en nombre déterminé, on dit tourtelé de tant de pièces ; si, au contraire, le nombre des pièces n'est pas spécifié, on dit simplement tourtelé de ... ou semé de tourteaux de ... mais alors, l'écu ou la pièce tourtelée comporte des figures entières et sur les bords des fractions de figures.

Tourtereau

Jeune tourterelle.

Tourterelle

Oiseau proche du pigeon.

Tourtre

Oiseau que l'on trouve en armes.

1679 Oiseau que l'on trouve en armes.

Tout

On dit sur le tout, quand on met un écusson en coeur ou en abîme, et lorsqu'il pose sur les quartiers dont un écu peut être formé, qu'on appelle alors surchargé; et en ce cas il tient ordinairement le tiers de l'écu: on dit sur le tout du tout, quand un moindre écusson se met encore sur celui qui étoit sur le tout de l'autre: on dit aussi sur le tout, lorsqu'en la pointe d'un écu, et tout au bas des arênes principales, et au-dessous de tous les autres cantons ou quartiers, on met un dernier écusson, qui n'a pour hauteur, sinon l'espace dans lequel l'écu commence à se courber pour se terminer en pointe; ce qui forme une espece de rebattement, appellé en plaine sous le tout.

1772 On dit sur le tout, quand on met un écusson en coeur ou en abîme, et lorsqu'il pose sur les quartiers dont un écu peut être formé, qu'on appelle alors surchargé; et en ce cas il tient ordinairement le tiers de l'écu: on dit sur le tout du tout, quand un moindre écusson se met encore sur celui qui étoit sur le tout de l'autre: on dit aussi sur le tout, lorsqu'en la pointe d'un écu, et tout au bas des arênes principales, et au-dessous de tous les autres cantons ou quartiers, on met un dernier écusson, qui n'a pour hauteur, sinon l'espace dans lequel l'écu commence à se courber pour se terminer en pointe; ce qui forme une espece de rebattement, appellé en plaine sous le tout. 1899 Pour éviter la répétition du nom de l'émail de différents meubles qui paraissent sur un écu, lorsque toutes les pièces sont du même métal ou de la même couleur, on dit simplement le tout de ...; il est de même pour le tout du tout.

Trabe

Hampe d'un drapeau. Traverse ou jas de l'ancre. On dit aussi Trabs.

1660 Partie de l'ancre qui traverse la stangue par le haut. S'entend aussi du bâton qui supporte l'enseigne et la bannière. 1772 Ce mot se dit du bâton qui supporte l'enseigne et la banniere; on dit par exemple, il porte une bannière semée de France, à la trabe d'argent. 1780 Est la partie d'une ancre qui traverse par le haut la stangue. On nomme aussi trabe le bâton d'une bannière ou d'un guidon, et on se sert de ce terme quand le trabe n'est pas du même émail que le guidon ou bannière. 1843 Traverse de bois qui forme la partie supérieure de l'ancre. 1872 Traverse de l'ancre. 1885 C'est la partie de l'ancre qui traverse la stangue par le haut comme fait la partie supérieure d'une potence. 1887 Nom de la traverse d'une ancre, et de la hampe à laquelle un drapeau est attaché. 1899 Traverse supérieure de l'ancre qui ne s'énonce que lorsque son émail est différent de celui du reste de l'ancre. 1901 La trabe est la traverse d'une ancre. On le nomme quand il est d'un autre émail que l'ancre. C'est aussi le nom de la hampe à laquelle un drapeau est attaché. 1905 Hampe d'un drapeau. Traverse ou jas de l'ancre. On dit aussi Trabs.

Traineau

Véhicule muni de patins. Grand filet que l'on traîne dans les champs pour prendre les oiseaux ou dans les rivières pour pêcher.

Traînée

Traînée de poudre à canon souvent représentée ondée.

