Glossaire, dictionnaire héraldique: évolution de 1679 à 1905

A quel livre, traité ou dictionnaire, correspond chaque date ?
Glossaire français - anglais : 500 mots avec dessin des écus
A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z
Dernière pagePage suivante

Labarum

Se dit des étendards sur lesquels sont figurés des emblèmes religieux, comme par exemple l'étendard de Constantin qui paraît avec le monogramme du Christ.

1899 Se dit des étendards sur lesquels sont figurés des emblèmes religieux, comme par exemple l'étendard de Constantin qui paraît avec le monogramme du Christ.

Lacs

Sorte de noeuds de cordons plus ou moins compliqués utilisés par des familles anglaises pour se distinguer. Portés par les serviteurs, ils se retrouvent également dans le blason. Il convient d'en connaître l'exacte forme qui diffère d'une famille à l'autre.

Lacs d'amour

Meuble de l'écu représentant un cordon entrelacé circulairement, dont les bords traversant les centres, ressortent l'un à dextre et l'autre à senestre ; il se place en fasce sur un écu. Ce meuble; que l'on prononce Las-d'Amour, s'emploie aussi comme ornement extérieur, on le rencontre dans les colliers des ordres, et, il remplace les lambrequins autour de l'écu des Veuves et de Filles.

1843 Cordon entrelacé, dont les bouts retombent, l'un à dextre, l'autre à senestre. 1864 Cordons dont les femmes entourent leurs armoiries. 1885 Meuble de l'écu qui représente un cordon entrelacé et dont les bouts, traversant le centre, ressortent par le bas, l'un à dextre, l'autre à sénestre. 1887 Cordon ployé en forme circulaire, les bouts traversant la circonférence à dextre et à senestre. Cependant on trouve des lacs-d'amour de forme différente, en sorte qu'il est utile de décrire la direction ou les contours. 1899 Meuble de l'écu représentant un cordon entrelacé circulairement, dont les bords traversant les centres, ressortent l'un à dextre et l'autre à senestre ; il se place en fasce sur un écu. Ce meuble; que l'on prononce Las-d'Amour, s'emploie aussi comme ornement extérieur, on le rencontre dans les colliers des ordres, et, il remplace les lambrequins autour de l'écu des Veuves et de Filles. 1901 Formé d'un cordonnet entrelacé deux fois et dont les bouts traversent les centres des circonférences et ressortent par le bas, à dextre et à senestre. Les extrémités sont garnies de houppes. 1905 Meuble d'armoiries qui se compose d'un cordon entrelacé dont les bouts traversent le centre et ressortent par le bas, à dextre et à senestre, en forme de houppe.

Laie

Femelle du sanglier.

Laitue

Plante herbacée.

Lama

Animal que l'on rencontre dans le blason de la République Péruvienne.

1901 Animal que l'on rencontre dans le blason de la République Péruvienne.

Lambé

Pourrait qualifier un animal marin (dauphin), lambé et crêté.

Lambeau

Voir Lambel.

1679 Voir Lambel. 1901 Voir Lambel.

Lambel

Pièce d'armoiries qui est une brisure et se compose d'un filet péri en fasce d'où pendent trois gouttes, denticules ou pendants. Quand ces pendants sont au nombre de plus de trois, il faut l'énoncer.

