Glossaire, dictionnaire héraldique: évolution de 1660 à 1905

A quel livre, traité ou dictionnaire, correspond chaque date ?
A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Paille

Tiges de blé, d'avoine, de seigle, etc.

1905 Tiges de blé, d'avoine, de seigle, etc.

Paillé

Se dit du champ d'un écu, d'une pièce honorable, d'un meuble, paraissant chargé de broderies ou de damasquinures ; ce genre d'ornementation est assez fréquent dans les armes des Pays-Bas.

1780 Est le même que diapré. 1798 Synonyme de diapré. Il se dit des fasces, paux, et autres pièces bigarrées de diverses couleurs. 1885 Est le même que diapré. 1899 Se dit du champ d'un écu, d'une pièce honorable, d'un meuble, paraissant chargé de broderies ou de damasquinures ; ce genre d'ornementation est assez fréquent dans les armes des Pays-Bas. 1901 Reproduction d'une étoffe arabe dite sarrazinoise qui a été rapportée des croisades. Cette étoffe tissée d'or était ordinairement fond vert ou de sinople (quand elle est d'autre couleur, on doit l'indiquer). Elle portait des ronds juxtaposés soit simples, soit doubles et reliés par une sorte de grecque. Au centre des animaux seuls, lions, panthères, aigles, etc., sont affrontés. Voir Diapré. 1905 Se dit des fasces et autres pièces bigarrées de différentes couleurs. Synonyme de Diapré.

Paille-en-queue

Oiseau palmipède dont la queue présente deux longues plumes rectrices médianes.

Pailleté

Semé de paillettes.

1905 Semé de paillettes.

Paillette

Très petite feuille de métal, ordinairement circulaire et percé d'un trou au milieu, que l'on coud sur une étoffe pour la faire scintiller.

1905 Très petite feuille de métal, ordinairement circulaire et percé d'un trou au milieu, que l'on coud sur une étoffe pour la faire scintiller.

Paillis

Dais en paille.

Paillon

Enveloppe de paille ou de jonc de forme conique, dont on se sert pour emballer des bouteilles. Paillon de boulanger : Paneton.

1905 Enveloppe de paille ou de jonc de forme conique, dont on se sert pour emballer des bouteilles. Paillon de boulanger : Paneton.

Pair

Pairs de France.

1660 Pairs de France.

Pairle

Pièce héraldique en forme d'Y, dont les branches atteignent les angles de l'écu.

1660 C'est une figure composée de trois cotices mouvantes des deux coins su chef et de la pointe et se joignantes au coeur de l'écu en forme d'un Y, sinon que la partie mouvante de la pointe est un peu plus longue afin qu'elle s'égale aux deux autres branches. 1772 Figure composée de trois latis mouvans des deux angles du chef et de la pointe, et qui se joignent au fort de l'écu, en forme d'y grec, ou espece de pal qui, mouvant du pié de l'écu, se divise en arrivant au milieu en deux parties égales, qui vont aboutir aux deux angles du chef. On dérive le mot pairle, les uns de palirum, parce qu'il en a la figure, n'étant représenté qu'à moitié; d'autres ou de pergula, perche fourchue dont on se servoit autrefois pour suspendre les lampes et étendre les habits sacrés dans les sacristies; ou de pairles, parce qu'il est fait de trois branches de longueur égale. 1780 Est un pal, qui mouvant de la pointe, se partage en deux vers le milieu en deux branches égales qui vont aboutir aux deux angles du chef. 1798 Qui se dit d'un pal mouvant de la pointe de l'écu, et divisé en deux parties égales, qui vont aboutir en forme d'Y aux deux angles du chef. 1843 Pièce honorable qui ressemble à un Y à larges branches. 1864 Est une fourche qui mouvant du pied de l'écu, se divise, vers le milieu en deux autres parties égales qui vont aboutir aux angles du chef. 1872 Pièce dite honorable ayant la forme d'un Y, dont les branches supérieures aboutissent aux deux angles du chef ; et dont la branche inférieure s'appuie sur le milieu de la base de l'écu. 1885 Il se compose de trois rayons partant du centre de l'écu et s'étendant vers les deux angles du chef et le milieu de la pointe, ce qui lui donne la forme d'un Y grec. 1887 C'est un pal qui, mouvant de la pointe de l'écu, se partage vers le milieu en deux branches égales qui vont aboutir dans les deux angles du chef. Quelquefois le pairle est renversé. 1899 Le pairle est une sorte de pal, mouvant de la pointe de l'écu, se divisant en deux branches égales, de même largeur que le pal, à partir du centre, pour aller aboutir l'une à l'angle dextre, l'autre à l'angle sénestre du chef. Lorsque plusieurs meubles sont rangés dans le sens du pairle (en fourche) on doit dire ces pièces posées en pairle. 1901 Meuble héraldique qui affecte la forme d'un pal fourchu, mouvant de la pointe de l'écu et se partageant au centre en deux branches égales s'étendant aux deux angles du même écu. Il a donc la forme d'un Y ou du Pallium des prélats romains. Le pairle est fréquent dans les blasons écossais. 1905 Pièce héraldique en forme d'Y, dont les branches atteignent les angles de l'écu.

Pairle (En)

Se dit de pièces longues posées dans la direction qui est propre au pairle. Ces pièces peuvent également être mises en pairle renversé.

1887 Se dit de pièces longues posées dans la direction qui est propre au pairle. Ces pièces peuvent également être mises en pairle renversé. 1901 Se dit de trois meubles ou pièces rangés dans le sens du pairle.

Paissant

Se dit du cheval, de la vache, du mouton, de l'agneau, etc..., lorsque ces animaux sont représentés ayant la tête inclinée et semblant paître. Attitude particulière et ordinaire de la brebis.

1772 Se dit des vaches et des brebis qui ont la tête baissée pour paître. 1780 Se dit des vaches et brebis qui ont la tête baissée pour paître. 1864 Se dit des animaux qui ont la tête baissée pour paître. 1885 Indique que les animaux, tels que les vaches et les brebis ont la tête baissée pour paître. 1887 Se dit des animaux qui tiennent la tête baissée comme pour prendre leur nourriture. La brebis est toujours paissante. Voir Brebis. 1899 Se dit du cheval, de la vache, du mouton, de l'agneau, etc ..., lorsque ces animaux sont représentés ayant la tête inclinée et semblant paître. 1901 Attribut d'un cheval, d'une vache, d'un mouton, d'une brebis ou de quelque autre animal, posé sur une terrasse qu'il semble brouter. 1905 Attribut de certains animaux, et principalement de la vache et du mouton, quand ils ont la tête inclinée vers la terre et semblant paître.

Pal

Pièce honorable, placée perpendiculairement au milieu de l'écu, allant du chef à la pointe ; quand il paraît seul, le pal occupe environ le tiers du champ. On peut mettre jusqu'à trois pals dans un écu, mais passé de nombre, ces pièces prennent le nom de vergette. Les pals multipliés sur un écu se placent à une égale distance les uns des autres, laissant entre eux, sur le champ, autant d'espaces libres et de même largeur que celles qu'ils occupent. Lorsque plus de deux meubles sont placés l'un sur l'autre, on les dit posés en pal ; mais lorsque ce sont des animaux qui sont représentés de cette manière, on doit, en blasonnant, les dire l'un sur l'autre.

1660 Pali, pieu, une liste ou lisse, longue plate et large, debout au milieu de l'écu, et en toute la hauteur d'icelui, depuis le dessus du chef jusqu'à la pointe. C'est l'une des pièces honorables ordinaires, il doit contenir en sa largeur le tiers de l'écu. 1694 Sub. m. Gros pieu. Vieux mot. Il n'est plus en usage que dans le Blason. Il porte d'or au pal de gueule, à trois pals aiguisez. 1772 Piece honorable de l'écu; c'est la représentation du pal ou pieu posé debout qui comprend toute la hauteur de l'écu, depuis le dessus du chef jusqu'à la pointe. Quand il est seul il doit contenir le tiers de la largeur de l'écu; quand il est nombre impair, on le rétrécit de façon, que si l'on en met deux, ils comprennent deux cinquièmes de l'écu; si l'on en met trois, ils comprennent les trois septiemes; et alors on spécifie le nombre des pieces, aussi-bien que celles dont ils sont accotés et chargés. Il y a aussi des pals comettés et flamboyans qui sont pointus et en ondes. Les comettés sont mouvans du chef, les flamboyans de la pointe. Les pals dans les armoiries sont des marques de jurisdiction. On appelle un écu palé, quand il est chargé également de pals, de métal et de couleur. Contrepalé se dit lorsque l'écu est coupé, et que les demi pals du chef, quoique d'émaux semblables à ceux de la pointe, sont néanmoins différens en leur rencontre; en sorte que si le premier du chef est de métal, celui qui lui répond au-dessous, doit être de couleur. On l'appelle palissé, quand il y a des pals aiguisés, dont on fait les palissades pour la défense des places. Ducange croit que ce mot vient de pallea, qui signifioit un tapis, ou une piece d'étoffe de soie; et que les anciens appelloient pales les tapisseries qui couvroient les murailles, et disoient paler, pour dire, tapisser. 1780 Est une pièce honorable qui occupe le tiers de l'écu perpendiculairement. On le met en nombre, comme la fasce, la bande, etc. 1798 Son pluriel est Paux ou pals. Il porte d'or au pal de gueules, à deux pals de sinople. 1843 Pièce honorable qui traverse l'écu de haut en bas par le milieu et qui a un tiers de sa largeur. 1864 Est une pièce honorable qui occupe perpendiculairement le tiers moyen de l'écu. 1872 Pièce dite honorable formée de deux lignes verticales comprenant entre elles le tiers de l'écu. 1885 On le place dans le sens vertical. 1887 Pièce héraldique consistant en l'espace compris entre deux lignes perpendiculaires. 1899 Pièce honorable, placée perpendiculairement au milieu de l'écu, allant du chef à la pointe ; quand il paraît seul, le pal occupe environ le tiers du champ. On peut mettre jusqu'à trois pals dans un écu, mais passé de nombre, ces pièces prennent le nom de vergette. Les pals multipliés sur un écu se placent à une égale distance les uns des autres, laissant entre eux, sur le champ, autant d'espaces libres et de même largeur que celles qu'ils occupent. Lorsque plus de deux meubles sont placés l'un sur l'autre, on les dit posés en pal ; mais lorsque ce sont des animaux qui sont représentés de cette manière, on doit, en blasonnant, les dire l'un sur l'autre. 1901 Le pal est une bande d'étoffe traversant verticalement l'écu, dont elle occupe en largeur deux parties sur les sept qui le composent. Le pal, pau ou pieu, représenté alésé et aiguisé dans l'écu n'est autre chose que le palus des Latins, c'est-à-dire un pieu d'où est dérivé le mot français palissade. La couronne vallaire est un cercle d'or surmonté d'un rang de pieux. 1904 Pièce verticale; en pal veut dire verticalement placée. 1905 Pièce héraldique placée au milieu de l'écu, dont elle occupe le tiers en largeur. Le pal est formé de deux lignes verticales qui partagent l'écu en trois parties égales. C'est une pièce honorable qui représente un pieu. En règle, le pal ne doit occuper que le tiers de la largeur de l'écu ; mais quand il y en a plusieurs, cette proportion est nécessairement réduite, toujours d'ailleurs d'après des règles fixes. Au delà de cinq rebattements, le pal prend le nom de vergette. Il peut être cometé, flamboyant, retrait, etc. Sa réunion avec le chef constitue le chef-pal.

Pal (En)

Se dit : 1° d'objets rangés dans la direction d'un pal ; 2° de pièces longues, posées verticalement.

1887 Se dit : 1° d'objets rangés dans la direction d'un pal ; 2° de pièces longues, posées verticalement.

Pals cometés et flamboyants

Qui sont pointus et en ondes. Les cométés mouvent du chef, les flamboyants de la pointe.

1660 Qui sont pointus et en ondes. Les cométés mouvent du chef, les flamboyants de la pointe.

Pal-chevron

C'est un pal qui finit en chevron.

Pal-chevronné

Pal généralement chargé de trois chevrons.

Pale

Oiseau.

Palé

On donne ce nom à un écu lorsque le nombre des pals qui le remplissent est égal en pièces de métal et de couleur ; pour blasonner un écu palé, on commence par énoncer l'émail du pal qui occupe la première place à dextre, et l'on indique ensuite le nombre de ces pièces meublant l'écu.

1660 Qui est à dire que l'écu est également de pals de métal et de couleur, desquels on doit préciser le nombre des pièces. 1772 On dit qu'un écu est palé, quand il est chargé également de pals, de métal et de couleur; et qu'il est contre-palé lorsqu'il est coupé, et que les deux demi-pals du chef, quoique de couleurs semblables à ceux de la pointe, sont néanmoins différens à l'endroit où ils se rencontrent; en sorte que, si le premier du chef est de métal, celui qui y répond au-dessous est de couleur. On dit que l'écu est palissé, quand les pals sont aiguisés, et semblables à ceux dont on fait usage dans la défense des places. 1780 Se dit de l'écu et des figures chargées de pals. 1843 Divisé en un nombre pair de pals ou de paux, ordinairement de six. 1864 Se dit de l'écu et des figures chargées de peaux. 1885 Qui est couvert de pals. 1887 Se dit d'un écu ou d'une pièce couverte de pals en nombre pair, entre lesquels il ne reste aucun espace. 1899 On donne ce nom à un écu lorsque le nombre des pals qui le remplissent est égal en pièces de métal et de couleur ; pour blasonner un écu palé, on commence par énoncer l'émail du pal qui occupe la première place à dextre, et l'on indique ensuite le nombre de ces pièces meublant l'écu. 1901 Attribut d'un écu couvert de pals en nombre pair. 1905 Attribut de l'écu et des pièces honorables qui sont chargés de pals alternativement de métal et d'émail en nombre pair. Le palé comporte d'ordinaire six partitions. Dans le cas ou le nombre est inférieur ou supérieur à ce chiffre, il faut le blasonner.

Palé-contre-palé

Quand les pals d'un palé sont divisés par un trait (coupé, tranché, taillé), on a le contre-palé.

1660 Se dit lorsque l'écu est coupé et que les demis-pals du chef quoique d'émaux semblables à ceux de la pointe, sont néanmoins différents en leur rencontre, en ce que si le premier du chef est de métal, celui qui est au-dessous et qui le supporte, doit être de couleur, ainsi des autres. 1899 Lorsque le palé est coupé, l'écu est divisé en deux par un trait horizontal, les émaux sont alors opposés entre eux d'une partition à l'autre, et l'émail de la première pièce à dextre en chef est de même couleur que la seconde également à dextre en pointe. 1905 Quand les pals d'un palé sont divisés par un trait (coupé, tranché, taillé), on a le contre-palé.

Palet

Utilisé pour pal.

Palette

Voir Palette de peintre.

1901 Planchette de forme elliptique, ordinairement en bois de noyer, dont se servent les artistes peintres pour étaler et mélanger leurs couleurs.

Palette de chirurgien

Petite écuelle dans laquelle on reçoit le sang de ceux à qui on ouvre la veine.

Palette de peintre

On appelle aussi Palette, un petit ais (planche) fort mince, sur lequel les peintres mettent les couleurs et les mêlent.

Pal-fascé

Se dit d'un pal uni à une demi-fasce de même nature que lui à dextre ou à senestre, il faut donc le spécifier, pal fascé à dextre ou à senestre. Voir Fasce-pal.

Palis

Composé de deux pals et deux fasces alésés ou de deux burelles et deux vergettes également alésées et ordinairement entrelacés.

Palissade

Fasce formée de pals aiguisés par le haut et placés les uns contre les autres ; ce meuble peut occuper un peu plus du tiers de la hauteur de l'écu.

1899 Fasce formée de pals aiguisés par le haut et placés les uns contre les autres ; ce meuble peut occuper un peu plus du tiers de la hauteur de l'écu.

Palisse

Partie de la fourrure appelée vair et qui a la forme d'un clocheton. Lorsque son émail n'est pas indiqué, elle est d'azur.

1901 Partie de la fourrure appelée vair, qui a la forme d'une cloche et l'émail d'azur.

Palissé

Attribut de toute pièce ou partition composée de pieux pointus par le haut et placés l'un près de l'autre en forme de clôture.

1660 Fait en façon de pals aiguisés dont on se sert pour faire des palissades pour la décence d'une place. Appelé aussi Crénelé en bornes. 1772 Se dit d'un rang de palissades représentées sur une fasce, qui s'élevent d'une hauteur considérable, et qui sont éguisées par le bout d'en-haut, à-travers lesquelles on apperçoit le champ. Il se dit aussi chez nous des pieces à paux au fasce, aiguisées et enclavées les unes dans les autres. 1780 Se dit des pièces à pals ou fasces aiguisées, enclavées les unes dans les autres. 1798 Se dit des pièces à paux aiguisés, enclavés les uns dans les autres. Une enceinte palissée d'or. 1864 Se dit des pièces enclavées les une dans les autres. 1885 Se dit des pièces à pals et fasces aiguisés, enclavés les uns dans les autres. 1887 Se dit de pals aiguisés d'émaux différents, enclavés les uns dans les autres. 1901 Terme indiquant qu'une fasce ou toute autre pièce est formée de pieux pointus par le haut ou de pals aiguisés enclavés les uns dans les autres. 1905 Attribut de toute pièce composée de pieux pointus vers le haut et disposés en palissade.

Palle

Huppe. Carton carré, couvert de toile blanche, et servant à couvrir le calice.

Pallé

Voir Palé.