1660 Trainée de poudre accompagnée de barillets de poudre d'amorce. 1843 Pièce ondée qui représente un tracé de poudre. 1899 Ce meuble est représenté par une sorte de corde ondée, de sable, figurant un chemin de poudre, destiné à porter le feu à l'amorce d'un canon ou d'un barillet. 1901 Pièce ondée représentant un sentier rempli de poudre d'artillerie. 1905 Semée de poudre à canon ordinairement représentée ondée. Rare.

Trait

Rang de carrés dans l'échiqueté incomplet, c'est-à-dire ayant moins de six traits. Les traits de l'échiqueté correspondent aux tires du vair. Ligne qui délimite les partitions de l'écu.

1660 Rang de carrés d'échiquier. Avec six traits on blasonne en indiquant échiqueté, en-dessous de ce nombre, on indique le nombre de traits. 1798 Trait signifie une rangée de petits carreaux dans une pièce d'armoiries échiquetée. Il porte d'or à la bande échiquetée de gueules et d'argent de trois traits. 1843 Même signification que Tire. 1885 C'est le même que Tire. 1887 Synonyme de Tire. 1899 Même signification que tire, (voir ce mot). 1901 Ligne tracée dans un écu ; elle est perpendiculaire, horizontale ou diagonale. Un trait perpendiculaire au milieu de l'écu fait le parti ; un trait horizontal au milieu de l'écu forme le coupé ; deux traits en croix font l'écartelé ; deux traits diagonaux, l'un à dextre, l'autre à senestre, font l'écartelé en sautoir. Trait est synonyme de Tire. 1905 Rang de carrés dans l'échiqueté incomplet, c'est-à-dire ayant moins de six traits. Les traits de l'échiqueté correspondent aux tires du vair. Ligne qui délimite les partitions de l'écu.

Trajet

Fasce en rivière.

Tranche

Le bord d'un livre. Nom du trait d'un tranché.

1905 Le bord d'un livre. Nom du trait d'un tranché.

Tranché

Une des quatre principales partitions de l'écu ; le tranché est le contraire du taillé, il divise l'écu en deux parties égales par une ligne diagonale allant de l'angle dextre du chef à l'angle senestre de la pointe ; en blasonnant on énonce d'abord l'émail de la partition en chef et à senestre.

1660 Divisé et parti en bande, depuis l'angle dextre du chef jusqu'à l'angle senestre de la pointe. 1694 Tranché, tranchée (Trancher) - part. Il a les significations de son verbe. Tranché, Terme de Blason, qui se dit quand l'escu est coupé de la gauche à la droite. 1772 On dit qu'un écu est tranché, lorsqu'il est divisé en deux diagonalement, et que la division vient de l'angle dextre du chef, à l'angle sénestre de la pointe; quand il est divisé, au contraire, on l'appelle taillé. On dit tranché-crénelé, quand la division du tranché est faite par créneaux; tranché-endenté est quand les deux parties de l'écu entrent l'une dans l'autre par dentelure. Tranché-retranché, se dit de ce qui est tranché, puis taillé et retranché; et tranché-taillé, quand sur le tranché il y a une petite taille ou entaille au coeur de l'écu. 1780 Se dit de l'écu divisé diagonalement en deux parties égales de droit à gauche. 1798 Se dit quand l'écu est coupé en ligne diagonale de la droite à la gauche. 1843 Divisé diagonalement en deux parties égales dans le sens de la barre. 1864 Se dit de l'écu divisé diagonalement en deux parties égales de droite à gauche. 1885 Est une partie de l'écu divisé diagonalement de droite à gauche. 1887 Partition de l'écu, au moyen d'une ligne diagonale, tirée de dextre à senestre. 1899 Une des quatre principales partitions de l'écu ; le tranché est le contraire du taillé, il divise l'écu en deux parties égales par une ligne diagonale allant de l'angle dextre du chef à l'angle sénestre de la pointe ; en blasonnant on énonce d'abord l'émail de la partition en chef et à sénestre. 1901 Partition de l'écu, au moyen d'un trait diagonal, tiré de dextre à senestre. 1905 Divisé en deux parties égales par une ligne droite allant de l'angle dextre du chef à l'angle senestre de la pointe, en parlant de l'écu.