1679 (Lambeau) De plusieurs sortes, comme simples, à deux, trois, quatre, & cinq pendans, ou l'ambrequins, aucuns chargez de fleurs de Lys, autres de tours ou chasteaux, ou de besans, fleurs, gouttes, larmes, & autres telles choses, d'aucunes desquelles, cy dessus narrees. 1772 Espece de brisure la plus noble de toutes; elle se forme d'un filet qui se place ordinairement au milieu et le long du chef de l'écu, sans qu'il touche ses extrémités. Sa largeur doit être de la neuvieme partie du chef; il est garni de pendans qui ressemblent au fer d'une coignée, ou plutôt aux gouttes de la frise de l'ordre dorique, qu'on voit sous les triglyphes. Quand il y a plus de trois pendans, il en saut spécifier le nombre. Il y en a quelquefois jusqu'à six dans les écus de cadets. Le lambel distingue les cadets des aînés. 1780 Est un filet qui se met en chef ou en fasce, auquel sont plusieurs pendants. Il vient dit-on des rubans que les jeunes Gentilshommes portaient au col. Le lambel sert de brisure. 1798 Certaine brisure dont les puînés chargent en chef les armes pleines de leur maison. Les armes d'Orléans sont de France au lambel d'argent. 1843 Trangle alaisée, qui a trois pendants, et qui se place horizontalement et en chef. 1864 Ruban que les jeunes gens seuls portaient en cravate, et qui ayant maintenant une forme invariable servent à distinguer les branches cadettes des maisons. 1872 Pièce de longueur, ou tringle, toujours placée horizontalement, ayant trois appendices de forme triangulaire appelés pendants, un à chaque extrémité et le troisième au milieu. 1885 Représente un morceau d'étoffe que l'on emploie le plus souvent pour indiquer une brisure de branche cadette. C'est très rarement qu'on le trouve sur l'écu comme charge principale. Il peut avoir depuis trois pendants jusqu'à neuf. 1887 Pièce de longueur, consistant en une traverse horizontale, appelée fil, à laquelle sont suspendues des pièces triangulaires nommées pendants. On n'exprime le nombre de ces pendants que lorsqu'il y en a plus ou moins de trois. Le lambel servait de brisure aux fils aînés du vivant de leur père, usage qui ne s'est maintenu que dans quelques maisons souveraines. Comme brisure sa place ordinaire est en chef de l'écu, ce qui n'est pas nécessaire d'exprimer, mais on trouve quelques cas très rares que le lambel, soit seul, soit en nombre, est employé comme meuble, et alors il faut indiquer sa position précise dans l'écu. Un seul lambel, dans ce cas, est posé au milieu de l'écu, comme toute autre pièce. Au moyen-âge les pendants étaient assez longs, ils n'étaient pas triangulaires mais conservaient la même largeur sur toute leur longueur, et le fil se perdait dans les flancs de l'écu. 1899 Le lambel est composé d'un fil duquel descendent des petits clochetons que l'on nomme pendants dont on doit indiquer le nombre lorsqu'ils cessent d'être régulièrement trois. Ce meuble ne doit pas toucher les bords de l'écu et il est d'un fréquent emploi comme brisure. 1901 Anciennement Lambeau. A la forme d'une pièce horizontale appelée fil, munie de trois ou d'un plus grand nombre de pendants. Le lambel est le collier ou noeud d'étoffe, à plusieurs lanières, porté par les enfants du vivant de leur père. Il est dérivé du vieux mot français Label, signifiant un noeud de ruban qu'on attachait au casque sur le tympan. Il pendait en arrière et servait à distinguer les fils de leur père. Cet ornement était généralement porté par les célibataires ; de là vint l'usage d'en faire une brisure pour les armoiries des puînés. Les Espagnols ont pris les lambels pour des bancs, et les Italiens pour des râteaux. 1905 Pièce d'armoiries qui est une brisure et se compose d'un filet péri en fasce d'où pendent trois gouttes, denticules ou pendants. Quand ces pendants sont au nombre de plus de trois, il faut l'énoncer.

Lambrequin

L'origine des lambrequins est dans les coiffes ou capelines découpées en lambeaux, que l'on portait sur les heaumes de joute et de tournoi, dès la fin du XIIIe siècle, et qui dérivent des voiles plus anciens que l'on avait fixé sur les divers casques, surtout à l'époque des croisades.