1780 Voir Palé.

Palleron

Pie de mer.

Pallet

Synonyme de Palet.

1905 Synonyme de Palet.

Pallier

Culture en espalier.

Pallium

Croix qui figure le pallium des archevêques.

1905 Croix qui figure le pallium des archevêques.

Palme

Cette branche du palmier se blasonne comme celles des autres arbres.

1660 Feuille du palmier. 1864 Bordure de branches de palmier que les femmes mettent autour de l'écu de leurs armes. 1885 Branche de palmier. 1887 Rameau du palmier. 1899 Cette branche du palmier se blasonne comme celles des autres arbres. 1901 Rameau ou branche du palmier asiatique.

Palmette

Ornement en forme de feuilles de palmier.

Palmier

Cet arbre se représente ayant le fût couvert de sortes d'écailles et les branches retombant en forme de cercles ; à moins d'une indication spéciale, son émail est le sinople.

1679 Arbre que l'on trouve en armes. 1899 Cet arbre se représente ayant le fût couvert de sortes d'écailles et les branches retombant en forme de cercles ; à moins d'une indication spéciale, son émail est le sinople. 1901 Grand arbre dont la tige simple, nue, appelée stipe, est couverte à son sommet par un faisceau de feuilles dites palmes.

Palombe

Gros pigeon à tête et dos gris-bleu (ramier).

Pâmé

Qui est représenté la bouche béante, comme s'il expirait, en parlant des poissons, et en particulier, du dauphin.

1772 Se dit d'un dauphin sans langue, et qui a la bouche ouverte. 1780 Du dauphin sans langue, la hure ouverte. 1798 Se dit d'un poisson qui a la gueule béante. D'azur au dauphin d'or pâmé. 1843 Se dit d'un poisson qui a la gueule béante. 1864 Se dit du dauphin sans langue la hure ouverte. 1872 Du dauphin sans langue, la hure ouverte. 1885 C'est le dauphin à la hure ouverte sans langue. 1887 Se dit du dauphin qui a la hure ouverte. 1899 Se dit du dauphin principalement, mais aussi des autres poissons représentés ayant la gueule béante. 1901 Attribut du dauphin ou de tout autre poisson représenté la bouche ouverte et privée de langue. 1905 Qui est représenté la bouche béante, comme s'il expirait, en parlant des poissons, et en particulier, du dauphin. Se dit de l'aigle figurée les yeux clos avec un bec très crochu et sans langue.

Pampre

Rameau de vigne garni de feuilles ; ce meuble diffère du cep en ce qu'il est représenté sans racines, ni échalas. On se sert du mot pampré, au lieu de feuillé, pour désigner le feuillage de la vigne.

1660 Jeune sermant ou sep de vigne avec ses feuilles. 1885 Ceps de vigne. 1899 Rameau de vigne garni de feuilles ; ce meuble diffère du cep en ce qu'il est représenté sans racines, ni échalas. On se sert du mot pampré, au lieu de feuillé, pour désigner le feuillage de la vigne. 1901 Cep de vigne, orné de ses feuilles ; il paraît posé verticalement dans l'écu. 1905 Branche de vigne avec ses feuilles.

Pampré

Attribut d'une grappe de raisin feuillée et tigée d'un émail particulier. Pampré est donc un attribut qu'on emploie spécialement pour les feuilles et le cep de vigne.

1772 Il se dit de la grappe du raisin attachée à sa branche. 1798 Se dit des grappes de raisin attachées à la branche. D'or à trois grappes de raisin de sable pamprées de sinople. 1843 S'applique à la grappe de raisin dont le feuillage est d'un autre émail. 1885 Se dit des feuilles et de la tige d'une grappe de raisin, lorsqu'elles se trouvent d'un émail différent. 1887 Se dit de l'émail des feuilles d'un cep de vigne ou d'une grappe de raisins. 1901 Se dit du feuillage d'une grappe de raisin, lorsqu'il est d'émail particulier. 1905 Attribut d'un cep de vigne ou d'une grappe de raisin, quand les sarments et les feuilles sont d'un émail particulier.

Panache

Meuble d'armoiries représentant un faisceau de plumes liées ensemble et dont le sommet se recourbe comme des feuilles d'acanthe ; lorsqu'un heaume est garni de cet ornement de plumes on le dit panaché. Autrefois on disait pennaché.

1899 Meuble d'armoiries représentant un faisceau de plumes liées ensemble et dont le sommet se recourbe comme des feuilles d'acanthe ; lorsqu'un heaume est garni de cet ornement de plumes on le dit panaché. Autrefois on disait pennaché. 1901 Plume d'autruche posée verticalement dans l'écu, et dont le sommet est légèrement recourbé. On donne aussi ce nom à la réunion de plusieurs plumes d'autruche formant bouquet et servant de cimier à un grand nombre de familles nobles.

Panaché

Orné de panache, de plumes d'autruche posées verticalement et légèrement recourbées par le haut. Chapeau, bonnet, cheval, etc... Est employé dans les cimiers mais peut aussi se trouver comme meuble dans l'écu seul ou en bouquet.

1885 On désigne ainsi un chapeau ou bonnet orné de panaches. 1887 Se dit d'un casque ou chapeau sommé de plumes. 1901 Attribut d'un casque ou d'un chapeau orné de plumes d'autruches.

Panais

Plante potagère. Tubercule.

Panelle

Nom donné à la feuille du peuplier.

1660 Feuille de peuplier. 1772 C'est le nom qu'on donne aux feuilles de peuplier. 1798 Signifie une feuille de peuplier. 1843 Feuille de peuplier. 1872 Nom héraldique de la feuille du peuplier. 1885 Feuille de peuplier. 1887 Nom héraldique de la feuille de peuplier. 1899 Nom que l'on donne à la feuille du peuplier. 1901 Nom héraldique de la feuille du peuplier blanc. 1905 Nom donné à la feuille du peuplier.

Panier

Est représenté tel que le panier de ménage en osier.

1901 Est représenté tel que le panier de ménage en osier.

Panis

Genre de plante qui ne diffère du millet que par l'arrangement des fleurs et des semences qui forment des épis fort serrés.

Panisse

Voir Panis.

Panne

Sorte d'étoffe de soie, de fil, de laine, de poil de chèvre, ou de coton, fabriquée à peu près comme le velours. Synonyme de fourrure, appliqué à l'hermine et au vair.

1660 Fourrure ou doublure, hermines et vair. Voir ces mots. 1899 Synonyme de fourrure, appliqué à l'hermine et au vair.

Pannelle

Feuille de peuplier.

1798 Voir Panelle.

Panneton

C'est la partie de la clef qui joue dans la serrure. C'est la position du penneton qui fait que les clefs sont dites affrontées ou adossées.

1780 C'est la partie de la clef qui joue dans la serrure. C'est la position du penneton qui fait que les clefs sont dites affrontées ou adossées. 1899 Se dit de la partie basse d'une clef (celle qui fait mouvoir l'intérieur d'une serrure), lorsqu'il est nécessaire d'indiquer que cette partie du meuble est d'un émail spécial.

Pannon généalogique

Écu chargé des diverses alliances des maisons dont un noble est descendu. Il sert à faire ses preuves. Il comprend les armes du pere et de la mere, de l'ayeul et de l'ayeule, du bisayeul et de la bisayeule. Il est composé de huit, de seize, de trente-deux quartiers, sur lesquels on dresse l'arbre généalogique.

1772 Écu chargé des diverses alliances des maisons dont un noble est descendu. Il sert à faire ses preuves. Il comprend les armes du pere et de la mere, de l'ayeul et de l'ayeule, du bisayeul et de la bisayeule. Il est composé de huit, de seize, de trente-deux quartiers, sur lesquels on dresse l'arbre généalogique.

Pannonceau

Ecusson fixé à un poteau, ou à l'extrémité d'une hampe.

1899 Ecusson fixé à un poteau, ou à l'extrémité d'une hampe.

Panthère

Mammifère carnassier au pelage jaune tacheté de noir. (Surtout utilisée en Autriche) Lion rampant, queue et crinière hérissée, pattes antérieures comme celles d'une aigle, tête de cheval, cornes de bouc ou de boeuf.

1887 Les panthères, toujours représentées de couleur naturelle, sont très rares dans les armoiries et servent communément de supports. 1901 La panthère est de la taille et de la tournure d'un dogue de forte race, mais moins haute de jambes.

Panthère héraldique

Ne se trouve guère que dans les armes autrichiennes. Elle a la forme générale d'un lion rampant avec sa queue et sa crinière hérissée et les pattes de devant comme celles de l'aigle. Les plus anciens la représentaient avec une tête de cheval portant des cornes de boeufs et vomissant des flammes. Plus tard on fit encore jaillir des flammes de ses oreilles et de ses narines.

1887 Elle ne se trouve que dans des armoiries autrichiennes et principalement styriennes et a la forme générale d'un lion rampant avec sa queue, la crinière hérissée et les pattes de devant pareilles à celles d'une aigle. D'après les dernières recherches sur les monuments, les anciens artistes représentaient la panthère héraldique avec une tête de cheval portant des cornes de boeuf et vomissant des flammes. Plus tard on fit encore jaillir des flammes de ses oreilles et narines, ce qui est contraire aux modèles antiques.

Paon

Cet oiseau est généralement représenté de front, la tête ornée d'une aigrette, la queue étalée en forme de roue ; ainsi figuré on le dit rouant. Lorsque le paon est posé de profil, sa queue paraît traînante. Lorsque les yeux de la queue sont d'un émail particulier on dit cet oiseau miraillé.

1660 La plus ordinaire représentation est d'être de front, faisant la roue de la queue, qu'on blasonne rouant. Sinon se tient la queue ramassée et baissée. 1885 On le dit rouan lorsqu'il est de front, étalant sa queue en forme de roue. Sa tête est ornée de trois plumes en aigrette. 1887 Cet oiseau est vu de profil, mais quand il fait la roue il est posé de front avec la tête de profil et s'appelle paon rouant. Il porte sur sa tête une aigrette de trois brins, sommés chacun d'une petite boule. 1899 Cet oiseau est généralement représenté de front, la tête ornée d'une aigrette, la queue étalée en forme de roue ; ainsi figuré on le dit rouant. Lorsque le paon est posé de profil, sa queue paraît traînante. Lorsque les yeux de la queue sont d'un émail particulier on dit cet oiseau miraillé. 1901 Oiseau originaire de l'Asie centrale. Dans l'écu, il est posé ordinairement de profil, la tête surmontée d'une aigrette de trois plumes et la queue traînante. On dit que le paon est rouant, lorsqu'il est posé de front la queue relevée en éventail. 1905 Le paon héraldique est représenté de face, avec la queue étalée, rouant, c'est-à-dire faisant la roue. Quand les yeux des plumes de la queue sont d'un émail particulier, le paon est dit miraillé. La tête est toujours surmontée d'une aigrette à trois plumes.

Paonne

Femelle du paon.

Paoyet

Colonne.

Papegai, papegay, papegault, papegaux

Voir Perroquet, Papegaud.

1660 Ceps

Papegaud

Nom héraldique du perroquet. Oiseau souvent de sinople, becqué et onglé de gueules, perroquet.

1899 De même que Papegai se dit pour Perroquet.

Papegaul

(vulgairement nommez Perroquets) & quelques fois leurs testes seulles.

1679 (vulgairement nommez Perroquets) & quelques fois leurs testes seulles.

Papelonné,

Papeloné

Le papelonné est une suite de pièces demi-circulaires, en forme d'écailles de poisson, rangées les unes sur les autres, les pointes cerclées s'alternant, et mises dans le sens des fasces ; ces écailles ont une bordure apparente qui est considérée comme une pièce d'ornement, et doit être d'un émail particulier ; c'est donc l'intérieur de ces écailles qui tient lieu de champ, et peut être chargé de quelque meuble.

1660 Se représente en forme d'écailles ou demi-cercles dont les bouts tirent contre mont, et les demi-cercles contre bas posés par rangées les uns sur les autres, ainsi que des tuiles ou ardoise rondes. Le plein de ces écailles tient lieu de champ, et les bords de pièces et d'ornements. 1679 Quelques fois seul, ou avec grillets & choses semblables. 1772 Ce mot se dit d'une représentation en forme d'écaille ou de demi-cercle qu'on met sur un écu. Le plein de ces écailles tient lieu de champ, et les bords de pieces et d'ornemens. 1780 Se dit d'un ouvrage à écailles. 1798 Il se dit d'un écu chargé d'une espèce d'écailles. D'hermine, papeloné de gueules. 1843 Couvert de pièces arrondies et superposées comme des tuiles. 1864 Se dit de lignes embréquées comme les tuiles d'un toit, ou des écailles. 1872 Se dit d'une figure héraldique représentant des écailles ou des demi-cercles faits sur l'écu. 1887 Rempli d'écaille, ou de demi-cercles dont les bouts tirent vers le chef et les demi-cercles vers la pointe de l'écu. Le plein de ces écailles tient lieu de champ et est quelquefois semé d'autres figures. 1899 Le papelonné est une suite de pièces demi-circulaires, en forme d'écailles de poisson, rangées les unes sur les autres, les pointes cerclées s'alternant, et mises dans le sens des fasces ; ces écailles ont une bordure apparente qui est considérée comme une pièce d'ornement, et doit être d'un émail particulier ; c'est donc l'intérieur de ces écailles qui tient lieu de champ, et peut être chargé de quelque meuble. 1901 Terme désignant un écu couvert de traits circulaires imitant les écailles d'une cuirasse. C'est aussi le qualificatif de certains meubles de l'écu chargés de ces ornements. Ainsi, on dit une croix, un pal de ... papelonné de ... 1905 Qui est couvert de dentelures en forme d'écailles ou de demi-cercles, en parlant d'un écu ou d'une pièce.

Papillon

Cet insecte se représente toujours de front et le vol étendu ; lorsque les taches des ailes sont d'un autre émail que celui du corps, on dit le papillon miraillé de ..., si ces taches paraissent sur le corps, on le dit marqueté.

1660 Il se figure en armoiries les ailerons ouverts et étendus, et comme naturellement les ailerons de cet insecte sont peints en forme de miroirs, on blasonne le papillon de ce mot miraillé quand ces miroirs sont d'autre couleur que les ailerons. Voir Miraillé. 1679 Insecte que l'on trouve en armes. 1885 Il paraît de front dans l'écu et le vol étendu. On le dit miraillé lorsque les points marqués sur les ailes sont d'émail différent. 1899 Cet insecte se représente toujours de front et le vol étendu ; lorsque les taches des ailes sont d'un autre émail que celui du corps, on dit le papillon miraillé de ..., si ces taches paraissent sur le corps, on le dit marqueté. 1901 Montre le dos et les ailes étendues. Le papillon est miraillé lorsque ses ailes ont des marques rondes d'émail particulier.

Papillonné

Se dit d'un ouvrage à écailles.

1772 Se dit d'un ouvrage à écailles.

Papyrus

Plante des bords du Nil.

Pâquerette

Plante qui fleurit blanc (petite marguerite).

1901 Ou petite Marguerite. Jolie plante dont la fleur est variée et jaune.

Paraclet

Colombe ou Saint-Esprit.

Paradisier

Voir Oiseau de Paradis.

1901 Voir Oiseau de Paradis.

Paré

Se dit d'un dextrochère, d'un senestrochère, ou d'une foi quand le bras est vêtu d'une manche d'émail spécial, et d'une foi habillée d'un émail particulier.

1843 Se dit d'un dextrochère dont l'habit est d'un autre émail que la main. 1885 Se dit d'un bras qui est d'autre émail que la main. 1887 Se dit d'un bras revêtu d'une étoffe. 1899 Ce nom doit être employé de préférence à vêtu lorsqu'il s'agit d'énoncer que l'étoffe qui couvre un meuble, ou une partie de meuble, est d'un émail particulier. 1901 Se dit d'un dextrochère ou d'une foi dont le bras est revêtu d'une étoffe d'émail différent. 1904 Se dit d'une main dont le poignet est couvert d'une manche. 1905 Se dit d'un dextrochère, d'un senestrochère, ou d'une foi quand le bras est vêtu d'une manche d'émail spécial, et d'une foi habillée d'un émail particulier.

Pareil

Voir Du même ou De même.

Pariade

Une paire. État des perdrix, lorsqu'elles cessent d'être en compagnie, pour s'apparier.

Parlante

On appelle en termes de Blason, Armes parlantes, Les armes dont la pièce principale exprime le nom de la famille à qui elles appartiennent. Les armes de Mailli, qui sont des maillets, sont des armes parlantes.

1798 On appelle Armes parlantes, les armes dont la pièce principale exprime le nom de la famille à qui elles appartiennent. Les armes de Mailli, qui sont des maillets, sont des armes parlantes. 1864 Se dit des armes dont les figures sont en rapport avec le nom. Comme la porte des de La Porte d'Alassac.

Paroir de tanneur

Couteau de tanneur.

Parsemé

Voir Semé.

Partagé

Voir Découplé.

Parti

Qui est divisé de haut en bas en deux parties égales, en parlant de l'écu ou des pièces qui le meublent. On dit aussi parti de deux traits pour dire tiercé en pal.