Tranché crénelé

Quand la division du tranché est faite par créneaux.

1660 Quand la division du tranché est faite par créneaux.

Tranché endenté

Est lors qu'en lieu du filet, les deux parties de l'écu entrent l'une dans l'autre ainsi qu'avec une dent.

1660 Est lors qu'en lieu du filet, les deux parties de l'écu entrent l'une dans l'autre ainsi qu'avec une dent.

Tranché retranché

Qui est tranché, taillé puis tranché.

1660 Qui est tranché, taillé puis tranché.

Tranché taillé

Quand sur le tranché il y a une petite taille ou entaille au coeur de l'écu.

1660 Quand sur le tranché il y a une petite taille ou entaille au coeur de l'écu.

Tranchet

Voir Trancher de cordonnier.

1905 Voir Trancher de cordonnier.

Tranchet de cordonnier

Outil à l'usage des Cordonniers, Bourreliers, etc... servant à couper le cuir.

Trangle

La trangle est une fasce diminuée, qui paraît sur un écu haussée ou abaissée, suivant les pièces qui l'accompagnent ; les trangles se blasonnent comme les burèles, mais figurent toujours en nombre impair sur un écu.

1660 Sixième partie de la fasce. 1772 Ce mot se dit des fasces rétrécies qui n'ont que la moitié de leur largeur, et qui sont en nombre impair. 1798 Se dit des fasces rétrécies qui n'ont que le tiers de la largeur ordinaire, et qui sont en nombre impair. 1843 Fasce rétrécie de plus de deux tiers. 1864 Figure du blason diminutif de la fasce posée en nombre impair. 1872 Burelles en nombre impair. 1885 Ce sont des fasces diminuées qui contiennent seulement la sixième partie des fasces ordinaires. 1887 Les burèles prennent ce nom quand elles sont en nombre impair. 1899 La trangle est une fasce, diminuée, qui paraît sur un écu haussée ou abaissée, suivant les pièces qui l'accompagnent ; les trangles se blasonnent comme les burèles, mais figurent toujours en nombre impair sur un écu. 1901 Fasce rétrécie, au nombre de cinq le plus souvent et de sept quelquefois. Six ou huit fasces rétrécies sont nommées burelles. Les trangles sont toujours en nombre impair ; les burelles en nombre pair. 1905 Fasce rétrécie de la moitié de largeur et figurant sur l'écu une traverse d'échafaudage. Elle soutient certaines pièces ou en somme d'autres et n'est jamais figurée en nombre pair. Les Trangles sont des pièces honorables.

Tranine

Trèfle.

Trappe de boeuf

Trappe se dit aussi d'une sorte de piège pour prendre des bêtes dans un trou que l'on fait en terre, et que l'on couvre d'une bascule ou de branchages et de feuillages, afin que la bête venant à passer sur la bascule ou sur les branchages, tombe dans le trou. Sorte d'instrument de fer qui a quatre pointes aiguës, dont l'une se trouve toujours en haut, et que l'on met dans des gués, dans des avenues, pour enferrer les chevaux et les hommes.

Traverse

Barre réduite, analogue à la cotice, mais dans le sens de la barre. Désigne aussi la partie horizontale de la croix.

1660 C'est une espèce de filet posé en barre. 1772 Ce mot se dit d'une espece de filet qui se pose dans les armes des bâtards, traversant l'écu de l'angle sénestre du chef, à l'angle dextre de la pointe, et qui ne contient en sa largeur que la moitié du bâton. 1843 Barre rétrécie. 1885 Barre diminuée. 1899 Cette pièce est une barre réduite, qui paraît souvent sans toucher les bords de l'angle sénestre du chef, ni ceux de l'angle dextre de la pointe. 1905 Barre rétrécie. La Traverse est une espèce de filet qui se pose dans les armes des bâtards.

Traversé

Se dit de pièces enfilées par d'autre.