1772 Les lambrequins sent des volets d'étoffes découpés, qui descendant du casque, côstent et embrassent l'écu pour lui servir d'ornement. Quelques-uns disent lamoquin, d'autres lambequin, et il y en a qui croient que le mot de lambrequin est venu de ce qu'ils pendoient en lambeaux; et étoient tout hachés des coups qu'ils avoient reçus dans les batailles. Ceux qui sont formés de feuillages entremêlés les uns dans les autres, sont tenus plus nobles que ceux qui ne sont composés que de plumes naturelles. Le fond et le gros du corps des lambrequins doivent être de l'émail du fond et du champ de l'écu; mais c'est de ses autres émaux qu'on doit faire leurs bords. Les lambrequins étoient l'ancienne couverture des casques, comme la cotte d'armes étoit celle du reste de l'armure. Cette espece de couverture préservoit les casques de la pluie et de la poudre, et c'étoit par-là que les chevaliers étoient reconnus dans la mêlée. On les faisoit d'étoffe, et ils servoient à soutenir et à lier les cimiers qu'on faisoit de plumes. Comme ils ressembloient en quelque façon à des feuilles d'acanthe, quelques uns les ont appellés feuillards; on les a mis quelquefois sur le casque en forme de bonnet, élevé comme celui du doge de Venise, et leur origine vient des anciens chaperons qui servoient de coiffure aux hommes et aux femmes. 1780 Sont des pièces d'étoffe découpées en forme de feuillages, qui entourent le casque, et descendent aux deux côtés de l'écusson. 1798 Ornemens qui pendent du casque autour de l'écu. 1843 Feuillage découpé qui accompagne le casque et sert d'ornement extérieur à l'écu. 1864 Pièce d'étoffe découpée qui sert à couvrir le heaume et embrasse l'écu pour lui servir d'ornement. On le peint aux couleurs des armoiries. 1872 Bandelettes tailladées, flottantes autour des casques et des écus. 1887 (Probablement le mot flamand signifiant bandelette). Pièces d'étoffe découpées qui ornent le casque à dextre et à senestre. A diverses époques les lambrequins avaient des formes différentes. En peinture on donne généralement la couleur principale de l'écu à leur côté extérieur ; le côté intérieur est revêtu du principal métal qui se trouve dans les armes. Ceci est purement une affaire de goût, et on trouve beaucoup d'exemple où l'ordre contraire est observé. Autrefois il était d'un usage fréquent de parsemer les lambrequins de figures semblables à celles qui se trouvaient dans l'écu, lorsque c'étaient des figures héraldiques subordonnées, telles que billettes, besants, annelets, fleurs-de-lis etc. Cependant on employait aussi des figures d'animaux, tels que lions, etc. 1899 Ornement extérieur de l'écu. C'est un gracieux accompagnement du heaume, il est d'usage de le figurer en feuilles d'acanthe, émaillées aux couleurs de l'écu aux côtés duquel il tombe en forme d'enroulements ; cet ornement est quelquefois appelé rinceau ou hachement. 1901 Ornement découpé et attaché au casque. Ils représentent des morceaux d'étoffe découpés en fleurons et doivent avoir les mêmes émaux que les pièces du blason. Quelques hérauts ont nommé les lambrequins volets, parce qu'ils voltigeaient, au gré du vent, pendant les combats. 1905 L'origine des lambrequins est dans les coiffes ou capelines découpées en lambeaux, que l'on portait sur les heaumes de joute et de tournoi, dès la fin du XIIIe siècle, et qui dérivent des voiles plus anciens que l'on avait fixé sur les divers casques, surtout à l'époque des croisades.

Lame

Partie longue et pointue d'arme blanche, épée, sabre, badelaire, etc..., rarement figurée seule en armoiries, mais le plus souvent d'un autre émail que la garde ou la poignée de l'arme à laquelle elle est attachée et qu'elle complète.

1899 Partie longue et pointue d'arme blanche, épée, sabre, badelaire, etc..., rarement figurée seule en armoiries, mais le plus souvent d'un autre émail que la garde ou la poignée de l'arme à laquelle elle est attachée et qu'elle complète.

Lamé

Orné de minces lames d'or ou d'argent.

Lamie

Lion fabuleux à tête et poitrine de femme les cheveux épars. Requin de l'Atlantique appelé aussi requin taupe ou touille.

Lampassé

Un lion, ou tout autre animal dont la langue est d'un autre émail que celui du corps, doit être dit lampassé en blasonnant ; s'il s'agit d'un oiseau il est préférable de le dire langué.