1660 Terme général qui veut dire divisé, partagé, en blason il se restreint au partage de l'écu en deux portions, en pal et du haut en bas. 1679 Qui s'entend d'une ligne ou separation depuis le haut de l'escu, iusques au bas à la pointe, à la forme du pal. S'il est parti en face, il est d'une ligne traversante. Parti en bande, il l'est par une ligne descendente de la pointe droite en haut, par le milieu, au bas, en la partie senestre (qu'on dit la place du dernier quartier). 1694 (Part) - en termes de Blason signifie, divisé de haut en bas en deux parties égales, & se dit de l'Escu. 1780 Se dit de l'écu, des animaux et autres pièces divisées de haut en bas, en deux parties égales. 1843 Divisé de haut en bas par le milieu. 1864 Se dit d'une pièce divisée de haut en bas en deux parties égales. 1885 Division de l'écu ou d'une pièce. Se dit de l'écu, des animaux ou autres pièces divisés de haut en bas en deux parties égales. 1887 Le parti est le produit d'une ligne perpendiculaire qui divise le champ ou un meuble en deux parties égales. 1899 C'est la divise de l'écu en deux partitions égales par une ligne perpendiculaire allant du milieu du chef à la pointe ; le parti à dextre s'énonce le premier. Le parti s'applique également aux pièces et meubles divisés perpendiculairement en deux parties et d'émaux différents. 1901 Division de l'écu ou de tout symbole en deux, par un trait perpendiculaire. 1905 Qui est divisé de haut en bas en deux parties égales, en parlant de l'écu ou des pièces qui le meublent. On dit aussi parti de deux traits pour dire tiercé en pal.

Parti de l'un en l'autre

C'est quand sur le parti il y a une pièce soit honorable, animal, ou quelque autre, et qu'il est parti de même trait que celui qui parti l'écu, et les même émaux, dont le métal est sur la couleur et la couleur sur le métal.

1660 C'est quand sur le parti il y a une pièce soit honorable, animal, ou quelque autre, et qu'il est parti de même trait que celui qui parti l'écu, et les même émaux, dont le métal est sur la couleur et la couleur sur le métal.

Parti-coupé

Un écu peut être partagé par plusieurs lignes verticales et horizontales, ainsi deux lignes verticales et trois lignes horizontales donnent le parti de 2 et coupé de 3 et établissent douze petits rectangles que l'on blasonne dans l'ordre de lecture normal. Le parti coupé est aussi parfois, mais rarement employé pour signifier un écartelé dans lequel les quatre quartiers sont différents.

Parti-taillé

Composé d'un trait de parti et un trait de taillé, on a de la même façon des parti-tranché, coupé-taillé ou coupé-tranché.

Partition

Se dit des divisions de l'écu formées par des lignes qui le coupent en plusieurs parties. Les quatre principales partitions sont : le parti, formé par une ligne perpendiculaire, allant du milieu du chef à la pointe ; le coupé formé par une ligne horizontale, allant du milieu du flanc dextre à celui senestre ; le tranché formé par une ligne diagonale, allant de l'angle droit du chef à l'angle gauche de la pointe ; enfin le taillé formé par une ligne diagonale, allant de l'angle gauche du chef à l'angle droit de la pointe. Les autres partitions dérivent de ces quatre principales ; chaque division peut être considérée comme un champ, et est susceptible de recevoir les quartiers d'alliance, ou de marques spéciales.

1772 On appelle partitions, des traits qui partagent l'écu en plusieurs parties. Quelques-unes des partitions sont simples; ce sont celles qui divisent l'écu en deux, trois ou quatre parties égales, qui sont le coupé, le parti, le tranché, le taillé, le tiercé et l'écartelé. Les partitions composées sont ainsi appellées, parce que ce sont des divisions composées de plusieurs traits des partitions simples. 1798 Partition de l'écu, signifie, division de l'écu. 1843 Division de l'écu en deux parties égales. 1864 Se dit des divisions régulières de l'écu. 1887 On nomme ainsi les divisions de l'écu au moyen de traits en directions diverses. 1899 Se dit des divisions de l'écu formées par des lignes qui le coupent en plusieurs parties. Les quatre principales partitions sont : le parti, formé par une ligne perpendiculaire, allant du milieu du chef à la pointe ; le coupé formé par une ligne horizontale, allant du milieu du flanc dextre à celui sénestre ; le tranché formé par une ligne diagonale, allant de l'angle droit du chef à l'angle gauche de la pointe ; enfin le taillé formé par une ligne diagonale, allant de l'angle gauche du chef à l'angle droit de la pointe. Les autres partitions dérivent de ces quatre principales ; chaque division peut être considérée comme un champ, et est susceptible de recevoir les quartiers d'alliance, ou de marques spéciales. 1901 On en distingue quatre : le parti, le coupé, le tranché et le taillé.

Parus

Plante en épis.

Pasmé

Voir Pâmé.

1660 A gueule bée ou béante à guise d'évanoui ou expirant, se dit du dauphin d'Auvergne pour la différence de celuy de Viennois qui est vif. Se dit aussi de l'aigle qui n'a point d'yeux, et qui a le bec si crochu et si long, disent les naturalistes, qu'elle ne s'en serait plus servi ni rien prendre pour se nourrir, et meure de faim.

Passant

Se dit de tous les animaux qui paraissent marcher. Cette attitude étant celle ordinaire du léopard, il est inutile de l'exprimer en blasonnant, mais lorsque le lion est figuré dans cette allure il doit être dit léopardé.

1660 Allant, marchant. C'est la posture ordinaire de tout animal terrestre qui marche, pour la distinction de celui qui est rampant. 1780 Des animaux qui semblent marcher. 1843 Qui semble passer ou marcher. 1864 Se dit des animaux qui semblent marcher. 1885 Qui marche ou semble marcher. 1887 Se dit des animaux qui marchent, en levant une patte de devant et une patte de derrière. 1899 Se dit de tous les animaux qui paraissent marcher. Cette attitude étant celle ordinaire du léopard, il est inutile de l'exprimer en blasonnant, mais lorsque le lion est figuré dans cette allure il doit être dit léopardé. 1901 Attribut des animaux qui semblent marcher dans l'écu. 1904 Se dit des personnages ou des animaux qui semblent marcher. 1905 Qui est représenté sur ses pieds et dans l'attitude de la marche. Le léopard est figuré passant et le lion rampant. Les animaux passants, placés les uns au-dessus des autres dans une direction différente, sont dits contre-passants ; quant ils ont la tête dirigées vers le même côté de l'écu, ils sont dits passant l'un sur l'autre.

Passant et repassant

Se rencontre pour désigner des semés d'animaux posés dans différentes directions sans précision, des fourmis par exemple.

Passé

(Passé en...) - Lorsque des pièces longues, ou des meubles, sont placés l'un sur l'autre de manière à former une croix, un sautoir ou autre figure, on les dit passés en ...; lorsque l'ensemble des pièces n'est pas du même émail on doit indiquer celui de celle qui broche sur l'autre.

1780 Des croix dont les extrémités s'élargissent en forme de patte étendue.

Passé en

Lorsque des pièces longues, ou des meubles, sont placés l'un sur l'autre de manière à former une croix, un sautoir ou autre figure, on les dit passés en ...; lorsque l'ensemble des pièces n'est pas du même émail on doit indiquer celui de celle qui broche sur l'autre.

1899 Lorsque des pièces longues, ou des meubles, sont placés l'un sur l'autre de manière à former une croix, un sautoir ou autre figure, on les dit passés en ...; lorsque l'ensemble des pièces n'est pas du même émail on doit indiquer celui de celle qui broche sur l'autre.

Passé en croix, en sautoir

Se dit de deux pièces longues dont l'une passe sur l'autre de manière à ce qu'elles forment une croix ou un sautoir.

1887 Se dit de deux pièces longues dont l'une passe sur l'autre de manière à ce qu'elles forment une croix ou un sautoir. 1905 Se disent de deux pièces longues telles que flèches, lances, épées, etc., qui sont placées l'une sur l'autre, de manière à former une croix ou un sautoir.

Passé en sautoir

Se dit des pièces qui sont mises en forme de croix de Saint-André.

1660 Comme la queue du lion. 1780 Des choses qui sont mises en forme de croix de S. André. 1864 Se dit des pièces qui sont mises en forme de croix de Saint-André. 1885 Cette expression s'applique aux objets posés en sautoir, c'est-à-dire croisés l'un sur l'autre quand il y en a deux, ou mis 2, 1, 2, quand il y en a cinq. 1905 Se dit de deux lions, de deux poissons ou de deux autres animaux rampants, dont l'un qui est contourné broche sur l'autre, et aussi de la queue fourchée d'un animal, dont les deux parties divisées se croisent.

Passe-partout

Scie à deux personnes.

Passerat

Oiseau.

Passereau

Moineau.

Passion

Cloux de la. On appelle ainsi une figure particuliere de cloux qu'on suppose faits comme ceux dont on crucifia Notre Seigneur, pour les différencies des autres cloux ordinaires.

1772 Cloux de la. On appelle ainsi une figure particuliere de cloux qu'on suppose faits comme ceux dont on crucifia Notre Seigneur, pour les différencies des autres cloux ordinaires.

Patac

Ancienne monnaie de Provence.

Paté

Voir Patté

1772 Voir Patté

Pate-nostre

Voir Patenôtre.

1780 Voir Patenôtre.

Patenôtre

Synonyme de Chapelet.

1772 Une croix patenotrée, est une croix faite de grains. Voyez Croix. Cette croix doit être peinte afin que la ... des grains paroisse, et qu'on puisse les distinguer des besans, etc. 1780 Est un dizain de chapelet, ou le chapelet entier. 1864 Est un chapelet ou dizaine de chapelet. 1885 Chapelet. 1899 Synonyme de chapelet ; se reporter à ce mot. 1901 La patenôtre, en vieux français patenostre, désigne un chapelet. Ce terme dérive des mots latins pater noster. 1905 Meuble de l'écu qui représente un chapelet.

Patenotré

Qui est fait de grains comme un chapelet, plus particulièrement une croix. Les grains doivent être ombrés autrement ce serait des besantés s'il sont de métal ou des tourtelés s'ils sont de couleur, les besants et les tourteaux étant plats.

Patience

Plante voisine de l'oseille. Désigne aussi les flammes qui entourent la salamandre.

1905 Salamandre représentée dans le feu. Expression peu usitée et qui s'applique plutôt au bûcher lui-même qu'à l'animal, à la façon du mot immortalité qui désigne le bûcher du phénix.

Patin

Chaussure dont on se sert pour glisser sur la glace. Dans l'écu, le patin est représenté verticalement et vu de côté, la pointe en l'air.

1901 Chaussure dont on se sert pour glisser sur la glace. Dans l'écu, le patin est représenté verticalement et vu de côté, la pointe en l'air.

Patin à glisser

Semelle en fer avec une lame permettant de se mouvoir sur la glace.

Patriarcale

Se dit d'une croix haute à deux traverses ; les bras de la traverse supérieure sont un peu diminués de longueur ; cette forme est celle de la croix dite de Lorraine mais la branche de son pied est moins longue que celui de la croix patriarcale.

1772 Une croix patriarchale est une croix dont la flèche ou le fût est traversé deux fois, les traverses où les bras inférieurs étant plus courts que les supérieurs. Les croix de cette espece appartiennent aux patriarches, comme la triple croix au pape. 1843 La croix patriarcale ou croix de Lorraine a deux traverses dont la plus élevée a les bras moins longs que l'autre. 1899 Se dit d'une croix haute à deux traverses ; les bras de la traverse supérieure sont un peu diminués de longueur ; cette forme est celle de la croix dite de Lorraine mais la branche de son pied est moins longue que celui de la croix patriarcale. 1901 Se dit d'une croix haute, à deux traverses, la première moins longue que la seconde. 1905 Croix haute à deux traverses, la première moins longue comme celle des patriarches. La croix patriarcale figurait dans les armes des archevêques-primats, posée derrière l'écu.

Patte

De quadrupède est représentée les ongles vers le bas de l'écu. Quand la position de la patte est différente, on doit la spécifier par l'attribut levé. Les pattes des oiseaux sont nommées membres.

1660 De lion, d'ours, et d'autres animaux à quatre pieds, son assiette ordinaire est en barre ce qu'il n'est point besoin de spécifier. 1772 Ce sont les griffes ou les extrémités des piés, sur lesquelles les animaux marchent. 1899 Lorsque les pattes d'un animal sont jointes au corps, on ne les indique, en blasonnant, que si elles portent un émail autre que celui de l'animal. 1901 De quadrupède est représentée les ongles vers le bas de l'écu. Quand la position de la patte est différente, on doit la spécifier par l'attribut levé. Les pattes des oiseaux sont nommées membres.

Patté

Se dit du sautoir, de la croix, etc., dont les branches s'élargissent à leurs extrémités.

1660 Comme croix pattée dont les branches s'élargissent à même qu'elles sortent du coeur, en telle sorte que les extrémités sont flanquées, et trois fois aussi large que la racine. Voir Croix pattée. 1694 Patté, pattée (Patte) - adj. Il n'est guere en usage que dans cette phrase de blason. Croix pattée. 1772 Dont on se sert pour désigner une croix, petite à son centre, et qui s'élargit vers les extrémités. Il porte de fable à la croix patée d'argent, du nom de croix. 1798 Il n'est guère en usage que dans cette phrase du Blason, Croix patée, qui se dit d'une croix qui a les extrémités en forme de pate. 1843 Se dit de la croix dont les bras vont en s'élargissant en triangle. 1864 Se dit des croix dont les extrémités s'élargissent en forme de base. 1872 Se dit des croix dont les extrémités s'élargissent en lignes circulaires. 1885 Une croix est pattée quand ses extrémités s'élargissent en forme de pattes. 1887 Se dit de la croix dont les bras s'élargissent. 1899 Se dit de la croix, du sautoir, et de plusieurs autres pièces dont les branches sont légèrement arrondies et élargies vers leurs extrémités. 1901 Se dit de la croix, du sautoir et d'autres meubles dont les branches s'élargissent, en forme curviligne, à leurs extrémités. 1905 Se dit du sautoir, de la croix, etc., dont les branches s'élargissent à leurs extrémités.

Pavi

Synonyme de placé.

1904 Synonyme de placé.

Pavillon

Sorte de tente carrée, terminée au sommet par un fanion ; ce meuble figure le plus souvent seul sur un écu. L'ornement extérieur des armoiries dit Pavillon ne peut être porté que par les souverains ; il est composé d'un dôme richement orné, et d'une ample draperie doublée d'hermine, sur laquelle on place l'écu, timbré du heaume, entouré des ordres, accosté de tenants, de supports ou de marques spéciales.

1772 Signifie une couverture en forme de tente, qui revet et enveloppe les armoiries des differens rois et des souverains qui ne dépendent que de Dieu et de leur epee. Les auteurs héraldiques de France disent qu'il n'y a que les monarques souverains qui puissent porter le pavillon entier et dans toutes ses parties. Il est composé de deux parties; du comble, qui est son chapeau, et de la courtine, qui en fait le manteau. Les rois électifs, ou soumis à quelque dépendance, doivent, selon les Héraldistes, ôter le dessus, et ne laisser que les courtines. Voyez Manteau. L'usage des pavillons et des manteaux dans les armoiries, est venu des anciens lambrequins qui se sont trouves quelquefois étendus en forme de couvertures, et retroussés de part et d'autre. D'autres prétendent que cet usage est venu des anciens tournois, où l'on exposoit les armes des chevaliers sur des tapis précieux, sur des tentes et des pavillons, que les chefs des quadrilles y faisoient dresser, pour se mettre à couvert jusqu'à ce qu'ils entrassent en lice. 1780 Se dit d'une espèce de Bannière ou d'étendard, qui est un quarré long, que l'on met au grand mât d'un vaisseau, ou au mât de mitaine, ou au mât d'artimon, etc. Signifie aussi une couverture en forme de tente, qui revêt et enveloppe les armoiries des Rois et des Souverains qui ne relèvent que de Dieu et de leur épée. 1798 Pavillon, se dit de ce qui enveloppe les armoiries des Souverains, et qu'ils ont seuls droit de porter. 1885 Grande ouverture du cor de chasse. C'est aussi une espèce de tente ou de dais sous lequel on place les armes des souverains. 1887 Nom : 1° de la grande ouverture du cor-de-chasse, qui est quelquefois d'un émail différent du reste ; 2° du baldaquin qu'on voit au-dessus des armes des souverains. 1899 Sorte de tente carrée, terminée au sommet par un fanion ; ce meuble figure le plus souvent seul sur un écu. L'ornement extérieur des armoiries dit Pavillon ne peut être porté que par les souverains ; il est composé d'un dôme richement orné, et d'une ample draperie doublée d'hermine, sur laquelle on place l'écu, timbré du heaume, entouré des ordres, accosté de tenants, de supports ou de marques spéciales.

Pavillonné

L'embouchure du cor se dit enguichée, et l'autre extrémité de ce meuble se dit pavillonnée, lorsqu'il est nécessaire d'indiquer que ces parties sont d'un autre émail que celui du cor. Pavillonné se dit aussi de la couverture d'un château, d'une tour, etc..., lorsque cette partie de leur corps est d'un émail particulier.

1772 Pour exprimer l'émail du pavillon d'une trompe ou d'un cor-de-chasse, ou d'un autre instrument semblable, lorsque le pavillon est d'un autre émail que le reste. Quand l'embouchure du cor-de-chasse est différente, on dit qu'il est enguiché; et quand le pavillon ou la grande ouverture de l'autre bout se trouve d'un autre émail, on dit qu'il est pavillonné. On appelle encore pavillonnés et pavillonnées, les châteaux et tours où il y a une girouette; et on exprime leur émail lorsqu'il est diffèrent de la tour ou château. 1780 On se sert de ce mot pour exprimer l'émail du pavillon d'un cor, d'une trompette, lorsque le pavillon est d'un autre émail que le reste. 1899 L'embouchure du cor se dit enguichée, et l'autre extrémité de ce meuble se dit pavillonnée, lorsqu'il est nécessaire d'indiquer que ces parties sont d'un autre émail que celui du cor. Pavillonné se dit aussi de la couverture d'un château, d'une tour, etc ..., lorsque cette partie de leur corps est d'un émail particulier. 1905 Se dit d'un instrument à vent, quand on veut exprimer l'émail particulier de son pavillon. Se dit aussi quelquefois des tours couvertes d'un toit pointu.