1905 Se dit des pièces de l'écu enfilées par d'autres pièces. Inversement on dit des pièces qui en enfilent d'autres : traversant telle ou telle pièce.

Traversière

Il s'agit de la flûte.

1905 Il s'agit de la flûte.

Trébuchant

Qualifie une balance.

Trêcheur

(On prononce Trékeur.) - Cette pièce dite quelquefois trescheur et essonnier n'a qu'une largeur égale à celle de la moitié de l'orle dont elle suit le parcours sur un écu ; le trêcheur peut être simple, double, et fleuronné sur plusieurs des points de son ensemble, c'est-à-dire brochant sur huit fleurdelys, disposées, 3, 2 et 3 en croix et en sautoir, chaque tête vers le coeur de l'écu.

1772 C'est une tresse ou une espece d'orle, qui n'a néanmoins que la moitié de sa largeur. Le trêcheur est conduit dans le sens de l'écu. Il y en a de simples et de doubles, quelquefois de fleuronnés, et quelquefois de fleurdelisés, comme celui du royaume d'Ecosse; on l'appelle autrement essonnier. 1780 Est un orle orné de fleurons ; quelquefois il est double, comme dans les armoiries d'Ecosse. 1798 Ou Trescheur. (On prononce Trékeur.) Espèce d'orle, qui n'a néanmoins que la moitié de sa largeur. Il y en a de simples et de doubles, quelquefois fleuronnés et contre-fleuronnés, et quelquefois fleurdelisés, comme celui du Royaume d'Écosse. 1872 Pièce en forme d'orle et suivant exactement les contours de l'écu. Il est souvent double et toujours il est fleuronné. 1887 Orle rétréci, ordinairement double, et fleuronné, c'est-à-dire orné de fleurs-de-lis qui sont alternativement debout et renversé. 1899 Cette pièce dite quelquefois trescheur et essonnier n'a qu'une largeur égale à celle de la moitié de l'orle dont elle suit le parcours sur un écu ; le trêcheur peut être simple, double, et fleuronné sur plusieurs des points de son ensemble. 1901 Orle rétréci qui est distant des bords de l'écu d'une partie, des sept de sa largeur, et n'a que le quart de cette septième partie. Ordinairement il est fleuronné, c'est-à-dire orné de fleurs de lis qui sont alternativement debout et renversées. Le Trêcheur ou Essonnier était nommé primitivement Trechoir.

Treffle

Voir Trèfle.

1798 Voir Trèfle.

Trèfle

Ce meuble est une tiercefeuille dont la partie basse porte une petite queue légèrement recourbée ; le trèfle ne paraît jamais lié en bouquet, ni en gerbe dans un écu.

1660 Herbe à trois feuilles que l'on représente avec une queue sans toutefois l'exprimer. 1772 C'est la figure du treffle posé sur un écu aux extrémités d'une croix. On dit une croix trefflée, et cantonnée de treffles. On représente le treffle dans les armoiries avec une queue, sans toutesfois l'exprimer. 1780 C'est une espèce d'herbe à trois feuilles jointes ensemble par une petite queue. 1843 Herbe à trois feuilles, dont la forme héraldique est semblable à celle qu'elle a dans les jeux de cartes. 1864 Plantes dont la feuille est trilobée. 1872 Feuille à trois folioles, avec tige ondoyante. 1885 Ils ont toujours une tige. 1887 Feuille à trois parties arrondies, munie d'une tige. Lorsque le trèfle est privé de cette tige, il faut l'indiquer. 1899 Ce meuble est une tiercefeuille dont la partie basse porte une petite queue légèrement recourbée ; le trèfle ne paraît jamais lié en bouquet, ni en gerbe dans un écu. 1901 Feuille à trois folioles, munie d'une tige courte. 1905 Meuble d'armoiries qui représente une feuille de la plante du même nom, ayant une petite queue ondoyante, ce qui l distingue de la tiercefeuille laquelle n'en a point.

Tréflé

Se dit de la croix et de quelques autres pièces dont les extrémités se terminent chacune par un trèfle.