1694 (Lampas) - adj. Terme de blason. On dit lyon lampassé de sinoples; pour dire, un lyon dont la langue sort, & qui est de couleur verte, qu'on appelle sinoples en blason. 1772 Se dit de la langue des lions et des autres animaux. 1780 Se dit de la langue des lions et autres animaux. 1798 On dit lion lampassé de gueules, pour dire, un lion représenté avec la langue qui sort. 1843 Se dit d'un quadrupède dont la langue est d'un émail différent de la tête. 1864 Se dit de la langue des animaux quand elle sort de la gueule. 1872 Se dit de tout animal tirant la langue. 1885 On nomme ainsi le lion ou autre animal qui laisse voir sa langue. 1887 Indique l'émail de la langue des animaux sauvages et principalement du lion. 1899 Un lion, ou tout autre animal dont la langue est d'un autre émail que celui du corps, doit être dit lampassé en blasonnant ; s'il s'agit d'un oiseau il est préférable de le dire langué. 1901 Attribut du lion ou de tout autre quadrupède qui montre la langue. 1904 Se dit de la langue des animaux. 1905 Se dit de tout quadrupède dont la langue est d'un autre émail que le corps. On dit langué quand il s'agit d'oiseaux.

Lampe

Meuble en forme de vase allongé avec un bec et une anse. C'est la forme la plus usitée. On dit allumé d'une lampe dont la flamme est d'émail différent.

1887 Meuble en forme de vase allongé, avec un bec et une anse. C'est la forme la plus usitée, mais il y en a qui diffèrent de celle-ci.

Lampe antique

Vase plein d'huile dans lequel plongeait une mèche longue passant par un conduit circulaire.

1901 Vase plein d'huile dans lequel plongeait une mèche longue passant par un conduit circulaire.

Lamproie

Poisson sans mâchoire, de forme cylindrique et allongée.

1901 Poisson de rivière qui a la forme de la sangsue et la taille des plus grosses anguilles. On la voit rarement dans l'art héraldique.

Lamproye

Voir Lamproie.

Lance

Arme d'hast, tranchante, pointue, et emmanchée d'un long fût. Lorsque cette arme est une lance de tournoi, le bas du fût à la forme d'un fuseau au milieu duquel se trouve ménagé une sorte de retrait dans lequel la main qui tenait l'arme de trouvait affermie et protégée.

1899 Arme d'hast, tranchante, pointue, et emmanchée d'un long fût. Lorsque cette arme est une lance de tournoi, le bas du fût à la forme d'un fuseau au milieu duquel se trouve ménagé une sorte de retrait dans lequel la main qui tenait l'arme de trouvait affermie et protégée. 1901 Arme d'attaque des joutes, des tournois et des corps d'armée permanents. Elle est représentée dans l'écu posée en pal, le fer en haut.

Lance de tournoi

C'est la lance dont les chevaliers se servaient aux tournois. Vers la poignée elle est munie d'une plaque, dite arrêt de lance, dont le but était de protéger la main du combattant contre les coups de son adversaire. Le fût ou bois de la lance est gros et façonné vers la poignée, ce qui le distingue du fût de la pique qui est tout uni. On dit fûtée d'une lance lorsque le manche est d'un émail différent, émoussée lorsque le fer paraît coupé vers la pointe, brisée ou éclatée lorsque le fût est brisé en deux.

1887 Ainsi que son nom l'indique, c'est la lance dont les chevaliers se servaient aux tournois. Vers la poignée elle était munie d'une plaque, dite arrêt de lance, dont le but était de protéger la main du combattant, contre les coups de son adversaire.

Lancéolé

Qui se termine en fer de lance.

1905 Qui se termine en fer de lance.

Lancette

Voir Lancette de chirurgien.

Lancette de chirurgien

Instrument de chirurgie, servant à ouvrir la veine, à percer un abcès, etc.

Laneret

Mâle de faucon lanier.

Lange

Morceau de laine ou d'étoffe épaisse dont on enveloppe un enfant au maillot.

1905 Morceau de laine ou d'étoffe épaisse dont on enveloppe un enfant au maillot.

Langue

Langue humaine.

1901 Langue humaine.

Langué

Même signification que lampassé, doit être employé de préférence quand il s'agit des oiseaux mais, cette règle n'est pas absolue.