Pavis

Pêche jaune dont la chair adhère au noyau (s'écrit pavie).

Pavois

Bouclier gaulois de forme oblongue.

Pavoisé

Se dit du navire qui hisse le pavois.

1905 Se dit du navire qui hisse le pavois.

Pavot

Plante aux fleurs ornementales.

1679 Fleur que l'on trouve en armes.

Peau

Aussi se voit en armoiries, des peaux d'aucuns animaux, comme de l'Hyenne, du Lyon & autres, ausquelles quelques fois (a resté les dents & les ongles) qui sont differens d'icelles: on voit aussi de celles des Moutons, qu'on dit communement toison, tant pour la peau & la laine ensemble, comme pour la laine seule.

1679 Aussi se voit en armoiries, des peaux d'aucuns animaux, comme de l'Hyenne, du Lyon & autres, ausquelles quelques fois (a resté les dents & les ongles) qui sont differens d'icelles: on voit aussi de celles des Moutons, qu'on dit communement toison, tant pour la peau & la laine ensemble, comme pour la laine seule.

Peautré

Se dit de la queue du dauphin, de celle des autres poissons et aussi de celle des animaux monstrueux dits marinés, lorsque cette partie de leur corps est d'un émail particulier.

1660 Se dit de la queue du poisson lorsqu'elle est d'autre couleur que le corps. 1772 Il se dit en terme de blason de la queue des poissons, lorsqu'elle est d'autre couleur que le corps. Porte d'argent au dauphin versé de sable, allumé, barbé et peautré d'or. Peautré est un vieux mot de notre langue, qui veut dire une barque, une chaloupe. 1780 De la queue des poissons. 1798 Il se dit des poissons dont la queue est d'un émail différent de celui du corps. Dauphin d'azur peautré d'or. 1843 Le dauphin qui a la queue d'un autre émail que le corps se blasonne peautré. 1872 Se dit de la queue d'un poisson dont l'émail est différent. 1885 Se dit de la queue des poissons lorsqu'elle est d'autre émail que le corps. 1887 Se dit de l'émail de la queue des poissons et des sirènes, quand il diffère de celui de leur corps. 1899 Se dit de la queue du dauphin, de celle des autres poissons et aussi de celle des animaux monstrueux dits marinés, lorsque cette partie de leur corps est d'un émail particulier. 1901 Terme indiquant que la queue du dauphin ou d'un autre poisson est d'un émail différent de celui du corps. 1905 Qui a la queue d'un autre émail que le reste du corps des dauphins et des poissons.

Pêche

Fruit comestible du pêcher.

Pêcher

Arbre dont le fruit est la pêche.

1679 (Pescher) Arbre que l'on trouve en armes.

Pégase

Cheval ailé ou poisson voisin de l'hippocampe. Oiseau. Poisson de l'océan Indien.

1901 Cheval ailé. Il est toujours représenté élancé, les ailes déployées.

Pégot

Oiseau.

Peigne

Ce meuble que l'on rencontre dans plusieurs écus n'a point d'émail particulier, et paraît denté des deux côtés.

1660 Qui sert pour le poil. 1899 Ce meuble que l'on rencontre dans plusieurs écus n'a point d'émail particulier, et paraît denté des deux côtés. 1901 Instrument de buis, de corne, d'écaille, d'ivoire, etc., taillé des deux côtés en forme de dents, et qui sert à démêler les cheveux et à nettoyer la tête.

Peigne à carde

Instrument pour peigner le drap.

Peigne de cheval

Instrument arrondi sur le dos avec un trou circulaire et qui se termine par un rang de pointes ou dents. Très rare.

1901 Peigne métallique à dos arrondi et percé d'un trou circulaire, qui se termine par un rang de pointes ou dents.

Pèlerin

Personnage se rendant sur les lieux d'un pèlerinage ou en revenant.

Pélican

Oiseau palmipède au long bec. De profil sur son aire, les ailes éployées et se déchirant la poitrine avec son bec, pour nourrir trois petits tendus vers lui, avec les gouttes de sang appelées piétés.

1660 Souvent représenté avec ses trois petits dans son nid, s'ouvrant la poitrine avec son bec. 1679 (Pellican) Oiseau que l'on trouve en armes. 1798 Il est toujours représenté se perçant l'estomac avec le bec pour nourrir ses petits de son sang, et on le nomme Piété. Il porte d'or à la piété d'azur. 1872 Le pélican parait de profil sur son aire, les ailes étendues, se becquetant la poitrine et nourrissant ses petits au nombre de trois. Les gouttes de sang qui semblent sortir de sa poitrine, quand elles sont d'un autre émail, se nomment piété. 1885 On le représente de profil sur son aire, les ailes étendues et se becquetant la poitrine pour nourrir ses petits au nombre de trois. On nomme piété les gouttes de son sang lorsqu'elles sont d'autre émail que l'oiseau. 1887 Presque toujours cet oiseau est représenté avec ses petits au nombre de trois dans son nid, appelé aire, tressé de branches souples. Le sang qui découle des blessures que le pélican se fait à la poitrine, est appelé sa piété. 1899 Cet oiseau se représente de profil, sur son aire, le vol étendu et se déchirant la poitrine avec le bec pour nourrir ses petits qui paraissent au nombre de trois ; les gouttes de sang qui coulent de sa poitrine se nomment pitié, et si l'émail de ces gouttes est particulier, on doit l'énoncer en blasonnant. 1901 Oiseau figuré dans son aire, les ailes étendues comme s'il prenait l'essor, se béquetant la poitrine pour nourrir ses petits, au nombre de trois, de son sang. On nomme piété les gouttes de sang qui semblent sortir de sa poitrine, lorsqu'elles sont d'un autre émail que celui de l'oiseau. 1905 Meuble de l'écu représentant un oiseau (assez peu semblable d'ailleurs au pélican des naturalistes) qui, placé debout dans son aire et les ailes éployées, fouille du bec sa poitrine d'où s'échappent quelques gouttes de sang que boivent ses petits, au nombre de trois. Les gouttes de sang sont appelées piété, et le pélican est dit ... avec sa piété de ...

Pelle

Instrument agricole formé d'une plaque métallique en fer, carrée, arrondie et coupant à son extrémité et fixée à un long manche de bois. La pelle paraît posée verticalement dans l'écu.

1901 Instrument agricole formé d'une plaque métallique en fer, carrée, arrondie et coupant à son extrémité et fixée à un long manche de bois. La pelle paraît posée verticalement dans l'écu.

Pelle à four

Outil de boulanger.

Pelle de cuisine

Pour contenir le charbon servant à l'alimentation d'un foyer.

Pellican

Voir Pélican.

1679 Voir Pélican.

Pelote de fil

Boule formée de fil en coton, soir ou laine.

Penché

Se dit aussi versé ou renversé en fasce. Ce terme est assez imprécis, il vaut mieux exprimer selon quelle orientation se trouve la pièce, le meuble ou la figure en bande, en barre, en fasce, etc...

1887 Voir Étoile et Maillet. 1901 Voir Étoile et Maillet.

Pendant

Chacune des dents ou retombées du lambel : Les pendants du lambel sont ordinairement au nombre de trois. Il arrive parfois que les pendants sont d'un autre émail que le fil ; il faut l'indiquer. Synonymes: Goutte, Denticule.

1660 Partie de blason qu'on attache au bas bord du lambel, quand il y en a trois on ne les nomme pas, mais au-dessus de ce nombre, on le spécifie. 1772 Qui se dit des parties qui pendent au lambel au nombre de deux, trois, quatre, cinq, etc. que l'on spécifie en blasonnant. Sa situation naturelle est d'être près du chef. Il y en a de trois, de quatre, de cinq, de six et de sept pendans. 1780 De deux, trois, quatre et cinq pièces, se dit d'un lambel dont il est nécessaire d'énoncer les pendants, quand ils passent le nombre de trois, ou qu'il est moindre ; il en est de même des gonfanons. 1798 Parties qui pendent au lambel au nombre de trois, quatre, cinq, six au plus, et que l'on spécifie en blasonnant. 1843 Petite dent pendante, au-dessous du lambel. 1864 Se dit des pièces qui pendent des lambels. 1885 Ce sont les pièces pendantes des lambels. 1887 Voir Lambel. 1899 Petite pièce en forme de queue d'hirondelle, que l'on voit figurée sous le filet du lambel, et qui complète ce meuble ; le lambel a généralement trois pendants, s'il y en a moins ou de plus nombreux sous le filet, on doit en énoncer la quantité ; le pendant est quelquefois appelé clocheton et aussi bec. 1901 Parties saillantes de forme triangulaire sous la tringle du lambel, au nombre de deux, trois, quatre, cinq, six, etc. On nomme le nombre de pendants, lorsqu'il y en a deux ou plus de trois. 1905 Chacune des dents ou retombées du lambel : Les pendants du lambel sont ordinairement au nombre de trois. Il arrive parfois que les pendants sont d'un autre émail que le fil ; il faut l'indiquer. Synonymes: Goutte, Denticule.

Pendant d'oreille

Se trouvent sur quelques figures, visages humains en général.

Pennache

Synonyme de Panaceé.

1660 Plume d'oiseau portée par les gentilshommes sur leurs chapeaux. 1885 Synonyme de Panache.

Pennage

Partie de la queue d'un oiseau.

Pennard

Bout de queue d'un oiseau (grive à double pennar).

Penne

Voir Panne.

1660 Voir Panne.

Penneton

Voir Panneton.

1660 La partie de la clef qui joue dans la serrure. Ce penneton ne se nomme point quand la clef est dans son assiette ordinaire, c'est-à-dire en pal et le penneton tourné à dextre. 1780 Voir Panneton.

Pennon

Flamme à longue queue pointue, que les chevaliers portaient au bout de leur lance, au moyen âge. On écrit aussi Penon.

1660 Espèce de bannière. C'est proprement celle que nous appelons cornette ou guidon, qui se met au-dessus des pavillons ou tentes, comme les girouettes sur la maison des nobles. Voir Bannière. 1772 On appelle pennon généalogique, un écu rempli de diverses alliances des maisons dont un gentilhomme est descendu. Il doit comprendre les armes du pere et de la mère, de l'ayeul et de l'ayeule, du bisayeul et de la bisayeule, et sert à faire ses preuves de noblesse. 1780 Est une espèce de bannière semblable au guidon pour la forme. 1864 Est un étendard garni de plumes. 1872 Sorte de petit drapeau. On nomme aussi pennon généalogique l'écu représentant toutes les alliances d'une famille. 1885 Bannière à pointe pendante. 1887 Petit drapeau de forme triangulaire. 1899 Fanion de forme triangulaire. 1901 Étendard porté par les simples chevaliers, porté aussi par les seigneurs bannerets. 1905 Flamme à longue queue pointue, que les chevaliers portaient au bout de leur lance, au moyen âge. On écrit aussi Penon.

Pennon généalogique

Ecu chargé des diverses alliances d'où le propriétaire est descendu, et qui servait à faire les preuves de noblesse.

1660 Ecu rempli de divers quartiers des alliances des maisons desquelles on est descendu en ligne directe paternelle. 1885 Ecu chargé des diverses alliances des maisons dont un noble est descendu. Il est composé de huit, de seize, de trente-deux quartiers, sur lesquels on dresse l'arbre généalogique. 1905 Ecu chargé des diverses alliances d'où le propriétaire est descendu, et qui servait à faire les preuves de noblesse.

Pennonceau

Écusson fixé à l'extrémité d'une hampe ou girouette ajourée.

1905 Petit Pennon. On disait aussi Pennoncel.

Penon

Voir Pennon.

1905 Voir Pennon.

Pensée

Plante ornementale aux fleurs veloutées.

1901 Jolie fleur à trois couleurs (violet, jaune et blanc) et à cinq pétales.

Pentalpha

Etoile à cinq rais évidée formé de cinq traits entrelacés ou pas. Appelé aussi sceau de Salomon.

Pephage

Animal rencontré en armes.

1679 Animal rencontré en armes.

Pépin

Nom vulgaire des graines contenues au centre des fruits succulents, tels que pommes, poires, melons, etc.

1901 Nom vulgaire des graines contenues au centre des fruits succulents, tels que pommes, poires, melons, etc.

Percé

Se dit d'une pièce qui est à jour, quelque soit d'ailleurs la forme de l'ouverture percée. Quand l'ouverture est d'un autre émail que le champ de l'écu, la pièce est dite parcée de...

1772 Se dit d'une piece qui est percée, et qui fait voir en elle une espece de trou. La forme de ce trou doit s'exprimer dans le Blason: ainsi une croix qui a un trou quarré, ou qui est percée au centre, se blasonne au quarré percé, ce qui vaut mieux que de dire au quartier percé, comme Leigh s'exprime: on dit en France, percé en quarré: quand le trou est rond, il faut dire percé en rond. C'est ce que Gibbon nomme en latin perforata, à cause que tous les trous faits avec des perçoirs ou des tarieres sont ronds. Si le trou au centre est en forme de losange, on dit percé en losange. Tout ce qui est percé, c'est-à-dire le trou doit toujours être de la couleur du champ ou de l'écu, parce qu'il est naturel que le trou d'une piece laisse voir ce qui est dessous: ainsi quand on voit de semblables figures au centre d'une croix qui ne sont pas de la couleur de l'écu, on ne doit pas supposer que la croix soit percée, mais que cette figure est une autre piece, on doit par conséquent l'exprimer en blasonnant. Voyez Croix, etc. Les macles, les rustres et les mollettes sont percées. 1780 Des pièces ouvertes à jour. V. Ajouré. 1798 On appelle Pièces percées, celles qui sont à jour, et qui laissent voir l'émail du champ de l'écu. 1843 Ouvert à jour. 1864 Se dit des pièces ouvertes à jour, comme le macle. 1885 Ouvert à jour. 1887 Se dit d'un objet percé à jour ou vidé. 1899 Comme ouvert, se dit des pièces dont la partie centrale fendue ou évidée laisse voir le champ de l'écu. 1901 Les fers de chevaux, moyeux de roues, molettes d'éperon, quintefeuilles, rais d'escarboucles, rustres et bris-d'huis sont toujours percés circulairement. On ne l'exprime point en blasonnant. Mais si on voit dans les armoiries d'autres pièces ouvertes en rond, on dit qu'elles sont percées. 1905 Se dit d'une pièce qui est à jour, quelque soit d'ailleurs la forme de l'ouverture percée. Quand l'ouverture est d'un autre émail que le champ de l'écu, la pièce est dite parcée de...

Perce-beurre

Outil à manche.

Perce-neige

Plante des prés et des bois.

Perche

Représentée par un cylindre de faible diamètre qui traverse l'écu. Le plus souvent sert de support à un oiseau. Désigne aussi un poisson des lacs, à deux nageoires dorsales.

1660 Corne de cerf, de daim ou autre bête. Voir Corne.

Perché

Se dit des oiseaux perchés sur un perchoir.

1780 Des oiseaux sur le perche et sur des branches. 1885 Se dit des oiseaux posés sur un bâton ou un arbre. 1899 Se dit des animaux représentés comme posés sur une branche, un bâton ou autre pièce. 1901 Qualificatif des oiseaux posés sur les branches d'arbres, sur les fleurs et bâtons. 1905 Se dit des oiseaux perchés sur un perchoir.

Perdreau

Perdrix de l'année.

Perdrix

Oiseau gallinacé au corps épais.

1660 Oiseau peu en usage en armoiries. N'est jamais représenté le vol ouvert. 1901 Oiseau bien connu.

Péri

Ce mot s'applique à la cotice alésée dite bâton lorsqu'il faut indiquer que cette pièce, qui se place toujours au centre de l'écu, doit être posée en bande, barre, fasce, etc... Tout meuble dont une moitié se perd dans la bordure de l'écu, s'énonce également péri, en blasonnant.

1660 Est lorsque quelque pièce de blason est posée en telle sorte qu'elle ne touche point l'extrémité de l'écu, comme on dit du bâton. Voir Abisme. 1694 Peri, perie (Perir) - part. En terme de Blason on appelle, Peri en abysme, Un petit escu mis au milieu d'un grand. Il porte sur le tout peri en abysme. 1772 Le terme peri se dit des pieces qui sont extremement raccourcies, à la différence de celles qu'on appelle alaisées. Les cadets de Bourbon brisent leurs armes d'un bâton péri en bande, et les bâtards, d'un bâton péri en barre. 1780 En bande, en barre, en croix, en sautoir, de ce qui est mis dans le sens de ces pièces. 1798 On dit Péri en bande, péri en barre, Lorsque les pièces placées en bande ou en barre, sont posées de façon qu'elles ne touchent d'aucun côté aux extrémités de l'écu. 1843 Posé en abîme. 1864 Se dit des objets placés en sautoir, en bande ou en croix. 1872 Se dit d'une sorte de pièce nommée bâton, mise en bande ou en barre et ne touchant pas les angles de l'écu. 1885 Est à peu près synonyme de posé quand il s'agit d'une pièce raccourcie. 1887 Ce terme s'emploie par rapport aux pièces longues. On dit, par ex., un bâton péri en bande, ce qui veut dire qu'il est posé dans le sans diagonal, propre à la bande. 1899 Ce mot s'applique à la cotice alésée dite bâton lorsqu'il faut indiquer que cette pièce, qui se place toujours au centre de l'écu, doit être posée en bande, barre, fasce, etc ... Tout meuble dont une moitié se perd dans la bordure de l'écu, s'énonce également péri, en blasonnant. 1901 Se dit d'un meuble de très petite proportion, qui se trouve au centre de l'écu. On le nomme qu'après les pièces du champ. Péri indique plus communément la position d'un petit bâton, alésé à chaque bout, posé en bande ou en barre ; il sert de brisure et se place pareillement au centre de l'écu. On dit aussi en abîme. Voir Abîme. 1904 Synonyme de placé. 1905 Qui est très réduit en dimensions, en parlant d'une pièce placée au milieu de l'écu et par conséquent très éloignée de ses bords. Péri en bande, en barre, en sautoir, se disent des pièces mises dans le sens des pièces susdites.