1798 Se dit des croix dont les extrémités sont terminées en trèfle. 1887 Se dit des objets dont les extrémités ont la forme d'un trèfle et des demi-cercles sur les ailes des aigles de Brandebourg et de Prusse, qui se terminent en trèfle. 1899 Se dit des pièces et principalement de la croix dont les extrémités se terminent en forme de trèfle. 1901 Se dit d'un sautoir, d'une croix, ou de toute autre pièce de l'écu, dont les extrémités se terminent en trèfle. 1905 Se dit de la croix et de quelques autres pièces dont les extrémités se terminent chacune par un trèfle.

Treillis

C'est une frette alésée, formé de quatre pièces seulement, cloué dans les intersections. Meuble extrêmement rare dans les blasons.

1660 Espèce de frette dont il diffère seulement en ce que les frettes ne sont point clouées. Se prend aussi qui est la grille des casques et heaumes. 1772 C'est une espece de frettes. Les treillis en diffèrent seulement, en ce que les frettes ne sont point clouées, mais les listes, ou bâtons qui (se traversant en sautoir), les composent, sont posés nuement les uns sur les autres, là où les treillis sont garnis de clous dans le solide, et aux endroits où les listes et bâtons se rencontrent. Le mot treillis, se dit aussi des grilles qui sont en la visière des casques et heaumes qui servent de timbre aux armoiries, et cela jusqu'au nombre proportionné aux qualités de ceux qui les portent. 1887 C'est un fretté alésé, cloué dans les intersections, meuble extrêmement rare dans les armoiries. 1901 C'est un fretté alésé, cloué dans ses intersections. 1905 Ensemble des frettes, quand les croisements des pièces sont ornés d'un clou. Nom donné parfois aux grilles de la visière des casques héraldiques.

Treillis carré

Est à angles droits, & quelques fois avec nombre. Autre treillis qu'on iugeroit frette de laquelle il doit estre different, ou pour estre plus large ou plus estroit, & non de la largeur de la frette, & quelque fois il est cloué par dessus soy, qui est comme pour servir de difference.

1679 Est à angles droits, & quelques fois avec nombre. Autre treillis qu'on iugeroit frette de laquelle il doit estre different, ou pour estre plus large ou plus estroit, & non de la largeur de la frette, & quelque fois il est cloué par dessus soy, qui est comme pour servir de difference.

Treillisé

(ou Treillissé) - Le treillisé se figure comme le fretté, mais les pièces qui le composent sont de moindre largeur que celles de ce dernier, et paraissent plus serrées entre elles ; c'est donc un composé de cotices et de traverses, clouées aux endroits de l'entre-croisement de ces pièces ; le cloué est souvent d'un émail spécial, dans ce cas on doit le spécifier.

1798 Voir Treillissé. 1901 Indique qu'un écu est chargé d'un fretté, formé de huit ou de dix cotices entrelacées, moitié à dextre, moitié à senestre. Quand il y a dix cotices, on doit le spécifier en disant : treillisé de dix pièces.

Treillissé

Voir Treillisé.

1772 Ce mot non seulement se dit du fretté le plus serré, mais il faut remarquer de plus qu'au fretté les bandes sont entrelacées avec les barres, et qu'au treillissé elles sont seulement appliquées les unes sur les autres, et souvent clouées. 1780 Est le fretté plus serré. 1798 Garnir de treillis. c'est la même chose que Fretté, mais plus serré. Voy. Fretté. 1843 Fretté de plus de six pièces. 1864 Est le fretté plus serré. 1885 C'est le fretté plus serré. 1887 On entend sous cette désignation un fretté de plus de six pièces, qui, vu leur plus grand nombre, sont très rétrécies. 1899 Le treillisé se figure comme le fretté, mais les pièces qui le composent sont de moindre largeur que celles de ce dernier, et paraissent plus serrées entre elles ; c'est donc un composé de cotices et de traverses, clouées aux endroits de l'entre-croisement de ces pièces ; le cloué est souvent d'un émail spécial, dans ce cas on doit le spécifier. 1905 Se dit d'un écu recouvert par un treillis.