1780 Se dit de la langue des aigles. 1798 Il se dit des oiseaux, aigles, etc. dont la langue sort, et est d'un autre émail que le corps de l'animal. 1843 S'applique aux oiseaux dans le même sens que lampassé aux quadrupèdes. 1864 Se dit de la langue des oiseaux quand elle est apparente. 1885 S'applique aux oiseaux dans le même sens que lampassé aux animaux. 1887 Se dit de l'émail de la langue des oiseaux et des animaux domestiques. 1899 Même signification que lampassé, doit être employé de préférence quand il s'agit des oiseaux mais, cette règle n'est pas absolue. 1901 Attribut de tout oiseau dont on voit la langue d'émail spécial.

Lanier

Faucon d'Italie du sud ressemblant au pèlerin.

Lansquenet

Fantassin allemand.

Lapin

Ce petit animal est toujours représenté de profil et accroupi ; on le nomme aussi connil.

1899 Ce petit animal est toujours représenté de profil et accroupi ; on le nomme aussi connil. 1901 On le représente en course.

Lapis-lazuli

Pierre d'un bleu intense.

Lardoire

Sorte de brochette creusée et fendue par un des bouts, et servant à larder la viande.

Larme

Meuble dont la partie supérieure, en pointe et ondoyante, s'élargit et se termine en forme ronde par le bas. Elles sont le plus souvent d'argent.

1843 Goutte d'eau ondoyante et s'élargissant en rond par le bas. 1885 Meuble dont la partie supérieure, en pointe et ondoyante, s'élargit et se termine en forme ronde par le bas. Elles sont le plus souvent d'argent. 1887 Gouttes dont la partie supérieure est effilée et ondoyante. 1899 Meuble de l'écu, dont la partie supérieure est en pointe, descendant en ondoyant et en s'élargissant vers le bas, enfin se terminant en forme ronde ; le champ d'un écu peut en être semé. Cette pièce, malgré son grand rapport avec la goutte, ne doit pas être confondue avec elle. 1901 On représente une larme comme une goutelette dont la partie inférieure est arrondie, et qui se termine par une pointe ondoyante.

Latte

Pièce de bois.

1905 Pièce de bois.

Lauré

Se dit d'une figure couronnée de laurier.

1905 Se dit d'une figure couronnée de laurier.

Laurier

Cet arbre et principalement ses branches garnies de feuilles longues et pointues sans aucun noeud sur la tige, sont d'un emploi très fréquent en armoiries, soit comme meuble sur un écu, soit comme ornement extérieur.

1679 Arbre que l'on trouve en armes. 1899 Cet arbre et principalement ses branches garnies de feuilles longues et pointues sans aucun noeud sur la tige, sont d'un emploi très fréquent en armoiries, soit comme meuble sur un écu, soit comme ornement extérieur. 1901 Plante bien connue. Utilisée sous forme de couronne.

Laurier-rose

Arbuste à fleurs blanches ou roses.

Lauriot

Oiseau.

Lavande

Plante aromatique à fleurs bleues.

Le tout

En blasonnant, on se sert de cette expression pour éviter la répétition de l'émail de plusieurs pièces ou meubles de l'écu, qui se trouvent être de même couleur. Ne pas confondre cette qualification avec sur le tout qui s'emploie dans un tout autre sens.

1885 On se sert de ce terme en blasonnant pour éviter la répétition de plusieurs pièces ou meubles de l'écu qui se trouvent du même émail.

Le tout de

Pour éviter la répétition du nom de l'émail de différents meubles qui paraissent sur un écu, lorsque toutes les pièces sont du même métal ou de la même couleur, on dit simplement le tout de ...; il est de même pour le tout du tout.

Légende

Espèce de devise qui se met dans un listel au-dessus du cimier et dont la nature n'est pas très bien définie. composée de peu de mots, la légende tient à la fois du cri et de la devise. On en trouve aussi directement sur le blason.

1887 Espèce de devise qui se met dans un listel au-dessus du cimier et dont la nature n'est pas très bien définie. Composée de peu de mots, la légende tient à la fois du cri et de la devise.

Légume

Comme des fruits on en trouve de toutes sortes. Ils sont représentés indistinctement queue en haut ou en bas.

Lentille

Plante annuelle cultivée pour sa graine.

Lentisque

Sorte d'arbrisseau du Proche-Orient toujours vert, dont il sort une espèce de résine, qu'on appelle mastic.