Perle

Lorsque ce meuble est figuré en armoiries, il est plus héraldique de se servir du mot grêlé pour indiquer qu'une pièce, le cercle d'une couronne par exemple, en est orné.

1772 Est un mot dont font usage ceux qui blasonnent avec des pierres précieuses, au lieu de couleurs et de métaux; ils s'en servent pour de l'argent ou pour du blanc. Voyez Argent. 1899 Lorsque ce meuble est figuré en armoiries, il est plus héraldique de se servir du mot grelé pour indiquer qu'une pièce, le cercle d'une couronne par exemple, en est orné.

Perlé

Orné de perles.

1694 (Perle) - adj. Orné de perles. En ce sens il n'a guere d'usage qu'en termes de blason. Croix perlée. couronne perlée. la couronne des Comtes est perlée. 1798 Orné de perles. En ce sens, il n'a guère d'usage qu'en termes de Blason. Croix perlée. Couronne perlée. La couronne des Comtes est perlée.

Peroné

Voir Perronné

1885 Voir Perronné

Perroné

Se dit quelquefois de la croix latine, soutenue d'un perron, autrement dit Croix de Calvaire.

1887 Se dit quelquefois de la croix latine, soutenue d'un perron, autrement dit Croix de Calvaire.

Perronné

Se dit de tout meuble dont la base ou les extrémités sont terminées en forme de perron, ou de marches d'escalier.

1843 Qui se termine en forme de perron ou de marches d'escalier. 1885 On nomme ainsi les pièces dont les extrémités se terminent en forme de perron ou de marches d'escaliers. 1899 Se dit de tout meuble dont la base ou les extrémités sont terminées en forme de perron, ou de marches d'escalier. 1905 Voir Croix perronnée.

Perroquet

Cet oiseau se représente de profil ; son émail particulier est le sinople ; il est quelquefois appelé papegaud ou papegai.

1660 Oiseau. Appelé aussi Papegay. 1899 Cet oiseau se représente de profil ; son émail particulier est le sinople ; il est quelquefois appelé papegaud ou papegai. 1901 Oiseau d'Egypte et des Indes parait de profil dans l'écu, arrêté et les ailes non éployées. Son émail est le sinople, son bec et ses pattes de gueules.

Perruche

Oiseau exotique grimpeur de petite taille.

Persil

Plante potagère.

Pertuisane

Hallebarde légère à long fer triangulaire.

Pervenche

Plante herbacée aux fleurs bleu clair ou mauves.

Pescher

Voir Pêcher.

1679 Voir Pêcher.

Peson

Balance appelée autrement romaine, et qui consiste en une verge de fer ou de bois, avec des crochets de fer, et un poids attaché à un anneau.

Pétase

Terme d'Antiquité. Sorte de chapeau des Anciens, qui représentaient Mercure avec cet ornement, auquel ils ajoutaient des ailes.

Petit pois

Pois écossé vert.

Petit-gris

Fourrure dont la couleur était grise.

1864 Fourrure dont on a fait l'émail qui se nomme le vair et le manteau des magistrats.

Pétrel

Oiseau palmipède. Voir Cormoran.

Peuplier

Arbre dont le tronc étroit peut s'élever à une grande hauteur. Ses feuilles sont des pannelles.

1899 Ce meuble se blasonne comme les autres arbres, mais on donne le nom de panelle à ses feuilles lorsqu'il faut indiquer qu'elles sont d'un émail particulier.

Phalène

Grand papillon nocturne.

Phare

(ou Atalaye) - Il est représenté par une tour élevée surmontée d'un fanal.

1901 En héraldique, le phare est représenté par une tour élevée surmontée d'un fanal, qu'on établit le long des côtes ou sur une montagne pour indiquer, pendant la nuit, le voisinage de la terre.

Phénix

Oiseau fabuleux qui se représente de profil, le vol étendu, au-dessus d'un bûcher que l'on nomme immortalité, mais qui ne se blasonne que lorsque son émail est autre que celui de l'oiseau.

1843 Oiseau qui paraît de profil, les ailes étendues, perché sur un bûcher qu'on nomme immortalité. 1887 Oiseau imaginaire, toujours posé de front, la tête de profil, les ailes levées, sur un bûcher allumé qui s'appelle immortalité. 1899 Oiseau fabuleux qui se représente de profil, le vol étendu, au-dessus d'un bûcher que l'on nomme immortalité, mais qui ne se blasonne que lorsque son émail est autre que celui de l'oiseau. 1905 Oiseau fabuleux figuré dans quelques armoiries. Le phénix est représenté de profil, les ailes étendues et toujours sur un bûcher qu'on nomme immortalité.

Phéon

Fer de lance, dard, flèche, ou pique, avec pointe aiguë et dont le rangier est barbelé ou dentelé. Généralement présenté la pointe en haut dans l'héraldique française et la pointe en bas, dans l'héraldique anglaise.

1772 Ce sont de fers, de dards, de flèches ou d'autres armes barbelés. 1872 Gros fer de flèche. 1885 Fers, dards, flèches, barbelés. 1887 Gros fer de flèche, dentelé à l'intérieur. Dans les armoiries françaises il se montre la pointe en haut, qui dans les armoiries anglaises est tournée en bas. 1899 Fer de lance, dard, flèche, ou pique, avec pointe aiguë et dont le rangier est barbelé ou dentelé. 1901 Aigle qui paraît de profil, les ailes étendues, posée sur un bûcher qu'on nomme immortalité. On n'exprime le bûcher en blasonnant que lorsqu'il est d'un autre émail que l'aigle. 1905 Figure héraldique représentant un fer de pique ou de javelot.

Phifre

Instrument de musique.

Phoque

Mammifère à cou court. Otarie.

Pic de mineur

Instrument de fer un peu courbé, pointu et acéré, avec un long manche de bois.

1901 Instrument de fer un peu courbé, pointu et acéré, avec un long manche de bois.

Pichard

Poisson s'écrit aussi pilchard.

Picoté

Chargé de menues piqures comme la truite, laquelle étant marqueté de son naturel se peint de cette même forme en armes, afin que l'on la puisse discerner d'un autre poisson. Voir Marqueté.

1660 Chargé de menues piqures comme la truite, laquelle étant marqueté de son naturel se peint de cette même forme en armes, afin que l'on la puisse discerner d'un autre poisson. Voir Marqueté.

Picoton

Piquant, d'une masse par exemple.

Pie

Se blasonne comme les autres oiseaux, son émail est généralement de sable.

1899 Se blasonne comme les autres oiseaux, son émail est généralement de sable. 1901 Oiseau qui a la queue longue, à proportion de ses ailes ; il est représenté de profil et arrêté sur ses jambes. Pie au naturel est celle qui a la gorge et le ventre blancs, la tête, les ailes et la queue noire, l'oeil de gueules et quelques mélanges dans les plumes.

Pié

Voir Pied.

1772 Voir Pied.

Pièce

Définit souvent les charges de l'écu ou des figures ; ainsi une tour est crénelée de trois (quatre, cinq, etc.) pièces, elle peut être donjonnée de deux ou trois pièces, un pignon de x pièces (ou degrés). Les charges de l'écu sont elles-mêmes des pièces, des besants, des losanges, etc... Une fleur peut aussi être boutonnée de trois ou quatre pièces. On définit la chose et on en donne le nombre par le nombre de pièces.

1798 On appelle Pièces honorables, Certaines pièces de l'écu, comme le chef, la bande, le pal, etc.

Pièce de toile

Pièce de tissu.

Pièce honorable

On donne ce nom aux pièces qui occupent les premières places de l'écu ; on les trouve figurées dans les armes des plus anciennes familles, et selon toute probabilité, elles furent les premières marques de distinction employées en armoiries. Voir Pièce de premier ordre et Pièce secondaires.

1772 Est le nom que l'on a donné à certaines pieces qui regardent proprement cette science. Les pieces honorables sont au nombre de dix, sçavoir, le chef, le pal, la bande, la barre, la fasce, la croix, le sautoir, le chevron, la bordure et l'orle. Voyez chaque piece sous son article particulier, Voyez Chef, Pal, etc. Les hérauts d'armes allèguent plusieurs raisons pour lesquelles ces pieces ont été appellées honorables, savoir leur antiquité, comme ayant été en usage depuis l'origine des armoiries; 2°. parce que ces pieces marquent les ornemens qui conviennent à des hommes nobles et généreux, de sorte que le chef représente le casque ou la couronne qui couvre la tête d'un vainqueur; le pal marque sa pique ou sa lance; la bande et la barre, son baudrier; la fasce son écharpe; la croix et le sautoir, son épée; le chevron, ses bottes et ses éperons; la bordure et l'orle, sa cotte de maille. A l'égard de l'application ou collation de ces pieces honorables, quelques auteurs ont écrit que lorsqu'un cavalier s'étoit comporté valeureusement dans une bataille, on le présentoit au prince ou au général, qui lui faisoit donner une cotte d'armes relative à sa belle action, c'est-à-dire la permission de porter dans ses armoiries un chef lorsqu'il avoit été blessé à la tête, un chevron quand il avoit été blessé aux jambes, et une croix ou bordure lorsque son épée et son armure avoient été teintes du sang des ennemis. Quelques blasoneurs se sont avisés de multiplier le nombre des pièces honorables jusqu'à celui de vingt, ajoutant à celles ci-dessus le plein quartier, le giron, l'écusson, la cape dextre et senestre, le point, etc. mais on n'a point encore jugé à-propos de reconnoîtres ces pièces pour honorables. 1899 On donne ce nom aux pièces qui occupent les premières places de l'écu ; on les trouve figurées dans les armes des plus anciennes familles, et selon toute probabilité, elles furent les premières marques de distinction employées en armoiries. Pièces de premier ordre - Le chef, la fasce, le pal, la bande, la barre, la croix, le sautoir, le chevron, la champagne, le quartier et le giron. Pièces secondaires - La bordure, le franc-quartier, le franc-canton, le pairle, l'orle, le gousset, la pointe, la pile, l'écusson en coeur et le lambel. Pièces dites meubles - Les animaux naturels ou chimériques, les fruits, les fleurs, les arbres, les armes, les têtes d'animaux, etc ...Pièces réduites - La burèle, le comble, la cotice, les jumelles, la plaine, la traverse, le trêcheur et la vergette. 1901 Pièces ainsi nommées parce qu'elles ont été les premières employées dans l'art héraldique. Elles occupent en largeur deux parties des sept de la largeur de l'écu ; leurs extrémités en touchent les bords. Les pièces honorables sont : le chef, la fasce, le pal, la croix, la bande, le chevron et le sautoir.

Pièce ordinaire

La billette, le carreau, la losange, la fusée, l'annelet, la macle, le besant et le tourteau.

Pièce réduite

La burèle, le comble, la cotice, la jumelle, la plaine, la traverse, le trêcheur et la vergette.

Pièce secondaire

La bordure, le franc-quartier, le franc-canton, le pairle, l'orle, le gousset, la pointe (ou pile), l'écusson en coeur et le lambel. Sont souvent le signe des branches puînées.

Pièces héraldiques

Ce sont des figures formées au moyen de lignes, comme le pal, la fasce, la bande, la barre, la croix, le chevron, la bordure, l'orle, le franc-quartier, le canton, etc.

1887 Ce sont des figures formées au moyen de lignes, comme le pal, la fasce, la bande, la barre, la croix, le chevron, la bordure, l'orle, le franc-quartier, le canton, etc.

Pied

Se trouve aussi dans l'expression De pied en cap, qui se disait autrefois De cap à pied.

1772 On appelle pié de l'écu, la pointe ou partie inférieure de l'écu; et on dit qu'un animal est en pié, pour dire qu'il est posé sur les quatre piés. Lorsqu'il ne paroît que les trois fleurons de lis, et que le pié qui est au-dessous en est retranché, on dit pié coupé et pié nourri. On appelle pié fiché, celui qui est pointu et propre à ficher en terre. 1905 Se trouve aussi dans l'expression De pied en cap, qui se disait autrefois De cap à pied.

Pied coupé

On se sert de ces expressions pour indiquer que des fleurs de lis sont coupées net par la moitié ou qu'elles ne laissent voir que leur partie supérieure.

1660 Et Pied nourri : sont synonymes. Se dit de la fleur-de-lys quand il n'y a rien plus bas que le lien qui tient les trois fleurons, dont cette fleur est composée en bâton. 1885 On se sert de ces expressions pour indiquer que des fleurs de lis sont coupées net par la moitié ou qu'elles ne laissent voir que leur partie supérieure.

Pied de biche

Outil servant à tendre les flèches sur les arbalètes.

Pied de boeuf

Pied de boeuf

Pied de jombard

Plante qui croît ordinairement sur les toits et sur les murs. Ses feuilles sont grasses, charnues et toujours vertes.

Pied de l'écu

Est la pointe ou bas de l'écu.

1660 Est la pointe ou bas de l'écu.

Pied d'homme

Représenté de profil et coupé au-dessous du mollet.

1901 Représenté de profil et coupé au-dessous du mollet.

Pied fiché

Se dit des croix et autres pièces qui ont le pied aiguisé.

1660 Qui est fini en pointe. 1899 Ce nom ne se donne qu'à la croix dont le pied se termine en pointe aiguë ; les autres pièces longues, comme le pal par exemple, dont la partie inférieure paraît amincie, doivent être dites aiguisées. 1901 Voir Fiché.

Pied nourri

La fleur de lys, dont on ne voit pas la partie inférieure et qui se termine à la traverse, peut seule être dite au pied nourri, (voir nourri) ; les plantes représentées sans pied ni racine se disent au pied coupé.

1885 On se sert de ces expressions pour indiquer que des fleurs de lis sont coupées net par la moitié ou qu'elles ne laissent voir que leur partie supérieure. 1899 La fleur de lys, dont on ne voit pas la partie inférieure et qui se termine à la traverse, peut seule être dite au pied nourri, (voir nourri) ; les plantes représentées sans pied ni racine se disent au pied coupé.

Piedfort

Pièce de monnaie plus épaisse que les pièces ordinaires.

1905 Pièce de monnaie plus épaisse que les pièces ordinaires.

Piège à loup

Voir Hameçon.

1901 Voir Hameçon.

Pie-grièche

Espèce de Pie.

Pierre d'attente

On appelle Pierre d'attente, les pierres qui avancent d'espace en espace à l'extrémité d'un mur, pour faire liaison avec un autre mur qu'on a dessein ou droit de bâtir.

Pierre de taille

Masse de pierre de taille disposée en angle saillant, qui couvre la pile d'un pont de pierre.

Pierre milliaire

Bornes sur les grands chemins, éloignées d'un mille l'une de l'autre.

Pierre précieuse

Ce meuble est peu usité en armoiries sous cette dénomination, on le dit diamant ou escarboucle. Voir ces mots.

1899 Ce meuble est peu usité en armoiries sous cette dénomination, on le dit diamant ou escarboucle. Voir ces mots. 1901 Décoraient les ornements.

Pierre tombale

Pierre sculptée qui recouvre une tombe.

Pierrier

Nom donné aux premières bouches à feu qui lançaient des boulets de pierre.

1905 Nom donné aux premières bouches à feu qui lançaient des boulets de pierre.

Pierrier de vaisseau

Sorte de petit canon de fer, dont on se sert sur les vaisseaux, galères, et autres bâtiments ; et qu'on charge par la culasse avec des cartouches.

Pierrot

Nom vulgaire du moineau.

1905 Nom vulgaire du moineau.

Piéta

Gouttes de sang qui coulent des blessures d'un pélican.

1887 Gouttes de sang qui coulent des blessures d'un pélican.

Piété

Un pélican en sa piété est celui qu'on représente s'ouvrant les flancs pour nourrir ses petits.

1772 On se sert de ce terme dans le blason, pour signifier les petits d'un pélican, qui s'ouvre le sein pour les nourrir de son sang. 1798 Piété se dit d'un pélican s'ouvrant le sein pour nourrir ses petits de son sang. 1843 Un pélican en sa piété est celui qu'on représente s'ouvrant les flancs pour nourrir ses petits. 1872 Gouttes de sang qui coulent des blessures que se fait le pélican. 1885 Gouttes de sang qui coulent des blessures du pélican. 1901 Poitrine du pélican ouverte. On ne nomme la piété que lorsqu'elle est d'un autre émail que l'oiseau. 1904 Gouttes de sang coulant des blessures (du pélican).

Pieu

Pièce de bois qui est pointue par un des bouts.

Pigeon

Oiseau à plumage diversement coloré. Cet oiseau est bien représenté en héraldique.