Tremble

Arbre appelé Peuplier, aux feuilles agitées.

Tremblier

Ce meuble rentre dans la catégorie des arbres, et se blasonne comme eux.

Tremblot

Grive de la Guadeloupe.

Trépan

Tarière avec laquelle on perce la pierre.

1904 Instrument de chirurgie.

Trescheur

Pièce honorable assez semblable à l'orle, mais moins large et moins près des bords de l'écu. Le trescheur peut être fleuronné, contre-fleuronné, double.

1660 Espèce d'orle, qui n'en a néanmoins que la moitié de largeur, il y en a de simples et de doubles, quelquefois fleuronnés et contre fleuronnés, parfois fleurdelysés. 1843 Orle rétrécie de moitié ; filet qui fait le tour intérieur de l'écu, à une petite distance des bords. 1864 Figure de blason, rare, représentant une bordure de feuilles. 1885 Est une espèce d'orle qui n'occupe que la moitié de sa largeur; il y en a de simples et de doubles qui parfois sont fleuronnées et contre-fleuronnées. 1905 Pièce honorable assez semblable à l'orle, mais moins large et moins près des bords de l'écu. Le trescheur peut être fleuronné, contre-fleuronné, double.

Tresse

Portée par les cavaliers d'autrefois pour se garantir des coups de sabre.

Triangle

Ce meuble est généralement représenté plein, et la pointe vers le chef ; lorsque c'est la base du triangle qui est en haut, on le dit renversé.

1660 Figure triangulaire. Il y en a de plains et de cléchés, et ordinairement représentés une de ses pointes vers le chef, si au contraire cette pointe est à la pointe de l'écu on le dit renversé, si aux flancs il faut spécifier. 1887 Meuble qui représente un triangle équilatéral et qui est communément posé sur sa base. S'il en était autrement, on le nommerait versé. Dans beaucoup de cas le triangle est vidé et on voit le champ à travers. 1899 Ce meuble est généralement représenté plein, et la pointe vers le chef ; lorsque c'est la base du triangle qui est en haut, on le dit renversé. 1901 Meuble qui représente un triangle équilatéral, posé sur sa base. S'il en était autrement, on le nommerait triangle versé. Il y a des triangles pleins et des triangles évidés, dont on voit le champ à travers ces derniers. 1905 Meuble de l'écu représentant la figure de ce nom. Le triangle est représenté le plus souvent plein, les trois côtés égaux, et posé de telle façon que l'angle pris pour sommet soit dirigé du côté du chef. Placé en sens inverse, il est dit versé ou renversé. Quand ses sommets sont terminés par des fleurons, on le dit fleuronné, par des fleurs de lis fleurdelisé, par des trèfles treflé. Deux triangles vides peuvent être entrelacés ou entravaillés.

Trianglé

Rabattement qui est le produit d'une combinaison de lignes horizontales, verticales et diagonales qui passent par les intersections de deux autres. Il en résulte des petits triangles qui couvrent l'écu. Les diagonales peuvent être dans le sens de la bande ou de la barre, il faut indiquer chaque direction, verticale, horizontale, bande ou barre. Voir Endenté.

1887 Rebattement qui est le produit d'une combinaison de lignes horizontales et de diagonales dans les deux sens de laquelle résulte une série de triangles qui couvre l'écu entier.

Tricèle

Formé de trois volutes se réunissant au centre.

Tricéphale

Qui a trois têtes.

Tricorne

Chapeau à bords repliés en trois cornes.

Trident

Fourche à trois pointes. Présentée en pal.

1899 Sorte de sceptre à trois dents, assez usité dans les armes anglaises, soit comme meuble de l'écu, soit comme ornement extérieur des armoiries. 1901 Fourche à trois dents ou à trois pointes. On donne aussi le nom de trident à la fourche dont se servent les brasseurs de bières.

Trifolié

Possédant trois feuilles.