Léopard

Se représente toujours passant, la tête de face, et la queue retournée sur le dos avec le panache en dehors.

1679 A esté comme compaignon du Lyon, toutesfois il ne s'en trouve tant, ni de si diverses manieres en metal & couleurs, comme le Lyon. Leur difference est, que le Lyon est toujours rampant ou ravissant, & ne monstre qu'un oeil & une oreille: Et le Leopard est toujours passant ou allant, & monstre deux yeux, & deux oreilles. 1780 Est un lion passant qui montre les deux yeux, au lieu que le lion proprement dit, se montre toujours de profil. 1798 On appelle Léopard lioné, un Léopard qui est représenté ayant les pattes de devant élevées, comme on représente ordinairement les lions. Et lion léopardé, un lion qui est représenté vu de face, et sans avoir les pattes de devant dans une situation différente de celles de derrière. On l'appelle aussi lion passant. 1843 Quadrupède, qu'on représente passant la tête de front, montrant les deux yeux et les deux oreilles, et ayant le bout de la queue en dehors. 1864 Est en armoirie un lion passant dont on voit les deux yeux. 1872 Animal qui, dans l'héraldie, est toujours représenté passant, la tête de fasce. 1885 Il doit être passant et la tête tournée de face. Le bouquet de la queue se trouve en dehors. Dans quelques cas on représente le léopard assis. 1887 Nom héraldique du lion passant qui a la tête posée de front. Quelquefois on trouve des léopards naturels, surtout comme supports. 1899 En armoiries, le léopard se représente toujours passant, la tête de face, et la queue retournée sur le dos avec le panache en dehors. 1901 Animal féroce représenté passant, la tête toujours de face. Sa queue retournée sur le dos, montre la touffe poilue à l'extérieur. 1905 Le léopard héraldique est un lion qui, au lieu d'être rampant (attitude ordinaire du lion) est passant, et dont la tête se présente toujours de face ; la houppe de la queue retombe en dehors au lieu de retomber vers le dos de l'animal.

Léopard (Tête de)

Voir Tête de léopard.

1887 Voir Tête de léopard.

Léopard lionné

On dit le léopard lionné quand, au lieu d'être passant, il est rampant.

1679 (Leopard Lyonne) Quand on trouve le Leopard autrement, qu'allant ou passant, ascavoir, rampant ou ravissant (duquel on voit les deux yeux & les deux oreilles, comme a esté dit) faut dire, Leopard Lyonne, afin de differer d'avec la maniere ordinaire de parler, dont lon use en blason. 1872 Léopard représenté passant la tête de profil. 1887 Nom héraldique d'un lion rampant qui a la tête posée de front. 1899 Lorsque le léopard est représenté rampant, c'est-à-dire levé et dans l'attitude ordinaire du lion, on le dit lionné, mais sa tête doit toujours être présentée de face. 1901 Attribut du léopard debout ou rampant. 1905 On dit le léopard lionné quand, au lieu d'être passant, il est rampant.

Léopardé

Lorsque le lion est représenté passant c'est-à-dire semblant marcher, ce qui est contraire à sa position ordinaire, on le dit léopardé, et dans ce cas la queue est placée comme celle du léopard.

1780 Du lion passant. 1843 Se dit du lion qui est passant au lieu d'être rampant ; sa tête posée de profil et le bout de sa queue tournée en dehors le distinguent seuls du léopard. 1885 C'est le lion passant. 1899 Lorsque le lion est représenté passant c'est-à-dire semblant marcher, ce qui est contraire à sa position ordinaire, on le dit léopardé, et dans ce cas la queue est placée comme celle du léopard. 1901 Terme indiquant la position d'un lion passant, le bouquet de la queue à l'extérieur. 1905 Se dit du lion, quand au lieu d'être rampant, il est passant comme le léopard, la tête restant de profil. Se dit aussio de la queue seule du lion ordinaire, quand la houppe retombe en dehors.

Lettre

L'usage des lettres comme meubles en armoiries est assez rare, on n'en rencontre guère que dans les armes parlantes de quelques familles, et dans des armes de ville.