1679 Oiseau que l'on trouve en armes.

Pigeonnier

Bâtiment en forme de tour couverte qui sert à abriter les colombes. Il diffère de la tour en ce qu'il n'a ni fenêtres ni de créneaux ni autre ouverture que la porte. Il n'a pas de herse. Le colombier peut être girouetté.

Pignade

Lieu planté de pins maritimes.

Pignate

Pot ou vase à une anse sur le côté.

1872 Pot à l'eau. 1885 Pot ou vase à une anse sur le côté. 1887 Aiguière de petite dimension, ayant une anse sur le côté. 1901 Voir Pot.

Pignon

Pièce de mécanique. Désigne aussi le mur d'une maison qui est terminé en pointe.

1660 Pignon de muraille qui se termine en pointe par carreaux les uns sur les autres à plusieurs montants. 1887 Se dit d'une espèce de muraille piramidale formée de carreaux entassés les uns sur les autres.

Pignoné

Voir Pignonné

1843 Voir Pignonné

Pignonné

Se dit de tout ce qui se termine en pignon de maison, ou dessus de muraille.

1660 Est 1772 Il se dit de la représentation d'un pignon de muraille, qui se termine en pointe par briques ou carreaux les uns sur les autres, en forme de plusieurs montans ou escaliers. Il porte d'argent à un lion naissant de sable, d'une campagne maçonnée, pignonnée de deux montans de gueules. 1780 De ce qui s'élève en forme d'escaliers de part et d'autre pyramidalement. 1798 Il se dit de ce qui s'élève en forme d'escalier de part et d'autre pyramidalement. 1843 Qui s'élève en forme de pignon ; on en voit peu d'exemples. 1864 Se dit d'une muraille qui s'élève en forme d'escalier de tous côtés. 1885 Qui s'élève en forme de pignon de muraille. 1887 Ce qui s'élève en forme de pignon. 1899 Se dit de tout ce qui se termine en pignon de maison, ou dessus de muraille. 1901 Se dit d'un château, d'une maison, d'un mur, des anciens édifices, dont le sommet se termine en degrés de forme pyramidale. 1905 Qui est en forme de pignon.

Pilastre

Pilier, le plus souvent carré ou rectangulaire, auquel on donne les mêmes proportions et les mêmes ornements qu'aux colonnes.

1905 Pilier, le plus souvent carré ou rectangulaire, auquel on donne les mêmes proportions et les mêmes ornements qu'aux colonnes.

Pilchard

Sardine de grande taille.

Pile

Pièce héraldique en forme de coin, dont la base occupe le tiers de la largeur de l'écu et mouvante du chef vers la pointe. C'est en somme la pointe renversée et dont le bout pointu peut toucher à l'un des flancs, auquel cas il faut le spécifier. En nombre la pile est diminuée de largeur.

1660 C'est une pointe renversée. Voir pointe renversée. 1843 Pointe renversée. 1864 Pointes renversées. 1872 Long triangle partant de la base de l'écu. - V. Pointe. 1885 C'est la pointe renversée. Elle peut aussi être multipliée dans l'écu; dans ce cas elle diminue de largeur. 1887 Long triangle occupant deux tiers du chef de l'écu et descendant en angle aigu vers la pointe. La pile, qui est le contraire de la pointe, peut être multipliée dans l'écu et dans ce cas elle subit une diminution de largeur. 1899 La pile est une pièce triangulaire, allant du bas vers le haut de l'écu ; lorsque la pointe de la pile est dirigée vers le bas on la dit renversée ; cette pièce est plus étroite que le chappé. 1901 La pile affecte la forme d'une pyramide renversée, dont la base mouvante du bord supérieur de l'écu. On lui donne deux parties en sa base, des sept parties de l'écu. 1905 Pièce héraldique en forme de coin, dont la base occupe le tiers de la largeur de l'écu et mouvante du chef vers la pointe. C'est en somme la pointe renversée et dont le bout pointu peut toucher à l'un des flancs, auquel cas il faut le spécifier. En nombre la pile est diminuée de largeur.

Pilier

Synonyme de colonne.

Pilon de mortier

Instrument dont on se sert pour piler quelque chose dans un mortier. Pilon de fer, pilon de fonte, pilon de bois.

Pilon de pharmacien

Instrument pour broyer les médicamentations.

Piloti

Dit aussi billot, pals fichés soutenant généralement un édifice.

Pin

Ce meuble se blasonne comme les autres arbres.

1679 Arbre que l'on trouve en armes. 1899 Ce meuble se blasonne comme les autres arbres. 1901 Arbre qui se distingue par la tige droite et ses branches écartées, ainsi que par son fruit, nommé Pomme de pin.

Pinceau

Ustensile de peintre.

Pincettes

Instrument à deux branches pour arranger le feu.

Pinier

Espèce de pin, connu aussi sous le nom de Pin cultivé, Pin pignon, Pin doux.

1905 Espèce de pin, connu aussi sous le nom de Pin cultivé, Pin pignon, Pin doux.

Pinson

Oiseau passereau à plumage bleu et verdâtre.

1901 Oiseau bien connu.

Pintade

Oiseau gallinacé au plumage sombre.

Pinte

Mesure à vin.

Pion d'échecs

Pièce du jeu d'échecs.

Pipe

Fleur ou pipe à fumer. Genre de tulipe.

Pique

Sorte de fer de lance, de forme allongée triangulaire, très pointue, souvent garnie d'une barrette à sa base.

1899 Sorte de fer de lance, de forme allongée triangulaire, très pointue, souvent garnie d'une barrette à sa base. 1901 Arme de guerre représentée par un bâton long, dont le bout supérieur est terminé par un fer plat et pointu.

Piqueron

Piquant (d'une masse par ex.).

1905 Voir Picoton.

Piquier

Soldat armé d'une pique.

Piquoir

Aiguille emmanchée dont on se sert pour piquer un dessin.

1905 Aiguille emmanchée dont on se sert pour piquer un dessin.

Piquon

Pointes se trouvant généralement sur les massues.

1905 Voir Picoton.

Pirouette

Sorte de jouet composé d'un petit morceau de bois plat et rond, traversé dans le milieu par un petit pivot sur lequel on le fait tourner avec les doigts.

Pistolet

Arme à feu, légère, au canon court.

Pitié

Se dit des gouttes de sang qui coulent du flanc du pélican lorsqu'il est nécessaire d'indiquer que ces gouttes sont d'un émail spécial.

1899 Se dit des gouttes de sang qui coulent du flanc du pélican lorsqu'il est nécessaire d'indiquer que ces gouttes sont d'un émail spécial.

Pivert

Oiseau de grande taille à plumage vert et jaune.

1901 Corruption de Pic-vert, oiseau caractérisé par un bec long, propre à fendre l'écorce des arbres. Voir Léopard.

Pivoine

Plante à bulbe aux grosses fleurs rouges, roses ou blanches.

Placé

De même que posé en ..., mis en ..., rangé en ...

1899 De même que posé en ... mis en ... rang en ...

Plain

De planus, signifie que la couleur de l'écu est unique. Par exemple: d'or plain ou d'azur plain. C'est une maxime, dans le blason, que plus l'écu est plain, plus il marque l'ancienneté. Les écus plains sont ceux qui sont les moins embarrassés de figures ou de pièces, et qui ne contiennent rien que de naturel.

1772 C'est une maxime, dans le blason, que plus l'écu est plain, plus il marque d'ancienneté. Les écus plains sont ceux qui sont les moins embarrassés de figures ou de pieces, et qui ne contiennent rien que de naturel. Voyez Ecu, Pièce, etc.

Plaine

Champagne réduite en épaisseur. Sa ligne supérieure, qui est tracée fort droit, l'empêche d'être confondue avec la terrasse dont le dessus est mouvementé.

1660 C'est la pointe de l'écu lorsqu'il est coupé en carré, et que la pointe qui reste sous le carré est d'autre couleur ou métal que l'écu. 1772 Se prend quelquefois pour la pointe de l'écu, lorsqu'il est coupé en quarré, et qu'il en reste sous le quarré une partie, qui est d'autre couleur et émail que l'écu. Elle a servi quelquefois pour marque de bâtardise, et on l'appelloit champaigne; car lorsque les descendans légitimes des bâtards ont ôté la barre, le filet, ou traverse que portoient leurs pères, ils doivent couper la pointe de leurs écus d'un autre émail; ce que l'on appelle plaine. 1780 Est la même chose que le champagne ; quelques-uns prétendent qu'on ne doit se servir du mot de plaine que pour exprimer une champagne extrêmement diminuée. 1843 Champagne rétrécie ; si on la retranche, l'écu devient carré parfait. 1887 Champagne qui n'a que la moitié de la hauteur d'une champagne ordinaire. 1899 Cette pièce est une champagne réduite, sa ligne supérieure, qui est tracée fort droit, l'empêche d'être confondue avec la terrasse dont le dessus est mouvementé. 1901 Voir Champagne. 1905 Champagne réduite à la moitié de sa hauteur. Les anciens héraldistes ne faisaient pas de différence entre ces deux pièces.

Planéa

Planche.

Plant

Ensemble de plantes.

Plantain

Voir Plantin.

Plante

Végétal sans précision, représenté généralement tigé et feuillé (le nombre de tiges ou de feuilles est quelquefois donné) de petites feuilles oblongues uniformément réparties.

1660 D'herbe ou de fleurs qui a sa racine, ou tient à la terre.

Plantin

(ou Plantain) - Plante fort commune, qui croît dans les lieux herbeux.

Plastron

La pièce de devant de la cuirasse que les Cavaliers portent à la guerre.

Plat à barbe

Ustensile du barbier.

Platane

Arbre dont l'écorce se détache par plaque.

Plate

Besant d'argent. Le mot plate est ici pris dans son sens ancien, qui signifiait argent.

1660 C'est un besant, qui est d'argent obligatoirement, même si on doit le spécifier. 1899 Nom donné anciennement au besant d'argent. 1905 Besant d'argent. Le mot plate est ici pris dans son sens ancien, qui signifiait argent.

Platine à repasser

Sorte d'ustensile de ménage consistant en un grand rond de cuivre jaune un peu convexe, monté sur des pieds de fer; et dont on se sert pour sécher et pour repasser du linge.

Platine de fusil

Se dit aussi de la pièce à laquelle sont attachées toutes celles qui servent au ressort d'une arme à feu.

Play

Poisson.

Playe

Voir Gulpe.

Plein

En termes de Blason, on dit d'un homme qui porte les armes d'une Maison, sans les écarteler et sans brisure, qu'Il en porte les armes pleines. Et dans cette même acception, en parlant d'une maison qui dans l'écu de ses armes ne porte qu'un émail, ou qu'une couleur, on dit, qu'elle porte son écu d'or plein, de gueules plein, etc. Se dit d'un écu rempli d'un seul émail, et sur lequel ne figure ni pièce honorable ni meuble.

1772 On dit porter les armes pleines d'une maison, pour signifier en porter les armes sans les écarteler et sans brisure. On dit aussi d'une maison qui ne porte qu'un émail, ou qu'une seule couleur dans l'écu de ses armes, qu'elle porte d'or plein ou d'or pur, de gueule plein. 1798 On dit d'un homme qui porte les armes d'une Maison, sans les écarteler et sans brisure, qu'Il en porte les armes pleines. Et dans cette même acception, en parlant d'une maison qui dans l'écu de ses armes ne porte qu'un émail, ou qu'une couleur, on dit, qu'elle porte son écu d'or plein, de gueules plein, etc. 1872 Se dit d'un champ couvert d'un seul émail. 1887 Se dit d'un champ couvert d'un émail uni sans aucun meuble. Ce terme s'emploie également pour indiquer qu'une pièce héraldique est représentée sous sa forme ordinaire, sans que ses bords aient subi quelque changement. Ainsi une croix de la forme ordinaire serait appelée croix pleine par rapport à d'autres croix dont les lignes seraient accidentées. 1899 Se dit d'un écu rempli d'un seul émail, et sur lequel ne figure ni pièce honorable ni meuble. 1901 Indique un écu rempli d'un seul émail, sans aucune pièce, ni meuble. 1905 Qui est d'une seule couleur et sans pièce ni figure, en parlant de l'écu. On disait aussi pur dans le même sens.

Pleines

Armoirie sans brisure. Les armes pleines sont généralement celle de l'aîné d'une famille.

1885 Se dit des armoiries sans brisure ou écartelure telles que les doivent porter les aînés. 1899 Se dit des armes qui sont sans écartelure ni brisure ; les armes pleines sont généralement celle de l'aîné d'une famille.

Pleureur

Voir Saule-pleureur.

Plie

Poisson plat à chair estimée.

Plié

De même que ployé se dit des pièces dont les lignes décrivent une légère courbe ; les bandes, fasces, pals, chevrons, etc..., représentés suivant cette allure ne se rencontre guère dans les armes étrangères. Se dit des oiseaux qui n'étendent pas les ailes, particulièrement des aigles, que l'on dit alors être au vol plié.

1660 Qui est courbé. 1772 Se dit de ce qui est simplement courbé, aussi-bien que des oiseaux qui n'étendent pas leurs ailes, et surtout de l'aigle qu'on dit alors au vol plié. 1780 Des oiseaux qui n'étendent pas les ailes, particulièrement des aigles que l'on dit alors au vol plié. 1798 Se dit des oiseaux qui n'étendent pas les ailes, particulièrement des aigles, que l'on dit alors être au vol plié. 1843 Courbé, cintré en arc-boutant. 1864 Se dit des oiseaux qui n'étendent pas leurs ailes. 1885 Un oiseau a le vol plié lorsque ses ailes ne sont pas étendues. 1887 Se dit des ailes d'un oiseau qui ne sont pas ouvertes. 1899 De même que ployé se dit des pièces dont les lignes décrivent une légère courbe ; les bandes, fasces, pals, chevrons, etc ..., représentés suivant celle allure ne se rencontre guère dans les armes étrangères. 1905 Légèrement concave d'un côté et convexe de l'autre, en parlant des pièces de longueur, comme la bande, la fasce, etc. Se dit aussi des figures longues, comme les épées légèrement courbées, et des oiseaux qui n'ont pas leurs ailes étendues.

Plié en rond

Se dit d'un serpent qui fait cercle et se mord la queue.

1887 Se dit d'un serpent qui fait cercle et se mord la queue.

Plomb (à)

Indique un alignement vertical pour une composition couvrant une pièce penchée. Peut indiquer une orientation verticale des créneaux pour un bastillé d'une bande ou d'une barre. La plupart des meubles ou figures sont représentés ordinairement à plomb.

Plomb de maçon

Poids de plomb attaché à une ficelle.

Plongeant

Se dit du cygne qui paraît dans l'écu, la tête enfoncée dans l'eau.

1905 Se dit du cygne qui paraît dans l'écu, la tête enfoncée dans l'eau.

Plongeon

Oiseau palmipède ou Poule d'eau.

Ployé

Se dit du chevron, de la fasce ou d'autre pièce de longueur, dont la superficie est concave, et le dessous convexe.

1887 Voir Chapé, Chaperonné et Chevron. 1901 Se dit du chevron, de la fasce ou d'autre pièce de longueur, dont la superficie est concave, et le dessous convexe.

Pluie

Représentée par un semé de gouttes d'eau.

Plumail

Bouquet de plumes de paon, figuré lié et non rouant ; c'est un ornement extérieur dans le genre du vol-banneret, mais avec lequel il ne faut pas le confondre.

1899 Bouquet de plumes de paon, figuré lié et non rouant ; c'est un ornement extérieur dans le genre du vol-banneret, mais avec lequel il ne faut pas le confondre.

Plume

D'oiseau ou à écrire.

1660 Voir Pennache. 1905 D'oiseau ou à écrire.

Plume d'oie à écrire

Elle est représentée taillée, en pal la pointe en bas de l'écu.

1901 Elle est représentée taillée, posée en pal, le bec vers le bas de l'écu.

Plumet

Plume, bouquet de plumes, servant d'ornement à un chapeau, et particulièrement à une coiffure militaire.

1905 Plume, bouquet de plumes, servant d'ornement à un chapeau, et particulièrement à une coiffure militaire.

Plumeté

Attribut de l'écu ou de toute pièce recouverte de petites figures représentant des bouts de plumes rangés symétriquement.

1660 Moucheté, découpé. 1772 Est la même chose que le moucheté ou papillonné. 1780 Est le même que le moucheté ou papelonné. 1798 Il se dit d'un écu chargé de menue broderie. 1864 Est le même que papelonné. 1872 Champ couvert de plumes. 1887 Se dit d'un champ entièrement couvert de plumes. 1899 Le plumeté est une suite de bouts de plumes rangés les uns à côté des autres, s'alternant de métal et de couleur, placés par tires dans le sens de la fasce, et employés pour couvrir le champ d'un écu, l'ensemble d'une pièce, ou l'intérieur d'un meuble. 1905 Attribut de l'écu ou de toute pièce recouverte de petites figures représentant des bouts de plumes rangés symétriquement.

Pluvier

Oiseau échassier. Pluvier.

Poche de maître à danser

Poche se dit d'un petit violon que les Maîtres à danser portent sur eux quand ils vont donner leçon à leurs écoliers, et que l'on appelle ainsi parce qu'il se porte dans la poche.

Poële

Instrument de cuisine. Poêle à frire.

Poêle à frire

Cet ustensile est composé d'une cuvette ronde, munie d'un long manche terminé par un anneau.

1901 Cet ustensile est composé d'une cuvette ronde, munie d'un long manche terminé par un anneau.

Poignard

Arme formée d'un manche et d'une lame courte et pointue.