Trille

Ornement musical.

Trilobe

Arthropode marin fossile de l'ère primaire. Désigne aussi un élément architectural.

Trinacrie

Voir Housseau.

Triolet

Trèfles ou Fleurs de trèfles.

1679 (Triollet) Ou tierce feuille, aucuns ayant queuë (qui vulgairement est dit trefles, & par aucuns ainsi nommez en blason d'armes) autres non. Il s'en void aussi de percees par le milieu, & s'en trouve de toutes ces sortes en armoiries.

Triollet

Voir Triloet.

1679 Voir Triloet.

Trip

Pantoufle à l'antique ou souliers (plur. Treppen).

Trique

Gros bâton.

Triquetre

Réunion de trois cuisses avec leurs jambes et leurs pieds rayonnant d'une tête de face centrale. On le trouve déjà sur des médailles antiques. Ordinairement posé en pairle, on le trouve autrement.

1901 On appelle ainsi la réunion de trois cuisses avec leurs jambes et leurs pieds.

Triquoise

Tenailles servant à enlever les clous. Tenailles en usage chez les maréchaux pour ferrer et déferrer les chevaux.

1905 Tenailles servant à enlever les clous. Tenailles en usage chez les maréchaux pour ferrer et déferrer les chevaux.

Triregnum

Nom donné quelquefois à la tiare ornée de trois couronnes superposées.

1899 Nom donné quelquefois à la tiare ornée de trois couronnes superposées.

Trirème

Navire de guerre à trois rangs de rameurs. Voir Trière.

Triton

Dieu marin représenté par un corps d'homme barbu, ou représenté sous la forme d'un enfant soufflant dans une conque. Désigne aussi un amphibien à queue aplatie.

1901 Homme barbu dont la partie inférieure du corps se termine en queue de poisson. Il est toujours représenté debout, soit dans l'écu, soit comme tenant.

Trois deux et un

Se dit de l'ordonnance normale de la position habituelle de six pièces meublant un écu, quand on n'énonce pas cette position. Tout autre groupement doit forcément s'énoncer.

1780 Se dit de six pièces disposées, trois en chef sur une ligne, deux au milieu, et une en pointe de l'écu. 1798 Il se dit de six pièces disposées trois en chef sur une ligne, deux au milieu, et une en pointe de l'écu. 1843 Position de six figures, dont trois sont alignées en chef, deux au milieu et une en pointe. 1864 Se dit de six pièces disposées sur l'écu, trois en chef, deux en fasce et une en pointe. 1885 Se dit de six pièces disposées, trois en chef sur une ligne, deux au milieu et une en pointe de l'écu. 1899 Se dit de six meubles placés sur un écu trois en chef sur un même tire, deux en coeur, et un en pointe, le tout figurant un triangle renversé. 1905 Se dit de l'ordonnance normale de la position habituelle de six pièces meublant un écu, quand on n'énonce pas cette position. Tout autre groupement doit forcément s'énoncer.

Trois-quarts

Terme de dessin, se dit de la pose du casque des comtes, vicomtes, barons et chevaliers.

1864 Terme de dessin, se dit de la pose du casque des comtes, vicomtes, barons et chevaliers.

Trombone

Instrument à vent à embouchure.

Trompe

Instrument à vent, à l'origine de la trompette et du cor de chasse.

1660 De chasseur tortillée en rond. 1885 Est le même que Cor, Huchet et Cornet. 1887 Quelques familles portent en cimier deux trompes ou clairons. On peut supposer que ces objets n'étaient pas originairement des trompes, mais simplement des étuis ou tuyaux destinés à y placer un panache de plumes. 1899 Ce meuble se blasonne comme le cor. 1901 Instrument de musique. Clairon.

Trompe d'éléphant

Ce meuble est plus héraldiquement appelé proboscide ; son emploi est assez fréquent dans les armes d'Angleterre, de l'Allemagne et des Pays-Bas ; comme ornement extérieur, les heaumes et les cimiers en sont souvent ornés.