1899 L'usage des lettres comme meubles en armoiries est assez rare, on n'en rencontre guère que dans les armes parlantes de quelques familles, et dans des armes de ville. 1901 L'origine des lettres capitales dans les écus est due, soit au besoin de se distinguer les uns des autres, soit une concession souveraine. L'usage de ces lettres équivaut à des monogrammes.

Leude

Poisson de mer.

Leurre

Meuble de cuir découpé et façonné en forme d'une sorte d'oiseau de proie ; ce nom se donne aussi au chaperon dont on couvrait la tête des oiseaux de poing que l'on employait pour la chasse.

1864 Se dit de pièces de cuir qui servaient à l'oiseau de proie. 1899 Meuble de cuir découpé et façonné en forme d'une sorte d'oiseau de proie ; ce nom se donne aussi au chaperon dont on couvrait la tête des oiseaux de poing que l'on employait pour la chasse.

Levé

Se dit d'un animal, mais principalement de l'ours, quand il paraît dressé sur ses pattes de derrière.

1772 Se dit des ours en pié. 1780 De l'ours en pied. V. Debout. 1798 Se dit d'un ours levé sur ses pieds de derrière. 1843 Exprime l'attitude de l'ours qui est droit sur ses pattes de derrière. 1864 Se dit de l'ours en pied. 1885 Se dit de l'ours en pied. 1887 Se dit : 1° de l'ours dressé sur ses pieds ou rampant ; 2° des ailes d'un oiseau qui a le vol ouvert, le bout des ailes dirigé vers le chef de l'écu. 1899 Se dit d'un animal, mais principalement de l'ours, quand il paraît dressé sur ses pattes de derrière. 1901 Attribut de l'ours posé droit sur ses pattes de derrière. 1905 Attribut des quadrupèdes (plus particulièrement de l'ours) quand ils sont debouts et droits. Se dit également d'une herse (porte de forteresse ou de château) quand elle permet de passer.

Levesse

Racine que l'on trouve en armes.

1679 Racine que l'on trouve en armes.

Lèvre

Les lèvres peuvent être parfois d'un émail différent du visage.

Levrette

Femelle du lévrier. Est représentée plus fine et sans vilainie (absence de sexe).

Lévrier

Chien à la tête allongée, très rapide. Représenté courant, rampant ou passant. Toujours colleté. S'il n'a pas de collier, il est appelé levron.

1679 Fort usité, & s'en voit beaucoup en armoiries. 1843 Chien courant ayant un collier. 1887 Espèce de chien, presque toujours orné d'un collier dont il faut indiquer l'émail. 1899 Chien de forme gracieuse, représenté courant, passant ou rampant, il est toujours colleté. Lorsque le lévrier est figuré sans collier, on le nomme levron. 1901 Il est figuré de profil, passant et muni de son collier avec anneau. Il est plus fréquemment employé que le chien ordinaire dans l'héraldique. 1905 Chien héraldique, toujours représenté avec un collier muni d'un anneau.

Levron

Jeune lévrier que l'on distingue dans l'écu de celui-ci parce qu'il n'a pas de collier au cou, il a les mêmes attributs que le lévrier.

1843 Jeune lévrier qui n'a pas de collier. 1885 Jeune lévrier qui se distingue en ce qu'il n'a pas de collier. 1905 Nom donné au lévrier qui n'est pas colleté.

Lézard

Ce reptile est généralement représenté montant, c'est-à-dire la tête vers le chef et la queue vers la pointe.

1679 Animal rencontré en armes. 1899 Ce reptile est généralement représenté montant, c'est-à-dire la tête vers le chef et la queue vers la pointe de l'écu ; si sa position est autre, il faut le spécifier en blasonnant. 1901 Ce reptile est représenté montant, c'est-à-dire couché sur le ventre, la tête en chef et la queue vers le bas de l'écu. Trois lézards figurent dans l'écu du célèbre ministre Le Tellier de Louvois.

Libre

Voir Gai.

Lice

Se dit des lieux réservés aux joutes, tournois et passes d'armes.

1899 Se dit des lieux réservés aux joutes, tournois et passes d'armes.

Licol

Grand joug courbé pour bêtes de somme.