1899 Se blasonne comme l'épée. (Voir ce mot). 1901 Voir Dague.

Poignée

Poignée d'épée.

Poinçon

Tige de métal pointue servant à percer ou à graver.

Poing

Main fermée.

Point

Chacun des carrés de l'échiqueté et de l'équipollé. Chacune des divisions du componé.

1660 Figure carrée comme celle d'un échiquier, il s'en met au nombre de neuf et de quinze ni plus ni moins, qui toutes font un autre carré. 1772 Il se dit de la division de l'écu en plusieurs quarrés, tantôt au nombre de neuf, tantôt de quinze, dont les uns sont d'un émail, et les autres de l'autre, qu'on appelle aussi points équipollés. On nomme pareillement points les divisions de la componure. Il y a aussi une autre division de l'écu en plusieurs points, ou se trouvent le point d'honneur, le nombril, etc. Le point d'honneur se dit de la place qui est dans un écu, répondant au milieu du chef et au-dessous. On appelle le nombril de l'écu, un point qui est au milieu du dessous de la face, et qui la sépare de la pointe. Ainsi on dit N. porte d'or à un écusson de gueules mis au nombril. 1843 Carré comme ceux d'une table d'échiquier. 1885 Division de l'écu partagé en neuf ou quinze parties égales. (Voir échiquier ou équipollé). 1887 Ainsi s'appellent les carreaux d'un échiquier ou d'un équipollé. 1899 Division de l'écu partagé en neuf carrés égaux comme l'équipolé, ou en quinze comme l'échiqueté. 1905 Chacun des carrés de l'échiqueté et de l'équipollé. Chacune des divisions du componé.

Point d'honneur

Voir Honneur.

1872 Place de l'écu au-dessous du point du chef. 1887 La place immédiatement au-dessous du point du chef. 1905 Voir Honneur.

Point du chef

C'est le centre de la partie supérieure de l'écu, dite chef.

1864 Partie moyenne du tiers supérieur de l'écu. 1872 Le milieu de la partie supérieure de l'écu.

Pointe

Désigne un triangle (ou pile) qui peut se présenter en pal, fasce, en bande, etc... La direction en est indiquée par: mouvant de... Voir En pointe.

1660 Pièce montante du bas en haut de l'écu, plus étroite en sa largeur que le chappé, occupant seulement les deux tiers de la pointe. 1679 Touche au haut de l'escu, & est dedans deux autres demies pointes au contraire qui sont l'escu entier. Et iamais n'y en doit avoir qu'une en un escu simple. 1772 C'est une piece qui monte du bas de l'écu enhaut, et qui étant plus étroite dans sa largeur que le chappé, occupe seulement le tiers de la pointe de l'écu. On appelle pointe en bande, pointe en barre, celle qui est posée dans la situation de la bande ou de la barre. Pointe en face est celle qui est mouvante d'un des flancs de l'écu; et pointe renversée celle qui étant mouvante du chef contre-bas, occupe les deux tiers du chef en diminuant jusqu'à la pointe de l'écu, sans la toucher néanmoins. 1780 Est une pièce mouvante du bas de l'écu, plus étroite que le chappé. La pointe se pose perpendiculairement, quelquefois en bande, ou absolument renversée. On l'appelle aussi Pile. 1798 Pointe coupée d'or et d'azur. La pointe chargée d'une tour d'argent. Les armes de France sont d'azur à trois fleurs de lis d'or, deux en chef, et une en pointe. 1843 Triangle isocèle, qui ressemble aux flèches d'un jeu de trictrac et qui a sa base sur un côté de l'écu. 1872 Long triangle partant du sommet de l'écu. - V. Pile. 1887 2° d'un long triangle occupant deux tiers de la base de l'écu et montant en angle aigu jusqu'à proximité du chef. La pointe, qui est le contraire de la pile, peut être multipliée dans l'écu et dans ce cas elle diminue de largeur. 1899 Pièce honorable, de forme triangulaire dont la base n'occupe que la moitié de la largeur de l'écu ; cette pièce peut se mettre en nombre, se poser en bande, barre, fasce, etc ...; on doit toujours indiquer le point dont elle paraît mouvante. Lorsqu'un écu est chargé de plusieurs pointes, on le dit pointé de ..., suivant le nombre et l'émail des pointes figurées. On dit qu'une rose est pointée lorsque les petites pointes qui saillissent entre les feuilles sont d'un autre émail que celui de la fleur. 1901 La pointe a la forme d'une pyramide aiguë, mouvante du bas de l'écu. Elle a, en sa base, deux parties, des sept de la largeur de l'écu et en occupe la hauteur, moins une partie. Elle diffère du giron, en ce que celui-ci ne comporte que quatre parties de haut. Pointe se dit aussi de la partie inférieure de l'écu qui se termine en un point médial, par deux petites lignes curvilignes extérieures. 1905 Pièce héraldique en forme de coin, qui monte du bas de l'écu en haut.

Pointé

Se dit d'un écu chargé de pointes en nombre égal et de deux émaux alternativement. Se dit d'une rose qui a les pointes placées extérieurement entre les pétales et d'un autre émail que ces dernières.

1660 Marque de pointure ou piqures, se dut de la rose lorsque les bouts et pointes des cinq pièces qui lui servent de chasse quand elle est en bouton, paraissent outre et par-dessus les bords des feuilles de la rose ouverte et épanouie. 1772 On appelle écu pointé fascé, un écu chargé de plusieurs pointes en fasces, qui sont en nombre égal, d'émaux différens. Pointé se dit aussi d'un écu marqué de pointures ou piqûres, comme les pointes qui servent de masse à la rose, tandis qu'elle est en bouton. Il porte trois roses boutonnées d'or et pointées de sinople. 1843 Se dit de la rose dont les bouts ou pointes de l'enveloppe qui la recouvrait lorsqu'elle était en bouton, sont d'un autre émail que la fleur. 1885 Se dit d'un écu chargé de pointes ou d'une rose dont le milieu est d'un émail différent. 1905 Se dit d'un écu chargé de pointes en nombre égal et de deux émaux alternativement. Se dit d'une rose qui a les pointes placées extérieurement entre les pétales et d'un autre émail que ces dernières.

Pointe (En)

Se dit d'un objet posé au bas de l'écu, ou de plusieurs objets qui y sont rangés sur la même ligne.

1660 Qui prend sa racine dans la pointe de l'écu. 1887 Se dit d'un objet posé au bas de l'écu, ou de plusieurs objets qui y sont rangés sur la même ligne.

Pointe en bande, en barre

Pointe posée en bande ou en barre

1660 Pointe posée en bande ou en barre

Pointe en fasce

Pointe mouvante à dextre ou à senestre.

1660 Pointe mouvante à dextre ou à senestre.

Pointe en pointe ou coupé en pointe

Qui prend sa racine dans la pointe de l'écu.

1660 Qui prend sa racine dans la pointe de l'écu.

Pointé fascé

Se dit lorsque les pointes en fasces sont de même nombre de couleur et de métal.

1660 Se dit lorsque les pointes en fasces sont de même nombre de couleur et de métal.

Pointe renversée

Appelée Pile.

1660 Appelée Pile.

Pointe de l'écu

Se dit de la partie inférieure de l'écu ; lorsque cette place est occupée par un meuble soit figurant seul, soit accompagnant une pièce honorable, on énonce ce meuble en pointe.

1660 Pied de l'écu. 1772 La partie inférieure de l'écu qui aboutit ordinairement à une petite pointe. 1798 On appelle Pointe, la partie basse de l'écu. 1864 Tiers inférieur de l'écu. 1887 Nom : 1° de la partie inférieure de l'écu ; 1899 Se dit de la partie inférieure de l'écu ; lorsque cette place est occupée par un meuble soit figurant seul, soit accompagnant une pièce honorable, on énonce ce meuble en pointe. 1905 Partie inférieure de l'écu.

Pointe entée

Pointe peu élevée qui, mouvante de la base de l'écu, pénètre entre les quartiers d'un écartelé ou d'un parti. Ne pas confondre avec l'enté en pointe, qui est une enture et l'on peut en avoir en d'autres parties de l'écu.

1887 Pointe peu élevée, qui, mouvante de la base de l'écu, pénètre entre les quartiers d'un écu écartelé.

Points de l'écu

Ils sont au nombre de onze, et voici la place que chacun d'eux occupe dans l'écu : trois à dextre : l'angle du chef, le milieu du flanc et l'angle de la pointe ; trois à sénestre : les mêmes emplacements en opposition à ceux du côté dextre ; cinq au milieu : le point du chef en haut, celui de l'abîme au centre (ou coeur), celui de pointe au bas de l'écu, le point d'honneur est placé entre le point du chef et celui du centre, enfin le point du nombril occupe le milieu entre le point du centre et celui de la pointe de l'écu.

1899 Ils sont au nombre de onze, et voici la place que chacun d'eux occupe dans l'écu : trois à dextre : l'angle du chef, le milieu du flanc et l'angle de la pointe ; trois à sénestre : les mêmes emplacements en opposition à ceux du côté dextre ; cinq au milieu : le point du chef en haut, celui de l'abîme au centre (ou coeur), celui de pointe au bas de l'écu, le point d'honneur est placé entre le point du chef et celui du centre, enfin le point du nombril occupe le milieu entre le point du centre et celui de la pointe de l'écu.

Points équipollés

Carreaux au nombre de neuf, qui remplissent un écu, dont cinq sont d'un émail, quatre d'un autre émail, à l'instar d'un grand échiquier. On blasonne les cinq points en sautoir, y ajoutant le mot Équipollé, ensuite les quatre points qui restent.

1872 Sorte d'échiqueté au nombre de neuf carreaux dont cinq sont d'un émail et quatre d'un autre. 1887 C'est un échiqueté au nombre de neuf points, dont cinq sont d'un émail et quatre d'un autre émail. 1901 Carreaux au nombre de neuf, qui remplissent un écu, dont cinq sont d'un émail, quatre d'un autre émail, à l'instar d'un grand échiquier. On blasonne les cinq points en sautoir, y ajoutant le mot Équipollé, ensuite les quatre points qui restent.

Pointu

Se rencontre pour indiquer le toit en pointe d'un bâtiment, particulièrement, une tour pointue.

Poire

Fruit du poirier. Généralement présentée la queue vers le haut.

1679 Fruit que l'on trouve en armes. 1901 Fruit du poirier, représenté de face, la queue en l'air et muni de deux feuilles.

Poire à poudre

Ustensile pour conserver la poudre.

Poire de bon-chrestien

Sorte de grosse poire. Le Bon-chrétien, est une poire cassante.

Poire de rousselet

On donne ce nom à une poire d'été, qui est d'un parfum agréable.

Poireau

Plante potagère aux longues feuilles vertes.

1901 Plante potagère représentée posée en pal, la racine en bas.

Poirier

Arbre qui produit la poire.

1679 Arbre que l'on trouve en armes.

Pois

Plante cultivée pour ses graines.

Pois chiches

Plante voisine du pois, dont la gousse contient deux graines.

Poisson

Les poissons sont d'un usage assez fréquent en armoiries ; on rencontre principalement le bar, le brochet, le dauphin et le saumon. En blasonnant on doit dire qu'un poisson est barbé, crêté, lorré, oreillé, peautré, lorsque la barbe, la crête, les nageoires, les ouïes, les écailles ou la queue sont d'un autre émail que celui du corps.

1660 Ces poissons se posent en fasce qui est leur ordinaire assiette ainsi que s'ils nageaient. 1772 On le distingue diversement en blason. Les dauphins sont toujours courbés, les bars ou barbeaux adosses, les chabots péris en pal. Quand ils sont en fasce, on les représente nageant, et on n'exprime point leur assiette, mais seulement lorsqu'ils sont en pal ou en bande. 1899 Les poissons sont d'un usage assez fréquent en armoiries ; on rencontre principalement le bar, le brochet, le dauphin et le saumon. En blasonnant on doit dire qu'un poisson est barbé, crêté, lorré, oreillé, peautré, lorsque la barbe, la crête, les nageoires, les ouïes, les écailles ou la queue sont d'un autre émail que celui du corps. 1901 On nomme en général Poisson, dans l'art héraldique, celui dont on ne peut distinguer l'espèce.

Poivre

Fruit du poivrier.

Poivre d'Inde

Piment, ou Poivre d'Inde, une plante qu'on cultive au Pérou, dont la semence est extrêmement chaude et piquante.

Poivrier

Arbuste grimpant produisant le poivre.

Poivrière

Petite tour. Échauguette cylindrique à toit conique. Guérite de gué.

Pomme

Fruit du pommier, ordinairement sphérique, quelquefois allongé ou bien déprimé et aplati sur son axe, creusé à sa base d'une cavité plus ou moins large dans laquelle s'implante un pédoncule assez court. Dans l'écu, la pomme présente son pédoncule en l'air.

1660 Fruit assez rare en armoiries. 1679 Fruit que l'on trouve en armes. 1899 Ce meuble se blasonne comme les autres fruits. 1901 Fruit du pommier, ordinairement sphérique, quelquefois allongé ou bien déprimé et aplati sur son axe, creusé à sa base d'une cavité plus ou moins large dans laquelle s'implante un pédoncule assez court. Dans l'écu, la pomme présente son pédoncule en l'air.

Pommé

Voir Pommeté.

Pomme de Calville

Espèce de pomme. Désigne aussi une Orange.

Pomme de Grenade

Voir Grenade.

1887 Voir Grenade.

Pomme de pin

Ce fruit est figuré sur l'écu comme pendant au bout de sa tige, son intérieur paraît divisé par des lignes diagonales s'entrecroisant à distance égales ; lorsque la pointe de ce meuble est dirigée vers le chef on le dit renversé, ou la pointe en haut.

1660 Posée ordinairement la queue vers la pointe, sinon elle est dite renversée. 1887 Dans leur position ordinaire, les pommes de pin ont la queue en haut. 1899 Ce fruit est figuré sur l'écu comme pendant au bout de sa tige, son intérieur paraît divisé par des lignes diagonales s'entre-croisant à distance égales ; lorsque la pointe de ce meuble est dirigée vers le chef on le dit renversé, ou la pointe en haut. 1901 Voir Pin.

Pomme ou Volet

Anciens noms du tourteau de sinople.

1899 Anciens noms du tourteau de sinople.

Pommeau

Extrémité renflée de la poignée d'une canne ou d'une épée.

Pommelle

Pièce de plomb battue en rond et pleine de petits trous, qu'on met à l'embouchure d'un tuyau, pour filtrer.

Pommeté

Se dit de la croix et de plusieurs autres pièces dont les extrémités se terminent par une pomme (boule). Le pommeté est confondu avec le bourdonné, qui signifie dans ce cas terminé en boule.

1660 Ce qui se dite de la croix lorsqu'elle a ses extrémités rondes en forme de pomme, et tout ainsi qu'un bouton, tels que nous les voyons dans les bourdons, d'où vient que l'on appelle aussi Croix bourdonnée. 1694 Pommetté, pommettée (Pomme) - adj. Terme de Blason. Orné de pommettes. A la face d'argent pommettée de gueule. 1772 Se dit des boutons ronds dont on orne les extrémités de plusieurs pieces de l'écu; une croix pommetée. Voyez Croix. 1798 Orné de pommettes. Il porte à la fasce d'argent pommetée de gueules. 1843 Terminé par une boule ou pommeau. 1864 Se dit des croix et raies tournées en boules ou pommes. 1872 Se dit des croix, ou des bâtons qui se terminent en forme de boules. 1885 Se dit des raies d'escarboucle ou des croix terminées par des boules. 1887 Se dit d'objets ayant des boules à leurs angles saillants et de cadres de miroirs garnis de petites boules. 1899 Se dit de la croix et de plusieurs autres pièces dont les extrémités se terminent en forme de boule. Le pommeté ne doit pas être confondu avec le bourdonné ; il est regrettable que plusieurs auteurs aient admis cette assimilation, car bourdonné veut dire terminé par une boule et non en boule, ce qui est le cas du pommeté, mais l'usage a conservé cette confusion. 1901 Attribut de la croix recroisettée, dont les extrémités sont terminées en forme de pomme. 1905 Qui est terminé par des pommelles, par des boutons arrondis, en parlant des extrémités de diverses pièces héraldiques. Se dit aussi des rais d'escarboucle qui portent des pommelles tant aux extrémités qu'au milieu de leurs rayons ou bourdons.

Pommetté

Voir Pommeté.

1780 Se dit des croix et rais tournés en plusieurs boules ou pommes. V. Bourdonné.

Pommier

Arbre à fleurs blanches, dont le fruit est la pomme.

1679 Arbre que l'on trouve en armes.

Pont

Lorsque ce meuble est représenté, il doit occuper toute la largeur de l'écu ; on doit indiquer les nombres des arches, et dire s'il est maçonné d'un émail particulier.

1660 Bâtiment de pierre, il faut en spécifier le nombre d'arches, si ce n'est à ceux qui n'en ont qu'une. 1885 On doit toujours mentionner le nombre d'arches. 1887 Il est nécessaire d'indiquer le nombre des arches. 1899 Lorsque ce meuble est représenté, il doit occuper toute la largeur de l'écu ; on doit indiquer les nombres des arches, et dire s'il est maçonné d'un émail particulier. 1901 Construction servant au passage d'un cours d'eau ou d'un fossé.

Pont-levis

Entrée principale d'un château fort.

Pope

Prêtre orthodoxe.

Porc

Présenté de profil et passant et son émail est généralement de sable.