1660 Voir Proboscide. 1899 Ce meuble est plus héraldiquement appelé proboscide ; son emploi est assez fréquent dans les armes d'Angleterre, de l'Allemagne et des Pays-Bas ; comme ornement extérieur, les heaumes et les cimiers en sont souvent ornés.

Trompette

Instrument à air à embouchure.

1885 Instrument de musique. 1679 Aucunesfois seulles ou garnies de ce qu'il leur convient.

Tronc

Meuble de l'écu représentant un tronc d'arbre, et rogné soit simplement par le haut, soit par le haut et le bas à la fois. Le tronc peut être arraché, écoté, etc. On dit quelquefois arbre tronqué.

1899 Fût d'un arbre représenté avec des racines et des noeuds, mais sans branchages. 1905 Meuble de l'écu représentant un tronc d'arbre, et rogné soit simplement par le haut, soit par le haut et le bas à la fois. Le tronc peut être arraché, écoté, etc. On dit quelquefois arbre tronqué.

Tronc d'arbre

Se dit du pied d'un arbre coupé dont on voit quelques racines.

1660 Coupé et ébranché. 1901 Est figuré par le fût ou la tige d'un arbre avec des racines sans aucune branche.

Tronçonné

Divisé en tronçons qui gardent cependant leur place naturelle, et sont indiqués seulement par un léger espace vide.

1885 Se dit d'une croix coupée par morceaux, qui, séparés les uns des autres par un petit espace, indiquent encore la forme d'une croix. 1887 Se dit des pièces et animaux qui semblent brisés en plusieurs morceaux, sans que pour cela leur forme générale soit altérée. 1899 Se dit de toute pièce et principalement de la croix figurée en morceaux carrés paraissant séparés et disposés de manière à former soit une croix, soit une autre pièce honorable ; les intervalles des tronçons laissent voir le champ de l'écu. 1901 Se dit des pièces et des animaux qui semblent brisés en plusieurs morceaux, sans que pour cela la forme générale soit altérée. 1905 Divisé en tronçons qui gardent cependant leur place naturelle, et sont indiqués seulement par un léger espace vide.

Tronqué

Se dit d'un arbre ébranché.

1885 Se dit des arbres coupés par les deux bouts. 1899 Se dit d'un arbre ébranché. 1905 Réduit au tronc, coupé par la tête et par le pied en parlant d'un arbre. Cette expression arbre tronqué est synonyme de tronc.

Trousseau

Petite trousse, liasse, paquet.

1905 Petite trousse, liasse, paquet.

Truble

Petit filet attaché carrément au bout d'une perche, et qui sert à pêcher du poisson dans les boutiques et les réservoirs.

Truelle

Instrument du maçon.

Truffe

Champignon.

1905 Champignon.

Truffe d'eau

La macle flottante.

1905 La macle flottante.

Truie

Femelle du porc.

Truite

Poisson voisin du saumon.

1901 Poisson du genre saumon.

Truité

Marqueté, tacheté.

1905 Marqueté, tacheté.

Truite picotée

(Truyte picotee) Poisson rencontré en armes.

1679 (Truyte picotee) Poisson rencontré en armes.

Truyte

Voir Truite.

1679 Voir Truite.

Tube

Tube de canon. Voir Canon.

Tubéreuse

Plante ressemblant à un lys ou amarillys.

1905 Plante ressemblant à un lys ou amarillys.

Tulipe

Plante à bulbe à grande et belle fleur solitaire.

1899 Cette fleur assez usitée en armoiries, y paraît au naturel, ou émaillée en couleurs héraldiques. 1901 Plante herbacée. La tulipe rouge est la plus usitée en héraldique.

Tumulaire

Relatif au tombeau.

1905 Relatif au tombeau.

Tumulus

Grand amas de terre.

Turbot

Poisson marin.

1679 (Turboz) Poisson rencontré en armes.

Turboz

Voir Turbot.

1679 Voir Turbot.

Tuyau de riz

Tige de riz.