1901 Voir Licou.

Licorne

Animal fabuleux, d'un fréquent emploi en armoiries, soit comme meuble, soit comme support. La licorne est représentée sous la forme d'un cheval, ayant une longue corne sur le front, une barbiche de chèvre et des pieds fourchus ; lorsqu'elle est figurée levée, on la dit saillante, cabrée en défense, et couchée accroupie.

1679 Lycorne ou Unicorne, assez usité anciennement. 1772 La licorne est un des supports des armes d'Angleterre. Voyez Support. Les hérauts représentent cet animal passant et quelquefois rampant. Quand il est dans cette derniere attitude, comme dans les armes d'Angleterre, pour parler proprement, il faut dire qu'il est saillant d'argent; une licorne saillant de sable, armée, onglée, etc. 1843 Monstre fabuleux, cheval dont le front est armé d'une corne. 1885 Cheval ayant une corne sur le front, une barbe de chèvre et des pieds fourchus. On l'emploie souvent comme emblème d'innocence et de chasteté. 1887 Animal chimérique représenté sous la forme d'un cheval ayant une longue corne sur le front, une barbe de bouc et des sabots fourchus. 1899 Animal fabuleux, d'un fréquent emploi en armoiries, soit comme meuble, soit comme support. La licorne est représentée sous la forme d'un cheval, ayant une longue corne sur le front, une barbiche de chèvre et des pieds fourchus ; lorsqu'elle est figurée levée, on la dit saillante, cabrée en défense, et couchée accroupie. 1901 Cheval symbolique dont la tête est armée d'une corne droite, et le menton orné d'une barbe de chèvre. Ses pieds sont fourchus. La licorne est représentée passante ou levée. 1905 La licorne figure dans le blason sous l'aspect d'un animal, avec un corps de cheval, une longue corne aiguë et droite, plantée au milieu du front, une petite barbe de bous et des pieds fourchus. Elle est dite en défense quand elle baisse la tête et présente sa corne en avant.

Licou

Voir Licol.

1901 Grand joug courbé pour bêtes de somme, portant à chaque extrémité un joug moindre rattaché par une chaîne de fer.

Lié

Se dit des meubles qui paraissent joints, serrés, soutenus ou garnis de cordons, de rubans, de longes ou d'anneaux.

1772 Se dit non seulement des cercles des tonneaux, quand l'osier qui les tient est d'un autre émail, mais aussi de tout ce qui est attaché. 1780 Des choses attachées, comme clefs, huchets, etc. 1843 Attaché par des liens ou des cordons. 1885 Sert à désigner l'objet qui attache différentes pièces ensemble ou même une seule. 1887 Se dit d'un ou plusieurs objets entourés d'un ruban ou autre lien. 1899 Se dit des meubles qui paraissent joints, serrés, soutenus ou garnis de cordons, de rubans, de longes ou d'anneaux. 1901 Expression indiquant qu'un objet ou un animal quelconque est muni de liens ou de courroies. 1905 Se dit de tout groupement d'objets réunis par un lien, et spécialement si ce lien est d'un émail particulier.

Lien de Saint-Pierre

Ce qui sert à lier. L'Ange tira Saint-Pierre des liens.

Lierre

Plante grimpante, à feuilles persistantes.

1679 Arbre que l'on trouve en armes. 1901 Arbuste dont les feuilles alternent et varient de forme sur le même pied. Certaines sont échancrées et découpées en trois ou cinq lobes ; les autres sont entières, en forme de fer de lance.

Lièvre

Animal représenté souvent de profil et courant, mais sa position ordinaire est accroupie, ce qu'il n'est pas nécessaire d'indiquer, on le dit aussi en forme quand il est au repos.

1679 Animal rencontré en armes. 1899 Cet animal est généralement représenté de profil, quelquefois courant ; lorsqu'il paraît couché, ou au repos, on le dit en forme. 1901 Est représenté de profil et courant. 1905 Le lièvre est dit en forme s'il est arrêté et accroupi sur ses pattes.

Liguier

Ce meuble rentre dans la catégorie des arbres, et se blasonne comme eux.

Lilas

Arbuste cultivé pour ses grappes de fleurs mauves ou blanches.

Lilium convallium

Fleur de muguet.

Dernière pagePage suivante