1660 Le porc et le porc sanglier sont semblables, à la réserve que le sanglier a une défense, et le porc n'en a point. 1887 Il se distingue du sanglier par l'absence de défense. 1899 Cet animal se représente de profil et passant, dépourvu de défenses et son émail est généralement de sable. 1901 Animal domestique représenté passant. Son émail ordinaire est le sable.

Porcelet

Jeune porc.

Porc-épic

Ce petit animal, dont le corps paraît hérissé de piquants, est admis à la fois comme meuble de l'écu et comme support des armoiries.

1660 Espèce de gros hérisson, à gros et grands piquons. 1899 Ce petit animal, dont le corps paraît hérissé de piquants, est admis à la fois comme meuble de l'écu et comme support des armoiries. 1901 Animal terrestre figuré passant dans l'écu. 1905 Le porc-épic se trouve souvent figuré sur les armoiries et les monnaies, notamment sur celles du roi Louis XII.

Porreau

Voir Poireau.

Portail

Façade d'une église où se trouve la porte principale.

1660 Ou Portal. Portail grand et maîtresse porte d'un bâtiment, d'un grand édifice, porte d'une maison, d'un palais, ou tout autre bâtiment. Porte qui s'ouvre à deux battants, à double moitié, de chaque côté. 1905 Façade d'une église où se trouve la porte principale.

Porte

Portail. Peut être ferrée lorsque les clous ou les ferrures sont d'un autre émail.

1901 De ville ou de château, symbole de juridiction assez commun sur les sceaux du XIIe et XIIIe siècles.

Porte Harnais

Pour ranger la selle et les harnachements du cheval

Portée

Se dit de la croix latine représentée penchée, comme si elle était portée sur l'épaule du Christ. Portant, parfois employé pour chargé : une pièce portant un meuble ; pour chargé de ce meuble.

1772 Une croix portée, c'est une croix qui n'est pas debout, comme sont généralement les croix, mais qui est couchée de travers sur l'écusson, en forme de bande, comme si elle étoit portée sur l'épaule d'un homme. Voyez Croix. Colombiere assure que quelques-uns disent porté, parce que notre Sauveur allant souffrir la mort, fut obligé de porter sa croix, qui est toujours représentée de travers et inclinée de cette manière. 1885 Une croix est dite portée lorsqu'elle est penchée dans l'écu. 1899 Se dit d'une croix couchée en travers d'un écu et posée dans le sens de la bande ; les bras du haut de la croix se trouvent placés vers l'angle dextre du chef. 1905 Voir Croix portée.

Portée de musique

Page montrant des portées de musique.

Porte-étendard

Porte étendard.

Porter

On dit d'une famille ou de ses membres qu'ils portent de ..., à ..., et à ..., en blasonnant le champ, les pièces et les différents meubles dont leurs armoiries sont composées ; tel, par exemple, porte d'azur, au chevron d'or ; tel autre porte de gueules à la fasce d'argent, chargée de deux étoiles de sable, etc...

1772 L'on dit de quiconque a des armes, qu'il porte les différentes pieces dont est chargé son écusson: si, par exemple, il y a trois lions rampans, on dit qu'il les porte. Voyez Pièce, etc. 1899 On dit d'une famille ou de ses membres qu'ils portent de ..., à ..., et à ..., en blasonnant le champ, les pièces et les différents meubles dont leurs armoiries sont composées ; tel, par exemple, porte d'azur, au chevron d'or ; tel autre porte de gueules à la fasce d'argent, chargée de deux étoiles de sable, etc...

Portiau

Petite porte ou portail. Utilisé parfois comme diminutif de porte dans le même sens que lionceau par rapport au lion quand ils sont en nombre de trois ou plus dans l'écu. Rare.

Portillé

Indique l'émail de la porte d'un édifice.

1887 Indique l'émail de la porte d'un édifice.

Portique

Représenté par un fronton grec soutenu par deux colonnes.

Posé

S'emploie en art héraldique pour déterminer la position d'un meuble : posé en pal, en barre, en fasce, etc. Quand deux pièces sont posées l'une sur l'autre dans un sens différent, comme deux dards, dont l'un a la pointe en haut, et l'autre la pointe en bas, elles sont dites contre-posées. S'emploie aussi comme synonyme de Arrêté.

1660 Qui est mis en assiette de croix, de bande, de pal, ou d'autres pièces honorables. 1772 Se dit d'un lion, d'un cheval ou d'une autre bête arrêtée sur ses quatre piés, pour indiquer qu'il n'est pas dans une posture de mouvement. 1780 Se dit du lion arrêté sur ses quatre pieds. 1798 Se dit des animaux arrêtés sur leurs pieds. 1864 Se dit d'un animal arrêté sur ses pieds. 1885 S'emploie dans le même sens que en pied. 1887 Se dit de la place que les figures occupent dans l'écu. Le lion posé est un lion arrêté sur ses quatre pattes. 1899 Se dit de tout animal arrêté sur ses pattes, et tout meuble figuré directement au-dessus d'un autre. 1901 Se dit d'un château, d'une tour, d'un lion ou de toute autre pièce de l'écu, placé sur un rocher, une montagne ou une terrasse. 1905 S'emploie en art héraldique pour déterminer la position d'un meuble : posé en pal, en barre, en fasce, etc. Quand deux pièces sont posées l'une sur l'autre dans un sens différent, comme deux dards, dont l'un a la pointe en haut, et l'autre la pointe en bas, elles sont dites contre-posées. S'emploie aussi comme synonyme de Arrêté.

Posé en

Lorsqu'un certain nombre de meubles sont placés sur un écu de façon à former une pièce honorable, croix, sautoir, bande, fasce, chevron, etc ..., on dit ces meubles posés en croix, en sautoir, en chevron, etc ..., se dit aussi pour un meuble seul dont il faut indiquer la position.

1887 Bande, Barre, Croix, Fasce, Sautoir, Chevron. Se dit de figures posées dans la direction qui est propre à ces pièces héraldiques. 1899 Lorsqu'un certain nombre de meubles sont placés sur un écu de façon à former une pièce honorable, croix, sautoir, bande, fasce, chevron, etc ..., on dit ces meubles posés en croix, en sautoir, en chevron, etc ..., se dit aussi pour un meuble seul dont il faut indiquer la position.

Postillon

Cavalier du cheval de tête dans un attelage.

Pot

Vase à anse, propre à contenir du liquide. Il est posé de profil, l'anse tournée à senestre. Un petit pot se dit aussi Pignate.

1660 Il y en a de diverses figures, et qui servent à différents usages. 1901 Vase à anse, propre à contenir du liquide. Il est posé de profil, l'anse tournée à senestre. Un petit pot se dit aussi Pignate.

Pot à lait

Récipient contenant le lait.

Potence

Seule et en forme de T ou de L renversé, rare en héraldique.

1660 Pièce utilisée pour quelque mémoire de piété. 1872 Pièce en forme de T. 1887 Meuble en forme de T, composé d'une traverse soutenue d'un poteau. 1905 Meuble de l'écu représentant une croix en forme de T. La potence est la croix des Hébreux et s'appelle aussi Croix potencée, Croix de Saint-Antoine, Taf et Tau.

Potencé

Se dit de toute pièce dont les extrémités se terminent en double potence (traverse ou forme de T) ; chaque bras de la croix dite potencée finit de cette manière. Voir Contre-potencé.

1660 Fait en forme de potence, croix potencée qui a les bouts faits en potence. 1694 (Potence) - adj. Terme de Blason. Il n'a guere d'usage qu'en cette phrase, croix potencée, qui signifie une croix qui a une traverse à chaque bout. 1780 Se dit des pièces terminées en T. 1798 Il n'est guère d'usage qu'en cette phrase, croix potencée, qui signifie, une croix qui a une traverse à chaque bout. 1843 Qui est garni de petites potences en forme de T. La croix potencée appelée aussi croix de Jérusalem, a une traverse à l'extrémité de chaque bras. 1864 Se dit des pièces terminées comme la lettre T. 1885 Terminé en potence ou en T. 1887 Se dit de figures terminées en potence, munies de potences ou chargées de potences. 1899 Se dit de toute pièce dont les extrémités se terminent en double potence (en forme de T) ; chaque bras de la croix dite potencée finit de cette manière. Voir au mot contre-potencé ce qui a été dit des pièces qui portent cette qualification. 1901 Se dit de la croix alésée dont chaque extrémité représente une potence. 1905 Se dit d'une pièce, et particulièrement d'une croix, quand elle a les extrémités terminées en T.

Potence contre-potencé

Garni de petites potences, comme enclavées l'une dans l'autre.

1660 Garni de petites potences, comme enclavées l'une dans l'autre.

Pot-en-tête

Casque de mineur ou de sapeur, du type barbute. Parfois il se complique d'un masque mobile rattaché au droit du front par un bouton tournant.

1905 Casque de mineur ou de sapeur, du type barbute. Parfois il se complique d'un masque mobile rattaché au droit du front par un bouton tournant.

Potet

Petit pot.

Potin

Aiguière. (Peut-être en cuivre jaune, appelé potin, à distinguer du cuivre rouge, appelé cuivre de rosette).

Pou

Insecte sans ailes, parasite.

Poudré

Voir Semé.

Poulain

Jeune cheval de moins de trois ans.

Poularde

Jeune poule engraissée.

Poule

Femelle du coq.

Poule de bruyère

Voir Faisan.

Poule de mer

Oiseau.

Poule d'eau

Échassier des roseaux. Un peu comme la poule, mais la plupart du temps, nageant sur une rivière.

Poulet

Petit de la poule.

Poulet d'Inde

Espèce d'oiseau domestique plus gros que le coq.

Poulette

Jeune poule.

Poupart

Gros crabe à large carapace appelé aussi tourteau.

Poupée

Poupée d'enfant. Paquet d'étoupe ou de filasse dont on garnit la quenouille.

1905 Poupée d'enfant. Paquet d'étoupe ou de filasse dont on garnit la quenouille.

Pourceau

Voir Porc.

Pourpre

Une des couleurs du blason ; c'est le violet, composé d'azur et de gueules ; cet émail se représente en gravure par des lignes diagonales allant de l'angle senestre du chef à l'angle dextre de la pointe de l'écu.

1660 La cinquième couleur, composée de l'azur et du rouge, comprise non pas pour couleur simplement mais pour un émail mitoyen entre la couleur et le métal, tellement qu'en ce cas, on le peut mettre sur l'un et sur l'autre sans fausseté. 1772 Le pourpre est composé de l'azur, de gueule, du sable et du sinople, et il est en barre dans les armes de ceux qui en portent. On dit en parlant blason, parti de pourpre et d'hermine, il porte de pourpre au chevron abaissé d'or. 1780 Est une des cinq couleurs du blason, et qui est composé de l'azur et du gueules, tirant par conséquent sur le violet. Le pourpre se marque dans la gravure par de traits tirés diagonalement de gauche à droit. 1798 Rouge foncé qui tire sur le violet. Le pourpre est une des couleurs du Blason; il se marque en gravure par des traits diagonaux, allant de l'angle gauche du chef, à l'angle droit de la base. 1843 Couleur violette, que la gravure représente par des lignes diagonales de gauche à droite, dans le sens de la barre. 1887 Émail héraldique que l'on exprime en gravure par des lignes diagonales de senestre à dextre. Le pourpre, qui se met indifféremment sur métal ou sur couleur, n'a été probablement dans l'origine que de l'or ou l'argent qui, terni par l'effet du temps, a pris une nuance tirant sur le rouge. 1899 Une des couleurs du blason ; c'est le violet, composé d'azur et de gueules ; cet émail se représente en gravure par des lignes diagonales allant de l'angle sénestre du chef à l'angle dextre de la pointe de l'écu. 1901 Le pourpre est l'émail violet, représenté en gravure par des hachures diagonales de sénestre à dextre. 1905 La plupart des héraldistes n'admettent point le pourpre comme couleur régulière parce qu'il n'a pas de couleur propre, mais qu'il est composé du mélange égal des quatre autres, disent les uns, ou que c'est un argent altéré par le temps, disent les autres. C'était un émail mitoyen, et que l'on a employé tantôt comme émail, tantôt comme métal. Il se figure par des traits obliques, tirés de l'angle senestre du chef à l'angle dextre de la pointe de l'écu.

Poursuivant

Suppose qu'il y ait un animal, un animal chimérique ou un homme courant devant.

Poursuivant d'armes

Troisième officier d'armes dépendant du héraut. Voir Heraud.

1660 Troisième officier d'armes dépendant du héraut. Voir Heraud.

Poussant

Se rencontre pour exprimer qu'un tronc, une branche porte un ou des rameaux (un tronc d'arbre poussant deux rameaux).

Pousse-balle

Refouloir.

Poussin

Petit de la poule.

Prasine

Nom donné anciennement au sinople (couleur verte).

1899 Nom donné anciennement au sinople (couleur verte).

Pray

Poisson.

Pré

Se rencontre pour indiquer en quelque sorte une terrasse. Généralement de sinople.

Prêle

Plante dont les tiges sont creuses et rudes au toucher ; ce qui fait que plusieurs ouvriers s'en servent pour polir leurs ouvrages.

Pressoir

Grande machine servant à presser du raisin, des pommes, etc.

Primerose

Rose d'une variété à très haute tige, appelée passerose, althaea.

Primevère

Plante des prés et des bois.

Pris

Se rencontre parfois, rarement, pour indiquer la position d'une pièce. Exemple: un bâton pris en bande, pour un bâton mis ou posé en bande.

Proboscide

Sur l'écu c'est une trompe d'éléphant. Elle est représentée généralement levée. Sur le cimier, elle est remplacée par des cornes de boeuf ou de buffles dont les sommets ont été coupés, ce qui leur donne l'apparence de proboscides d'éléphant.

1660 Trompe d'éléphant. 1679 Trompe d'éléphant. 1780 C'est ainsi que dans le blason on appelle les trompes d'éléphant. 1798 C'est le nom que les Anciens donnoient à la trompe de l'éléphant. On ne le lui a conservé que dans les Traités de l'Histoire Naturelle, et dans le Blason. 1843 Trompe d'éléphant. 1872 Trompe de l'éléphant. 1885 Trompes d'éléphant. 1887 On porte fréquemment en cimier (et quelquefois dans l'écu des armes) des cornes de boeuf ou de buffle dont le sommet a été coupé, en même temps que l'ouverture, produite par cette section, a été considérablement élargie, ce qui leur donne l'apparence de proboscides d'éléphant. Pour cette raison nous avons conservé la désignation de proboscides dans la description des armoiries. Il est bien entendu, toutefois, que ces prétendues proboscides ont la signification réelle de cornes, en ce qui appert de l'étude des sceaux du moyen-âge, où l'on trouve ces cornes dans le cimier des familles qui portent actuellement des proboscides. Quand on dit : deux proboscides, d'or et de gueules, ou de deux autres émaux quelconques, cela signifie que la corne dextre est d'or et la senestre de gueules. Coupées alternativement d'or et de gueules, indique que la corne dextre est coupée d'or sur gueules, et la corne senestre de gueules sur or. Les cornes étaient souvent ornées de plumes, etc., ou passées dans un anneau assez large d'un émail qui différait de celui de la corne. Dans les dessins et peintures ces anneaux se présentent sous une forme plate, ce qui est la cause que dans les descriptions on parle de proboscides chargées d'une fasce. 1899 Trompe d'éléphant que l'on rencontre souvent dans les armoiries allemandes soit comme meuble de l'écu, soit en cimier comme ornement extérieur. 1901 Trompe d'éléphant. C'est un symbole purement germanique. 1905 Nom héraldique de la trompe d'éléphant.

Profil

Se dit de la manière dont sont posés les casques des nouveaux anoblis; terme de dessin.

1864 Se dit de la manière dont sont posés les casques des nouveaux anoblis; terme de dessin.

Projetant

Peut se dire d'un volcan projetant des pierres, d'une grenade projetant des éclats, mais aussi d'une branche ou un rameau dont les feuilles ou les fruits sont dirigés dans une direction indiquée.

Promontoire

Voir Cap.

Proportions

Les proportions attribuées aux pièces héraldiques ne sont pas données par tous les auteurs, aussi les rapports de tailles (burelle par rapport à la fasce, cotice par rapport à la bande, etc...) sont-ils très imprécis.

Protonotaire

Officier de la Cour de Rome, qui a un degré de prééminence sur tous les Notaires de la même Cour.

Prune

Fruit du prunier.

Prunelle

Fruit du prunellier.

Prunier

Arbre aux fleurs blanches.

Prusse (Aigle de)

Voir Aigle de Prusse.

1887 Voir Aigle de Prusse.

Puce

Insecte sans aile, parasite.

Puits

Trou vertical.

1887 Maçonnerie généralement de forme circulaire.

Pupput

Huppe.

Puput

Voir Pupput.

Pur

Se dit des armoiries qui ne consistent qu'au seul émail du champ de l'écu, sans aucune pièce héraldique. On dit aussi Plein, dans le même sens.

1798 Pur se dit des armoiries qui ne consistent qu'au seul émail du champ de l'écu, sans aucune pièce héraldique. Il porte d'argent pur, de gueules pur. On dit aussi Plein, dans le même sens.

Pygargue d'Europe

Voir Orfraie.

1901 Voir Orfraie.

Pyramide

Ce meuble n'a guère été employé que dans le blason de l'Empire français, sa forme est classique et connue ; on le blasonne comme les pièces dites maçonnées.

1899 Ce meuble n'a guère été employé que dans le blason de l'Empire français, sa forme est classique et connue ; on le blasonne comme les pièces dites maçonnées. 1901 Monument à base quadrangulaire et à faces triangulaires.